AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.01 /5 (sur 64 notes)

Nationalité : Albanie
Né(e) à : Tirana , le 03/08/1968
Biographie :

Ornela Vorpsi est une romancière, photographe, peintre et vidéaste.

Elle a étudié les beaux-arts à Tirana puis, à partir de 1991, à Milan.

Depuis 1997, elle réside à Paris.

Vorpsi est une écrivaine d'expression albanaise, italienne et française. Ses ouvrages sont traduits en une quinzaine de langues.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
rabanne   01 septembre 2016
Le pays où l'on ne meurt jamais de Ornela Vorpsi
Dans notre cher pays où l'on ne meurt jamais, où les corps sont faits de plomb, nous avons un adage, un adage très profond : "Vis, que je te haïsse, et meurs, que je te pleure".
Commenter  J’apprécie          220
kielosa   09 janvier 2020
Buvez du cacao Van Houten ! de Ornela Vorpsi
Qu'il est bon d'avoir l'âme enveloppée dans une blouse jaune

Pour la défendre des regards !

Qu'il est bon,

Quand on est jeté aux dents de l'échafaud,

De crier :

"Buvez du cacao Van Houten !"



Vladimir Maïakovski, Le Nuage en pantalon.



(page 13).
Commenter  J’apprécie          110
Woland   17 avril 2012
Le pays où l'on ne meurt jamais de Ornela Vorpsi
[...] ... Parfois [grand-père] se tient à côté de moi pendant que je travaille, et je sais que, d'un instant à l'autre, il se mettra à me parler de l'Italie fasciste :



- "Qu'est-ce qu'on était bien, du temps de l'Italie, la pauvreté d'aujourd'hui, c'était impensable ! De nos jours, je ne peux même pas exercer mon métier ...



- Pourquoi tu dis ça, grand-père ? Bien sûr que tu peux l'exercer, il suffit de le vouloir, et puis, des avocats, on en a toujours besoin. Va à la mairie, demande ta place et tu verras qu'on te la redonneras.



- Mais je ne suis pas un juge, bordel de merde, je suis un avocat de la défense, et ce métier, grâce au parti communiste, il n'existe plus. Le Parti assure qu'il ne te condamne jamais inutilement, aussi n'a-t-on pas besoin d'être défendu. Un juge suffit. La défense, c'est le Parti lui-même qui s'en charge, en te jugeant par l'intermédiaire du juge qu'il appointe. Bref, le juge que tu as devant toi est aussi attentionné que s'il était là pour te tirer d'affaire." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
myriampele   29 août 2015
Buvez du cacao Van Houten ! de Ornela Vorpsi
Les seins brûlaient-ils avec le corps? Je veux dire: est-ce que le silicone brûle à la même température que le corps?
Commenter  J’apprécie          80
le_Bison   18 février 2012
Le pays où l'on ne meurt jamais de Ornela Vorpsi
Il semblerait que le premier signe de vie sur terre, le plus primitif, le plus simple, ait été l’amibe : rien qu’une cellule. Puis les choses se compliquèrent : l’amibe commence à se multiplier et à varier en fonction du climat, du milieu, jusqu’au jour où toutes sortes d’espèces apparaissent sur terre. Puis, c’est le tour du chimpanzé, qui ouvre les portes à l’être humain. Ce dernier rêve bientôt de conditions idéales pour lui-même, l’état suprême d’être-au-monde, d’y-être-dans-le-monde : le communisme.



Bref, l’homme est une espèce héroïque, ne croyez-vous pas ? Il suffit de suivre le long parcours de l’amibe au rêve communiste qui frappe à notre porte pour comprendre sa grandeur.
Commenter  J’apprécie          60
Woland   17 avril 2012
Le pays où l'on ne meurt jamais de Ornela Vorpsi
[...] ... A la maison, les mêmes propos reviennent :



- "Ne t'en fais pas" (c'est ma mère qui parle), "je t'enverrai chez le médecin pour voir si tu es vierge ou pas."



Elle m'observe, menaçante, en murmurant entre ses dents, et moi, qui ai treize ans et qui ignore encore ce que les hommes ont dans leur pantalon (mystère qui, semble-t-il, est en rapport étroit avec tout ce qui a trait à la putinerie), je me sens une pute exemplaire. Le regard de ma mère me déshonore.







Je me glisse dans mon lit, effrayée, et je pense : "Si elle m'envoie vraiment chez le médecin, si on découvre que je ne suis pas vierge de nature, comme un enfant venu au monde avec une main en moins, sourd, aveugle ou, pire encore, sans amour pour la Mère-Parti, je ferai quoi ? Que ferai-je dans ce cas ?"



Le sommeil me surprend au milieu de ce monologue intérieur, tandis que, muette, je la supplie d'accepter cette vérité tragique, tombée sur nos têtes : "Je te jure, ma', je te le jure, je n'ai rien fait ! Je suis née comme ça ! Crois-moi ... je te le jure ..." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
de   07 avril 2013
Le pays où l'on ne meurt jamais de Ornela Vorpsi
les hommes ne vont pas se noyer dans le lac … ces messieurs ne tombent pas enceints – ainsi sont-ils préservés du pire
Commenter  J’apprécie          70
le_Bison   18 février 2012
Le pays où l'on ne meurt jamais de Ornela Vorpsi
A présent, elle et Bukuria sont sans doute au travail dans les champs, piochant la terre, récoltant le maïs, se rééduquant. Il leur est interdit de s’éloigner du camp d’internement, une semi-prison où elles trimeront sans être payées, surveillées à chaque pas, et dormiront dans une baraque de torchis, haïes par les gens du village parce qu’elles sont des putes et que, en outre, elles viennent de la capitale ; l’Albanie entière travaille pour la capitale, qui est le rêve des paysans et leur servitude - toutes leurs récoltes y convergent.
Commenter  J’apprécie          50
le_Bison   18 février 2012
Le pays où l'on ne meurt jamais de Ornela Vorpsi
Le pays où l’on ne meurt jamais est fait de poussière et de boue, le soleil y brûle au point que, parfois, les feuilles de vigne rouillent et la raison se met à fondre. De là vient peut-être, tel un effet secondaire (et, il faut le craindre, irrémédiable), la mégalomanie, délire qui, dans cette flore, pousse de manière incontrôlable, comme une herbe folle. De là, aussi, l’absence de peur - à moins qu’elle ne soit due à la forme de poterie mal façonnée qui est celle du crâne des autochtones, tordu et aplati, royale demeure de l’insouciance, sinon de l’inconscience.
Commenter  J’apprécie          40
alzaia   21 août 2014
Buvez du cacao Van Houten ! de Ornela Vorpsi
J'ai découvert à seize ans dans les vers de Maïakovski un fait historique, une anecdote qui m'a marquée pour toujours. La société Van Houten, déjà réputée à l'époque pour l'excellence de son cacao (nous sommes en 1910), eut une idée macabre et géniale : acheter le dernier vœu d'un condamné à mort pour promouvoir sa sombre poudre. En guise de dernière volonté, l'homme face à la foule devait crier le slogan "Buvez du cacao Van Houten !"
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le quiz vachement cool

Quand on est étonné(e) ou choqué(e), on peut s'exclamer...

Oh, le renard !
Oh, la vache !
Oh, la brebis !

10 questions
132 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , détenteCréer un quiz sur cet auteur