AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.36/5 (sur 246 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1980
Biographie :

Ophélie Cohen est fonctionnaire de police depuis plus de vingt ans,

Officier de police judiciaire, elle est en poste à la BSU (brigade de sûreté urbaine). Certifiée chargé de communication de sécurité intérieure (2021) et formateur de sécurité intérieure (2011), elle a commencé sa carrière à la brigade des mineurs.

Tombée dans les bibliothèques quand elle était enfant, elle saute le pas et passe de lectrice à auteure.

"Héloïse" (2021) son premier roman, remporte le prix coup de cœur Noir Charbon 2021. En 2023, Ophélie Cohen signe un roman psychologique, "Suspicions", qui évoque l’aliénation parentale et l’enfance maltraitée.

Ophélie Cohen est membre du collectif Les Louves du Polar.

Elle vit avec son compagnon, l'écrivain Xavier Massé (1977), à Ville-sous-Anjou, en Auvergne-Rhône-Alpes.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ophélie Cohen   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ophélie COHEN / Suspicion(s) (IFS) [&] Héloïse (Harper Collins)


Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Les auteurs y mettent une partie de leur âme. Et quand on est suffisamment attentif, on peut deviner les sujets qui leur tiennent à cœur.J'aime cette espèce d'intimité que chaquc lecteur partage avec un écrivain. Un échange unique. Presque... érotique.
Commenter  J’apprécie          10
L’humain juge sans savoir. Il se base sur ses valeurs, son éducation, ses croyances. Il a toujours un avis sur tout et le plus souvent sur rien. Il ne peut s’empêcher de dire et de médire. Mais quand il passe de spectateur à acteur, les certitudes s’effondrent. Le doute s’installe.
Commenter  J’apprécie          150
L’espoir est traître. D’abord, il nous enrobe de douceur, soigne nos blessures. Il nous prend par la main en nous promettant que demain, tout ira mieux. Il éclaire nos nuits sans lune. On se laisse porter. On y croit très fort. On s’y accroche parce que toute notre vie en dépend. Puis ce traître, nous lâche. Et c’est le plongeon.
Vertigineux.
Constant.
Dans un puits sans fond.
Commenter  J’apprécie          130
Verre vide, je te plains. Verre plein, je te vide.
Commenter  J’apprécie          140
Il m'a serrée si fort contre sa poitrine qu'il aurait pu recoller tous les éclats de moi, disséminés au vent de mes souffrances. Il était près de moi et je me suis endormie, épuisée.
Apaisée.
Commenter  J’apprécie          90
Je me sentais perdue au milieu de ces boîtes roses et bleues. Quelle idiotie d’attribuer aux tests de grossesse la même couleur que les layettes. Cliché bicolore d’une société où tout doit entrer des cases.
Commenter  J’apprécie          80
Mais qui pourrait me comprendre, sans me juger ? L’humain ne peut s'empêcher de critiquer son prochain. S'il excelle dans l'autocentrisme, il est aussi titulaire d'une mention «condamnation». Combien de fois avais-je entendu mes pairs donner leur avis sur la manière de vivre de leur entourage ? Des bouches de vieilles ragoteuses qui ne peuvent se retenir de critiquer, étiqueter, cataloguer, mettre cases les moindres comportements allant à l'encontre de leur propre vision de la vie.
Commenter  J’apprécie          50
Malgré la pauvreté et les maladies, les Sénégalais que je côtoyais étaient heureux et reconnaissants. Alors qu’en Europe la consommation de masse avait créé des décennies de générations en dépression, je découvrais que la clef du bonheur était sans doute dans le dénuement. Ces femmes et ces hommes qui n’avaient rien mais offraient tout.
Commenter  J’apprécie          50
Dans mon métier, une vie personnelle épanouie est l'arme ultime pour ne pas céder au chant des sirènes de l'alcool, de la dépression et du suicide. En brigade des mineurs, nous perdons, au fil des années, des morceaux de nous. Ils se décrochent peu à peu, à chaque crime, chaque gifle, chaque victime que l'on n'a pas pu aider. Nous, les flics, on se délite avec le temps. Et même si on tient bon, à la fin, demeurent les pleurs et les cris qui hantent nos nuits.
Commenter  J’apprécie          40
Rien n’était pire que les promesses non tenues et les espoirs vains. Et lui justement, me proposait la seule chose à laquelle je ne m’attendais pas. Une « non-promesse
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Ophélie Cohen (253)Voir plus

¤¤

{* *} .._..