AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.11 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bayonne
Biographie :

Olivier Darrioumerle est né à Bayonne. Etudiant à Montesquieu-Bordeaux IV, il a fait Erasmus à l'Università degli Studi di Napoli Federico II.

"La rue des silences" est son premier roman.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Olivier Darrioumerle - Bienvenue à Veganland


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Eve-Yeshe   21 octobre 2013
La rue des silences de Olivier Darrioumerle
Ragondin n’avait pas eu de père pour le défendre, ni de mère pour le consoler, il avait alors consciemment décidé de gratifier de son mépris complet les expressions collectives sous toutes leurs formes. C’était sa règle. Il s’y tenait. Un modèle paternel aurait pu lui suggérer quelques règles. Mais Ragondin, son père il ne le connaissait qu’en photo (p 40).
Commenter  J’apprécie          160
Eve-Yeshe   20 octobre 2013
La rue des silences de Olivier Darrioumerle
Naples était sa mère, une mère sans âge. A chaque coin de rue elle l’interpellait. Lui qui était orphelin inconsolé, lui qui ‘avait rien d’autre que cette terre sous les plis de la pierre entre lesquels il aurait voulu se glisser. Retourner se cacher dans les entrailles de sa mère, cette vierge fantôme. Sa vraie mère était une figure floue, quelques souvenirs, un sein généreux, des formes grossières, des odeurs de cuisine, de sueur, de lessive (p39).
Commenter  J’apprécie          150
Eve-Yeshe   22 octobre 2013
La rue des silences de Olivier Darrioumerle
De là où il était, Ragondin apercevait le Vésuve qui dominait le golfe de Naples. Il aurait pu adorait sa ville comme l’adoraient Ciro et la plupart des Napolitains, mais ce Vésuve lui signifiait seulement misère et destruction, illusion et désespoir. Ils étaient donc condamnés à vivre sous la menace de ce monstre et de toutes les peurs qu’il engendrait. Quelle idée de poser la première pierre sur les enfers ! (p56)
Commenter  J’apprécie          150
Eve-Yeshe   23 octobre 2013
La rue des silences de Olivier Darrioumerle


La fierté est l’honneur du suicidaire ou la ruine du prince. En l’occurrence, Ragondin n’était ni l’un ni l’autre ! à cet instant, la fierté n’était plus pour lui qu’une cicatrice de guerre, une sorte de médaille qu’il avait gagné dans la rue en défendant son maillot de Maradona, sa deuxième peau. Et elle lui restait coincée dans la gorge.il fallait la cracher dans la minute. L’affreux l’attendait, un sourire sur les lèvres. Ragondin toussota, se racla l’arrière-gorge et rangea les poings dans ses poches (p74).

Commenter  J’apprécie          110
Eve-Yeshe   24 octobre 2013
La rue des silences de Olivier Darrioumerle
Ce visage vierge et innocent s’appelait Roméo. Il retenait dans ses yeux tristes de l’amour à l’état pur. Ce garçon était fait d’une colère sauvage et indomptée mais tellement créative. S’il avait tendance à gesticuler, il apprenait petit à petit à anticiper les gestes du modèle, les émotions à imiter, et par la force des choses, à maîtriser les siennes. Le miroir qui montre reflet inversé des existences devait être d’une finesse et d’une délicatesse particulière (p97).
Commenter  J’apprécie          60
Eve-Yeshe   25 octobre 2013
La rue des silences de Olivier Darrioumerle


Joe était un gestionnaire aux méthodes spéciales, mais elles apportaient des résultats. De peur de mal faire, il avait calqué son nouveau métier sur l’ancien. Garagiste, parrain, c’était la même chose. Il avait conservé les attitudes et les gestes de sa vie antérieure. Ainsi, il stockait les flingues et les munitions comme les vis et leurs écrous, huilait les rouages de la police lorsqu’il sentait que ça grinçait un peu, et vidangeait de temps en temps les ordures ménagères pour l’entretien de son quartier (p107).

Commenter  J’apprécie          50
Lectilibris   21 septembre 2018
Bienvenue à Veganland de Olivier Darrioumerle
"Avec le dispositif technologique dont chacun dispose, il devient extrêmement rare de se retrouver face à une situation compliquée. Tout ce qui implique un jugement et une prise de décision n'existe pratiquement plus. L'environnement est parfaitement réglé. On est à peu près sûr de ne jamais être exposé au moindre conflit. Alors on se relâche. La vie est d'un simplicité totale tant qu'on se laisse guider par le programme préenregistré. Les algorithmes récupèrent les facultés mentales abandonnées. Ils calculent l'adéquation entre ses choix et la personnalité intégrale sélectionnée. Chaque identité se perfectionne avec la garantie de ne jamais se retrouver face au précipice de sa médiocrité".
Commenter  J’apprécie          10
Tbilissi   24 octobre 2019
Bienvenue à Veganland de Olivier Darrioumerle
Pour Ortega et ses frères barbus, végans fanatiques, rien ne justifie qu'un être humain se détourne de l'amour de la terre. La rééducation des carnassiers conditionne le succès d'un modèle politique vertueux. La consécration de l'être suprême est à ce prix.
Commenter  J’apprécie          20
Tbilissi   24 octobre 2019
Bienvenue à Veganland de Olivier Darrioumerle
Personne n'abuse de leurs cadeaux. Car le gaspillage est le symbole ultime du pillage écologique. Et le gâchis est l'expression du mépris envers toutes leurs tentatives de sauver la planète.
Commenter  J’apprécie          20
Speculumliber   21 septembre 2018
Bienvenue à Veganland de Olivier Darrioumerle
Avant le Grand nettoyage, merveilleux enfants, les animaux n’étaient pas libres comme aujourd’hui. Les carnivores les mettaient de force dans de minuscules cages. Soit ils tuaient les bébés, soit ils les engraissaient pour les manger. Et ils les découpaient en morceaux avant de les faire cuire. Pourquoi faisaient-ils tout cela ? interroge-t-elle, le doigt en l’air, laissant planer un mauvais présage. Pour les mâcher avec leurs dents, les avaler avec leur ventre et les transformer en caca !
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Révisons avec quelques romans ...

L'héroïne du "Journal d'une femme de chambre" d'Octave Mirbeau se prénomme Ernestine

Vrai
Faux

15 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..