AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.17 /5 (sur 66 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Asnières-sur-Seine , 1969
Biographie :

Nicolas Dubreuil est un aventurier français, spécialiste des milieux polaires.

En 1987, alors qu'il vient d'entamer des études d'informatique à Paris, il vit à 18 ans sa première expérience d'aventurier aux côtés d’un ami de la famille, un explorateur polaire. Il est initié à la dure aux règles de survie en milieu hostile et sauvage durant deux mois. Il parfait son apprentissage en rentrant seul d’Alaska.

Il poursuit ses études à Strasbourg, où il parvient à combiner travaux universitaires, randonnées de dépassement et explorations clandestines urbaines. En 1995, il accomplit un raid en ski en Suède puis en Alaska, où il découvre la passion de l’Arctique, du grand froid, de l'immensité et de la glace.

En 1996, Nicolas Dubreuil devient guide pour l'agence Grand Nord Grand Large, spécialisée dans les voyages polaires, tout en restant maître de conférences en informatique. Il entreprend des études d’ethnologie et prépare une thèse sur chasse à l’ours et la chasse au narval, deux animaux emblématiques de la culture inuit.

C’est au cours d'une expédition au Groenland qu’il se passionne pour ce pays singulier. Il y retourne régulièrement, rencontre peu à peu les peuples autochtones et apprend le groenlandais sur les bancs d’école, avec les enfants.

À 34 ans, il abandonne son poste de maître de conférences à l'université, pour se consacrer à l'aventure polaire.

Suite à un accident sur la banquise côtière du Groenland en Février 2001 lors d'une expédition à ski et pulka, il s'en sort avec pour seule séquelle une insensibilité au niveau de la tranche des mains.

En 2012, Nicolas Dubreuil publie son autobiographie "Aventurier des glaces", coécrite avec Michel Moutot. En 2013, paraît "Mystères Polaires", coécrit avec le journaliste Ismaël Khelifa, où il revient sur les sur les grandes énigmes et aventures du monde polaire.

En 2011, Sophie Bontemps et Georges Pinol ont réalisé "Groenland : Nicolas et les narvals" pour l’émission télévisée Thalassa.

site officiel : http://www.sikumut.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Nicolas Dubreuil   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nicolas Dubreuil présente "Voyage à Kullorsuaq".


Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation

Un paradoxe, voire un immense malentendu, se dessine entre les Groenlandais et nous : partout dans nos sociétés la question d'une refonte profonde de notre modèle se pose. Partout on parle d'évolution, de solutions nouvelles, d'initiatives pour vivre mieux ensemble, de façons de nous reconnecter avec des choses simples. On loue si souvent l'"ancien temps" et la vie à l'époque de nos grands-parents, moins sujets que nous à la complexité du monde. Au même moment, plus que jamais, une bonne partie des Groenlandais que je connais me semble faire le chemin inverse. La question que se posent ces gens serait plutôt : "Comment accéder nous aussi au mode de vie occidental ?" A ce fameux modèle que, nous, nous voulons changer ?

Commenter  J’apprécie          200

On dit ici que lorsqu'on donne le prénom d'un défunt à un petit qui vient de naître, la vie de la personne disparue reprend là où elle s'est arrêtée. Cela va plus loin que la simple superstition. C'est une véritable croyance, bien ancrée chez les Inuits.

A Kullorsuaq, la légende veut qu'un ancien qui ne donne pas son prénom de son vivant à un enfant erre dans le ciel, une fois qu'il a rendu son dernier souffle. Les nuits d'hiver, lorsqu'une aurore boréale vient colorer la voûte céleste, les gens d'ici pensent que c'est l'âme d'un ancien, parti sans donner son nom, qui se rappelle au souvenir des vivants.

Commenter  J’apprécie          190

La nuit tombe vite : il faut s'éloigner, monter les tentes, faire fondre de la neige, manger. Vite dormir. Le froid se fait mordant : moins 20°C, moins 30°C, la peau gèle en quelques minutes. Il faut lutter contre l'humidité. Il faudrait ne pas transpirer : en refroidissant, la sueur gèle et glace le corps. Le problème, c'est que dans la poudreuse l'effort pour tire la pulka est tellement intense que l'on doit s'arrêter avant chaque montée pour se découvrir, parfois jusqu'à être torse nu. Tout faire pour éviter de se mouiller. Se rhabiller une fois au sommet.

Commenter  J’apprécie          172

Une part d'insouciance s'est éteinte dans mon esprit. L'image du chasseur indomptable a laissé la place à celle, terrible, d'Ole, l'employé de bureau enfermé. Comment se fait-il que ce soit moi, le "touriste", qui soit parti à la chasse ce matin ? Est-ce cela l'avenir ? Des Occidentaux qui viennent jouer aux chasseurs une partie de l'année pendant que les Groenlandais se tournent vers les versants les plus insipides de notre existence ?

Commenter  J’apprécie          140

Le monde sauvage est une prison, un carcan de règles impératives et draconiennes que l'on ignore ou l'on néglige au péril de sa vie.

Commenter  J’apprécie          130

Jamais je n'ai vu un village aussi peu accueillant. Tous les Groenlandais m'avaient prévenu : "Ne va pas là-bas, ce sont des sauvages ! Et surtout ne touche par à leur bouffe !" - venant de gens qui mangent déjà des choses bizarres, comme des yeux de phoque, ces avertissements m'avaient déjà inquiété...

Commenter  J’apprécie          120

L'ours blanc est devenu dans les médias le symbole du réchauffement de la planète : c'est vrai qu'il semble si malheureux, si perdu sur la fameuse photo, tout seul sur son petit morceau de banquise qui dérive. La plupart des gens ont dû penser qu'il en était prisonnier. Mais si cela avait été un film, on aurait pu le voir plonger à l'eau et s'éloigner à la nage. « Ursus maritimus » : l'ours blanc est un mammifère marin − comme la baleine −, semi-aquatique, capable de nager, en agitant ses quatre membres, cent kilomètres par jour ! Ses pattes avant sont palmées, les arrières servent de gouvernail. Sur terre comme dans l'eau, il est incroyablement rapide. Des ours sur des plaques dérivantes, j'en ai vu des centaines. Ils s'en servent pour se reposer pendant une traversée. Ou pour surprendre des phoques. Ou parce qu'ils avaient juste envie de monter dessus.

De même, un film pris d'hélicoptère montre une femelle affolée (par le bruit des pales), incroyablement amaigrie. Déduction logique du spectateur : le réchauffement climatique la prive de nourriture, elle va bientôt mourir de faim... Mais quand elles allaitent, les ourses peuvent jeûner de six à huit mois. Les oursons sont tellement vulnérables que la mère ne quitte pas la tanière, les protège et les nourrit. Quand elle en sort, elle n'a plus que la peau sur les os mais va se gaver de gras de phoque, de baies ou de poissons pour retrouver son poids. Une femelle a été pesée en novembre à quatre-vingt-douze kilos. Neuf mois plus tard, en août, elle en faisait cinq cent cinq. Une étude a été menée sur huit cents animaux au Spitzberg pendant cinq ans : aucun n'a montré de signe d'amaigrissement.

Commenter  J’apprécie          100

Mon thermomètre ne marque plus rien : au-delà de moins 55°C, le mercure se recroqueville dans la petite boule. Pour la première fois je m'approche d'un feu de bois sans en sentir la chaleur. La moindre particule humide se change en paillette de glace qui flotte dans l'air. Respirer, même par le nez, est douloureux. Les larmes gèlent instantanément, les cils collent aux paupières. Il faut un masque en néoprène pour le bas du visage, des lunettes de ski sur les yeux. Aucun morceau de chair ne doit être exposé.

Commenter  J’apprécie          102

Nous traversons les Talkeetna Mountains sur trois cents kilomètres. Fabuleux, l'aventure à la Jack London. Des mètres de poudreuses, la progression est difficile. Je demande quels sont ces fils que nous devons enjamber : les cables électriques, à trois mètres du sol en été...

Commenter  J’apprécie          100

Parfois, quand vent et mauvais temps se conjuguent, le simple fait d'être dehors est un risque mortel. Il faut rester sous la tente, se blottir dans le duvet et attendre. C'est le "jour balnc" : plus aucun repère spatial, la terre et le ciel se confondent.

Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le quiz fou

Il était une fois un malheureux matou, maltraité par ses maîtres, qui se prenait sans arrêt des coups de fou.....

r
et
ace
rrière
rgon
le

18 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : mots , humour , vocabulaire , histoireCréer un quiz sur cet auteur