AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.14 /5 (sur 128 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Florence , le 29/06/1929
Mort(e) à : Florence , le 15/09/2006
Biographie :

Oriana Fallaci était une essayiste et journaliste italienne.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Oriana Fallaci se joint à la résistance en dépit de sa jeunesse, dans le groupe armée démocratique Giustizia e Libertà.
Son père, Edoardo Fallaci, ébéniste à Florence, fut un activiste politique luttant pour mettre un terme à la dictature fasciste de Benito Mussolini. C'est à cette période qu'Oriana Fallaci fut exposée aux atrocités de la guerre.
Fallaci débuta sa carrière de journaliste à l'âge de 17 ans, devenant en 1950 envoyée spéciale pour le journal Il mattino dell'Italia centrale.
Depuis 1967, elle a travaillé en tant que correspondante de guerre au Viêt Nam, pour la guerre indo-pakistanaise, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. En 1968, elle est emprisonnée avec les étudiants manifestants au Mexique.
Pendant des années, Fallaci était envoyée spéciale auprès du magazine d'actualité politique L'Europeo et a écrit pour plusieurs journaux importants dont le Corriere della Sera ainsi que pour le magazine Epoca.
Elle a interviewé de nombreux chefs d'État et personnalités internationales tels qu'Henry Kissinger, le Shah d'Iran, l'Ayatollah Khomeini, Willy Brandt, Lech Wałęsa, Zulfikar Ali Bhutto, Ariel Sharon, Walter Cronkite, le colonel Kadhafi, Federico Fellini,
Fallaci a reçu deux fois le prix Saint-Vincent du journalisme, ainsi que le prix Bancarella en 1971 pour La vie, la guerre et puis rien, le prix Viareggio en 1979 pour Un homme, le prix Antibes en 1993 pour Inchallah. Elle a obtenu son doctorat ès lettres au Columbia College de Chicago.
Elle a enseigné à l'université de Chicago, de Yale, d'Harvard et de Columbia.
Alors qu'elle avait commencé sa carrière dans la presse de gauche laïque, la journaliste s'était à la fin de sa vie rapprochée de la droite et de l'Eglise catholique. Se définissant comme "une athée chrétienne", elle était avec Giuliano Ferrara une des grandes figures des "athées dévots", un mouvement intellectuel italien qui partage avec l'Eglise catholique le constat d'une nécessité « vitale » pour l'Europe de renouer avec ses « racines chrétiennes ».
Après les attentats du 11 septembre 2001, elle adopte une position très ferme contre l'Islam. Son point de vue est précisé dans deux essais, La Rage et l'Orgueil et La Force de la raison.
En 2005, elle avait été reçue en audience privée par Benoît XVI. En héritage, Oriana Fallaci a donné à l'Université pontificale du Latran tout son patrimoine culturel.
+ Voir plus
Source : Wikipédia.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Bande annonce du film Oriana Fallaci (2015), Biopic sur la célèbre reporter de guerre et essayiste italienne
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
PiertyM   17 mars 2014
Inchallah de Oriana Fallaci
Qui a dit qu'être beau veut dire avoir de jolis traits? Parfois être beau signifie avoir de l'esprit, de l'élégance, de la dignité.

Commenter  J’apprécie          280
aouatef79   10 octobre 2017
Un homme de Oriana Fallaci
Le peuple , en somme . Ce peuple qui jusqu' à hier t' avait écarté, abandonné comme un chien encombrant, ignoré quand tu disais ne vous laissez pas embobiner par ceux qui vous donnent des ordres,qui vous font des promesse

qui vous terrorisent, qui veulent remplacer un maître par un autre maître, ne soyez pas des moutons , nom de Dieu, ne vous abritez pas sous le parapluie de la faute des autres , luttez , pensez avec votre tête, rappelez-vous que chacun est quelq'un, un individu responsable, artisan de lui-même défendez-le votre moi, noyau de toute liberté, la liberté est un devoir, avant même d'êtreun droit elle est un devoir .
Commenter  J’apprécie          190
isanne   29 février 2020
La vie, la guerre et puis rien de Oriana Fallaci
Moi, j'ai vu la mer quand on m'a envoyé dans le Nord et j'y suis allé avec un bateau, et j'ai vu la plage qui est blanche et lisse. Mais la mer me fait un peu peur, parce qu'elle n'a pas d'arbres et qu'un monde sans arbres ce ne me semble pas un monde. Moi avant de mourir je voudrais revoir un coucher de soleil au-dessus des arbres. Tu sais, quand le soleil devient tout rouge et tombe, englouti par les arbres, et que les rizières sont vertes, et qu'une brise légère fait plier les épis.





(Nguyen Van Sam, emprisonné pour attentats à Oriana Fallaci)
Commenter  J’apprécie          180
blandine5674   01 mars 2020
La vie, la guerre et puis rien de Oriana Fallaci
Depuis que je suis au monde on me rebat les oreilles avec le drapeau, la patrie ; au nom de ces sublimes sottises, on m’impose le culte de tuer, d’être tuée, et personne ne m’a encore dit pourquoi tuer pour voler est un péché, tandis que tuer avec un uniforme sur le dos est glorieux.
Commenter  J’apprécie          160
blandine5674   03 mars 2020
La vie, la guerre et puis rien de Oriana Fallaci
« Il arrive parfois à qui a tout perdu de se perdre aussi lui-même. »
Commenter  J’apprécie          170
blandine5674   02 mars 2020
La vie, la guerre et puis rien de Oriana Fallaci
Si un enfant meurt écrasé par une automobile à Rome ou à Paris, tout le monde pleure ce grand malheur. Mais si cent enfants meurent tous ensemble, sous une bombe ou une mine, on ne ressent qu’une légère pitié. Un de plus, un de moins, quelle importance ? On les regarde comme on regardait les cadavres des juifs en Allemagne.
Commenter  J’apprécie          150
mesrives   04 octobre 2015
Un homme de Oriana Fallaci
Lorsque huit mois plus tard, je suis entrée à la morgue à la recherche de ton corps, mon supplice était le hurlement sans fin, réprimé, d'une bête blessée, le souvenir de t'avoir souhaité la mort, même à travers une réplique banale, a déchiré ma conscience jusqu'à l'étourdir et, désormais, je n'ai pu m'empêcher d'entendre, telle une goutte qui tombe d'un robinet mal fermé: " Crève, crève, crève, crève."
Commenter  J’apprécie          130
ophrys   02 octobre 2012
Inchallah de Oriana Fallaci
La mort d’un amour est comme la mort d’une personne bien-aimée. Elle laisse le même chagrin, le même vide, le même refus de se résigner à ce vide. Même si on l’a attendue, causée, voulue par autodéfense ou bon sens ou besoin de liberté, lorsqu’elle arrive on se sent invalide. Mutilé. Il nous semble être resté avec un seul œil, une seule oreille, un seul bras, une seule jambe, un seul poumon, un demi-cerveau, et nous ne faisons rien d’autre qu’invoquer la moitié perdue de nous-mêmes : celui ou celle avec qui on se sentait entier.
Commenter  J’apprécie          120
mesrives   04 octobre 2015
Inchallah de Oriana Fallaci
Il lécha une larme qui coulait sur ses lèvres. On l'avait envoyé à la campagne passer les vacances avec ses grands-parents et son cousin Beppe, et c'était un suffocant après-midi d'août. Un de ces après-midi où l'on est liquéfié par la sueur et le sommeil. Le grand-père et la grand-mère dormaient, outre leurs ronflements on n'entendait que le crissement des cigales, et lui se trouvait sur la terrasse avec Beppe qui cherchait un filet de brise. Mais la brise ne venait pas et Beppe avait dit: "Allons prendre une douche, Martino." Ils étaient allés dans la salle de bains, ils avaient pris une douche et...C'était un joli garçon, Beppe. Il avait un corps lisse et doré par le soleil, les fesses rondes, les yeux malicieux, et il le regardait comme les femmes regardent les hommes. Il lui avait caressé une joue. Après la joue, une épaule. Puis le ventre. Rien de plus. Mais la nuit, ils avaient dormi dans le même lit, et ce qui devait arriver était arrivé. La nuit suivante, aussi. Et chaque nuit, nuit après nuit. Comment aurait-il su que s'était un pêché? Il n'avait que treize ans, personne ne lui avait jamais dit que ce drôle de cylindre de chair avec lequel on fait pipi servait aussi à cela: d'après le curé, le pêché c'était de ne pas aller à la messe ou de boire son café au lait avant la communion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
isanne   28 février 2020
La vie, la guerre et puis rien de Oriana Fallaci
(1967)



Et je pensai, qu'en ce moment, dans le reste du monde, la polémique se déchaînait sur les greffes du coeur : les gens, dans le reste du monde, se demandaient s'il était permis de prélever le coeur d'un malade à qui il reste dix minutes de vie, alors qu'ici personne ne se demandait s'il était permis d'enlever l'existence entière à tout un peuple de créatures jeunes et saines avec un coeur en bon état.
Commenter  J’apprécie          120
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-47927

Quelle était la profession d'André-Charles Boulle (1642-1732) à la cour du roi Louis XIV?

jardinier
ébéniste
médecin

7 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms propres , guerre mondiale , littérature française , sport , artisanatCréer un quiz sur cet auteur
.. ..