AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.06 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1965
Biographie :

Olivier Fillieule est sociologue du politique.

Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (Centre de recherches politiques de la Sorbonne, CRPS Paris I Sorbonne), il est actuellement professeur ordinaire de sociologie politique à l'Université de Lausanne et directeur de l'Institut d'Etudes Politiques et Internationales.
Il a créé en 1994 avec Nonna Mayer le Groupe d'Études et de Recherches sur les Mutations du Militantisme (GERMM[1]), groupe de recherche de l'Association française de science politique. Ce groupe, à la direction duquel a été associé également Eric Agrikoliansky, est à l'origine de nombreuses activités de colloque et publications, notamment sur le militantisme, les mouvements dits "de sans", le désengagement militant, l'altermondialisme, etc...
Il a également créé en septembre 2002 le Centre de Recherche sur l’Action Politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL). Ce groupe est animé et dirigé de manière collégiale par ses membres, sans exclusive de statut. Ses activités comprennent à la fois des recherches collectives, l'organisation de conférences, le suivi et l'encadrement des doctorants en sociologie politique. Le CRAPUL dirige également la collection « Le livre politique - CRAPUL » qui accueille des travaux de sociologie du politique, sans exclusive de méthodes, portant en particulier sur les rapports diversifiés à l'univers politique, les mobilisations collectives, la construction des problèmes publics et l'analyse des institutions politiques. Elle vise à favoriser une lecture critique de la société dans ses dimensions politiques.
L'essentiel des recherches et des publications d'Olivier Fillieule ont porté sur la sociologie des mouvements sociaux et les théories de l'action collective.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Septembre aura été le mois des manifestations. L?occupation de la rue s?est faite sous ses formes traditionnelles, mais de nouvelles façons de protester ont aussi vu le jour. Quelle efficacité à manifester aujourd?hui ? Comment les pratiques se renouvellent-elles ? Emmanuel Laurentin reçoit Olivier Fillieule (professeur de sociologie politique à l?Université de Lausanne, spécialiste de la sociologie des mouvements sociaux et du militantisme), Annick Coupé (secrétaire générale d'Attac, ancienne porte-parole de l?Union syndicale Solidaires), Paul Piccarreta (journaliste et essayiste, cofondateur et directeur de la revue Limite et des éditions de L'Escargot) et Pauline, membre du mouvement écologiste Extinction Rebellion. Le Temps du débat d?Emmanuel Laurentin ? émission du 23 septembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/temps-du-debat Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤22De L'Escargot9¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Citations et extraits (7) Ajouter une citation
nadiouchka   26 avril 2018
Marseille années 68 de Olivier Fillieule
Comme une fille

La rue s'déshabille

Les pavés s'entassent

Et les flics qui passent

Les prennent sur la gueule

Paris, Marseille

Mes rues sont pareilles.

Léo Ferré, Comme une fille, 1967.

P.7
Commenter  J’apprécie          210
de   10 août 2018
Changer le monde, changer sa vie de Olivier Fillieule
Introduction. Une enquête sur 68 et ses vies ultérieures, par Olivier Fillieule



I. Les syndicalistes



1. Des années de conquête au temps du repli : des parcours syndicaux au long cours, par Sophie Béroud



2. Villes et bastions ouvriers : les grandes mutations ?, par Tristan Haute et Séverine Misset



3. Des ouvriers au centre de toutes les attentions, par Annie Collovald et Karel Yon



Portrait. Gérard Meyer : quand sociabilités professionnelles et militantes cheminotes se confondent, par François Alfandari



4. Dans la marmite syndicale : tombés dedans petits ?, par François Alfandari et Charles Berthonneau



5. Se politiser par le travail, par Sophie Béroud et Florence Johsua



6. Les syndicalistes ont-ils une vie privée ?, par Émilie Biland, Maëlle Moalic-Minnaert et Karel Yon



Portrait. Gaëlle Miroir : une militante syndicale à la croisée des combats, par Clémentine Comer



7. « Bravo les filles ! La classe ouvrière a les yeux rivés sur vous ! » Des luttes de femmes en pratique et en mémoire, par Eve Meuret-Campfort, Clémentine Comer, Bleuwenn Lechaux et Maëlle Moalic-Minnaert



8. Y a-t-il une vie professionnelle après le syndicalisme ?, par Jean-Gabriel Contamin et Séverine Misset



Portrait. Régis Vandevelde : comment un « employé modèle » se retourne contre son patron, par Karel Yon



9. Par-delà la crise : dissidences et fidélités paradoxales à la CFDT, par Sophie Béroud et Séverine Misset



II. Les gauches alternatives



10. Les gauches alternatives vues de province, par Isabelle Sommier



11. Les genèses enfantines des humeurs contestataires, par Laure Fleury, Lilian Mathieu et Mathilde Pette



12. Les enfants indociles de la massification scolaire, par Tristan Haute, Lilian Mathieu et Sophie Orange



Portrait. Muriel Hardy à bonne école : figures féminines et bancs de la laïque, par Alice Picard



13. Au carrefour des gauches alternatives : le PSU, par Annie Collovald, Julie Pagis et Vincent Porhel



14. « Au service de la classe ouvrière » : quand les militants s’établissent en usine, par Laure Fleury, Julie Pagis et Karel Yon



15. Vivre un double combat, mais à quel prix ? Les rapports « contrariés » des femmes gauchistes au féminisme,par Clémentine Comer et Bleuwenn Lechaux



16. Quand le « je » s’oppose au « nous » (et vice versa), par Bleuwenn Lechaux et Isabelle Sommier



Portrait. Noëlle Sabot : rencontres improbables et ouverture des possibles, par Eve Meuret-Campfort et Annie Collovald



17. Militantisme et brouillage des destins socioprofessionnels, par Olivier Fillieule, Alice Picard et Pierre Rouxel



18. Déprises. Logiques du désengagement et évaluations rétrospectives, par Olivier Fillieule et Isabelle Sommier



Portrait. Benoît Beaupré : des devenirs professionnels et militants qui s’entremêlent, par Mathilde Pette



19. Le devenir des utopies, par Mathilde Pette et Isabelle Sommier



III. Les féministes



20. Féminismes. Un mouvement mosaïque, par Camille Masclet



21. Les féministes à la conquête de l’espace, par Lucie Bargel, Bleuwenn Lechaux et Camille Masclet



22. Les mobilisations pour l’avortement libre. De la convergence des luttes à leur extension, par Lucile Ruault, Lydie Porée et Olivier Fillieule



23. Recompositions du mouvement féministe. L’émergence des associations de lutte contre les violences faites aux femmes, par Marie Charvet, Olivier Fillieule et Lucia Valdivia



Portrait. Martine Carrère : une trajectoire de notabilisation dans une ville socialiste, par Marie Charvet



24. Les espaces politiques locaux, laboratoires de l’institutionnalisation du féminisme ?, par Lucie Bargel et Camille Masclet



25. Le travail, lieu d’une pluralité d’engagements féministes ?,par Clémentine Comer et Eve Meuret-Campfort



26. Engagement féministe et devenirs professionnels, par Olivier Fillieule, Bleuwenn Lechaux et Eve Meuret-Campfort



Portrait. Lucienne Cloarec et le militantisme lesbien comme découverte d’une communauté de vie politique, par Clémentine Comer



27. « Le privé est politique. » Des sexualités, conjugalités et maternités féministes ?, par Camille Masclet, Lydie Porée et Lucie Bargel



28. Quand l’amitié donne des « elles ». Une camaraderie militante à la croisée des combats féministes, par Clémentine Comer, Helen Ha et Lucile Ruault



Portrait. Monique Blanc : un « long et douloureux deuil » du mouvement des femmes, par Lucie Bargel



29. Rester féministe ? Reflux, transformations et maintien des engagements, par Camille Masclet, Helen Ha et Lucia Valdivia



Conclusion. Portrait de famille(s), par Olivier Fillieule
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bazart   01 juin 2018
Changer le monde, changer sa vie de Olivier Fillieule
Tous les individus auxquels nous nous sommes intéressés n’ont pas directement vécu la crise de Mai certains ont suivi les événements à distance, d’autres étaient trop jeunes pour y participer.

La majorité d’entre eux n’en a pas moins été profondément affectée par la remise en cause des formes d’autorité produite par l’événement. La plupart des mouvements sociaux desannées1970 ont poursuivi la critique des rapports de domination qui trament l’ordinaire de la vie sociale, ce que Boris Gobilledésigne comme une “rupture des allégeances".
Commenter  J’apprécie          30
de   07 octobre 2011
Le sexe du militantisme de Olivier Fillieule
invisibilisation dans les luttes elles-mêmes, d’abord, où les femmes, pourtant présentes, sont reléguées dans les coulisses, et où les hommes prennent bien souvent le relais dès lors que les causes émergentes semblent devoir se développer ; invisibilisation ensuite par la manière dont se construisent les histoires officielles des mouvements ; invisibilisation enfin du fait que sciences sociales sont restées longtemps androcentrées et manifestement incapables d’identifier et de reconnaître les mécanismes genrés de division et de hiérarchisation produits par et dans les collectifs militants.
Commenter  J’apprécie          10
de   07 octobre 2011
Le sexe du militantisme de Olivier Fillieule
Les catégories de pensée de l’économie et celle de l’analyse matérialiste en particulier sont le plus souvent absentes des énoncés relatif au patriarcat, très fortement associé en revanche aux notions d’idéologie, de croyances, de valeurs, de normes, de coutumes, de religion.
Commenter  J’apprécie          10
de   10 août 2018
Changer le monde, changer sa vie de Olivier Fillieule
Et, là encore, les résultats vont à l’encontre du sens commun, en révélant des vies affectives et familiales moins négativement affectées qu’on a pu l’écrire ici ou là, des carrières professionnelles plutôt ralenties voire stoppées par le militantisme, alors que seule une fraction des enquêtés trouve dans l’engagement le moyen d’une mobilité sociale ascendante ; le maintien de tant de convictions et de valeurs politiques acquises dans les années 68 que de divers formes de participation politique au long des cinquante dernière années
Commenter  J’apprécie          00
de   10 août 2018
Changer le monde, changer sa vie de Olivier Fillieule
nous nous donnons le moyen de mesurer la place de l’événement dans les trajectoires biographiques comme dans les recompositions ultérieures des espaces militants locaux
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Olivier Fillieule (12)Voir plus


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur