AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.18 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : Sénégal
Né(e) à : Thiès , 1982
Biographie :

Omar Ba étudie la sociologie à l'université Gaston Berger de Saint-Louis, au Sénégal de 2001 à 2003 puis vient en France avec un visa d'étudiant et suit pendant deux ans des cours de sociologie à l'université de Saint-Étienne.

En 2005 il s'inscrit à des cours de sociologie des médias à l'EHESS, à Paris et se fait connaître en publiant deux livres sur la condition des immigrés africains en France.

Son premier livre, intitulé Soif d'Europe, témoignage d'un clandestin, porte sur les incroyables difficultés que les africains qui veulent venir s'établir en France doivent endurer en passant par des filières clandestines. Très bien reçu par la presse, ce témoignage bouleversant lui a valu d'obtenir un titre de séjour régulier.

Le second, Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus, paru en juin 2009, fait part de son désenchantement en décrivant les grandes souffrances de la vie en Europe pour les Africains, il conseille aux Africains de rester chez eux et de mettre en valeur leur propre pays.

Des critiques doutant de la véracité des faits décrits par Omar Ba dans Soif d'Europe naissent dès 2008 parmi les internautes sénégalais, provoquant une première enquête menée par l'écrivain Bathie Ngoye Thiam.

Après la parution de son deuxième livre en 2009, un journaliste du Monde, Benoît Hopquin, relaie l'enquête de Bathie Ngoye Thiam et met en évidence dans la biographie d'Omar Ba des invraisemblances permettant de mettre en doute le sérieux de ses propos.

Dans un courrier adressé le 17/07/2009 au «Parisien» Omar Ba finit par avouer:
«J'ai arrangé ma biographie parce que je pensais que cela aurait plus d'impact, reconnaît-il aujourd'hui. Mon témoignage ne repose pas uniquement sur des événements que j'ai vécus personnellement mais aussi sur des drames vécus par d'autres, des anonymes dont la voix est trop souvent tue.».
Il assure « regretter amèrement aujourd'hui ce choix ».

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
luocine   19 juillet 2009
Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus de Omar Ba
Je dédie ce livre à tous ceux qui ne pensent pas comme moi.



Le qu'en dira-t-on, dont on fait son pain quotidien en Afrique, crée un véritable handicap lorsqu'il s'agit de prendre des décisions personnelles.



Il est urgent d'attaquer le problème de l'immigration illégale sous l'angle du trafic d'êtres humains. Trop souvent on vacille entre l'extrémisme de la droite et l'angélisme de la gauche pendant que se poursuit la ruée macabre vers l'Europe.



L'ordre de prendre une pirogue ne vient d'aucun Etat du Nord, quand bien même ils sont en partie responsables.

Commenter  J’apprécie          70
Meuraie   09 décembre 2013
Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus de Omar Ba
p. 14 : "Ils ne se doutaient pas qu'il me faudrait, pour réussir complètement dans la vie, en plus d'une formation scolaire, un vrai capital social au sens où l'entend Pierre Bourdieu, c'est-à-dire un réseau que l'on peut faire fonctionner en cas de besoin et qui assure l'insertion professionnelle et familiale."



p. 54 : "Pour eux, ma vie c'est ici, en Europe. Je suis étranger chez moi. Je ne suis pas devenu européen pour autant car je suis un immigré. Etranger chez moi, immigré ici! Il me faut une habitation sur pilotis au milieu de la Mediterranée, entre les deux continents. Peut-être que là, je serais simplement "moi"."



p. 58 : "Comme l'indique le psychologue Erich Fromm : "Afin d'assurer le bon fonctionnement d'une société donnée, ses membres doivent acquérir un type de caractère qui leur fasse vouloiragir exactement comme ils doivent agir en tant que membres de cette société [...] Il faut qu'ils désirent faire ce que objectivement il est nécessaire qu'ils fassent.

La pression extérieure se trouve alors remplacée par la contrainte intérieure et par cette énergie particulière qui est canalisée dans les traits du caractère"."



p. 69 : "Le mimétisme occupe chez nous trop de place pour que renaisse une confiance en la capacité de sortir le continent du chaos. Si l'Afrique doit prendre exemple sur l'Europe, dans certains domaines, elle doit le faire en ayant à l'esprit que le degré d'avancement qu'elle envie chez ces sociétés européennes a toujours été fondé sur un socle actif et inventif, fragilisé par moments mais toujours présent."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Heval   02 février 2012
Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus de Omar Ba
Albert Tévoédjrè décrit une réalité de la vie en Europe que je partage entièrement. "Lorsque l'homme respire un air vicié, dit-il, vit dans le bruit, mange des aliments soumis à des additifs de conservation et de coloration, travaille dans une entreprise dont il ne connait ou ne comprend pas les rouages, lorsqu'il utilise une grande partie de son temps dans les transports bondés, rentre chaque soir dans le casier qu'il lui est alloué dans une cité-dortoir, je ne puis dire qu'il est riche, je ne puis dire qu'il est développé".
Commenter  J’apprécie          40
Sfn   26 juillet 2017
Soif d'Europe : Témoignage d'un clandestin de Omar Ba
Tout de mon dernier jour au pays me pousse à prendre le large. Tandis que nos mères sont incapables d'acheter les malheureuses sardines, les Européens raflent toute la mise. J'ai la preuve une fois de plus, que le salut est chez eux. Même chez nous ils réussissent à faire la pluie et le beau temps. Ils réussissent toujours ...
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
142 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur