AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.34 /5 (sur 29 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1980
Biographie :

Olivier Jacquemond est un écrivain, essayiste et poète français.

Il a soutenu sa thèse sur l'"Amitié pour l’inconnu sans ami : politique et écriture de l'amitié" à l'Université Paris 7 en 2008. Il a été chercheur invité à l'Université Columbia.

De 2001 à 2008, il fait partie du comité de lecture de l'émission "Un livre, un jour" sur France 3.

"New York Fantasy" (Mercure de France, 2009) est son premier roman.

Il est enseignant-chercheur en sciences humaines, chargé du développement des enseignements en sciences humaines à l'École supérieure du commerce extérieur (ESCE).

En novembre 2017, il lance le projet du "Livre Fantôme", un manuscrit écrit au fur et à mesure de sa publication sur Instagram. Il y eut ainsi pendant un an, au fil des semaines, plus de deux cents publications racontant les élans, les rencontres, les hésitations, les déceptions d’un écrivain avec les femmes.

Son roman, "Personne ne veut de ton amour" (espaces&signes, 2019), est l'aboutissement de ce travail expérimental. Deux lectures publiques de ce texte ont eu lieu à Paris à l’automne 2018, avec un réel succès, par le comédien Boris Begard et l’écrivaine Claire Berest.

Twitter : https://twitter.com/JacquemondO

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Olivier Jacquemond   (9)Voir plus


Personne ne veut de ton amour d`Olivier Jacquemond, "un livre sur les femmes qui ne m`ont pas sauvé".


10/05/2019

Tout a débuté en novembre 2017 avec un premier post sur Instagram : « Au commencement, il y eut la rage ». Puis, d`autres mots, d`autres phrases, certaines raturées, certaines illisibles, jetés sur des feuilles éparses. Le Livre fantôme s`est peu à peu construit, à découvert, comme dénudé, sous les regards croisés de lecteurs assistant en direct à sa gestation. Il y eut ainsi pendant un an, au fil des semaines, plus de deux cents publications racontant les élans, les rencontres, les hésitations, les déceptions d`un écrivain avec les femmes. Les angoisses et les bonheurs de celui-ci dénommé O., le double de l`auteur sont saisis dans une écriture sensible, oscillant entre poésie et humour, romanesque et cynisme, qui, très rapidement, fascine voire envoûte.

Votre roman est l`aboutissement d`un travail expérimental qui a été diffusé sur Instagram pendant plusieurs semaines. Pourriez-vous nous décrire un peu plus en détail ce processus de création singulier ?

Plusieurs mois plutôt ! L`aventure a débuté sur Instagram sous le nom de livre fantôme en novembre 2017, elle s`est poursuivie jusqu`en novembre 2018 et a mobilisé pas mal de monde : un développeur, une chef de projet, une agence de graphisme, une vidéaste, deux lecteurs et maintenant deux éditeurs. le pari était de montrer sur Instagram, le réseau social le plus superficiel, un livre en train de s`écrire : l`image, et la capture de phrases manuscrites, était soutenue par le commentaire où il s`agissait de reprendre, de corriger, d`étoffer la première impulsion.
Ça m`a astreint à une grande rigueur : 3 posts par semaine les lundi, mercredi et vendredi, et ça a certainement transformé mon rapport à l`écriture. L`exposition immédiate du travail et de la sueur !


On y suit les aventures amoureuses du personnage principal, O. Ne sont-elles qu`un prétexte à une réflexion sur le couple impossible, sur le métier d`écrivain que l`on retrouve tout au long du roman ?

Ah, je crois au couple et à sa possibilité. Mais O., le personnage, n`arrive pas à associer l`amour et le couple. En fait, il ne sait même pas ce qu`est le couple, parce que pour cela il faudrait qu`il accepte le doux ennui du quotidien. Et d`offrir l`accès à son intimité. Mais O. ne sait pas du tout ce qu`il y a en lui et ce qu`il a à offrir. Ça le terrorise : c`est une question que pas mal de gens se posent.

Et puis il y a l`écriture, c`est vrai. L`égoïsme du créateur, c`est un trait bien connu. Mais là il souffre d`un syndrome qui le rapproche de Roland Barthes, le grand sémiologue : celui-ci disait qu`il écrivait pour être aimé. Et que ça ratait à chaque fois. Il disait : on n`est jamais aimé pour ce qu`on écrit.


C`est peut-être à ça qu`O. a du mal à se résoudre : être aimé pour ce qu`il est plutôt que pour ce qu`il rêve d`incarner aux yeux des autres. Il aurait pu vouloir devenir astronaute, pompier, électricien, footballeur, le problème aurait été le même. Et c`est une leçon.



On trouve dans ce roman un vrai sens de l`aphorisme, de la maxime. Y a-t-il ce besoin spécifique d`une écriture déclamatoire ? Comment travaillez-vous la forme du texte ?

Ça c`était vraiment lié à la technique Instagram, c`est-à-dire à la contrainte formelle liée à ce médium. Il fallait que chaque post claque comme un haïku 2.0. Chaque publication devait pouvoir être lue indépendamment, presque incidemment, sans concentration particulière : dans son lit, dans le métro, bref n`importe où. Et c`est toujours le cas, le compte existe : il suffit de taper livrefantome sur Instagram pour en faire l`expérience.



Un homme, une femme se succèdent dans la narration. le texte est-il destiné à être porté et lu par deux voix ?

Au milieu de l`aventure Instagram, on s`est dit qu`il serait bien de faire une lecture et d`incarner le texte. C`est là qu`est né l`idée d`un homme et d`une femme. C`est tout bête : je pensais qu`une lecture dialoguée serait plus rythmée et de fil en aiguille qu`un homme et une femme, ça serait bien. Dès que j`ai commencé à compiler les posts, j`ai compris que le texte avait trouvé sa forme. Et puis il y a eu la première lecture publique et vlan, ce fut pour moi une révélation : il fallait qu`il y ait un livre papier autour de cette narration croisée. L`aventure devait à nouveau muter : C`est comme ça qu`est né Personne ne veut de ton amour.



Le roman est chapitré entre "la rage", "la passion", "le rire" etc. L`amour, comme le deuil, a ses étapes incontournables ?

Non, c`est plus simple que ça : on tombe amoureux de mille façons qui nous surprennent. Un détail chez l`autre. Son rire par exemple. Pour parler comme Barthes, encore, il s`agit de réhabiliter le discours amoureux et les manières d`aimer : follement, tendrement, platoniquement.
Le personnage principal se sent comme un hologramme entre deux villes.


Olivier Jacquemond et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

e viens de relire American Psycho de Bret Easton Ellis, j`y retournais pour les besoins de mon travail - à reculons donc. Ça m`a bluffé encore plus qu`à l`adolescence, j`ai trouvé le livre magistral. Et cette sensation, oui, intacte, qui m`avait donné envie plus jeune d`être dans ses livres. Je me suis mis à écrire pour ressembler aux personnages qui me faisaient rêver. Et puis, ça va peut-être paraître bizarre, pour penser comme eux.



Quel est le livre que vous auriez rêvé d`écrire ?

Hum difficile. Tout livre pour lequel j`ai eu le sentiment que j`aurais pu l`écrire et que quelqu`un d`autre l`a fait à ma place. En fait, le génie c`est de réussir à vous faire sentir l`égal du génie. Il y a un paquet d`auteurs comme ça, ça nécessite une grande dose de générosité.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Je suis un lecteur tardif : c`est à l`adolescence que je me suis à lire un peu. Deux livres m`ont chamboulé : Le mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux, et Le cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde de Robert Louis Stevenson. Encore une histoire de serial killer.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Je relis peu. Mais c`est finalement peut-être American Psycho. 3 fois je crois.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Aucun. Ce qui m`ennuie, c`est d`avoir abandonné en cours de route Le comte de Monte-Cristo d`Alexandre Dumas. J`aimais vraiment, mais j`ai dû interrompre la lecture, et je suis piégé désormais au milieu du second volume avec une grosse flemme de tout reprendre. Pareil pour Moby Dick, j`ai lâché en cours de route, le cachalot m`a semé.



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs?

Il y a des oeuvres vénérées mais finalement assez peu lues : qui a lu le livre de l`intranquillité de Fernando Pessoa ? Chaque phrase, là aussi, explose à la face du lecteur. Et il y a un livre que j`aime beaucoup et qui a souffert, du moins en France, d`avoir été mis en image par Jean-Luc Godard. C`est le Mépris d` Alberto Moravia. Époustouflant.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

C`est drôle les histoires de goût et de bon goût culturel. On dit d`untel ou d`untel qu`il est surévalué avec le sentiment jouissif d`avoir commis un acte sacrilège. Les érudits m`emmerdent !


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Pas vraiment. Ou si, mais parce que je la trouve politiquement d`une justesse parfaite : "Tout un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n`importe qui". C`est la chute de Les Mots de Sartre.



Et en ce moment que lisez-vous ?

Des écrits sur la violence. Walter Benjamin, Georges Bataille entre autres. Et en roman, Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel.


Découvrez Personne ne veut de ton amour d`Olivier Jacquemond aux éditions Espaces & Signes :


Entretien réalisé par Pierre Fremaux

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Olivier Jacquemond - Paris happening .
Olivier Jacquemond vous présente son ouvrage "Paris happening". Parution le 31 janvier 2013 aux éditions Mercure de France. Rentrée littéraire 2013.Notes de Musique : Gil Scott-Heron-Brian Jackson - 1 Peace Go With You, Brother
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gteisseire2   06 avril 2011
Le choeur des tristes de Olivier Jacquemond
Je sens que, depuis qu’elle a planté ses racines en moi, Julie me réchauffe le cœur, ranime l’espoir moribond. Nul ne me regarde avec autant de considération, de respect que Julie. J’aimerais pouvoir me retrouver dans celui qu’elle dépeint avec autant de générosité.



Grâce à elle, je gagne mes galons en maturité et passe pour quelqu’un de chevronné. Ma fatigue d’être moi, ma lassitude, elle les transforme en sens de la mesure, en sagesse. Parfois, je me plais à imaginer que l’irruption de Julie, cet amour providentiel, apporte la preuve que le passé ne fut qu’un mauvais rêve qui m’aurait longtemps poursuivi.
Commenter  J’apprécie          30
melusine80   04 juillet 2010
New York fantasy de Olivier Jacquemond
Cette ville m’aspirait, elle me rappelait à elle, comme un de ses enfants perdus. Je suis venu à New York sur la foi d’un rêve avec, en tête, le désir de vérifier la pertinence de ma vision et celui de transformer une impression fugace en sensation durable.
Commenter  J’apprécie          30
Maghily   20 février 2013
Paris happening de Olivier Jacquemond
Tu es gentil, Jacques. Tu veux bien faire. Mais la bonté, c'est une agression. Comprends bien une chose : il n'y a pas de victimes, il y a uniquement des bourreaux. Nul ne cherche à être sauvé, c'est là notre drame. Et celui qui prétend le contraire, fuis-le, ou il causera ta perte. p. 103
Commenter  J’apprécie          20
Adelie   13 mai 2011
Le choeur des tristes de Olivier Jacquemond
... car les mots ,s'ils ne sont en aucune manière un remède, fermentent quand ils restent bouclés, de telle sorte qu'être avare de mots, c'est être avare de soi.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En descendant la Seine

Sur quel plateau de Bourgogne la Seine prend-elle sa source ?

Le plateau d’Albion
Le plateau de Langres
Le plateau du Larzac
Le plateau de Millevaches

16 questions
4 lecteurs ont répondu
Thèmes : fleuve , littérature française , géographie , histoireCréer un quiz sur cet auteur