AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Olivier Schefer est maître de conférence en esthétique et philosophie de l'art à l'Université Paris I (Panthéon Sorbonne), spécialiste de la philosophie et de l'esthétique romantique. Il a notamment co-édité une anthologie critique du romantisme allemand, La Forme poétique du monde, José Corti, 2003, et traduit plusieurs manuscrits posthumes de Novalis, Semences, Allia, 2004, Le Brouillon général, Allia, 2000.
Il a récemment publié deux essais sur les figures littéraires et cinématographiques du mort-vivant et du somnambule : Des revenants. Corps, lieux, images, Bayard, 2009, Variations nocturnes, Vrin, 2008.
Il a signé, en 2011, la préface d'un titre de Théophile Gautier, Histoire du romantisme, aux Éditions du Félin.

Source : Frace Culture
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Partemps   14 septembre 2020
Poésie de l'infini. Novalis et la question esthétique de Olivier Schefer
Plus que celle d’autres romantiques, en effet, la figure de Novalis est entourée d’un halo d’images d’Épinal qui, de la première édition, hagiographique et tronquée, de ses œuvres par son ami Ludwig Tieck, à la réception de son œuvre en Allemagne et en France au xixe et xxe siècles, en polluent la lecture. La plus tristement célèbre de ces images d’Épinal est celle de la « fleur bleue » d’Henri d’Ofterdingen, devenue emblème d’une sentimentalité mièvre — en ce sens son destin est métonymique de celui de l’adjectif « romantique » — alors qu’elle renvoie, dans la première partie du roman inachevé de Novalis, intitulée « L’Attente », à l’aspiration vers l’absolu, à la possibilité — d’abord entrevue en rêve puis recherchée à travers la quête de la poésie, de l’amour et du divin — d’une transfiguration du monde par la poésie.

La fleur bleue est la figure du manque et de la quête : l’intuition (onirique dans le premier chapitre du roman) de son existence est le moteur même de l’itinéraire de recherche du héros. La « fleur bleue » est l’objet manquant qui détermine dans sa carence le départ et la vie du personnage. Incarnation de l’absolu en acte (identité de l’être et de l’essence, présence de l’infini), elle est l’objet archétypique de la quête et figuration du désir romantique en ce sens. Par ailleurs, son apparition première dans le rêve de Heinrich nous indique son caractère magique, liée qu’elle est, métonymiquement, à un ensemble d’objets par lesquels se révèle la nature symbolique du monde. En ce sens, la fleur bleue est le centre d’un univers de correspondances, justiciable d’une lecture idéaliste‑magique. C’est ce qu’en a retenu André Breton, qui crédita la poétique novalisienne d’une première mise au jour de la nature surréaliste du réel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
blandine5674   06 juin 2017
Une tache d'encre de Olivier Schefer
Si les paroles volent, c'est qu'elles sont des flèches. Une fois décrochées, rien ne les arrête ni ne les empêche de vous atteindre au coeur pour toujours. On a beau s'excuser mille fois, pardonner, ce qui est dit est dit.
Commenter  J’apprécie          60
AuroraeLibri   20 juillet 2016
Novalis de Olivier Schefer
A peine disparu, Novalis est devenu un symbole phare du haut romantisme, au point d'incarner quasiment à lui seul le romantisme. Il est le "seure jouél vrai poète de l'école romantique", d'après Gerog Lukacs dans un texte de 1907. Faut-il rappeler qu'il invente le "fleur bleue" dans son roman Henri d'Ofterdingen, terme dont on connaît assez le destin, mais aussi qu'il s'éprend passionnément (tout paraît s'être joué en un quart d'heure, IV, 367) d'une jeune fille, une préadolescente de 12 ans et demi, Sophie von Kuhn, dont le charme enfantin a intrigué le vieux Goethe, la famille de Novalis, pourtant hostile au début, et même l'ombrageux Friedrich Schlegel ?
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibri   20 juillet 2016
Novalis de Olivier Schefer
"C'est encore un jeune homme -d'une belle allure élancée, avec un visage très fin, des yeux noirs d'une expression splendide lorsqu'il parle de quelque chose avec feu- bien plus de feu qu'on ne saurait dire-, il parle trois foi plus et trois fois plus vite que nous autres- il possède une intelligence et une sensibilité des plus vives."

Friedrich Schlegel

(Lettre à son frère, August Wilhelm, janvier 1792)
Commenter  J’apprécie          10
blandine5674   06 juin 2017
Une tache d'encre de Olivier Schefer
Dans les trains rapides actuels, il est impossible de baisser les vitres, ce que nous faisions, dès que les wagons prenaient de la vitesse, avec une liberté qui était de l'innocence, nous accoudant quelques minutes, à la manière de Monica Vitti dans l'avventura, tandis que le soleil se couchait à l'horizon, pour sentir l'air nous frapper au visage. On savait à ce moment-là qu'on partait pour de bon.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur