AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.36 /5 (sur 68 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Brive-la-Gaillarde , le 25-07-1943
Biographie :

Olivier Germain-Thomas, né le 25 juillet 1943 à Brive-la-Gaillarde, est un écrivain français.

Après des études de lettres et de philosophie à la Sorbonne, puis un doctorat de philosophie (esthétique) sous la direction de Jean Grenier sur la symbolique de l'art bouddhique en Inde, il devient en 1970 le premier Délégué général de l'Institut Charles de Gaulle sous la présidence d'André Malraux puis administrateur de l'Institut de 1991 à 1994. Il fonde le mensuel l'Appel en 1973. Il effectue alors de nombreux voyages et séjours en Inde puis au Japon, dans le sud-est asiatique, enfin en Chine.
À France Culture, il est producteur de l'émission Agora (1978-1995), il créé Tire ta langue !, la première émission consacrée au français, puis For Intérieur (depuis 1995) autour de l'œuvre d'un écrivain.
En 1985, il reçoit le prix des Créateurs pour son livre L'Amour est assez grand seigneur.
Il produit pour la télévision, de 1987 à 1997, des portraits de Simone Weil, Mishima, Malraux, Le Clézio, Jean Grosjean...
Depuis 1997, il dirige la collection Chemins d'éternité aux éditions Pygmalion (Flammarion)
En 2006, l’Académie française lui a décerné un Grand Prix de Littérature pour l’ensemble de son œuvre. (Prix Henri Gal, Institut de France).
En 2008, il est candidat à l'Académie française au fauteuil d'Henri Troyat et n'échoue que de 12 voix contre 14 face à Jean-Christophe Rufin.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Olivier Germain-Thomas - Rencontre.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Walktapus   28 octobre 2014
Voix de poètes 2 : 14 poètes disent eux-mêmes leurs textes (1912-1950) de Olivier Germain-Thomas
Par la poésie, le langage retrouve sa fonction première, celle de recréer la vie.
Commenter  J’apprécie          200
nadejda   09 juin 2016
Un matin à Byblos de Olivier Germain-Thomas
Le vide si important pour les cultures indienne, chinoise et japonaise, est reçu de travers chez nous. En remontant on retrouve le latin vacuus, "libre" et "vacant". Etre vide est un état de disponibilité, d'attente, état poétique sans colle aux pieds. C'est un état fragile à la merci de la moindre distraction. Soyons vacant, nous saisirons le murmure des choses.
Commenter  J’apprécie          150
Vianna   23 mai 2015
La tentation des Indes de Olivier Germain-Thomas
Si les indiens dorment si facilement même au milieu des fifres de la fête, comme ce jeune homme allongé quasi nu sur un muretin, c'est qu'ils ignorent l'inquiétude; ils font confiance à la vie. De notre côté, nous leur apportons les bienfaits de notre civilisation névrosé sur laquelle ils se jettent à corps perdu.
Commenter  J’apprécie          90
Vianna   22 mai 2015
La tentation des Indes de Olivier Germain-Thomas
En Inde, rien n'est jamais clos, ni les réincarnations des dieux, ni les légendes, ni la nature, ni un poème, ni une croyance, ni une maison, ni une famille. Jamais de limites, de cadres ou de point final. C'est une des raisons de son exceptionnelle capacité d'absorption.
Commenter  J’apprécie          90
Vianna   24 mai 2015
La tentation des Indes de Olivier Germain-Thomas
Pendant des années on s'est évertué à m'apprendre à devenir un intellectuel. Tout mon effort est maintenant à le désapprendre. Ce n'est pas forcément du gâchis.
Commenter  J’apprécie          80
chrysalide   24 juillet 2012
Le Benarès-Kyôto de Olivier Germain-Thomas
Je continue à me croire chez moi, mais avec un sourire. Je sais que le fossé ne sera jamais comblé. L’amour propose une semblable énigme. Seuls les mystiques comblent les fossés. Comment? On se tait.



(…)



Le plus difficile: penser hors de toute trace. Les traces sont fallacieuses: on tire à elles chaque fait nouveau. Penser dans le blanc.
Commenter  J’apprécie          50
Kalos_Kogathia   01 octobre 2014
Manger le vent à Borobudur de Olivier Germain-Thomas
Voyager

pour retrouver les yeux de l'enfant.

Pour apprendre à être confiant et méfiant, généreux et avare, dynamique et dilettante.

Pour, au retour, être interloqué par le ciel habituel.

Pour se demander où le présent disparaît quand, dans un train, dos au mouvement, on voit partir le paysage.

Pour avoir un livre d'images avec soi si on est un jour aux mains des rebelles.

Pour apprendre à jouer avec l'enfant des favelas.

Pour apprendre à parler avec les mains.

Pour revenir.

Pour savoir que personne n'est le centre du monde et qu'on ne peut jamais aller au bout du monde.

Pour apprendre que la terre est plate, qu'elle parle notre langue, qu'elle est fâchée contre l'homme.

Pour rencontrer des yeux qui regardent le ciel comme nous le faisions il y a mille ans.

Commenter  J’apprécie          30
Cachemire   10 novembre 2013
Le Benarès-Kyôto de Olivier Germain-Thomas
" Le diable est l'ombre de l'ange". Ce constat apaise. L'angoisse provient d'un désir sans espoir. Plus de désir, plus de névrose. Nous voici au cœur du bouddhisme.
Commenter  J’apprécie          40
Olivier Germain-Thomas
kuroineko   18 septembre 2017
Olivier Germain-Thomas
L'âme est le génie de la vie, sa part de ciel. La déchéance de l'époque n'est pas celle des moeurs, elle est d'avoir enfermé l'âme dans une cage.
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   24 février 2016
La traversée de la Chine à la vitesse du printemps de Olivier Germain-Thomas
A l'exaltation qui pourrait naître de cet instant serré entre deux mondes, je dis "Au trou!" Dans la gare terminus, je me concentre sur les seules questions matérielles. Derrière moi, des montagnes en forme des cônes glacés dont mes filles sont friandes dessinent une ligne aussi dansante que la carapace d'un dragon; devant, l'inconnu. La gare vietnamienne de Lang Son est quasi déserte. A l'approche de la frontière chinoise, le train s'est peu à peu vidé. Je guette un moyen de transport avec le souci mesquin de ne pas me faire arnaquer. Une moto se présente; faute de cheval ou de palanquin, prenons.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Olivier Germain-Thomas (94)Voir plus


Quiz Voir plus

Voyager en chanson

On commence sans surprise... Voyage voyage - Desireless Sur le Gange ou l'Amazone Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes Voyage, voyage .....

Sortir de mon home
Dans tout le royaume
Avec des fantômes
Fuir une heure mes mômes

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , confinement , chansonCréer un quiz sur cet auteur