AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.42 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Odile Santi vit à Lille. Cette jeune illustratrice sortie en 2003 de l’École des Arts Déco de Strasbourg est nouvelle dans la profession. Elle a déjà beaucoup de talent avec un coup de crayon et un sens de la couleur tout à fait prometteurs. Elle aime la nature et les animaux qu’elle dessine avec infiniment de finesse et d’exactitude.
Elle est formatrice à l'Ecole d'art de Douai.

Son book en ligne : www.odilesanti.com

Source : Milan
Ajouter des informations
Bibliographie de Odile Santi   (12)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Odile Santi
celdadou   26 novembre 2018
Odile Santi
Quand ma route croisera la sienne, au Bengale occidental et au Sikkim, nous nous retrouverons pour parcourir un bout de chemin ensemble, malgré le siècle qui nous sépare. J’ai eu envie de voir de quelle manière notre voyage pouvait faire écho au sien mais surtout j’ai voulu, en faisant entrer en résonance nos deux parcours, lui rendre hommage pour rappeler combien son aventure fut exceptionnelle. Calcutta était aussi, à son époque, une étape vers Darjeeling et « le pays des neiges », c’est pourquoi nous avons suivi, sans le vouloir, des chemins identiques aux siens. Ensuite nous avons essayé de retrouver les endroits où elle était passée à Calcutta, à Darjeeling et au Sikkim. Même si nous estimons que nos conditions de voyage furent fatigantes et Dans ce voyage, je serai aussi accompagnée d’une exploratrice, Alexandra David Néel. difficiles, elles n’eurent rien à voir avec les siennes, particulièrement ardues en montagne ; mais Alexandra a toujours bravé les obstacles, n’épargnant ni son temps ni sa peine. La rapidité très relative de nos déplacements et le confort très modeste dont nous bénéficiions dans les hébergements, le matériel, les approvisionnements, furent malgré tout supérieurs à ce qu’a pu connaître l’exploratrice. Par contre, la présence anglaise, l’hospitalité des Missions, et, au Sikkim, son amitié avec le maharajah, lui facilitèrent la vie, atténuant de nombreux contrastes et lui offrirent un confort et une hygiène qu’elle apprécia et dont elle ne put bénéficier par exemple au Tibet. [...]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
celdadou   26 novembre 2018
itinérance indienne et Echos Himalayens de Odile Santi
Il neige, c’est une chance pour moi car l’éleveur devient disponible. Il se met sous l’abri de toile et je le rejoins. Quelques lamelles de bois sont prêtes à être enflammées. Je m’assieds sous l’ouverture centrale où tombent de petits flocons. Que ne faut-il pas supporter pour interroger un éleveur de yaks au bout du monde, dans les Himalayas !
Commenter  J’apprécie          260
Alfaric   27 mars 2017
Les yeux verts de Odile Santi
- Bonjour, dit Neige. Tes yeux ne sont ni bleus ni jaunes, ils ont sont verts. Qui es-tu ?

- Je suis Tao, chat libre ! Comme toi, j’ai dû surmonter bien des épreuves et peu à peu la couleur de mes yeux a changé. Maintenant, ils sont verts comme les tiens.

- Mes yeux sont verts ? s’étonne Neige.

- Oui, verts ! La couleur de la liberté !
Commenter  J’apprécie          180
celdadou   26 novembre 2018
itinérance indienne et Echos Himalayens de Odile Santi
Plus loin, plus haut, dans leur territoire solitaire des hautes altitudes, les yaks broutent l’herbe bien verte et les fleurs roses. Il faut grimper, trouver l’air pur et rare pour mériter leur lait goûteux et croiser leur regard noir. Maîtres des lieux, ils inspirent respect et crainte. Il fait très froid, les bêtes sont seules. Nous descendons à 4000 mètres et nous trouvons d’autres yaks, cette fois dans un paysage plus humanisé. Une cabane en bois d’un côté, de l’autre, un abri de toile. Il fait autour de zéro. L’éleveur est là, un homme à l’allure élancée, habillé avec soin, ses pommettes ne sont pas aplaties, tout chez lui est longiligne, mince et fin. Je lui trouve de la prestance, une certaine élégance… surprenante en ces lieux. Il porte un pantalon à grand carreaux blancs et vert vif. Son anorak vert tilleul, style « Uniqlo », et son chapeau aux bords relevés font très citadins. Je me dirige vers lui. Auparavant, pour faire comme Alexandra, je monte sur un yak, pas celui qui a couru vers moi jusqu’à ce que la longe le retienne, frustré d’un plaisir manqué. Je demande un yak gentil… il l’a été !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Odile Santi
blandine5674   23 mars 2017
Odile Santi
- Mes yeux sont verts ! s’étonne Neige.

- Oui, verts ! La couleur de la liberté !

Commenter  J’apprécie          160
celdadou   26 novembre 2018
itinérance indienne et Echos Himalayens de Odile Santi
Le nord du Sikkim est une région paisible de petits villages tranquilles à la population accueillante, loin de l’agitation, de la violence, de la fièvre consommatrice des villes. Par contre, la nature y explose de façon grandiose et désordonnée. Des chutes d’eau vertigineuses et puissantes s’abattent sur d’énormes cailloux qu’elles pétrissent. La paroi rocheuse qui longe la route est couverte d’un épais tapis de mousse que percent des arbustes agressifs. La pierre vomit toute une verdure qu'elle n’arrive plus à contenir. Les larges feuilles des fougères dentelées se laissent tomber sur leurs ainées qu’elles poussent à terre sans pitié. Les pyracanthas éructent en buissons ardents, des arbustes sylvestres crachent au sol leurs tiges pesantes et les flèches des branches partent à l’horizontale comme pour entraver notre chemin. Rien ne peut retenir la nature menaçante qui exulte. Les serpes indiennes n’arrivent pas à contenir ce déversement de végétation et ces éboulis qui gênent la circulation automobile.

Sur l’autre versant, des arbres aux espèces variées, très serrés, forment une tapisserie en relief dans un fondu de couleurs superbes. Plus rien de violent ici, la nature s’étale à son gré, l’homme n’y cherche pas sa place. Les jeunes feuilles ont des verts brillants ou plus tendres, d’autres éclatent, vernissées, marron foncé ou plus clair sous les rayons du soleil. Ce ne sont pas les couleurs contrastées de l’automne. Nous sommes au printemps et les jolis tons grenat, bordeaux, bruns se mêlent avec harmonie et douceur, à toute la gamme des verts que réhaussent une tache de jaune et quelques points blancs qui semblent s’éparpiller… fleurs d’un arbuste inconnu…

Les bords de la route sont parsemés de fraisiers sauvages, la fleur semble fragile avec son cœur doré qui palpite au vent du soir et ses fruits rouges minuscules et acides que le soleil fera bientôt grossir et s’adoucir. Plus conquérants, rhododendrons et azalées réjouissent nos yeux de leur grande taille et de leur abondante floraison
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
celdadou   26 novembre 2018
itinérance indienne et Echos Himalayens de Odile Santi
Nous nous en tiendrons à deux faits qu’elle a vécus. Gandhi ne voyageait qu’en troisième classe, au point de faire ajouter un wagon aux trains qui n’en avait pas, ce qui revenait plus cher et créait plus de complications que s’il avait voyagé en seconde classe. Un jour, la couchette de Yongden se trouva être dans le même compartiment que celle de Gandhi. Il fut sans cesse réveillé par le bruit que faisaient les compagnons du Père de la Nation « épluchant des oranges et des noix pour le Mahatma, chauffant du lait [bien sûr de chèvre] pour lui, sur un réchaud portatif, et ne cessant de le servir ». « Les intimes de Gandhi supportaient joyeusement la charge passablement lourde, avouaient-ils parfois, de sa pauvreté coûteuse ». Elle lui reproche aussi de n’avoir pas de réel intérêt pour les questions sociales qu’il écartait, de profiter de l’esclavage spirituel qu’il imposait aux Indiens qui s’y soumettaient avec joie, P 337 à 342, IV. [...]
Commenter  J’apprécie          90
celdadou   26 novembre 2018
itinérance indienne et Echos Himalayens de Odile Santi
Quand ma route croisera la sienne, au Bengale occidental et au Sikkim, nous nous retrouverons pour parcourir un bout de chemin ensemble, malgré le siècle qui nous sépare. J’ai eu envie de voir de quelle manière notre voyage pouvait faire écho au sien mais surtout j’ai voulu, en faisant entrer en résonance nos deux parcours, lui rendre hommage pour rappeler combien son aventure fut exceptionnelle. Calcutta était aussi, à son époque, une étape vers Darjeeling et « le pays des neiges », c’est pourquoi nous avons suivi, sans le vouloir, des chemins identiques aux siens. Ensuite nous avons essayé de retrouver les endroits où elle était passée à Calcutta, à Darjeeling et au Sikkim. Même si nous estimons que nos conditions de voyage furent fatigantes et Dans ce voyage, je serai aussi accompagnée d’une exploratrice, Alexandra David Néel. difficiles, elles n’eurent rien à voir avec les siennes, particulièrement ardues en montagne ; mais Alexandra a toujours bravé les obstacles, n’épargnant ni son temps ni sa peine. La rapidité très relative de nos déplacements et le confort très modeste dont nous bénéficiions dans les hébergements, le matériel, les approvisionnements, furent malgré tout supérieurs à ce qu’a pu connaître l’exploratrice. Par contre, la présence anglaise, l’hospitalité des Missions, et, au Sikkim, son amitié avec le maharajah, lui facilitèrent la vie, atténuant de nombreux contrastes et lui offrirent un confort et une hygiène qu’elle apprécia et dont elle ne put bénéficier par exemple au Tibet. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
celdadou   26 novembre 2018
itinérance indienne et Echos Himalayens de Odile Santi
Alexandra demande à rencontrer Gandhi, à Calcutta, pour l’interviewer, ce que le vice-roi accepte mais l’homme ne lui plait pas, elle le verra plusieurs fois jusqu’à son assassinat et son o

pinion Alexandra David-Néel à propos de Gandhi

ne changera pas sur « la curieuse personnalité de Gandhi ». Elle n’admet pas son refus du progrès, « sa vie classique de gourou indien, avec tout ce qu’elle comporte d’ostentation quant à une « simplicité factice » [même si] elle est presqu’imposée aux gourous par la force d’habitudes séculaires » P 341 IV
Commenter  J’apprécie          80
blandine5674   23 mars 2017
Les yeux verts de Odile Santi
Un petit oiseau s’approche alors et lui murmure à l’oreille :

- Ils ne supportent pas que tu sois différente. Ne t’occupe pas d’eux. Poursuis ton chemin !
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers.

Comment Aristote et Dante se rencontrent-ils?

Au lycée
A la piscine
Au cinéma
Dans la rue

10 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire SáenzCréer un quiz sur cet auteur

.. ..