AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.53 /5 (sur 49 notes)

Nationalité : Inde
Né(e) le : mars 1897
Mort(e) le : 08.09.1981
Biographie :

Nisargadatta Maharaj est un guru indien de la doctrine de l'Advaita Vedānta, ou non-dualité. Il est un disciple de Shri Siddharameshwar Maharaj et sa lignée spirituelle porte le nom de Navnath Sampradaya.
Maurice Frydman le découvre dans les années 1970 et réalise des enregistrements audio de leurs entretiens. Fridman publia l'ouvrage "Je suis" et, dès la parution du livre, des visiteurs du monde entier se rendent à Bombay pour rencontrer Nisargadatta Maharaj .
Nisargadatta Maharaj était considéré par ses disciples comme un guru traditionnel hindou humble.


Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (165) Voir plus Ajouter une citation
colimasson   09 février 2018
Je suis de Nisargadatta Maharaj
M: Détachez-vous de tout ce qui agite votre mental. Renoncez à ce qui trouble sa paix. Si vous voulez la paix, méritez-la.

Q: Tout le monde, assurément, mérite la paix.

M: Seuls la méritent ceux qui ne la troublent pas.

Q: En quoi est-ce que je trouble la paix ?

M: En étant l’esclave de vos désirs et de vos craintes.

Q: Même quand ils sont justifiés ?

M: Les réactions émotionnelles nées de l’ignorance ou de la distraction ne sont jamais justifiées. Recherchez un esprit clair et un cœur clair. Tout ce dont vous avez besoin c’est d’une calme vigilance, de plonger dans votre nature réelle. C’est la seule voie vers la paix.

Commenter  J’apprécie          420
Nisargadatta Maharaj
Nowowak   02 mai 2020
Nisargadatta Maharaj
Quand je vois que je ne suis rien, c'est la sagesse. Quand je vois que je suis tout, c'est l'amour. Entre les deux ma vie s'écoule
Commenter  J’apprécie          402
Danieljean   25 juillet 2015
Je suis de Nisargadatta Maharaj
« Qui suis-je ? Comment se fait-il que je sois né ? D’où vient cet univers qui m’entoure ? Qu’est-ce qui est réel ? Qu’est-ce qui est transitoire ? »

Nul souvenir ne persistera si vous ne leur attachez aucun intérêt ; c’est l’attachement émotionnel qui perpétue l’esclavage. Vous êtes toujours à la recherche du plaisir, à vouloir éviter la souffrance, toujours à la poursuite de la paix et du bonheur. Ne voyez-vous pas que c’est la quête même du bonheur qui vous rend misérable. Essayez l’autre voie : indifférent à la souffrance et au plaisir, ne demandant rien, ne refusant rien, donnez une totale attention au plan où le « je suis » est intemporellement présent. Très vite, vous réaliserez que la paix et le bonheur sont inhérents à votre nature, et que les perturbations viennent du fait que vous les recherchez au travers de certaines filières. Evitez les perturbations, c’est tout. Il est inutile de chercher ; vous ne chercheriez pas ce que vous avez déjà. Vous êtes Dieu, la réalité suprême.

Pour commencer, faites-moi confiance, ayez confiance en votre maitre. Cela vous permettra de faire le premier pas et puis votre confiance trouvera sa justification dans votre propre expérience. Dans la vie la confiance de départ est essentielle à toute démarche. Sans elle on fait peu de choses. Toute entreprise est un acte de confiance. Même manger votre pain quotidien est un acte de confiance. En vous souvenant de tout ce que je vous ai dit, vous réussirez en tout. Je vous le répète à nouveau : vous êtes la réalité omniprésente, transcendant tout. Conduisez-vous en conséquence : pensez, sentez, agissez en harmonie avec le tout, et très vite l’expérience réelle de ce que je vous dis se fera jour en vous. Aucun effort n’est nécessaire.

Ayez la foi, prenez appui sur elle. Je vous en prie, rendez-vous compte que je n’attend rien de vous. Je parle dans votre intérêt. Parce que vous vous aimez par-dessus tout, vous voulez pour vous-même la sécurité et le bonheur. N’en ayez pas honte, ne le niez pas. Il est naturel et bon que vous vous aimiez. Mais il faudrait que vous sachiez exactement ce que vous aimez. Ce n’est pas le corps, c’est la vie que vous aimez : percevoir, sentir, penser, agir, aimer lutter ; cette vie qui est tout. Réalisez-là dans sa totalité, au-delà de toute division et de toute limitation, et tous vos désirs se fondront en elle car le plus grand contient le plus petit.

Trouvez-vous donc, parce qu’en vous trouvant, vous trouvez tout. Tout le monde est heureux d’exister, mais peu en savent la plénitude. Vous parviendrez à la connaitre en demeurant dans l’esprit, dans le « je suis, je sais, j’aime », avec la volonté de pénétrer le sens le plus profond de ces mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Danieljean   24 décembre 2015
Je suis de Nisargadatta Maharaj
Tenez-vous fermement dans la présence du « je suis». C’est le commencement et aussi la fin de toute entreprise.(...)Sans « je suis » il n’y a rien. Toute connaissance concerne « je suis ». Les idées fausses au sujet de ce « je suis » conduisent à l’esclavage, la connaissance juste conduit à la liberté et au bonheur. (...) Qu’aimez-vous actuellement ? Le « je suis ». Donnez-lui votre cœur et votre esprit, ne pensez à rien d’autre. Quand ceci est sans effort et naturel, c’est le plus haut des états. Dans cet état l’amour- même est à la fois l’amant et l’être aimé. (...) Dans tous les rôles où je peux apparaitre, dans toutes les taches que je peux accomplir, je reste ce que je suis ― le ≪ je suis ≫ immuable, inébranlable, indépendant. Ma nature est telle que tout se résume dans la joie.
Commenter  J’apprécie          290
colimasson   13 avril 2018
Être rien, c'est être tout de Nisargadatta Maharaj
Vous ne savez pas ce que vous êtes. Ce que vous pensez que vous êtes ne cesse de changer, sans votre autorisation ni votre connaissance. Alors comment vos émotions et vos promesses peuvent-elles rester inchangées ?
Commenter  J’apprécie          270
Danieljean   25 octobre 2015
Je suis de Nisargadatta Maharaj
Quand vous ne demandez rien, ni au monde, ni à Dieu, quand vous ne désirez rien, ne cherchez rien, l'État Suprême vient à vous, sans que vous l'ayez invité ni attendu.
Commenter  J’apprécie          240
colimasson   13 novembre 2017
Être rien, c'est être tout de Nisargadatta Maharaj
A un moment donné, mon sentiment d’être n’était pas présent. J’en suis venu à connaître l’apparition du sentiment d’être. Je suis son témoin. La transition de l’état de non-être à l’état présent de connaître est en elle-même un miracle. Comment cette transition a eu lieu, c’est tout ce que j’ai vu. Cette transition s’applique à chaque être vivant. Mais rare est celui doté d’une forme humaine, qui connaît le secret de comment cela arrive.
Commenter  J’apprécie          220
colimasson   31 mai 2017
Je suis de Nisargadatta Maharaj
Le mental crée l’abîme, le cœur le traverse.
Commenter  J’apprécie          240
Danieljean   25 juillet 2015
Conscience et Absolu de Nisargadatta Maharaj
L’Absolu est !… Pour vous en donner une idée, considérez une région de l’Inde où vous n’êtes jamais allé, si on vous la décrit cela ne demeurera pour vous qu’une description, quelque chose d’imaginé. La conscience universelle, l’être, est tout ce qui peut être vu. La conscience universelle se manifeste en tant que phénomène, ce phénomène est cette forme limitée se croyant indépendante et ne l’étant pas. Le phénoménal n’est que manifestation de la conscience, tant qu’elle n’est pas manifestée la conscience est partout immanente.

Si vous pensez avoir compris, vous êtes dans l’erreur. Tout ce qui est susceptible d’être connu n’est pas la vérité. Le corps est construit à partir des cinq éléments et il se comporte d’après les combinaisons et proportions des cinq éléments qui le composent. Tant que vous demeurez identifié à l’essence de ces cinq éléments il vous est impossible de comprendre parce que ce qui s’efforce de comprendre n’est qu’une pseudo-identité. Le principal obstacle à la compréhension est le concept « Je suis une personne », ensuite la conviction qu’un concept, quel qu’il soit, puisse correspondre à la vérité.

C’est seulement lorsqu’est compris en profondeur, avec une grande conviction, qu’il n’y a pas de personne, pas d’individu, et que tout ce qui arrive n’est que le programme de travail de la conscience – un pur fonctionnement, sans entité qui en soit cause, sans entité qui en souffre – c’est seulement alors que la désidentification peut avoir lieu. En dehors de cela il ne se produit que des malentendus. Tant que vous n’aurez pas résolu l’énigme de « celui qui pense avoir compris », vous n’atteindrez pas la réelle compréhension. Est-ce que je m’identifie à la sécrétion qui sort de mon nez quand je me mouche ? La sécrétion qui est à l’origine de ma conception est-elle différente?

Je ne suis ni la matière à partir de laquelle ce corps s’est formé, ni la conscience immanente dans cette matière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Danieljean   25 octobre 2015
Je suis de Nisargadatta Maharaj
Au lieu de chercher ce que vous n'avez pas, trouvez ce que vous n'avez jamais perdu.
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'évangile oublié de Jacobovici & Wilson : culture générale

Le temple d’Artémis

Se trouve à Éphèse
Est l’une des Sept Merveilles du monde
Réponse 1 et 2
Aucune de ces réponses

25 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : jésus christ , religion , histoireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..