AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bordeaux , le 20/04/1840
Biographie :

Odilon Redon, né le 20 avril 1840 à Bordeaux et mort le 6 juillet 1916 à Paris , fut un peintre symboliste et coloriste de la fin du xixe siècle. Son art explore les méandres de la pensée, l'aspect sombre et ésotérique de l'âme humaine, empreint des mécanismes du rêve.


Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Redon/Mallarmé : une amitié en poésie". Une conférence prononcée le 15 juin 2011 au Grand Palais par Par Bertrand Marchal, professeur de littérature à l’université de Paris IV - Paris-Sorbonne, responsable de la nouvelle édition des Œuvres complètes de Mallarmé dans la Bibliothèque de la Pléiade.


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
merveilles   01 janvier 2012
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
L'artiste vient à la vie pour un accomplissement qui est mystérieux. Il est un accident. Rien ne l'attend dans le monde social. Il nait tout nu sur la paille sans qu'une mère ait préparé ses langes. Dès qu'il donne, jeune ou vieux, la fleur rare de l'originalité - qui est et doit être une fleur unique- le parfum de cette fleur inconnue troublera les têtes et tout le monde s'en écartera. De là , pour l'artiste un isolement fatal, tragique même; de là, l'irrémédiable et triste solitude qui enveloppe sa jeunesse et même son enfance et qui le rend farouche quelquefois jusqu'au jour où il trouvera par affinité des êtres qui le comprendront.
Commenter  J’apprécie          110
nadejda   16 janvier 2011
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
Il faut respecter le noir. Rien ne le prostitue. Il ne plaît pas aux yeux et n'éveille aucune sensualité. Il est agent de l'esprit bien plus que la belle couleur de la palette ou du prisme.
Commenter  J’apprécie          100
Odilon Redon
Mimimelie   22 octobre 2019
Odilon Redon
Les grandes œuvres traversent le temps, rayonnantes et paisibles ; autour d’elles, lentement, la vérité s’élabore à travers les obstacles mis par l’actualité autour de leur puissance, et malgré les maigres propos de l’erreur ou de la sottise, elles durent, elles vivent, elles triomphent et s’imposent.



(cité en exergue dans l'ouvrage "Bonjour Monsieur Courbet" de Maurice Choury)
Commenter  J’apprécie          80
nadejda   16 janvier 2011
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
Etre d'un parti, c'est se mettre à plusieurs pour contraindre la liberté des autres, et se contraindre soi-même.
Commenter  J’apprécie          90
nadejda   16 janvier 2011
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
Quel plaisir de lire dans une chambre tranquille avec la fenêtre ouverte sur la forêt. J'ai ouvert le vieux Dante, il ne me quitte plus. Nous allons vers une amitié sérieuse.

... mais la lecture seule ne suffit pas à former un esprit complet, pouvant fonctionner sainement et fortement. L'oeil est indispensable à l'absorption des éléments qui le nourrisse, ainsi que notre âme, et quiconque n'a pas, dans une certaine mesure, la faculté de voir, de voir juste, de voir vrai, n'aura qu'une intelligence incomplète.

Voir, c'est saisir spontanément les rapports des choses.
Commenter  J’apprécie          70
nadejda   16 janvier 2011
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
Juger n'est pas comprendre.

Tout comprendre, c'est tout aimer.
Commenter  J’apprécie          90
nadejda   16 janvier 2011
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
Or il faut aimer pour croire, et il faut croire pour agir : le meilleur enseignement sera donc reçu de celui qui aura déjà touché l'apprenti d'une sorte de révélation créatrice, issue de la beauté de ses propres oeuvres.

... Je crois à un enseignement fructueux par communication naturelle, à côté d'un maître de notre choix, et même dans son intimité si possible, tel qu'il se pratiquait naguère.
Commenter  J’apprécie          70
nadejda   16 janvier 2011
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
Il faut aimer naturellement, indolemment, pour la joie, pour celle que nous recevrons un jour, comme une grâce. Et c'est proclamer la nécessité du loisir.

Le loisir n'est pas un privilège ; il n'est pas une faveur ; il n'est pas une injustice sociale : il est la nécessité bienfaisante par quoi se façonnent l'esprit, le goût, le discernement de soi-même.
Commenter  J’apprécie          70
nadejda   16 janvier 2011
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
Je n'ai vraiment aimé la peinture et mon art que lorsque --- le pli étant fait, --- après des efforts en plusieurs sens, j'ai senti, je ne dis pas la virtuosité, mais tout ce que me donnaient d'imprévu et de surprises mes propres inventions : comme si leur résultat eût dépassé mes espérances. J'ai lu quelque part que le pouvoir de mettre ainsi dans un ouvrage plus de signification qu'on désirait soi-même et de surpasser en quelque sorte son propre désir par l'imprévu du résultat, n'est donné qu'aux êtres de sincérité et de loyauté entières, à ceux qui portent dans leur âme autre chose que leur art même. Je le croirais aussi: il leur faut le souci de la vérité, peut-être le don de pitié, ou d'en souffrir
Commenter  J’apprécie          60
cousin66   22 mars 2019
À soi-même : Journal, 1867-1915 : Notes sur la Vie, l'Art et les Artistes de Odilon Redon
1908. - Le peintre qui a trouvé sa technique ne m'intéresse pas. Il se lève chaque matin sans passion, et, tranquille et paisible, il poursuit le labeur commencé la veille. Je lui soupçonne un certain ennui propre à l'ouvrier vertueux qui continue sa tâche, sans l'éclair imprévu de la minute heureuse. Il n'a pas le tourment sacré dont la source est dans l'inconscient et l'inconnu ; il n'attend rien de ce qui sera. J'aime ce qui ne fut jamais.

Le souci doit être l'hôte habituel et constant du bon atelier. Le souci est comme une équation entre la palette et le rêve. Il est le ferment du nouveau ; il renouvelle la faculté créatrice ; il est le témoin d'erreurs sincères et de l'inégalité du talent. L'homme est alors visible chez l'artiste, et celui qui regarde son oeuvre est plus près de lui.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quatre IV 😀

Quels sont les prénoms des héroïnes de Louisa May Alcott dans son célèbre roman " Les Quatre Filles du docteur March" ?

Meg - Babeth - Jenny - Jo
Amy - Beth - Kate - Ann
Meg - Jo - Beth - Amy
Lily - Meg - Tess - Sarah

10 questions
176 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , histoire , musique classique , peinture , expressionsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..