AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.92 /5 (sur 737 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) le : 03/10/1979
Biographie :

Niklas Carl Bosson Natt och Dag est un auteur suédois.

Issu d'une famille noble suédoise, ses ancêtres furent responsables du meurtre d'Engelbrekt Engelbrektsson, chef rebelle et homme d'État, en 1436. Ils dirigèrent l’armée qui céda la ville de Stockholm aux Danois en 1520. Sa famille fut contrainte à l’exil après avoir demandé l’abdication de Charles XIV en 1820.

L’origine de son nom de famille, Natt och Dag (Nuit et Jour), provient des armoiries familiales qui représentent un bouclier scindé horizontalement, en doré et en bleu.

Niklas Natt och Dag a fait ses études à Kalmar (2000-2003) et a été rédacteur en chef du magazine "Slitz" entre octobre 2006 et octobre 2008.

En 2017, il fait ses débuts littéraires en publiant son roman "1793", qui la propulse en tête des ventes dès sa sortie en Suède, célébré par une critique dithyrambique dans plus de trente pays.

Niklas Natt och Dag vit à Stockholm avec son épouse et leurs deux fils.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Niklas Natt och Dag   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview de Niklas och Dag.


Citations et extraits (119) Voir plus Ajouter une citation
sebastolivre   22 février 2022
1793 de Niklas Natt och Dag
Mais diable, qu'on ne compte pas sur moi pour traquer les vagabonds et les putains et les conduire en maison de correction : ils ont aussi peu choisi leur destin que moi le mien.



Page 79, Pocket.
Commenter  J’apprécie          380
sebastolivre   25 février 2022
1793 de Niklas Natt och Dag
Nous nous apprêtons à enquêter sur un meurtre très étrange. Il n'a pas été commis par un meurtrier ordinaire. De quelles ressources ne faut-il pas disposer pour garder un homme prisonnier assez longtemps et le mutiler ainsi, sans pourtant être découvert ? Songe quelle volonté il faut pour ça. Quelle détermination. Qui sait ce qui grouillera sous cette pierre, si nous parvenons à la retourner ?



Page 80, Pocket.
Commenter  J’apprécie          332
lyoko   03 septembre 2019
1793 de Niklas Natt och Dag
N'oublie pas que les qualifications requises pour ce poste sont une loyauté sans faille au régime en place, volontiers agrémentée d'un penchant pour les courbettes et la flatterie !
Commenter  J’apprécie          270
Cannetille   30 janvier 2022
1793 de Niklas Natt och Dag
Personne ne devient criminel sans d’abord avoir été victime.
Commenter  J’apprécie          260
lyoko   04 septembre 2019
1793 de Niklas Natt och Dag
Avec la nuit, les illusions remplacent le sommeil.
Commenter  J’apprécie          210
PJN   21 juin 2019
1793 de Niklas Natt och Dag
En mer, tout est atrocement lent. Dès que les flottes s’aperçoivent, les manœuvres commencent, on guette les vents et les courants pour s’approcher suffisamment, puis se mettre en ligne de bataille, le flanc tourné vers l’ennemi, afin de laisser libre jeu aux canons. Sur commande, on tire, on tire, et on tire encore. Tout ce qu’on voit, c’est par les sabords, quand les pièces sont reculées pour être purgées et rechargées avec une nouvelle gargousse et un nouveau boulet. Dans le meilleur des cas, ce sont des vagues rougies de sang charriant des débris, dans le pire des cas une ligne de canons prêts à ratiboiser nos ponts. Nous servons autant de cible que nos adversaires. C’est horrible. Les boulets qui ne portent pas rebondissent sur le bois en secouant tout le navire. Des éclats de bois s’enfoncent dans les chairs et les os comme dans du beurre frais.
Commenter  J’apprécie          180
Stelphique   09 avril 2019
1793 de Niklas Natt och Dag
Il ne devrait pas être enterré sans nom. C'est comme ça qu'on sème les revenants.
Commenter  J’apprécie          190
Ptitgateau   24 juillet 2021
1793 de Niklas Natt och Dag
Je n’ai jamais compris la logique de l’Etat qui punit le meurtre en ôtant la vie à ses citoyens, et ceux d’une manière plus bestiale que la plupart des assassinats. Ma principale objection est la suivante : la justice ne fait aucun effort pour comprendre ceux qu’elle condamne. Comment espérer empêcher le meurtre de demain sans comprendre celui commis hier ?
Commenter  J’apprécie          170
missmolko1   07 avril 2019
1793 de Niklas Natt och Dag
Sur le secrétaire, une feuille où a été dessiné un quadrillage. Cecil Winge pose sa montre à gousset devant lui sur la tablette, en détache la chaîne et rapproche la chandelle qui crépite. Ses tournevis sont alignés avec une pincette et quelques pinces. Il tient ses mains devant lui dans la lueur de la flamme. Aucun tremblement visible.

Avec une grande application, il se met à l’ouvrage. Il ouvre la montre, détache les axes des aiguilles, prélève ces dernières et les pose chacune dans une case sur le papier. Il enlève le cadran et dévoile le mécanisme, qui se laisse extraire de sa coque sans résister. Lentement, il le déshabille, engrenage après engrenage, qu’il place dans autant d’enclos tracés à l’encre. Libéré de sa prison, le ressort plat se détend en longue spirale. En dessous, l’échappement. Puis le tourbillon. Des tournevis à peine plus gros que des aiguilles à coudre tirent les petites vis de leurs logements.

Privé de sa montre, Winge suit le cours du temps grâce aux cloches des églises. Par-delà Ladugårdslandet sonne la grosse cloche ­d’Hedvig Eleonora, de la Baltique parvient le faible écho du clocher de Katarina, au sommet de sa montagne. Les heures filent.

Une fois le mécanisme entièrement démonté, il répète chaque étape dans l’ordre inverse. La montre reprend lentement forme, à mesure que chacune de ses parties retrouve sa juste place. Ses doigts minces commencent à se crisper, il doit souvent marquer une pause pour laisser aux muscles et aux tendons le temps de se remettre. Il ouvre et ferme ses mains, les frotte l’une contre l’autre, étire ses phalanges sur ses genoux. Sa posture inconfortable devient pénible et la crampe à la hanche, qu’il ressent de plus en plus souvent, s’étend aux reins, l’obligeant à changer sans cesse de position sur son siège.

Une fois les aiguilles remises en place, il introduit la petite clé dans son trou et la tourne en sentant la résistance du ressort. Dès qu’il lâche prise, il entend le tic-tac familier et se fait pour la centième fois depuis l’été dernier la même réflexion : voilà comment le monde devrait fonctionner. Un mécanisme rationnel et compréhensible, où chaque engrenage a sa place et qui, par sa rotation, produit un effet exactement prévisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
missmolko1   23 avril 2019
1793 de Niklas Natt och Dag
Cardell l’observe rapidement et constate qu’il est plus jeune que sa voix rauque ne le laissait penser. Sa mise est élégante, même si ses habits sont de coupe vieillotte. Un habit noir à taille étroite, bords empesés et col haut. Là où apparaît le gilet, un discret motif est brodé. Culotte de velours noir avec boucle sous le genou. Cravate blanche nouée haut dans le cou, à double tour. Cheveux longs et noirs, attachés sur la nuque par un ruban rouge. La peau est si blanche qu’elle semble luire d’elle-même.

Winge, les membres fins, est mince, d’une minceur qui n’est pas naturelle. Il ne pourrait pas être plus différent de Cardell, qui est, lui, un de ces hommes qu’on voit partout dans les rues de Stockholm, à la jeunesse volée par des années de misère et de guerre, usés avant l’heure. Cardell doit être au moins deux fois plus large d’épaules, avec un dos grossier de soldat qui tend l’étoffe de sa redingote en plis inélégants, des jambes comme des troncs, le poing droit gros comme une maison. Ses oreilles décollées ont essuyé tant de claques que leurs bords se retroussent en fronces calleuses.

Cardell tousse, gêné par le regard de Winge, qui donne l’impression de le toiser de la tête aux pieds, sans jamais quitter des yeux son visage couvert de cicatrices. Il tourne instinctivement son corps vers la gauche pour cacher son infirmité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La mare au diable

Comment s'appelle le personnage principal ?

la petite Marie
Petit Pierre
Germain
le père Maurice

7 questions
85 lecteurs ont répondu
Thème : La mare au diable de George SandCréer un quiz sur cet auteur