AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.84 /5 (sur 378 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saïgon (Vietnam) , 1974
Biographie :

Orianne Charpentier est née à Saïgon en 1974.

Diplômée en 1996 du Centre de formation des journalistes à Paris, elle est l'auteure de six romans pour adolescents et travaille depuis 2011 pour Paris Mômes, un magazine qui recense les activités culturelles destinées aux enfants sur Paris.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Orianne Charpentier - Rage

Citations et extraits (99) Voir plus Ajouter une citation
AudreyT   22 juillet 2017
Rage de Orianne Charpentier
Le corps est un traitre. Il dit tout, même ce que l'on veut taire.
Commenter  J’apprécie          290
Ziliz   06 juin 2017
Rage de Orianne Charpentier
Une autre peur s'empare d'elle. La jeune femme médecin a parlé d'une loi. Elle sait ce que ce mot veut dire, elle répugne à l'idée d'en enfreindre. Pas par crainte d'un châtiment mais parce que, à présent qu'elle se sent guérir sur cette terre nouvelle, elle veut en suivre les sillons. Elle veut y vivre en harmonie, selon les règles. Elle qui vient d'un pays où l'Etat se conduit en bourreau, où tous les droits sont bafoués, elle a soif d'une justice qui vaudrait pour tous.

(p. 70)
Commenter  J’apprécie          250
NathalC   01 avril 2017
Après la vague de Orianne Charpentier
Pour moi, le monde est un peu comme celui d'Harry Potter. Je veux dire par là que, quand on croit, on croit que le monde n'est pas seulement celui qu'on voit, que le réel n'est pas seulement ce qui est visible. On croit que toute vie a un sens et une importance infinie, que chaque individu sur cette terre porte une promesse qui le lie aux autres, une promesse dont il n'a même pas conscience, la plupart du temps. On croit aussi que chaque choix que l'on fait a des conséquences sur le reste du monde, et que, quand c'est un choix d'amour, il porte de beaux fruits, et quand c'est un choix de non-amour, il porte des fruits amers. Et que même ces fruits amers, quand on y croit et quand on aime, peuvent être transformés en quelque chose de meilleur. Bref, on croit que toute vie est une lutte contre le mal et la mort, et que, dans cette lutte, les seules armes que l'on a, ce ne sont pas des pouvoirs magiques, c'est l'amour...
Commenter  J’apprécie          240
missmolko1   30 janvier 2017
Rage de Orianne Charpentier
Tandis qu'ils roulent sur le périphérique, dans la lumière stroboscopique des réverbères, une panique sourde monte en elle. Cette course lui en rappelle une autre. Elle a l'impression que son nouveau monde pourrait s’écrouler encore, comme l'ancien. C'est ce qu'elle a appris en mille ans d'existence : chaque seconde de nos vies, chaque battement de cœur, peuvent être le compte à rebours d'une catastrophe imminente.
Commenter  J’apprécie          230
NathalC   31 mars 2017
Après la vague de Orianne Charpentier
Jade disait qu'il y a des tas de romans dans une gare. Que les vies sont comme les rails : parfois elles s'étirent en parallèle, parfois elles se croisent. Que chaque train qui s'éloigne contient au moins une histoire qui finit et une autre qui commence.
Commenter  J’apprécie          220
Ziliz   01 juin 2017
Rage de Orianne Charpentier
« Dépression hostile », c'est comme ça qu'ont dit les médecins. C'est ainsi qu'ils ont appelé sa colère, à l'hôpital où elle a été envoyée peu de temps après son arrivée en France.

A l'époque, elle ne comprenait pas la langue de ce pays, ni les coutumes, ni les façons d'être des gens. Elle se méfiait de tout le monde, même des éducateurs du foyer d'urgence où on l'avait placée. Leur bienveillance lui semblait pire que tout : et si c'était une ruse, un stratagème grossier pour mieux abuser d'elle ?

(p. 27)
Commenter  J’apprécie          210
missmolko1   13 février 2017
Rage de Orianne Charpentier
- [...] Et je crois qu'il n'y a pas de fatalité, qu'on peut décider de sa vie....

- Tu vis dans un pays en paix !, le coupa-t-elle en bégayant ( ses mots fusent comme des balles ; mais au moment de franchir ses lèvres, ils butent sur tout ce qu'elle ne peut pas lui dire). Et tu trouves ça normal ! La liberté aussi, tu trouves ça normal. Et la mort, pour toi, pour tout le monde ici, c'est injuste. Mais ailleurs dans le monde, c'est la mort qui est normale. Et la vie, c'est un accident !
Commenter  J’apprécie          210
petitsoleil   14 septembre 2015
Après la vague de Orianne Charpentier
- Avant , la plage où ...

Avant, il y avait des mangroves tout autour, des forêts de palétuviers qui faisaient une transition entre la terre et la mer, et qui donnaient du poisson aux pêcheurs ... On les a arrachées pour construire des hôtels de luxe, mais ces mangroves ... on pense qu'elles protégeaient les côtes de la violence des raz-de-marée ...



Ca m'a déchiré le cœur.

Et en même temps ça m'a soulagé.



Pour Albert, le coupable dans notre tragédie, ce n'était pas moi.

Ce n'était même pas Dieu, ou le hasard, ou l'absurdité de la vie.

C'était la disparition des mangroves.
Commenter  J’apprécie          200
orbe   10 juin 2014
Après la vague de Orianne Charpentier
Pour moi, le monde est un peu comme celui d'Harry Potter. Je veux dire par là que, quand on croit, on croit que le monde n'est pas seulement celui qu'on voit, que le réel n'est pas seulement ce qui est visible. on croit que toute vie a un sens et une importance infinie, que chaque individu sur cette terre porte une promesse qui le lie aux autres, une promesse dont il n'a même pas conscience, la plupart du temps. On croit aussi que chaque choix que l'on fait a des conséquences sue le reste du monde, et que, quand c'est un choix d'amour, il porte de beaux fruits, et quand c'est un choix de non-amour, il porte des fruits amers.
Commenter  J’apprécie          160
Ziliz   31 mai 2017
Rage de Orianne Charpentier
Avant l'enfer, il y avait eu la peur. Les valises faites en hâte, les sacs entassés dans le coffre de la voiture et jusque sur la banquette arrière, où elle s'était retrouvée serrant son petit frère contre elle.

Ils avaient roulé quelques heures, avec son père crispé au volant et sa mère trop pâle. Quelque chose s'était déchiré, des ombres avaient envahi le pays, des bêtes au visage d'hommes qui menaçaient de les prendre en étau - entre les geôles d'Etat où disparaissaient par milliers les opposants politiques et les massacres de conquérants fous.

Ils avaient roulé sur la route poussiéreuse, plus lentement qu'ils ne l'auraient voulu, et Rage croisait parfois le regard de plus infortunés qu'eux, qui fuyaient à pied, portant sur leur dos des paquets ou des enfants épuisés.

(p. 20-21)
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Orianne Charpentier (478)Voir plus


Quiz Voir plus

La vie au bout des doigts

Comment s’appelle la seule amie de Guenièvre?

Victoire
Pauline
Marie-Madeleine
Marquerite

5 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : La vie au bout des doigts de Orianne CharpentierCréer un quiz sur cet auteur

.. ..