AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Bibliographie de Olivier Larue   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
levri   03 avril 2020
Ombre âge, tome 1 de Olivier Larue
— Sans rire, vous voulez dire que vous ne savez vraiment pas ce que ça signifie ? »

L’autre fit un petit signe de dénégation. Mais il y avait quelque chose de faux dans son regard. Celui qui n’avait point de nom joua la carte de la naïveté. « Laissez-moi vous faire un bref récapitulatif. Tout en haut, il y a l’ Duc. C’est facile, c’est l’ seul type avec des yeux d’or, enfin, à dire vrai, on dit qu’il y en a deux voire trois par génération. Après vous avez les yeux d’argent. Ça, c’est les Comtes. Puis les yeux de bronze pour les Barons. Les Barons obéissent à leur Comte qui obéit au Duc mais ça j’crois qu’ c’est partout pareil, non ?

— Depuis la Lex Publica, à la fin du Prime Âge.

— Ouais, ça date pas d’hier, quoi. Bon, ça c’est le sommet de la caste noble, après vous avez le reste de la haute. Les guerriers, aux yeux rouges, les artistes, aux yeux bleus, et les courtisans, aux yeux jaunes. Tout ça, ça constitue la noblesse.

— Jusque-là, j’avais suivi. Même si certaines subtilités m’échappent encore.

— Ouais, ça peut paraître embrouillé au début, mais au bout d’un moment ça d’vient naturel. Après ça, vous avez, les artisans, yeux verts, les commerçants, yeux violets et les paysans, yeux orange. Et là déjà, ça s’complique. Parce que les artisans, ils vendent aussi ce qu’ils fabriquent, ce qui explique qu’on croise aussi bien des yeux verts que des yeux violets sur le marché. »

Non sans une certaine malice, son débit allait s’accélérant au fur et à mesure de ses explications. « Reste les yeux marron, continua-t-il, eux, ils servent de domestiques, de serviteurs, tout ce que vous voulez. Certains vivent chez eux, d’autres chez leurs maîtres. Ils sont payés, ils peuvent fonder une famille. Par contre, les yeux gris… Eux, ce sont les parias. »

Le hochepot arriva sur son tranchoir avec un gros morceau de pain en plus. « Voilà messire. »

Le sans nom s’interrompit brièvement et remercia sans façons. « Pour survivre, enchaîna-t-il la plupart se font esclaves. Leurs propriétaires sont alors tenus d’ les nourrir et d’ les loger, c’est tout. La haute noblesse en possède souvent beaucoup pour la guerre, ce sont des soldats qui coûtent moins qu’un quignon d’pain. Plus de la chair à canon en fait. Beaucoup, sont mendiants. »

Le Bruméen écoutait attentivement malgré le débit. « Et les yeux noirs dans tout ça ? demanda-t-il.

— Juste en d’ssous d’ tout c’ beau monde. »

L’étranger leva son unique sourcil. « Que peut-il, y avoir en dessous d’un esclave ?

— Votre vertu, dans le Duché des Brumes, c’est la Connaissance, non ?

— Très juste mais quel rapport ? — Comment sont perçus les ignorants chez vous ? »

Le Bruméen eut un rictus de dégoût. « Nous y voilà ! rugit l’Impatient en tapant de la main sur la table et en attirant de fait le regard furieux des deux Prêtres. C’est exactement ça ! Nous sommes la giclée d’ verjus sur les papilles albâtréennes ! Nous n’ sommes pas insignifiants, non, nous sommes pires que ça. Nous sommes de trop. Voilà ce que sont les Impatients.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levri   03 avril 2020
Ombre âge, tome 1 de Olivier Larue
Alcandre se reprit en expirant longuement. « Cette fille, dit-il un ton en dessous, était-elle d’accord ? »

Clitidas ouvrit de grands yeux ronds. « Comment cela d’accord ? Elle avait les yeux gris, ne sois pas ridicule. Depuis quand la noblesse doit-elle demander son avis à la roture ? N’est-ce pas un honneur que j’ai fait à cette pécore ? »

Alcandre ne dissimula pas son dégoût. « C’est à cause de personnes telles que toi que notre Duché est malade. Primus a créé les castes dans un dessein précis : les plus hautes doivent protéger les plus faibles. Non pas profiter de leur statut. »

Clitidas eut un bref souffle de mépris. « Et où va-t-on avec ta logique ? Si nous laissons les yeux gris se rebeller et que les autres se mettent à suivre, qu’adviendra-t-il ? Ils sont bien plus nombreux que nous.
Commenter  J’apprécie          00
levri   03 avril 2020
Ombre âge, tome 1 de Olivier Larue
— Oui, répondit le Duc, glacial. Achevez-le. Il n’est plus d’aucune utilité.

 » L’Impatient étudia un moment le gaillard qui reprenait peu à peu ses esprits, grognant sous la douleur. Il s’arrêta, songeur, sur ses mèches de cheveux blancs qui trempaient dans le sang. Il ramassa le fléau et se mit à le faire tournoyer d’une main. Le grincement de la chaîne fit se retourner le blessé, il écarquilla les yeux en voyant s’approcher la boule chargée de pointes. Ce fut un bruit sourd qui résonna dans toute l’immensité de la pièce. Le Duc avait détourné les yeux avec un dédain plein de superbe. Le sénéchal s’était couvert le visage dans un petit couinement. Alcandre n’avait pas cillé.
Commenter  J’apprécie          00
levri   03 avril 2020
Ombre âge, tome 1 de Olivier Larue
Adrian était en tête, bouclier dans la main gauche, épée dans la main droite. Il sautait de gravât en gravât vers le cœur amorphe de la mêlée. Un peu plus en avant que les autres, un Noyé semblait l’observer sans le voir, le regard vide et blanc. Sa bouche rouge, énorme, hérissée d’innombrables dents grises, acérées, tordues et dégoulinante de bave glauque, s’ouvrait et se fermait lentement comme celle d’un poisson. On eut dit une sorte de cadavre imbibé d’eau, la peau blanche et suintante, pleine de plis et de recoins. La créature, ainsi que toutes les autres, souffrait par endroit d’une lèpre étrange ; excroissances de métal rouillé à l’extrême qui sortaient de sa peau.
Commenter  J’apprécie          00
levri   03 avril 2020
Ombre âge, tome 1 de Olivier Larue
Fleurant s’esclaffa joyeusement à la manière d’un enfant. Il n’était pourtant pas si jeune du haut de ses dix-sept printemps. Mais ses traits fins, la blondeur des cheveux qui lui tombaient jusqu’aux épaules, la pâleur de son teint à l’exception des pommettes qu’il avait rouges comme une poupée, tout son physique transpirait une innocence qui faisait oublier qu’il était un homme fait depuis longtemps.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Olivier Larue (3)Voir plus