AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 5 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : Turquie
Né(e) à : Istanbul , 1942
Biographie :

Né en 1942 à Istanbul, Turquie, Osman Nuri Topbas est un directeur de conscience (shaykh) rattaché à l'ordre (tariqa) naqshbandiyya, véhicule infus de la dimension ésotérique de l'Islam (soufisme), qui est aussi auteur de plusieurs ouvrages (traduits dans plusieurs dizaines de langues) traitant de l'édification morale et de la gnose.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
enkidu_   17 septembre 2016
Principes tirés de la vie des quatre califes bien-Guidés de Osman Nuri Topbas
Les performances héroïques de ‘Ali prirent indubitablement racine dans l’inspiration spirituelle du Prophète (paix et bénédictions). Car Muhammad (paix et bénédictions) a dit un jour : « Le fort n’est pas celui qui terrasse ses adversaires, mais c’est celui qui se maitrise dans sa colère. » 'Ali est certes un bon exemple de vrai guerrier tel que le souligne le Prophète. Il vécut une existence dans laquelle il a toujours triomphé de son ego.



Au cours d’une bataille, ‘Ali était sur le point de tuer un soldat de l’armée des idolâtres. Alors que celui-ci était proche de la mort, il lui cracha au visage. ‘Ali s’arrêta net posa son épée et dit à l’homme de se lever et de s’en aller. Le soldat fut étonné et demanda à ‘Ali la raison de ce geste. Bien qu’il fût détenteur de tout pouvoir et essuyât moult insultes, il était en train d’offrir une autre chance à son adversaire. ‘Ali lui répondit : « Nous effectuons deux sortes de bataille : la première va à l’encontre des adorateurs d’idoles comme vous et la seconde est livré contre nos bas instincts. Cette bataille exige que nous contrôlions nos passions. J’ai combattu contre toi pour l’amour d’Allâh. Lorsque tu m’as craché au visage, cela m’a mis en colère. Si je t’avais tué à ce moment-là, je n’aurais satisfait que ma propre colère et mon ego aurait triomphé de moi. C’est la raison pour laquelle je t’ai libéré. Car j’ai gagné la grande bataille, la bataille contre mon propre moi. Être un esclave entre les mains de son ego représente un plus grand danger pour les musulmans que de combattre les idolâtres. »



Grâce à cette réponse, ‘Ali leva le voile du cœur du soldat ennemi. Ce dernier fut éclairé par la foi et embrassa l’islam. Plus tard, ce tout-nouveau musulman prit part à de nombreuses batailles au côté de ‘Ali. Il suivit son enseignement, différenciait soigneusement la colère pour l’amour d’Allâh de celle destinée à satisfaire ses passions. Il fit de la lutte contre son ego une priorité par rapport à la lutte contre tout autre ennemi. (pp. 69-70)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Osman Nuri Topbas
enkidu_   17 septembre 2016
Osman Nuri Topbas
L’homme parfait contrôle son ego (nafs) en permanence. Il n’a aucun intérêt pour les points faibles des gens et autres insuffisances. Il ne prête aucune attention aux secrets des autres et n’en révèle rien. L’homme parfait imite l’attribut de Dieu de « Satar al-uyub » (Celui qui couvre les fautes).



Vivant de façon plénière, n’ayant aucune envie de jouir des plaisirs éphémères d’ici-bas, l’homme parfait est titulaire d’un statut que tout le monde lui envie. Le monde même a reçu l’ordre de lui obéir.



Un hadith stipule que : « Celui qui se soucie principalement de l’au-delà, Dieu le rendra riche de cœur, donnera ordre et force à ses actions, et le monde viendra à lui dans la reddition. Mais celui qui se soucie principalement d’ici- bas, Dieu placera sa pauvreté devant ses yeux et fera de lui un vagabond. Il recevra seulement ce qui lui a été prédestiné dans ce monde. » (Tirmidhî)



L’homme parfait possède un si haut degré en matière de comportement qu’il ne ressent ni colère, ni animosité envers qui que ce soit, excepté pour l’amour de Dieu. Il met en pratique le sens de l’expression divine suivante :



« Qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui - car Allâh aime les bienfaisants. » (Qur’ân, Al-Imran, 3/134)



Ja’far al-Sadîq, pratiquant le principe essentiel de ce verset précité, pardonna à son serviteur lorsque ce dernier avait renversé de la nourriture sur ses vêtements. Qui plus est, il le traita d’excellente façon. Similairement, Al Hasan al-Basrî avait non seulement coutume de pardonner à ceux qui le calomniaient, mais de plus il les éduquait en leur offrant des cadeaux.



L’homme parfait est constamment animé de gentillesse et se trouve toujours en état d’adoration. Chacun de ses soupirs est une glorification de Dieu (tasbih) et ses paroles répandent des perles de sagesse. Ses yeux sont une fontaine d’éclaircissement (fayd) et d’amour (mahabba). Il incite les gens à se rappeler de Dieu par le biais de sa présence. Ceux qui assistent à ses cercles amicaux sont dans l’extase, expérimentant de ce fait la joie et le bonheur, car ses discours sont eux-mêmes porteurs de joie. Il transmet un grand nombre de dons spirituels, selon la capacité de son assistance. Il est l’interprète de la vérité pour ceux qui sont désireux de recevoir les mystères divins. (pp. 30-31)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Osman Nuri Topbas (2)Voir plus


Quiz Voir plus

Le carcan d'une rose

Quel âge à Perrine, au début du livre?

12 ans
16 ans
17 ans
14 ans

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : amours impossibles , amour , romanceCréer un quiz sur cet auteur