AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.81/5 (sur 212 notes)

Nationalité : République tchèque
Né(e) à : Prague , le 02/07/1930
Mort(e) à : Prague , le 31/03/1973
Biographie :

Ota Pavel, né Otto Popper, est un écrivain, journaliste et reporter sportif.

Son père, Leo Popper, est juif et sa mère chrétienne, il a deux frères, Jiri et Hugo. En 1939, la famille doit tout abandonner et déménager, elle s’installe dans la maison des grands-parents, à Busterhrad, en Bohème.

En 1943, ses deux frères puis son père sont envoyés dans le camp de concentration de Terezin. Ota, reste avec sa mère.

Leo et ses fils rentrent à la fin de la guerre. La famille change alors son nom pour Pavel. En 1949, grâce à son ami, l’écrivain Arnošt Lustig, Ota trouve une place de journaliste sportif à la radio nationale.

En 1964 il est atteint par une première attaque maniaco-dépressive, maladie qui l’affectera jusqu’à sa mort par crise cardiaque, il sera hospitalisé seize fois pour dépression.

C'est durant cette période qu'il écrit tous ses livres, salués par le public et par la critique.

Un site otapavel.cz et un musée, à Buštěhrad, lui sont consacrés et ses livres, dont "Comment j’ai rencontré les poissons", ont été adaptés à plusieurs reprises au cinéma.
+ Voir plus
Source : editeur
Ajouter des informations
Bibliographie de Ota Pavel   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
Dans cette région habitaient des gens merveilleux, comme le clochard Bambas.Il ne travaillait pas du printemps jusqu'à l'hiver, il allait à la pêche près du Rocher du Diable.
Il se préparait cinq morceaux de sucre par jour dans un sachet en toile. C'était tout ce qui lui restait de l'hiver, époque où il trouvait un peu de travail.Sa vie me fascinait et même par la suite, quand d'autres garçons rêvaient d'être écrivains ou aviateurs, moi je voulais être Bambas.Il dormait dans une cabine à moitié effondrée avec pour couverture une peau de chevreuil mitée. C'était un pêcheur fantastique qui attrapait les poissons de toutes les manières autorisées et surtout interdites. Maman n'aimait pas me voir avec Bambas, elle avait peur qu'il déteigne sur moi. Malheureusement , ce n'est pas arrivé. p.74
Commenter  J’apprécie          490
Notre maman n'ignorait rien de l'amour secret de papa pour Mme Irma, mais cela ne la troublait pas outre mesure. Elle estimait que les chances de papa étaient aussi minces que s'il avait voulu gravir le mont Everest. Il était chargé de famille (trois garçons), ne possédait ni chevaux ni belle américaine et ne s'y connaissait qu'en foot, boxe et en poissons, ce qui ne risquait pas d'éblouir Mme Irma. Sans compter que le passé de papa était de notoriété publique. Avant d'entrer dans la célèbre maison Electrolux, il avait vendu des extincteurs de fabrication nationale Toutankharmon. On savait que plus d'une fabrique avait brûlé après l'intervention de ces extincteurs.
Commenter  J’apprécie          491
La rivière coule à présent tout au fond de la vallée.Le soleil parti, elle est pleine de larmes. p. 146
Commenter  J’apprécie          462
Et retour jusqu'à luh. Le moulin endormi éclairait. Les chouettes et les hiboux proclamaient que cette nuit appartient aux oiseaux et aux animaux. La rivière brillait, la lune s'y lavait la face, l'herbe me claquait les mollets. Et c'est là que je pris conscience à quel point c'était beau d'être seul avec la nuit. Et le souvenir m'en est resté à jamais.
Commenter  J’apprécie          391
Ota Pavel
"Savoir se réjouir.Se réjouir de tout.Ne pas attendre que l'avenir nous apporte quelque chose d'essentiel, De vrai.Car il est fort probable que l'essentiel se produit à l'instant présent et que l'avenir ne nous apportera rien de plus beau."
Commenter  J’apprécie          391
Ota Pavel
Cent fois j'ai voulu me tuer quand je n'en pouvais plus, mais je ne l'ai jamais fait. Dans mon subconscient, je voulais peut-être embrasser une fois encore la rivière sur la bouche et pêcher les poissons d'argent. La pêche m'avait appris la patience et les souvenirs m'aidaient à survivre.
Commenter  J’apprécie          331
Près de la rivière, j'ôte mes habits et je nage pour me purifier, comme les pécheurs dans ce fleuve indien, le Gange. Je ne pense plus à rien. Parce que la rivière, ce n'est pas un ruisseau. La rivière, c'est le puits profond de l'oubli.
Commenter  J’apprécie          271
Ce ruisseau est beau comme un collier de perles ou une tiare de diamants. Il gargouille et court sans se presser en descendant une petite colline, par des forêts de sapins et des prairies multicolores où volent des abeilles rondelettes et des sauterelles dodues. Son eau est celle d'une source cristalline et aux endroits où elle est basse, on voit les galets du fond, un sable blanc pur, les rochers et les racines des arbres. Des aulnes et des saules se penchent au-dessus des trous profonds. Et là, dans ces trous d'eau, au milieu des pierres et des racines, il y a les truites.
Commenter  J’apprécie          260
L'oncle est mort après la guerre, peu de temps après Holan et il n'a plus eu le temps de rien faire. Quand je suis venu à son enterrement, l'orphéon jouait sur la berge une chanson parlant d'un passeur fidèle, et on l'a mis dans un grand cercueil noir sur la plus ancienne de ses barques, celle sur laquelle il avait emmené des dizaines de compagnons morts vers la rive de Nezabudice. J'avais déjà l'âge de raison et je me suis mis à pleurer comme jamais auparavant. Il était là, étendu dans son cercueil, avec sa moustache, blanc comme la camarde en personne. On l'emmena de l'autre côté de la rivière qui coulait sous la barque comme elle coule depuis des millions d'années et j'étais inconsolable. J'avais atteint un âge où je comprenais que je n'enterrais pas seulement l'oncle Prosek, mais toute mon enfance et ce qui allait avec. Ce cercueil emportait mon véritable ballon de foot anglais, le babeurre frais, les poissons et le chevreuil marinés, le chien Holan, les saucisses de Prague et le disque de gramophone Mille lieues.
Commenter  J’apprécie          250
Le soir, nous passions près du rocher pour aller sous le déversoir pêcher le barbeau. L'oncle Prosek avec son chapeau de paille ouvrait la marche, puis venait papa avec sa crinière de cheveux, puis Hugo, Jirka et moi. Nous portions nos longues cannes, elles arrivaient jusqu'aux étoiles qui naissaient dans le ciel. Peut-être aurait-on pu allumer une étoile avec ces cannes, comme on allumait les lampes à gaz dans la Vieille Ville de Prague.
Commenter  J’apprécie          192

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Ota Pavel (297)Voir plus

Quiz Voir plus

Comment j'ai rencontré les poissons

« Tout comme les nuages, la rivière passait par des lieux où nous avions connu le bonheur. » Quel est le nom de la rivière dont parle l’auteur ?

Krivoklat
Skrivan
Berounka
Nechleba

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Comment j'ai rencontré les poissons de Ota PavelCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..