AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.08 /5 (sur 410 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1965
Biographie :

Olivia Rosenthal est née à Paris en 1965. Depuis 1999, elle a publié sept récits aux éditions Verticales et a obtenu le prix Wepler pour On n'est pas là pour disparaître (2007). Sa première pièce, Les Félins m'aiment bien, a été créée en janvier 2005 à Saint-Denis, dans une mise en scène d'Alain Ollivier avec Valérie Crunchant (Cérès) et Florence Payros (Marianne). Depuis, elle a écrit Les Lois de l’hospitalité qui a été mis en scène par Marie Vialle aux Subsistances à Lyon en avril 2008.

Par ailleurs, elle réalise régulièrement, en collaboration avec des cinéastes (Olivier Ducastel, Laurent Larivière), des écrivains (Denis Lachaud, Michaël Batalla, Patrick Chatelier), des chorégraphes (Julia Cima) ou des metteurs en scène (Robert Cantarella) des performances pour divers lieux et festivals (festival d’Avignon ou de Manosque, Ménagerie de verre, Subsistances de Lyon, Lieu Unique à Nantes, Scène nationale de Poitiers, Théâtre National de Bordeaux Aquitaine…).

En 2008, elle achève une pièce sonore intitulée Viande froide pour le Cent-Quatre, lieu culturel (ouvert à l'automne 2008 à Paris) où elle a été accueillie en résidence en 2006/2007. Elle est auteur invitée au Grand R (scène nationale de La Roche-sur-Yon), durant la saison 2008-2009 où elle présente ses travaux en cours.
Olivia Rosenthal travaille dans son œuvre, de manière volontairement humoristique, sur le rapport entre l’individu et les communautés auxquelles il appartient. Ses livres suivent le parcours intérieur de personnages qui sont toujours sur le point de rompre leurs liens et de transgresser ainsi les interdits qu’eux-mêmes se sont forgés pour rester dans le rang.

"On n’est pas là pour disparaître" aux Éditions Verticales reçoit le Prix Wepler 2007.
"Que font les rennes après Noël ?" lui est couronné par les Prix Alexandre-Vialatte 2011, Prix du Livre Inter 2011, Prix Ève Delacroix 2011.
"Ils ne sont pour rien dans mes larmes" sort en 2012 et "Mécanismes de survie en milieu hostile" en 2014.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
OLIVIA ROSENTHALÉLOGE DES BÂTARDS Par l'auteure & Bastien Lallemant « C'est une histoire de bâtards. J'aime les bâtards et c'était le point de départ de mon livre. Je voulais aussi réhabiliter ce mot et ceux qui sont considérés comme bâtards, c'est-à-dire ceux qui ont des origines incertaines. Ces origines incertaines sont pour moi le point de départ de la littérature. » Dans ce nouveau roman, nous suivons neuf personnages entrés en désobéissance. Face au pressant danger qui les menace, ils vont, contre toute attente et cinq nuits durant, remonter aux origines de leur propre histoire, et ainsi sceller entre eux de nouveaux liens. Ce livre conçu comme une chambre d'échos, Olivia Rosenthal vient nous en livrer des extraits en musique avec Bastien Lallemant. À lire – Olivia Rosenthal, Éloge des bâtards, Verticales, 2019. Le lundi 9 décembre 2019 - 19H00
+ Lire la suite
Podcasts (10) Voir tous

Citations et extraits (192) Voir plus Ajouter une citation
milado   05 septembre 2012
Que font les rennes après Noël ? de Olivia Rosenthal
Vous savez maintenant ce que font les rennes après Noël. Le désenchantement est une forme comme une autre d'émancipation intellectuelle.
Commenter  J’apprécie          210
Alice_   03 février 2013
On n'est pas là pour disparaître de Olivia Rosenthal
C’est trop compliqué

d’être un homme

de travailler de dialoguer de s’étonner de sourire

d’encaisser sans rien dire

de ne pas douter

de soi

des autres

c’est compliqué

d’être curieux d’être ouvert d’être attentif d’être prêt

au meilleur comme au pire

de supporter

la douleur l’abandon la déception la jalousie

c’est compliqué

d’aimer

d’être sûr de soi

d’être rassurant

d’être fort

c’est compliqué

de ne pas en vouloir aux femmes

à toutes les femmes

d’éduquer des enfants

de rester là

de regarder la télé

d’un air détaché

de réprimer ses désirs

de faire comme si c’était normal

comme si c’était normal de vivre

et de mourir

comme si ce n’était pas révoltant

humiliant

désespérant

comme si on n’avait rien de mieux à faire

qu’attendre

c’est compliqué

d’accepter la mort

de ses parents

de ses amis

et bientôt la sienne

de ne pas succomber à la panique

à la lâcheté

c’est compliqué

d’être propre bien habillé correct présentable

de se contrôler

de se maîtriser

de se contenir

de se respecter

de manger avec des couverts

de boire dans des récipients

de se lever

de se coucher

de chier aux bons endroits

et à heures fixes

de se raser

de bricoler

d’être tolérant d’être indulgent

d’être humain

c’est compliqué

de comprendre ou de cacher quand on ne comprend pas

d’être ingénieux ou de cacher quand on ne l’est pas

de s’habituer ou de cacher quand on ne s’habitue pas

d’être furieux sans le montrer

d’être triste sans le montrer

d’être seul sans le montrer

d’être là plutôt qu’ailleurs

d’être prisonnier

c’est si compliqué
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Zora-la-Rousse   23 janvier 2011
On n'est pas là pour disparaître de Olivia Rosenthal
Il y a trop de maladies, beaucoup trop. Et il y a aussi trop de médecins. S'il y avait moins de médecins, certaines maladies ne porteraient pas de nom. On ne les connaîtrait pas. Elles flotteraient dans l'univers vague des maladies non identifiées et on pourrait ainsi être sûr de ne pas en être atteint.
Commenter  J’apprécie          130
Zora-la-Rousse   23 janvier 2011
On n'est pas là pour disparaître de Olivia Rosenthal
C'est bizarre d'éprouver le manque de quelque chose qu'on ne connait pas. D'habitude, quand quelque chose manque, on sait ce que c'est, c'est d'ailleurs pour ça qu'il ou elle manque. Le manque, c'est quand on me retire une chose dont je sais qu'elle m'est nécessaire et dont l'empreinte reste en moi vivace. Mais là, c'est autre chose, un manque flottant, un manque profond que je ne peux pas circonscrire. C'est pire, bien pire, parce que j'ai beau réfléchir, je ne sais pas ce qui me manque.
Commenter  J’apprécie          120
julienraynaud   10 février 2016
Toutes les femmes sont des aliens/Les oiseaux reviennent/Bambi et co de Olivia Rosenthal
Je ne vois pas trop comment démarrer parce que je sais bien que commencer par le commencement ça ne sert à rien, c’est improductif, contrairement à ce qu’on pourrait croire ça embrouille tout, commencer par le commencement embrouille tout, il faut toujours connaître la fin pour pouvoir raconter une histoire, donc on ne peut pas raconter d’histoire et surtout on ne peut pas raconter sa propre histoire
Commenter  J’apprécie          110
Catoucat   10 août 2011
Que font les rennes après Noël ? de Olivia Rosenthal
Vous essayez de vous contenir, de manifester le moins possible, d'être parfaitement lisse, de ne donner aucune prise. C'est la première fois de votre vie que vous aimez vraiment quelqu'un d'autre que votre mère.



On vous a dit que le bonheur avait un coût, vous acceptez cette idée, mais malgré vos faibles compétences en arithmétique et en économie, vous avez parfois l'impression que le coût est supérieur au bénéfice. Vous n'arrivez pas à distinguer avec certitude ce que vous devez et ce qui vous est dû, vous avancez à l'aveugle, vous êtes lié par un contrat dont vous ne connaissez pas les termes exacts et qui s'applique à vous de l'extérieur.



Commenter  J’apprécie          100
nuitet0ilee   06 mai 2016
Toutes les femmes sont des aliens/Les oiseaux reviennent/Bambi et co de Olivia Rosenthal
c’est vrai que dans l’amour la nouveauté peut avoir des effets euphorisants, je découvre que j’aime quelqu’un, j’en ai pour la première fois la conviction, l’expérience, la certitude, puis je découvre que j’ai envie de faire des enfants avec la personne que j’aime, que nos enfants seront, comme dans les contes de fées, le fruit de notre amour, et en réitérant l’expérience, l’expérience de l’amour et l’expérience de la conception, je ne renouvelle pas le plaisir à l’identique, je l’ancre et l’approfondis, et l’épuise, donc il y a du plaisir et même toujours plus de plaisir dans la répétition, dans l’habitude, dans la confirmation.

page 69
Commenter  J’apprécie          100
nuitet0ilee   06 mai 2016
Toutes les femmes sont des aliens/Les oiseaux reviennent/Bambi et co de Olivia Rosenthal
Car le plaisir exige la répétition et qui dit répétition dit victoire sur le temps. Les films que l’on voit à différents âges de la vie compriment ou dilatent la chronologie, s’en emparent, en dé font l’enchaînement, le déroulé, on est pendant, avant et après, adulte et enfant, tous les états qu’on a traversés en regardant les images à neuf ans, quinze ans ou vingt ans, sortent du néant et s’agrippent à telle couleur, telle réplique, telle posture, tel acteur, un film est un immense lieu de mémoire.

page 79
Commenter  J’apprécie          100
nuitet0ilee   06 mai 2016
Toutes les femmes sont des aliens/Les oiseaux reviennent/Bambi et co de Olivia Rosenthal
La gestation et la reproduction atténuent-elles la peur ou au contraire la démultiplient-elles ? C’est un autre sujet. L’autre est-il plus désirable s’il devient parent, ou au contraire perd-il son aura en accédant au statut de père ou de mère ? C’est une autre question. Comment les amants maintiennent-ils entre eux la peur, la peur érotique, dès lors qu’ils ont une connaissance absolue l’un de l’autre ? C’est un autre problème. Comment font-ils pour aller l’excitation spéciale que la peur engendre quand leurs enfants sont autour d’eux ? Ca ne nous regarde pas. A quel moment la peur d’avoir des enfants ou la peur de ne pas avoir des enfants entame-t-elle le désir au sein du couple ? Est-ce que les femmes doivent devenir des mères ? Est-ce que les mères mettent bas des monstres ? Est-ce qu’elles aiment les monstres qui naissent d’elles ?

page 102
Commenter  J’apprécie          90
ophrys   02 janvier 2011
Que font les rennes après Noël ? de Olivia Rosenthal
« Vous voudriez être quelqu’un d’autre mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Quant à être vous-même, c’est une entreprise qui vous semble au dessus de vos forces.
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Toutes les femmes sont des aliens/ Les oiseaux reviennent/ Bambi & co : Olivia Rosenthal

Toutes les femmes sont des aliens/ Les oiseaux reviennent / Bambi & co parlent de :

chansons
films
légendes
rêves

5 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Toutes les femmes sont des aliens/Les oiseaux reviennent/Bambi et co de Olivia RosenthalCréer un quiz sur cet auteur
.. ..