AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Citation de zarline


zarline   05 octobre 2013
Adieu, torero de Olivier Deck
Avec le temps qui a passé sur le cuir depuis, j'appelle ça une bande de bras cassés, un ramassis de beaux parleurs, qui croyaient que la victoire était une affaire de débat d'idées, de tirades bien foutues, de théories fumeuses. Je comprends pourquoi les Espagnols nous faisaient la gueule. Eux, c'était leur maison, leur jardin, leurs femmes et leurs enfants qu'ils défendaient. Et des idées, aussi, ça n'empêche. Mais quand un bombe explose à deux mètres de toi, la grandeur d'âme te fait pas un bouclier, tu prends tout dans la gueule et t'as plu qu'à mourir. Lest têtes bien pleines sont tombées comme des grenades mûres éclatant sur le sol et semant alentour leurs pépins sanguinolents. Les belles idées étaient maintenant dans la terre où plongeaient depuis des lustres les racines des oliviers et des amandiers. Tu parles d'un fumier.
Commenter  J’apprécie          10