AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.27 /5 (sur 134 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Oscar Lalo a passé sa vie à écrire: des plaidoiries, des cours de droit, des chansons des scenarii. Quand est venu le moment d'écrire "Les Contes Défaits" il n'y avait plus de mots disponibles. Alors il les a inventés, et il est devenu écrivain.


http://oscarlalo.com


Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrir le livre : https://bit.ly/3ggOaxa Oscar Lalo poursuit son hommage à la mémoire gênante, ignorée, insultée parfois, toujours inaccessible. Il nous plonge ici dans la solitude et la clandestinité d'un des secrets les mieux gardés de la Seconde Guerre mondiale.


Citations et extraits (166) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   06 juin 2016
Les contes défaits de Oscar Lalo
Et c'est ainsi qu'en calligraphiant la laideur, j'ai tracé des lignes de vie que je ne connaissais pas. (p. 194)
Commenter  J’apprécie          300
Ladybirdy   31 août 2020
La Race des orphelins de Oscar Lalo
Je suis non seulement fille de l’Allemagne, mais je suis fille de Berlin. Comme Berlin, je suis une ville débris. Une ville dont on a bombardé la mémoire. Une ville dont on a rasé l’histoire. Je suis née ruine. Je respire la poussière. C’est difficile de se construire sur des gravats.
Commenter  J’apprécie          292
Ladybirdy   30 août 2020
La Race des orphelins de Oscar Lalo
Les orphelins s’unissent, parfois. Ils s’agrippent le cœur. Imbibés de leur solitude que personne ne comprend, ils se savent, les orphelins, ils se boivent. Ils se gouttent à gouttent. C’est leur bouche-à-bouche. Leur survie. La rosée de l’amour quand on n’y croyait plus.
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   05 juin 2016
Les contes défaits de Oscar Lalo
Toutes ces personnes existaient, avaient du relief. Toutes ces personnes affirmaient crânement qu'elles étaient libres. Les punitions qui s'ensuivaient étaient le prix de cette liberté. (p. 107)
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   06 juin 2016
Les contes défaits de Oscar Lalo
Je sors de ce coma très particulier où je n'ai cessé d'être éveillé. Eveillé mais impuissant. Eveillé mais comme anesthésié de la possibilité de me prendre par la main. Suffisamment éveillé pour être le spectateur lucide de mon propre abîme. Car je suis abîmé. Très. Spectateur impuissant mais conscient. Très. Conscient que je ne suis et n'ai jamais été qu'un spectateur. Un spectateur dont tous les sens sont interdits. C'est en cela que je suis dans le coma. Rien ne s'exprime. A part la peur. Une cécité d'un genre à part: je vois tout, mais je suis incapable d'articuler un mot car je suis convaincu que les autres ne m'entendront pas. (p. 187)
Commenter  J’apprécie          190
Ladybirdy   02 septembre 2020
La Race des orphelins de Oscar Lalo
Le sang de l’Holocauste est souillé par la suie. C’est un sang fumée noire dont l’odeur ne pourra jamais s’écrire.
Commenter  J’apprécie          200
audeLOUISETROSSAT   18 septembre 2020
La Race des orphelins de Oscar Lalo
Trois options pour ma mère. Jeune allemande accouplée à un homme sans identité lors de ces fameuses soirées. Étrangère engrossée de gré ou de force par un SS, on lui promettait un accouchement en toute discrétion ; une question de vie ou de mort. Ou femme de SS tombée enceinte de son amant ; on garantissait la même discrétion absolue.
Commenter  J’apprécie          00
Ziliz   04 octobre 2016
Les contes défaits de Oscar Lalo
[départ en colo en train Corail]

Les toilettes étaient effrayantes. L'odeur terrible. La saleté repoussante. Mais ce qui nous dissuadait le plus d'y aller c'était le bruit. Et quand on était petit, c'était le trou. On y voyait les rails. Le froid dans les fesses. L'impression que quelqu'un pouvait nous voir. Le papier manquait toujours et on ne s'en apercevait qu'au moment où on en avait besoin. Ou alors il était tellement rêche qu'on évitait de l'utiliser.

(p. 25)
Commenter  J’apprécie          163
fanfanouche24   03 juin 2016
Les contes défaits de Oscar Lalo
L'homme et la directrice étaient les roues d'un même carrosse. Celui qui nous emportait loin de notre mère quel que soit notre âge. Pire: qui nous détachait de nous-mêmes. Car loin e notre mère, c'eût pu être notre chance de gagner autonomie, indépendance et force. Mais cette famille intérimaire nous bousculait tellement que toute notre énergie passait à rétablir notre équilibre.
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24   03 juin 2016
Les contes défaits de Oscar Lalo
Comme mon frère et moi, leurs enfants avaient moins de deux années d'écart. Ils avaient la chance apparente d'être en permanence avec leurs parents dont le métier-s'occuper des enfants des autres- faisait qu'ils n'étaient jamais avec eux. Ils n'y avaient pas accès. (...)

C'étaient des enfants hors saison. Décalés.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur cet auteur

.. ..