AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 62 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1984
Biographie :

Né en 1984, Niels Labuzan vit à Paris.

"Cartographie de l’oubli" est son premier roman publié pour la rentrée littéraire de septembre aux Editions JC Lattés.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Après son premier roman, "Cartographie de l'oubli" (JC Lattès/Le Livre de Poche), consacré à l'histoire de la Namibie, Niels Labuzan nous emmène de nouveau en Afrique. Au Botswana plus précisément, aux côtés des rangers engagés dans la préservation des espèces sauvages et de leurs territoires et qui s'opposent aux braconniers qui chassent notamment les éléphants pour l'ivoire de leurs défenses. Une guerre qui se joue certes sur un territoire éloigné de nous mais qui nous concerne tous. En savoir plus sur "Ivoire" : https://www.hachette.fr/livre/ivoire-9782709661492
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
palamede   31 août 2017
Cartographie de l'oubli de Niels Labuzan
... l'Afrique n'appartenait plus aux Africains, elle était aux Européens, qui avaient gagné le droit de vie et de mort en ce début de siècle [XXe].
Commenter  J’apprécie          300
palamede   29 août 2017
Cartographie de l'oubli de Niels Labuzan
Il s'imagina les petits-bourgeois, après le déjeuner du dimanche, buvant un cognac de France et devisant sur la race humaine, leurs femmes coincées dans un corset, plaignant les soldats obligés de se confronter à ces " nègres ". Et leurs enfants, qui, dès leur plus jeune âge, entendaient ces théories, qui n'avaient rien vu de la vie mais qui savaient mépriser ce qui était différent.



(Extrait chapitre 10 : Windhuk [Namibie], 2 janvier 1894)
Commenter  J’apprécie          271
palamede   28 août 2017
Cartographie de l'oubli de Niels Labuzan
Les hommes normaux ne savent pas que tout est possible.



David Rousset
Commenter  J’apprécie          260
palamede   30 août 2017
Cartographie de l'oubli de Niels Labuzan
À dix-neuf ans, il ne savait pas s'il aurait accepté cette mutation dans le Sud-Ouest africain s'il avait su qu'aujourd'hui il serait là, marchant au beau milieu de ce désastre. Il ne savait même pas s'il aurait accepté de venir au monde. Seulement, on ne lui avait jamais posé la question. Jamais. Des ordres, encore des ordres. Il y était soumis depuis l'enfance.
Commenter  J’apprécie          220
Cannetille   03 octobre 2019
Ivoire de Niels Labuzan
En Afrique du Sud, de nombreux fermiers ont récemment délaissé leurs troupeaux de bœufs au profit de centaines de rhinocéros qu’ils bourrent de produits chimiques en attendant la fin du moratoire sur la vente de cornes. Ils ont créé l’association des propriétaires privés de rhinocéros, la PROA, et, comme on cueille des agrumes, comme on ramasse du coton, comme on fauche du blé, ils font leur récolte. Tous les deux ans, ils coupent à la scie électrique les cornes, qui repoussent, et les entreposent dans des chambres fortes qui bénéficient des meilleurs systèmes de sécurité. Certains en ont plus de cinq tonnes. Si les bêtes ne souffrent pas, elles sont confinées dans de petits espaces alors qu’elles réclament l’immensité pour vivre et pour se reproduire.
Commenter  J’apprécie          160
tristantristan   28 janvier 2019
Ivoire de Niels Labuzan
Il avait vécu plus dangereux, mais il y avait quelque chose de différent à être ici. Une fois le matériel déchargé, le pilote repartit aussitôt, les laissant sur cette piste bosselée avec cette caisse en bois qui signifiait pour chacun un tournant, un changement. Personne ne savait avec certitude où il se trouvait. Des rangées d’arbres les empêchaient de voir les alentours. Seretse avait observé la région depuis les airs, pas un village, pas un feu pour signifier la vie humaine, rien qu’une canopée plus ou moins verte, cela lui avait paru intimidant, d’en bas c’était terrifiant.
Commenter  J’apprécie          140
hcdahlem   09 avril 2019
Ivoire de Niels Labuzan
Après une heure de vol, ils entamèrent leur descente vers l’Okavango. Bien sûr, au départ, ce n’était qu’un fleuve, mais ce fleuve devenait ensuite un delta intérieur et prenait vie dans le désert avant de se jeter dans les sables chauds du Kalahari. Depuis sa source, sur les hauts plateaux angolais, ses eaux grossissaient, charriant la vie, propulsant l’incroyable miracle partout. Un monde liquide s’étendant là où il n’avait rien à faire.

C’est depuis les airs qu’on en prenait toute la mesure, qu’on découvrait ces millions d’îles changeantes, les sinuosités hasardeuses de l’eau, les palmiers qui ne poussaient qu’ici, ce monde plat et si riche, indépendant, où les éléphants aiment prendre des bains.

Une étendue bleue, délivrant sur son passage un dégradé de verts au milieu de l’ocre environnante. Et ces formes joueuses. Ici, les cris de tous les animaux retentissaient, ils avaient trouvé leur refuge, dernier échappatoire à la brutalité. Tout était bouillonnant, la vie se donnait aussi facilement qu’elle se perdait. Et il y avait ce qu’on ne voyait pas à l’œil nu. Ce territoire ne dévoilait pas tous ses secrets d’un coup, il fallait s’approcher, écouter, regarder avec attention, un monde parallèle, microscopique, où tout était en feu, vibrant d’un perpétuel recommencement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ladesiderienne   01 février 2019
Ivoire de Niels Labuzan
En Afrique du Sud, de nombreux fermiers ont récemment délaissé leurs troupeaux de bœufs au profit de centaines de rhinocéros qu'ils bourrent de produits chimiques en attendant la fin du moratoire sur la vente de cornes. Ils ont créé l'association des propriétaires privés de rhinocéros, la PROA, et, comme on cueille des agrumes, comme on ramasse du coton, comme on fauche du blé, ils font leur récolte. Tous les deux ans, ils coupent à la scie électrique les cornes, qui repoussent, et les entreposent dans des chambres fortes qui bénéficient des meilleurs systèmes de sécurité. Certains en ont plus de cinq tonnes. Si les bêtes ne souffrent pas, elles sont confinées dans de petits espaces alors qu'elles réclament l'immensité pour vivre et pour se reproduire.
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   29 janvier 2019
Ivoire de Niels Labuzan
Vingt millions d'éléphants avant la colonisation européenne, encore un million en 1970, et aujourd'hui, la queue de peloton qui s'effrite inexorablement. L'état de confusion dans lequel nous nous sommes laissé prendre. Que se passera-t-il quand il n'y aura plus un seul éléphant, quand nous aurons vidé l'espace autour de nous ?
Commenter  J’apprécie          80
tristantristan   28 janvier 2019
Ivoire de Niels Labuzan
Longtemps, elle avait cru au seul monde de ses parents avant de croire à celui de cette nature, celle qui accueille encore des éléphants, les animaux les plus stupéfiants qu’elle ait vus. Leur disparition serait un tel échec, un monde un peu plus dénué de repères, ne contenant plus aucun interdit, plus aucune grâce. L‘équilibre remis en cause. (…) Bientôt, les animaux sauvages n’auront plus aucune valeur, leur nom ne se référera à rien de vivant, de concret. Une extinction majeure qui, peu de temps après, rendra la vie impossible, et si nous sommes le dernier échelon, il ne faut pas se tromper, nous ne serons pas immortels pour autant.
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Marche ou Crève

Sous quelle nom le livre a été publié?

Stephen King
Richard Bachman

17 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Marche ou crève de Stephen KingCréer un quiz sur cet auteur