AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.79 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Olivier Ikor vit à Lisbonne.
Il a été journaliste avant de se consacrer à la littérature. Il a vécu longtemps en Océanie, en Afrique et en Chine... Ses romans redonnent vie aux marins à l'époque des Grandes Épopées Maritimes. Ses personnages voyagent, pleins d'espoir et de nostalgie, comme La Billardière qui partit à la recherche de La Pérouse au cœur de la Révolution française (L'Archipel des illusions, Robert Laffont, 1990), comme Faust en compagnie de Villon et de Copernic en quête d'une terre promise (La Balade du loup cervier, Robert Laffont, 1993), comme l'amiral eunuque chinois et musulman Zheng He qui, à la tête de formidables armadas, atteignit La Mecque (Le Dragon des quatre océans, J.-C. Lattès, 2004).

Source : Decitre
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
La causerie politique de Piombino était tout aussi ennuyeuse, grave et sentencieuse. Elle me surprit pourtant par sa trivialité superficielle. Au lieu de traiter, comme je m’y attendais, de la guerre et de la paix, du destin des nations, des peuples et des princes, mes commensaux ne parlèrent que de rumeurs de coucheries entre tel et telle, de penchants pour la boisson de celui-ci, de sorcellerie chez celle-là, de tares cachées et de maladies mystérieuses pour un autre… Tout cela le plus sérieusement du monde, dans des propos qui auraient inspiré, sous le préau de la faculté, de lourdes plaisanteries et des chansons très lestes. Ils joutaient, faisaient assaut de nouvelles, de confidences, de ragots les plus secrets, les plus scabreux possible, le conditionnel disparaissant peu à peu pour être remplacé par un indicatif de plus en plus péremptoire, impératif.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
Je ne suis pas homme à courir après les titres ni les honneurs pour la seule satisfaction de les accumuler et m’en parer devant mon prochain pour mieux l’abaisser. Issu d’une riche famille de marchands, de banquiers, de notaires, et malgré mes revers de fortune, je n’ai jamais cherché l’argent que pour le bien-être des miens et la liberté qu’il m’offrait à partir en quête de la connaissance et de la vérité.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
Que nous importait à nous autres, belle jeunesse républicaine ! Du vin coulait des fontaines, on jouait de la musique, on dansait à chaque coin de rue, et les filles étaient belles en ce premier jour d’été. Le soleil était à son zénith, quand je sortis, encore un peu chiffonné de la nuit agitée que j’avais passé à boire et à chanter avec mes amis.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
On ne peut rêver meilleurs augures, même si je les déchiffre avec plus d’un demi-siècle de retard. La paix et la vigne… Telle aurait pu être la devise des Vespucci. Notre blason figurait des guêpes, jeu de mots avec notre patronyme, mais nos mœurs et nos activités ressemblaient plus à celles des abeilles besogneuses.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
Voyager, c’est un peu comme les pistaches salées. Sitôt qu’on a croqué la première, on ne peut plus s’arrêter.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
Bien que son visage fût enfoui jusqu’aux pommettes sous une large et longue barbe d’un noir de jais, un je-ne-sais-quoi dans son allure me disait que cet homme-là devait attirer les femmes, avant d’être tonsuré. Peut-être parce qu’il les inquiétait un peu.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
Les étudiants en médecine, pour la plupart fils d’artisans ou de paysans aisés, étaient les plus prompts à la révolte, à l’émeute, vite indignés de constater que la maladie était autrement plus douce aux riches qu’aux pauvres.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 août 2016
Les quatre journées d'Amerigo Vespucci : Mémoires apocryphes de l'homme qui donna son prénom à l'Amérique de Olivier Ikor
Tout compte fait, les études n’occupaient qu’une infime partie de notre temps et si l’oisiveté était vraiment mère de tous les vices, il n’y aurait pas eu plus vicieux que nous.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-49939

Le marin aime l'avoir bien chaude.

sa banette
sa dunette
sa pernette

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : lexique , marins , bateauxCréer un quiz sur cet auteur