AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Nicole Yrle (16)


becdanlo   30 décembre 2010
Les Dames de Paulilles de Nicole Yrle
Quand Marie, debout dans l’atelier, vit entrer Marion pour la première fois, toute menue dans sa blouse et tout intimidée, elle fut émue. Elle se doutait que Maria n’était pas d’accord et au fond d’elle-même, elle aurait préféré que sa petite-fille travaillât ailleurs. Mais elle ne pouvait s’empêcher d’être fière qu’une vraie fille de Paulilles, une fille de la quatrième génération, apprît le métier. En tant qu’ancienne, elle travaillait à la gomme mais elle avait obtenu de revenir à la poudre où on mettait toujours les nouvelles, le temps d’initier sa petite. Ensuite, on verrait comment les choses se présenteraient. Si Marion se débrouillait bien, apprenait vite, peut-être Marie pourrait-elle l’emmener avec elle à la gomme.
La bonne surprise fut que Marion n’eut pas de malaise comme en avait eu sa mère dès ses débuts. Juste un peu mal à la tête en rentrant le soir. Mais elle n’en soufflait mot et ce n’était jamais bien méchant. Au bout d’un mois, elle ne ressentit plus rien, même le lundi !
– Tu es comme moi, disait Marie. Les sales caboches comme nous, ça résiste mieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
becdanlo   30 décembre 2010
Les Dames de Paulilles de Nicole Yrle
Éblouie, Marie avait envie de poser mille questions. Quand la danse prit fin, elle interpella un Annamite qui sortait tout ébouriffé de dessous le corps du dragon. Elle savait qu’il comprenait et parlait le français :
– Qu’est-ce que ça veut dire ce dragon ?
Essoufflé mais souriant, il lui répondit avec gentillesse :
– C’est l’image de la force, du courage et de la chance. Il annonce le retour du printemps.
Commenter  J’apprécie          130
rotko   09 décembre 2021
Libres Esclaves de Nicole Yrle
Il n'en restait pas moins qu'il était né libre et ne l’était plus, que personne ne l'appellerait plus Abdallah... en fermant les yeux, il entendait le clapot des vagues contre sa barque de pêcheur, il revoyait l'infini de lamer, les silhouettes familières de son frère et son cousin relevant des filets... c'était ça la liberté, et il l'avait perdue.
Commenter  J’apprécie          80
rotko   09 décembre 2021
Libres Esclaves de Nicole Yrle
Sa beauté s'affirmait de jour en jour. Elle avait peu à peu perdu ses traits d'enfant qui n'en étaient que l’esquisse  ; son visage à l'ovale parfait,, sa peau fine et son teint d'ivoire, son nez droit, ,ses lèvres d'un rose tendre attiraient les regards d'une faon irrésistible. Et surtout rendus presque violets par l'ombre de ses longs cils recourbés, ses yeux en amande avaient quelque chose de fascinant.
Commenter  J’apprécie          80
becdanlo   23 août 2015
Beau Comme un Dieu de Nicole Yrle
Où irai-je ? Et quand ? Pour l'instant, il faut rester là, pour essayer encore et encore de me redonner figure humaine. Les chirurgiens sont des mécaniciens de génie, comme on dit ici entre nous, mais ils finissent par atteindre leurs limites. Je vois bien ceux qui repartent, à peu près rabibochés seulement. On leur met d'ingénieuses prothèses, des faux nez ou alors, ils portent des masques qui les figent et leur donnent un aspect de pierrot lunaire.
J'ai parfois une impression d’irréel, c'est comme si je flottais dans un monde inconnu.
Commenter  J’apprécie          80
becdanlo   14 août 2015
Clin d'Oeil de Nicole Yrle
-Il faut éviter d’accrocher son regard trop longtemps, conseille le vieillard, ce n’est pas bon pour lui. Ne le regardons pas autant, il va en être troublé, s’inquiéter…

A un moment où elle ne s’y attend pas du tout, l’enfant cherche et trouve son regard, il la fixe longtemps, intensément, comme il ne l’a jamais fait jusque là.
Alors une certitude absolue l’inonde : qu’importe si elle ne l’a pas mis au monde, elle « est » sa maman.
Il l’a adoptée à l’instant même.
Et pour toujours.
Commenter  J’apprécie          80
rotko   05 septembre 2020
Lignes de Crêtes de Nicole Yrle
Un chemin de crêtes, dit Andreu, tu as raison…notre vie est devenue un chemin de crêtes. notre passé, l’Espagne, était en bas à gauche, notre avenir, lui aussi en bas, mais à droite, n’existait pas encore, dans une France que nous ne connaissons pas et où pourtant, aujourd’hui, nous sommes.
Commenter  J’apprécie          70
Nic66   16 juin 2018
Eleonora : Le moment est venu ! de Nicole Yrle
Confiné trop longtemps entre quatre murs, il fut pris de vertige et ralentit son cheval : il regardait avidement les collines, les petits bois, les hameaux et surtout l’horizon qui, avec les premières lueurs du jour, se teintait de violet. La brise venue de la mer était froide mais il n’en avait cure, il n’entendrait plus les hurlements du vent s’engouffrant entre les rochers, les tours et les ruelles de Castedd’e sùsu. Pas une fois il ne se retourna, mais il eut longtemps l’impression que Càller pesait encore sur ses épaules.
Quand la troupe longea des marais salants, il huma l’air avec ivresse, retrouvant des odeurs perdues. Puis ce furent des étangs qui lui en rappelèrent d’autres et le temps où il allait chasser. Il repéra une flotille de foulques noires aux becs blancs, il crut reconnaître une colonie de hérons à la robe pourpre, un premier s’envola dans un lent battement d’ailes, aussitôt suivi par d’autres, il accompagna du regard leurs silhouettes anguleuses.
Au milieu de la journée, on s’arrêta près d’un ruisseau pour étancher la soif des hommes et des chevaux. Dans une flaque d’eau claire où luisaient des cailloux, Brancaleone vit le reflet d’un visage, il se retourna mais il n’y avait personne. Ces cheveux blanchis et hirsutes, cette barbe broussailleuse, ces yeux enfoncés dans les orbites, c’étaient les siens. Il ne s’était plus regardé dans un miroir depuis si longtemps qu’il ne se reconnaissait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
becdanlo   30 décembre 2010
La pierre de Rose de Nicole Yrle
Baptiste, lui, n’entendait rien, ou se refusait à entendre, ce qui revenait au même. Avec une belle assurance il promenait partout son imposante stature, toisant tous ceux qu’il croisait non par arrogance mais parce que, de fait, il les dépassait de plusieurs pouces et que, dans ces conditions, il était tout naturellement amené à les regarder de haut tandis qu’ils étaient condamnés à renverser la tête en arrière pour croiser son regard, et encore en oblique ! Son visage buriné par le grand air, sa barbe touffue et par-dessus tout ses yeux noirs, enfoncés dans les orbites, contribuaient à lui donner un air farouche, qu’il perdait dès qu’il était assis, car on était alors tout surpris de découvrir l’expression bienveillante de ses prunelles.
Commenter  J’apprécie          70
becdanlo   29 août 2018
Eleonora : Le moment est venu ! de Nicole Yrle
« En prison, j'ai appris à ouvrir des livres et aussi à bien écrire. Je me demandais si cela ne me rendait pas encore plus malheureux mais aujourd'hui je suis fier de répondre à ta lettre.
Suis ton chemin, tu as un beau métier, et range-moi au fond d'un petit tiroir secret de ton âme avec ta pauvre maman, elle était douce et tendre, elle t'a portée dans son ventre et dans son cœur neuf mois, ne l'oublie pas. Dans ma tête maintenant, deux Efisia, ma femme et ma fille, occupent toute la place. A.M. »
Commenter  J’apprécie          60
becdanlo   27 novembre 2013
Couleur Corail de Nicole Yrle
– Voyez, il s’agit d’une pièce très originale en or plissé avec une branche de corail rouge incrustée.
Du bout du doigt, elle suit le dessin du rameau précieux et son ongle laqué semble assorti à sa teinte éclatante.
– Ce n’est pas une création moderne ? interroge Paul qui devine la réponse.
– Non, mais mon père qui est un artiste lui a donné une nouvelle vie. Voyez à cet endroit ce trou minuscule, il a été percé, sans doute pour faire passer la bélière. Maintenant, il repose dans un nid d’or.
La vendeuse parle avec conviction et Paul, séduit dès le premier regard, sait déjà qu’il va acquérir cet objet sans savoir ni pourquoi, ni pour qui. Il pense à Lucile, elle aimait porter les délicats pendants d’oreilles qu’il lui avait rapportés de Sicile, elle remuait la tête pour que dansent les perles rouge orangé… Il pense aussi à Efisia lui racontant que jadis, on cachait un bout de corail dans sa bourse comme talisman contre la sorcellerie ou, si l’on était marin, pour protéger son bateau de la foudre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
becdanlo   17 septembre 2013
Eclats de vies de Nicole Yrle
Quand je retourne à ma table, je suis habité par des pulsions multiples et diffuses comme par des êtres invisibles et bienveillants qui attendraient leur heure pour se montrer. Mon live n'est jamais terminé. Le sera-t-il jamais ? Éternelle question. Chaque fois que j'écris, arrive le moment redoutable où je ne sais plus si je dois continuer, modifier, corriger encore et encore, tendu de tout mon être vers l'achèvement idéal.
Commenter  J’apprécie          60
marie-ded   12 février 2022
Libres Esclaves de Nicole Yrle
Elle n’avait que douze ans ; elle ne le savait pas car elle ne connaissait pas son âge ; on lui en aurait facilement donné quinze ; toutefois, à l’évidence plus jeune que ses compagnes, elle avait vite compris qu’elle ne pourrait compter que sur elle-même. Les autres l’ignoraient.


Depuis sa capture, le pauvre Baffumet avait revécu à maintes reprises leur dernière et fatale sortie. Il voulait comprendre comment et pourquoi ils s'étaient ainsi laissé surprendre. Une galère rapide avait brusquement surgi des profondeurs d'une anse. En quelques instants, elle fut sur eux.


Le parayre avait un ouvroir de fileuses, tout près, au carrer de les parayries cubertes ; elles étaient toutes des femmes libres, qu’il payait d’ailleurs très peu, mais introduire Caterina parmi elles n’était pas pensable. De toute façon, employer des esclaves dans les ateliers de draps était interdit par décret. En outre, avoir ainsi sous sa coupe la jeune pucelle lui procurait un plaisir qu’il savourait. […]

Abdallah [...] se croyait à l’abri parce qu’il avait évité de passer par Foix. La journée s’achevait quand il vit arriver, face à lui, trois gardes à cheval. Affolé, tournant la tête de tous côtés, il chercha où fuir, ce qui le perdit. Il parut aussitôt suspect et fut sommé de s’arrêter. Il balbutia qu’il était un pèlerin en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle.






— Avec l’agilité de tes doigts fins, tu pourras d’ici peu préparer les filets, observa celle qui supervisait l’atelier.
Inquiète, elle jeta un coup d’œil à la table voisine, où d’autres femmes travaillaient, elle en observa une en train de saisir un poisson, pour en extraire l’arête centrale et séparer les filets, d’un geste si vif qu’elle ne comprit pas tout de suite la manipulation.
Elle apprendrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
becdanlo   27 novembre 2013
Noces de lavande de Nicole Yrle
Les fins d’après-midi au bord de la mer sont souvent empreintes de douceur, même en hiver. Pierrette est allée s’asseoir en haut du rocher de l’île Saint-Vincent, au pied de la chapelle. Elle n’a pas froid. Devant elle, la plage Nord est déserte. De courtes vagues viennent lécher les galets.
En face, le vieux quartier de ses parents se cache derrière la muraille de schiste. En-dessous, le sentier de La Moulade finit d’agoniser, avec ses rochers déchiquetés, ses passages éboulés, ses dalles brisées qui s’écroulent un peu plus à chaque coup de vent violent. La promenade est interdite depuis trois ans et une grille dissuasive, affublée d’un large écriteau très laid, en interdit l’accès. Quelques imprudents continuent de contourner l’obstacle mais c’est à leurs risques et périls ; d’ailleurs, vu les dégâts, il y en aura de moins en moins, bientôt on ne pourra plus du tout passer.
Pierrette a la nostalgie du temps où elle rejoignait Argelès par cet itinéraire si plaisant. Son père aimait particulièrement La Moulade et s’y rendait souvent, évitant cependant les mois d’été, périodes de fréquentation trop importante. Quand le passage avait été fermé, il avait été stupéfait. On eut beau lui raconter en détails l’accident terrible qui avait coûté la vie à un enfant et son grand-père emportés par une vague plus grosse que les autres, il restait incrédule, répétant : « On est toujours passé par là, depuis des générations et il n’est rien arrivé ! Bien sûr, y avait des jours, valait mieux éviter d’y aller mais on le savait ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nicole Yrle
rotko   09 décembre 2021
Nicole Yrle
Des esclaves à Perpignan en plein XVe siècle ? Ça existait encore l'esclavage ?
- Mais oui, maman, dans tout le midi méditerranéen et spécialement en Roussillon, comme dans toute la Catalogne d'ailleurs.[...] Même le clergé possédait des esclaves ! J'ai trouvé l'acte de vente d'un Russe de vingt ans par le chanoine de la collégiale Saint Jean, des actes d'achat de femmes tartares par le prieur des Dominicains de Collioure et les sœurs du monastère de Saint Sauveur de Perpignan, et bien d'autres !...]
Commenter  J’apprécie          20
Nicole Yrle
rotko   09 décembre 2021
Nicole Yrle
Des esclaves à Perpignan en plein XVe siècle ? Ça existait encore l'esclavage ?
- Mais oui, maman, dans tout le midi méditerranéen et spécialement en Roussillon, comme dans toute la Catalogne d'ailleurs.[...] Même le clergé possédait des esclaves ! J'ai trouvé l'acte de vente d'un Russe de vingt ans par le chanoine de la collégiale Saint Jean, des actes d'achat de femmes tartares par le prieur des Dominicains de Collioure et les sœurs du monastère de Saint Sauveur de Perpignan, et bien d'autres !...]
Commenter  J’apprécie          00

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les chiens dans la bande dessinée

Ce fox-terrier à poil dur (et blanc) créé par Hergé et l'inséparable compagnon du reporter Tintin. Les Aventures de Tintin et de son chien (Hein ? mais non, je ne l'ai pas dit !) sont publiées pour la première fois en 1929 dans Le Petit Vingtième. Le petit chien blanc et astucieux est présent dans les 24 albums de la série, publiés entre 1930 et 1986.

Ace
Attila
Bali
Bill
Chiffon
Cubitus
Gai-Luron
Grimmy
Idéfix
Kador
Krypto
Milou
Muff
Odie
Petit Papa Noël
Pif
Pluto
Rantanplan
Rintintin
Snoopy

20 questions
101 lecteurs ont répondu
Thèmes : chiens , bande dessinée , animaux , animaux personnifiésCréer un quiz sur cet auteur