AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.17 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 24/12/1933
Biographie :

Nicolas Grimaldi est un philosophe français né en 1933.

Professeur de philosophie en khâgne dans plusieurs établissements parisiens (Molière, Jules-Ferry) puis professeur émérite à l'Université Paris IV-Sorbonne dans laquelle il a occupé successivement les chaires d'histoire de la philosophie moderne et de métaphysique,
il vit dans le sémaphore désaffecté de Socoa (dans la baie de Saint-Jean de Luz) depuis qu'il a quitté Paris après mai 1968.
Nicolas Grimaldi est auteur d'une vingtaine d'essais philosophiques. Il a consacré la plupart de ses méditations à élucider la vie de la conscience et l'expérience de la subjectivité. Plusieurs de ses ouvrages sont consacrés à l'attente, au désir ' Le désir et le temps ' 1971, à l'amour ' Les métamorphoses de l' amour ' 2011, au désenchantement ' Bref traité du désenchantement ' 1998, à l'imaginaire, aux solitudes ' Traité des solitudes ' 2003, à la jalousie ' La jalousie. Etude sur l'imaginaire proustien ' 1993 ' Essai sur la jalousie. L'enfer proustien ' 2010 ou à l'inhumain ' L' inhumain ' 2011. Ses sujets de prédilection, qu'il aborde souvent de façon non systématique dans des réflexions libres, comprennent des notions aussi diverses que l'imaginaire, le temps, le désir, le jeu, l'attente et le moi. S'intéressant à différentes branches de la philosophie (métaphysique, éthique, esthétique), il est spécialiste de Descartes et fait référence dans ses textes à de nombreuses cultures philosophiques (des présocratiques aux existentialistes) et littéraires (Kafka, Baudelaire, Simenon, Tolstoï...).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Podcasts (8) Voir tous


Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
Nicolas Grimaldi
Jean-Daniel   10 avril 2020
Nicolas Grimaldi
En étant comme bannis du monde, nous faisons tous l'expérience de la solitude, même ceux qui sont confinés en famille ou avec des amis.
Commenter  J’apprécie          230
Nicolas Grimaldi
Kittiwake   20 août 2015
Nicolas Grimaldi
Moins le romancier nous donne à voir, plus il nous donne à sentir, et plus il nous passionne. C’est tout naturellement qu’il devait donc sembler au narrateur de Proust qu’un roman nous touche, nous émeut, nous bouleverse d’autant plus qu’il élimine de ce qu’il relate tous les éléments objectifs qui pourraient être ceux de notre perception.
Commenter  J’apprécie          190
Nicolas Grimaldi
Carosand   08 décembre 2014
Nicolas Grimaldi
Comment a-t-on pu sacrifier la réalité de millions d'hommes à l'irréalité d'une chimère ?
Commenter  J’apprécie          191
TadeoPrince   13 mars 2013
Métamorphoses de l'amour de Nicolas Grimaldi
Comme on aime une oeuvre musicale pour la vie tout autre qu'elle nous communique en nous la faisant imaginer, ainsi une autre personne nous bouleverse-t-elle en nous faisant pressentir un style d'humanité que nous n'aurions pas imaginé sans elle. Or, c'est son style qui caractérise une oeuvre musicale, et rien ne la caractérise autant que l'amplitude ou la brièveté de sa respiration, la douceur ou l'éclat de sa tonalité, l'organisation de ses tensions et leur résolution. S'en trouvent indiquées autant de manières sensibles de moduler l'attente et de se rapporter au monde. Ainsi en va-t-il de toute personne lorsque son phrasé, le rythme et la modulation de ses attitudes, nous font presque sentir quelque forme subtile de sensibilité ou quelque manière originale d'interpréter la vie.

Or, bien loin que nous aimions une oeuvre musicale parce que nous nous y reconnaîtrions, c'est par la singularité de son expressivité qu'elle nous émeut au contraire, en nous invitant à découvrir en elle un autre style d'humanité. Indépendamment de tout caractère formel, c'est cette pathétique expressivité qui nous bouleverse et que nous aimons en elle. Même quand il nous semble entendre en telle partition l'écho de notre tristesse ou de notre mélancolie, ce que nous aimons n'est pas tant de les y reconnaître que de leur découvrir un visage nouveau. C'est de toute semblable façon qu'on s'éprend d'une personne à cause de la musicalité que tout son style exprime. Son style peut n'être pas le nôtre. Du moins communique-t-il à tout ce qu'elle approche la marque de son tempérament et l'expression de sa sensibilité. Tout en est différent. Par le plus simple de ses gestes, elle affranchit le monde de sa banalité. A la manière dont certaines oeuvres communiquent à notre vie un surcroit d'énergie et d'intensité, la personne que nous aimons transfigure l'existence par la lumière, la couleur, le tempo que son style y apporte. Telle femme serait pour nous une aria de Mozart, tele autre aurait l'inventive allégresse d'une novelette de Schumann, telle soeur de Mélisande développerait dans l'existence la déconcertante et fragile spontanéité de ses arabesques, comme telle autre nous rappellerait l'exubérante vitalité de Prokofiev ou la tendresse acide des mélodies de Ravel. Les aimer, ce serait tellement s'en émouvoir et s'en émerveiller qu'on voulût répondre à leur attente, comme dans une sonate les inventions du piano suivent la ligne du violon, en préparent l'attaque, ou en accompagnent le chant. Reproduisant intérieurement le style, le rythme et la tonalité qui sont les leurs, nous deviendrions ainsi quelque chose d'elles-mêmes, apportant à leur voix le contre-chant de la nôtre, ou à la ligne de leur mélodie la couleur qui la soutient.

En ce sens, aimer quelqu'un, ce serait être tellement bouleversé par sa musicalité qu'on ne désirât rien tant que l'accompagner, tant on voudrait qu'il ne put être aussi parfaitement lui-même qu'en l'étant avec nous. L'amour serait donc le contraite du complexe de Pygmalion. Bien loin d'admirer dans la personne aimée ce double de nous-mêmes que nous en aurions fait, on s'émerveillerait qu'elle nous eût associé à la manière si poétique d'exister que nous appelons son style. Le merveilleux de ce que nous aurions été serait alors de l'avoir été pour elle.

... l'amour n'est en ce sens que l'ivresse saccageuse de sentir la faiblesse d'une autre chair céder sous la fureur dominatrice de la nôtre... ce qu'on aimerait alors dans l'amour comme en toute autre chasse, ce serait de sentir notre propre vie en annexer une autre, sans qu'il y ait si plaintive volonté qui ne doive plier sous la nôtre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
GeraldineB   30 mars 2013
Métamorphoses de l'amour de Nicolas Grimaldi
[...]un couple d'amants se découvre au matin dans une gare inconnue: c'est Blois."J'ignorais tout de sa vie. Je ne connaissais pas la Loire."-Tu es déjà venue?"ai-je demandé à Anna. Elle a hésité à me répondre oui. Devinait-elle qu'elle me faisait un peu mal, et que j'aurais préféré qu'elle n'eut pas de passé?" Tel est en effet l'amour. Ce qui fait mal, c'est que le passé n'est en fait jamais passé. Il est toujours là. Il est cette part impénétrable que chacun porte en soi, et qu'il est impossible à personne de jamais partager. Qu'il y ait quelque chose d'elle qui ne puisse être à moi: c'est la souffrance des amants.
Commenter  J’apprécie          130
Nicolas Grimaldi
Orix   26 juin 2015
Nicolas Grimaldi
"Le seul véritable amour est l’amour dans lequel ce que j’aime en elle, ce n’est pas ce qu’on en voit, mais ce qu’elle attend de l’existence et que je voudrais combler."
Commenter  J’apprécie          100
JeanLouisBOIS   21 juin 2012
L'effervescence du vide de Nicolas Grimaldi
Pour expulser les poètes de la société, il n'y a donc nul besoin de gardiens, comme dans la cité platonicienne. Le tumulte de l'art contemporain y suffit. (p.75)
Commenter  J’apprécie          100
JeanLouisBOIS   01 juillet 2012
L'effervescence du vide de Nicolas Grimaldi
Vivre aussi insoucieux et ravi que s'il n'y avait plus d'avenir, c'est le principe même de la fête. C'est sa règle. Quiconque s'y dérobe s'en exclut. (p.150).
Commenter  J’apprécie          90
JeanLouisBOIS   21 juin 2012
L'effervescence du vide de Nicolas Grimaldi
Il ne suffit pas de coexister dans l'espace pour vivre dans le même temps. Seuls peuvent s'éprouver contemporains ceux qui partagent les mêmes affinités et les mêmes exigences, se référant aux mêmes évènements comme à des repères, et aux mêmes œuvres comme à des normes. (p.9)

.
Commenter  J’apprécie          80
JeanLouisBOIS   21 juin 2012
L'effervescence du vide de Nicolas Grimaldi
Le propre de l'ennui consiste en effet dans le malheur de désirer sans savoir quoi désirer. Il est donc l'évidence et la douleur d'un désir sans objet. (p.17)
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Mort sur le Nil

Comment s'appelle le bateau sur lequel est tuée Linnet Ridgeway Doyle ?

SS Louxor
SS Karnak
SS Ramses
SS Cairo

10 questions
96 lecteurs ont répondu
Thème : Mort sur le Nil de Agatha ChristieCréer un quiz sur cet auteur

.. ..