AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.67 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1970
Biographie :

Docteur en Sorbonne, spécialiste des lettres et de l'édition d'aujourd'hui, Olivier Bessard Banquy est maître de conférence à l'université. Après avoir travaillé des années à Paris en tant qu'éditeur, il a publié entre autres "La vie du livre contemporain", "Etude sur l'édition littéraire 1975-2005". Passionné de littérature galante et libertine, il est également collectionneur de curiosa.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Pourquoi publie-t-on tant de livres aux rentrées littéraires ? .
Mais pourquoi les éditeurs publient-ils autant de livres ? En effet, les ventes se limitent régulièrement à quelques centaines d'exemplaires, notamment pour les premiers romans. Découvrez les réponses d'Olivier Bessard-Banquy, universitaire spécialiste des lettres et de l?édition contemporaine.
Podcasts (1)

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   02 juin 2013
Les mutations de la lecture de Olivier Bessard-Banquy
(Alexandre Gefen est chargé de recherche au CNRS, spécialiste d'édition électronique, de cyberlittérature, de littérature de réseaux, il a fondé un site internet et une plateforme d'édition numérique, il est aussi auteur de nombreux articles ...)



Loin d'être clair et univoque, le concept de littérature numérique superpose nombre de questions que l'on gagne à distinguer : celles des nouvelles formes de littérarité et de poéticité en ligne, intentionnellement ou non littéraires ; celle de l'influence de ces formes sur les poétiques littéraires contemporaines ; celle des modalités d'appréhension, de socialisation et d'évaluation de la littérature dans les mondes connectés ; celle du devenir du support imprimé et de la lecture ; celle, enfin et surtout, des mutations possibles de nos catégories critiques et de l'idée même de littérature.

La sphère de la littérature numérique recouvre des pratiques sociales, des réalités technologiques et des valeurs symboliques qui ne sont pas nécessairement corrélées et coordonnées (...)



"Nous lisons encore, mais plus rien ne s'inscrit. Les phrases fulgurent, flashs, éclairs, fusées. Nous en faisons profit dans l'instant, comme de toute chose, en consommateurs impatients et fébriles, déjà séduits et tentés par une autre proposition", écrit Eric Chevillard sur son blog, non peut-être sans quelque nostalgie.



Libérant la littérature d'un formalisme médusant accentué par la patrimonialisation déjà ancienne de la littérature française, internet encourage une littérature pensée comme programme, dispositif, installation, occasion ou laboratoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
petitsoleil   02 juin 2013
Les mutations de la lecture de Olivier Bessard-Banquy
(Martine Poulain)



La diffusion massive du livre est incroyable aujourd'hui ; plus de 60 000 titres sont publiés par an en France, le livre est globalement accessible à tous.

Il y a plus de livres disponibles qu'une vie entière ne permettrait d'en lire.

Pour ma part, je suis dans un état de bonheur absolu face aux possibilités de lectures qui s'offrent à moi, et dans un état de terreur à l'idée de tout ce que je n'aurai jamais le temps de lire ...
Commenter  J’apprécie          90
petitsoleil   02 juin 2013
Les mutations de la lecture de Olivier Bessard-Banquy
(Hervé Bienvault)



Voyons maintenant quels sont les premiers constats de ceux qui vendent des contenus sur les deux types de terminaux, readers et tablettes.

Si Amazon ne communique pas sur le sujet, nous avons eu récemment un premier bilan de l'un des acteurs nord-américains, la société canadienne Indigo, très présente aux Etats-Unis et au Canada par le biais de son lecteur Kobo. La firme a révélé un certain nombre d'éléments intéressants lors des rencontres Tools of Change for Publishing qui se sont déroulées en février 2011 à New York. Quatre types de lectorats ont ainsi pu être repérés par la firme canadienne :



- Les lecteurs sur readers sont de gros lecteurs et de gros acheteurs de livres ; c'est la clientèle la plus appréciée. (...) il revient pour acheter des titres en moyenne sept fois par mois. Ce sont des amateurs de fiction, des clients fidèles qui achètent 100% de ce qu'ils lisent. Leur mode de lecture passe par le web mais surtout via le reader Kobo. Chez ces clients, la consommation de livres numériques se développe. (...) Kobo pense que cela est lié au fait que les readers séduisent un public de lecteurs assidus, motivés par l'amélioration de l'environnement numérique, des systèmes de recommandation et de commercialisation. Les lecteurs sur readers sont les plus gros consommateurs de livres numériques.



- Les lecteurs sur Smartphones sont des lecteurs occasionnels, plus nombreux que les autres. (...) Ils consomment pour moitié des titres gratuits et pour une autre moitié des titres payants ; c'est une clientèle volatile avec un taux de désabonnement élevé. C'est le moins bon canal de vente selon Kobo.



- Les lecteurs sur iPad sont de moins gros consommateurs de livres que les lecteurs sur readers. (...) Ils achètent moins fréquemment des textes, quatre à cinq fois par mois, c'est une clientèle moins fidèle, plus insaisissable.



- Les lecteurs adeptes du tout-gratuit ne dépensent rien par définition et se fournissent en contenus piratés sur le web : ils résistent "scandaleusement" à la commercialisation, ce sont de gros lecteurs qui lisent essentiellement sur readers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleil   01 juin 2013
Les mutations de la lecture de Olivier Bessard-Banquy
Peu de sujets sont plus délicats ou passionnels que celui de la lecture.



Ceux qui en connaissent les bonheurs, qui ne peuvent imaginer de passer une journée sans ouvrir un livre, qui associent la traversée des textes au seul moyen de faire advenir la lumière, refusent de concevoir qu'il soit possible de vivre hors du commerce avec la création ou la pensée humaines.

Certains de ces bibliomanes considèrent même volontiers que le patrimoine écrit est supérieur à tout autre parce que ses apports, ses richesses, ses grâces sont au-delà de ce que le reste des pratiques culturelles est en mesure d'offrir.



"Il faut aujourd'hui un certain courage, face à l'opinion dominante, pour oser affirmer que jeux vidéo et clips télévisés, Internet, vie quotidienne, tout cela charrie en masse de l'information, de la distraction, du plaisir, de la peur, de la jouissance, mais pas de la pensée, si on entend par là une capacité de prendre ses distances, de revenir sur ce qu'on a vu et sur soi", écrit Danièle Sallenave [note 1 : Danièle Sallenave, "Nous, on n'aime pas lire", Paris, Gallimard, 2009, p.106].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleil   02 juin 2013
Les mutations de la lecture de Olivier Bessard-Banquy
(Hervé Bienvault : ancien élève du Pôle des métiers du livre de l'IUT Michel de Montaigne (université de Bordeaux-III) et de l'école Estienne, Hervé Bienvault a longtemps travaillé dans les services techniques de l'édition, il est aujourd'hui spécialiste des questions numériques, consultant indépendant et enseignant, anime un blog sur l'actualité de l'édition électronique et a réalisé une étude sur le coût d'un livre numérique)



Les dispositifs de lecture de livres électroniques sortis sur le marché dès 2007 n'ont pas grand-chose de commun avec les ordinateurs. Leurs fonctions et la puissance de leurs processeurs sont beaucoup plus limitées. Alors pourquoi s'encombrer d'appareils moins performants ? Pour la simple raison que le confort de lecture y est bien meilleur. En effet, l'écran de ces lecteurs - uniquement en noir et blanc - utilise la technologie de l'encre électronique.



Contrairement à un panneau LCD classique qui est le commun des écrans qui nous entourent, celui-ci ne fonctionne pas par rétro-éclairage. Imitant l'apparence d'une feuille de papier imprimé, purement réflexif, il n'est lisible que s'il est éclairé par une source de lumière externe. Extrêmement fin et souple, composé de microscopiques capsules contenant des particules blanches et noires qui se déplacent en fonction du champ électrique auquel on les soumet, l'affichage y est plus doux, moins fatigant, moins agressif pour l'œil.

La lecture est très agréable à l'extérieur, à la lumière du jour, ou chez soi, avec une lampe de chevet. L'amateur de livres peut passer des heures à lire sur ces supports, alors que cela s'avère beaucoup plus difficile sur ordinateur ou tout autre support rétro-éclairé. Autre qualité, une fois le texte affiché, le papier électronique ne consomme plus d'énergie. L'autonomie y est très importante, plusieurs semaines, contre quelques jours au mieux pour des supports rétro-éclairés.



L'adoption de ces véritables "machines à lire" par des acteurs aussi importants que Sony (leader mondial de l'électronique grand public), Amazon (premier libraire mondial en ligne), Barnes and Noble (premier libraire traditionnel américain) qui ont très vite perçu l'intérêt de cette technologie a été déterminante. Des fabricants chinois ont suivi, pressentant le marché de masse à venir. Malgré cela, force est de constater que c'est le géant Amazon qui, grâce à son catalogue de plusieurs centaines de milliers de titres anglo-saxons, est devenu en quelques années seulement aux Etats-Unis le leader incontesté sur ce marché émergent, s'arrogeant 75% des ventes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          45
petitsoleil   02 juin 2013
Les mutations de la lecture de Olivier Bessard-Banquy
(Joanna Thibout-Calais, étudiante dans les métiers du livre)



Aucune lectrice n'est identique à aucune autre. Mais le lectorat féminin est un public qui doit être, et qui est, étudié par les professionnels de la lecture pour pouvoir cerner au mieux ses besoins, ses attentes et ses envies afin de développer une offre adaptée.



Selon un sondage Ipsos-Livres Hebdo réalisé en octobre 2006, 54% des personnes qui se rendent en librairies (...) sont des femmes (...) Elles sont également plus nombreuses à acheter des ouvrages : les femmes constituent 58% des acheteurs. Sur le terrain, les libraires sont unanimes : leur clientèle est majoritairement féminine, jusqu'à 70%, estiment certains.



Cette évolution des pratiques a de grandes conséquences dans le monde du livre. En 2009, c'est le secteur éditorial des romans qui enregistre le plus d'exemplaires vendus et réalise le meilleur chiffre d'affaires (...) Les deux autres domaines qui enregistrent des résultats importants sont ceux de la jeunesse (...) et du livre pratique (...) Encore une fois ce sont des secteurs directement liés aux femmes. Ce sont elles qui achètent les livres, soucieuses d'amener les enfants à la culture. Et ce sont elles qui valorisent les livres pratiques qui les aident au quotidien (...)



Sur les 30 meilleures vente de l'année 2009, 23 sont des titres "féminins", d'après ce que l'on sait des goûts des femmes - romans, livres de cuisine, etc.

(...) D'une part, les femmes sont plus nombreuses parmi les acheteurs de livres ; d'autre part, ce sont les titres qui leur plaisent qui réalisent les meilleures ventes. L'édition et la librairie ne peuvent se permettre de négliger un tel lectorat. Du reste, le fait que 23 des meilleures ventes soient directement destinées à des femmes n'est pas le fruit du hasard. C'est le signe de politiques éditoriales spécifiquement menées à destination du lectorat féminin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ChtiteEmilie   05 juin 2017
Sexe et littérature aujourd'hui de Olivier Bessard-Banquy
Les textes d'hommes sont plus dans la recherche d'efficacité, dans l'idée d'aller à l'essentiel (...).

La progression du désir que l'on trouve dans l'écriture féminine n’intéresse pas les hommes. Les femmes peuvent décrire avec plus de subtilité tout le chemin qui mène au lit, elles peuvent décrirent avec plus de violence ce qu'est pour elles la pénétration.

Imaginons un texte d'homme: une femme habillée comme une pute, en talons aiguille, bas nylon et mini-jupe, fait du stop Porte d'Orléans.

L'homme la prend dans sa voiture, l'emmène, et voilà que Porte de Bagnolet. Elle le prend dans sa bouche, porte des Lilas il la sodomise, tout se termine dans un gang bang avec 40 personnes.

Imaginons maintenant le même texte écrit par une femme: la même héroïne est présente sur le bord de la route pour une raison bien précise qui nous est expliquée (...). Elle est habillée de manière tout à fait normale. Elle se retrouve avec l'homme de la voiture qui la dépanne et là l'émotion prend le dessus, l'odeur du cuir ou de la cigarette lui tourne la tête, s'installe une description de la montée du désir. Les deux personnages s'en vont et les mêmes événements que dans le texte masculin peuvent survenir mais tout cela s'inscrit dans une évolution bien plus réaliste, en même temps, modulée, sensible.

Dans les romans masculins, les héros sont incroyablement gâtés par la nature et toujours très performants ou endurants. (...)

Esparbec a d'ailleurs toute une théorie sur ce qu'est un bon écrit pornographique: "un récit pornographique est un récit qui fait bander".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bibalice   23 août 2016
La fabrique du livre de Olivier Bessard-Banquy
Il n' y a pas lieu de désespérer de la situation. Mais ce qui est appelé aujourd'hui culture n'a plus rien à voir avec ce que ce mot a pu signifier il y a un siècle. Il s'agissait hier d'essayer de gagner un maximum de personnes au plus grand savoir commun possible, il s'agit tout au plus aujourd'hui de répandre ses goûts par la séduction subjective.
Commenter  J’apprécie          50
stefferon   01 juillet 2013
Les mutations de la lecture de Olivier Bessard-Banquy
Comment la littérature peut-elle survivre quand le plaisir n'est plus lié à la tonification du "muscle cérébral", à la découverte toujours plus fine du monde, mais au refus de penser, à la plongée rassurante dans des idées simples, ses sous-produits anesthésiants ?
Commenter  J’apprécie          50
boubi   05 janvier 2017
Le goût des livres de Olivier Bessard-Banquy
Il a toujours quelque chose à offrir, quelque chose à donner. (9)

...le livre fatigué d'avoir été trop lu... (10)

Je l'ouvre : il parle... je le referme, il redevient une chose des yeux (17)

Les livres retiennent toujours un peu de leur essence originelle et s'enrichissent de nouveaux arômes qui s'effaceront avec le temps... (19)

La réalité du papier disparaît derrière le symbole, le texte, la représentation ou le signe dont il est le support. Paradoxalement, c'est sous ses formes les plus insignifiantes et les plus dérisoires, sous son aspect de détritus, que sa présence redevient visible : prospectus, sachets déchirés, vieux emballages, lambeaux d'affiches, papiers de bonbons et papiers gras, tracts abandonnés, enveloppes ouvertes, presse périmée... Le papier fait écran à sa propre beauté, il nous embarasse, il déborde de nos boîtes aux lettres, il traîne sur les trottoirs, il fait désordre; on le froisse, on le jette, on le brûle. (24)

Agréable sous la main, charnel, physique... (24)

...de toutes les jouissances, celles qui proviennent de l'amour des livres sont.. les plus facilement et les plus longtemps renouvelables... Pour le livre, il ne faut que le livre. (27)

...lisez-les dans un volume, sur du papier et dans des caractères qui leur soient contemporains, la lecture vous en deviendra facile. (29)

... le combat pour le livre n'est jamais perdu (46)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Olivier Bessard-Banquy (66)Voir plus


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur