AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 6 notes)

Nationalité : Grèce
Né(e) : 1903
Mort(e) : 1969
Biographie :

Professeur à l'Université technique nationale d'Athènes

Auteur d'articles dans différentes revues et publications.

La "collection d'esthétique rassemble et confronte les réflexions sur les démarches et les œuvres de l'art‎

1959 "Esthétique de l'art byzantin"
1963 "Esthétique de l'architecture du béton armé"
1974 "L'esthétique de l'architecture"


Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
« Peut-être voudrais-tu te rafraîchir un peu, maître?» dit-il

à Léon. Celui-ci, légèrement surpris, regarda son vieil intendant, prit la serviette, s’essuya le visage et but dans la coupe.

« Merci à toi, Nikolaos, de ne pas être fatigué de veiller

encore sur moi, lui répondit-il avec tendresse. Mais il serait mieux encore de t’occuper de Photios, ajouta-t-il brusquement. Ce garçon ne vit que dans ses livres ! Je me demande vraiment pourquoi j’ai accepté de le prendre avec moi dans cette mission diplomatique chez les Arabes. Dis-moi, à quoi peut bien servir dans une ambassade un blanc-bec qui n’a même pas encore terminé l’école?»

Sa voix avait pris un ton froid et agressif
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
« Quel échafaud imposant, protospathaire*! Tu l’as

remarqué, je suppose. On dirait bien qu’ici, aux limites

extrêmes de notre État, les meules de la justice s’appliquent à broyer du mieux qu’elles le peuvent», déclara-t-il d’un air plein de sous-entendus et d’une voix de basse bien travaillée.

C’était le spathaire* Iorgos Fasganos, un homme dans la

trentaine, de grande taille, particulièrement corpulent, totalement chauve et désespérément superficiel, mais vêtu avec un goût recherché et un luxe ostentatoire. Il tenait d’une main un foulard de soie avec lequel il s’essuyait la bouche et le cou tandis que de l’autre il s’éventait le crâne à l’aide d’un chapeau de paille.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
« Seigneur Léon, dit-il à l’homme avec respect, nous

sommes arrivés à la patte-d’oie d’où part la route vers le

camp fortifié de Césarée*. Il nous reste un peu plus de quatre milles pour arriver à la ville. J’ai envoyé un sous-officier au camp pour les avertir de l’arrivée de l’ambassade. Au cas où ils veuillent nous escorter.

— Merci, Pétronas. Attendons donc leur arrivée», répondit Léon avec une mauvaise humeur non dissimulée. Le drongaire salua avec vivacité, s’éloigna en menant son cheval devant la voiture et lança un ordre. Lentement, comme un animal au pas lourd et fatigué, le convoi s’arrêta.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
L’homme s’abandonna un assez long moment au spectacle de cet échafaud. Quelle mort horrible, mais comme elle était impeccablement mise en scène! Il tourna la tête. À un demi-mille au-delà de l’échafaud, en direction du nord, on distinguait, comme en suspens dans la brume de chaleur, la forme indistincte d’un mur de briques encadré par deux tours carrées. Au centre du mur, pareille à une bouche de pierre, trônait une porte fermée au-dessus de laquelle s’avançaient deux bretèches de bois recouvertes de chaume. À gauche et à droite de la porte pendaient deux oriflammes qu’aucun souffle de vent n’agitait.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
Laissant Photios dans ses coussins, Léon descendit avec

précaution et passa de l’autre côté du haut véhicule pour s’y protéger du soleil. Derrière la voiture, on entendait un

vacarme incohérent fait de commandements, de cris, de hennissements, de claquements de sabots de chevaux, de braiments de mulets. Il essaya d’imaginer ce qui se passait.

Comme surgi de nulle part, un homme âgé, voûté par les

années, vêtu d’un long vêtement très simple mais fait de bon coton et portant sur son crâne chauve un petit bonnet de feutre apparut à ses côtés. Il tenait une serviette et une coupe.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
Le rideau de droite du chariot fut brusquement écarté,

dévoilant un officier de cavalerie. Ses longs cheveux étaient noués sur la nuque, dégageant un beau visage. Il devait avoir dans les vingt-deux ans, mais ses yeux vifs le faisaient paraître plus jeune. Il avait noué autour de son cou un foulard de couleur voyante et un grand anneau pendait coquettement à son oreille gauche. Par-dessus une courte tunique, il portait une cuirasse de cuir et sur son épaule gauche étincelait l’insigne de drongaire* de la Veille.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
Le jeune homme, découragé, se renfonça dans les coussins de son siège. Son visage adolescent, bien dessiné, sa peau rose et douce, ses cheveux d’un blond foncé, ses doigts fins qui pressaient un petit livre, tout comme la bague en or qu’il portait à l’index droit, révélaient une origine noble. Photios serra le livre plus fort, faisant blanchir les articulations de ses mains. Malgré le dégoût qui l’avait submergé, il s’efforça de regarder à nouveau l’échafaud.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
L’homme assis dans la voiture couverte écarta le rideau

situé à l’avant et regarda au-dehors. La vue qui s’offrait au

tournant de la route n’avait rien d’agréable. Trois hommes à demi nus étaient empalés sur des pieux pointus érigés sur les larges planches d’une estrade de bois. Leurs bras écartés avaient été liés à des montants horizontaux formant une croix avec les pieux ; leurs têtes tondues étaient maintenues en arrière par une corde.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
La voiture avait continué à avancer et s’était rapprochée

de l’impressionnant échafaud de bois. L’odeur infecte des

cadavres et les hurlements des chiens étaient maintenant

insupportables. L’homme se raidit involontairement et se

dissimula derrière le rideau de gauche.

«C’est la fête de Job le Juste aujourd’hui. Que Dieu leur

pardonne leurs péchés !» murmura d’une voix défaillante le

jeune homme assis à côté de lui. Et il se signa.
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   05 février 2020
Le luth d'ébène de Panagiotis Agapitos
Membres tordus et visages déformés étaient figés dans la lumière livide du soleil. Du sang séché et des excréments recouvraient pieux et planches. Les corps de deux autres hommes, éviscérés, les bras coupés à hauteur des coudes, gisaient au pied de l’estrade. Un vol de corbeaux s’était posé sur les montants horizontaux ; ils s’attaquaient en croassant aux têtes et aux mains des cadavres empalés.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Un peu de roi, un peu de reine ...

Quel prénom n'a jamais été porté par un roi de France ?

Jean
George
Philippe
Charles

16 questions
60 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , histoire , cuisine , musiqueCréer un quiz sur cet auteur

.. ..