AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Panaït Istrati (307)


gouelan   12 juin 2017
Kyra Kyralina de Panaït Istrati
La terre est belle ?...Mais non, c'est un mensonge !... Toute la beauté vient de notre cœur, tant que ce cœur est plein de joie. Le jour où cette joie s'envole, la terre n'est plus qu'un cimetière.
Commenter  J’apprécie          381
fanfanouche24   06 septembre 2014
Dans les docks de Braïla de Panaït Istrati
N'empêche, ma mère en bavait. Et comme j'étais, ce soir-là, en proie à de tristes pressentiments, je me disais que si nous perdions notre vache, la seule façon de remonter ma mère, c'était de lui faire la joie de m'engager aux docks, y rester quatre ans, en sortir "mécanicien" et toucher à un avenir de quatre-vingt-dix francs par mois, date à laquelle une épouse et sa prodigieuse fécondité vous attendent au tournant pour vous couvrir de baisers, de dettes et de merde. (p. 9)
Commenter  J’apprécie          330
Ambages   09 août 2016
Kyra Kyralina de Panaït Istrati
Lorsqu'on voit un homme estropié d'une jambe, ou d'un bras, personne ne lui jette l'opprobe, chacun a de la pitié ; mais tout le monde recule, personne n'éprouve de pitié devant un estropié de l'âme !... Et pourtant c'est le pillier même de la vie qui lui manque. Il me manquait.
Commenter  J’apprécie          320
ClaireG   01 janvier 2016
Les Chardons du Baragan de Panaït Istrati
Mais qu'en savions-nous, les enfants ? Hormis l'ingrate existence de tous ceux qui naissent dans une chaumière ; hormis ces privations constantes qui liment, qui modifient l'être humain et qui ne révoltent plus personne, à force d'habitude, que savions-nous de l'universel gémissement qui s'échappait des millions de poitrines paysannes, d'un bout à l'autre de la Roumanie ? (p. 70)
Commenter  J’apprécie          280
fanfanouche24   16 octobre 2016
Mes départs de Panaït Istrati
Je n'ai point aimé l'école, pour laquelle mes aptitudes ont toujours été médiocres, sauf en une seule matière, -La lecture-, qui m'a régulièrement valu la note la plus élévée. M. Moïssesco, à la bonté duquel je suis redevable d'avoir terminé les quatre classes primaires, s'acharnait à voir en moi un élève au tempérament prometteur et me faisait lire devant tous les inspecteurs scolaires.
Là encore, bel enseignement à tirer pour ceux qui se consacrent à l'instruction publique, à cette mégère qui ne comprend rien à l'âme de l'enfant, qui le fait marcher au son du tambour battant et à coups de fouet. (p. 10)
Commenter  J’apprécie          270
fanfanouche24   26 août 2014
Dans les docks de Braïla de Panaït Istrati
Mais un jour que je me trouvais chez "Monsieur l'Administrateur", celui-ci daigna me questionner sur ce que j'allais "devenir", et aussitôt ma mère vint lui raconter, du fond de ses entrailles, combien nous étions misérables- ce qui me fit de la peine, car on ne doit pas être à ce point sincère avec les égoïstes. (p.8)
Commenter  J’apprécie          270
blandine5674   11 mars 2018
Nerrantsoula de Panaït Istrati
La valeur d’une œuvre réside dans le bonheur qu’elle crée, non dans le prix dont on l’affuble.
Commenter  J’apprécie          262
aslakhanov   18 août 2013
Kyra Kyralina de Panaït Istrati
Ce n'est pas vrai du tout, que l'être humain soit une créature qui comprenne la vie. Son intelligence ne lui sert pas à grand-chose ; par le fait qu'il parle, il n'en est pas moins bête. Mais là où sa bêtise dépasse même l'inconscience des animaux, c'est quand il s'agit de deviner et de sentir la détresse de son semblable.
Il nous arrive, parfois, de voir dans la rue un homme à la face blême et au regard perdu, ou bien une femme en pleurs. Si nous étions des êtres supérieurs, nous devrions arrêter cet homme ou cette femme, et leur offrir promptement notre assistance. C'est là toute la supériorité que j'attribuerais à l'être humain sur la bête. Il n'en est rien !
Commenter  J’apprécie          260
fanfanouche24   07 septembre 2014
Dans les docks de Braïla de Panaït Istrati
Le paysan fait le blé et l'apporte à la ville, qui le dévore sans lui laisser dans les mains de quoi s'acheter une chemise. Or la ville, c'est l'ouvrier. C'est donc lui qui doit être le responsable, la conscience qui régularise la vie de tout le pays. (p.40)
Commenter  J’apprécie          250
miriam   03 février 2011
Les Chardons du Baragan de Panaït Istrati
Je dédie ce livre:
Au peuple de Roumanie,
A ses onze mille assassinés par le
Gouvernement roumain
Aux trois villages: Stanilesti, Baïlesti
Hodivoaïa, rasés à coup de canon
Crimes perpétrés en mars 1907
et restés impunis.



Panaït Istrati, mars 1928
Commenter  J’apprécie          250
Pancrace   06 juillet 2018
La jeunesse d'Adrien Zograffi : Codine. Mikhaïl - Mes départs - Le pêcheur d'éponges de Panaït Istrati
Il a la bonté dans les yeux, et je crois au langage du regard, l'homme peut tout feindre par la parole, rien par le regard.
Commenter  J’apprécie          225
mcd30   16 avril 2020
Les récits d'Adrien Zograffi, tome 1 de Panaït Istrati
Longtemps, longtemps - sous les reflets d'un crépuscule d'orage, cheminant sur la chaussée, droite comme une corde tendue entre les rangées d'arbre et entre les champs de blé - Stavro chanta et se lamenta en arménien. Longtemps Mikhaïl et Adrien écoutèrent sans rien comprendre mais sentant tout. Puis la nuit les enveloppa et les réduisit à eux-mêmes et à leurs pensées.
Commenter  J’apprécie          210
gouelan   10 mars 2017
Mes départs de Panaït Istrati
Et cependant, il en est ainsi : une autorité instituée revêt un pouvoir sans limites aux yeux des faibles, qui s’y soumettent et la supportent. De là l’inconcevable patience des peuples devant leurs tyrans : ce n’est pas quelque prétendue valeur morale des oppresseurs qui leur donne la force de maîtriser le monde, mais simplement la lâcheté des opprimés.
Commenter  J’apprécie          192
gouelan   13 décembre 2016
Les Chardons du Baragan de Panaït Istrati
Dans le ciel limpide, grues et cigognes tournaient en rond leur danse d'adieu qui précède de peu le départ. J'avais mal à la nuque à force de les regarder, et le cœur gros de me savoir, moi, rivé à la terre.
Commenter  J’apprécie          190
CJFCA   28 février 2013
Kyra Kyralina de Panaït Istrati
La bonté d'un seul homme est plus puissante que la méchanceté de mille.
Commenter  J’apprécie          191
santorin   07 novembre 2018
Nerrantsoula de Panaït Istrati
Constanza est un petit Stamboul roumain, mollement couché sur cet antique promontoire de la mer Noire qui est sanctifié par l'exil d'Ovide, le poète malheureux, dont la statue songeuse orne la place qui porte son nom, et fait battre dans les cœurs des Roumains tout l'orgueil de la race latine. Turcs, Juifs, Bulgare, Arméniens, Grecs, Tartares se coudoient ici dans une pittoresque promiscuité, débattent les affaires les plus variées et font entendre aux Roumains tous les dialectes du Proche Orient. Ici, le voyageur cosmopolite se sent chez lui : il y trouve les mets préparés à son goût, la compagnie qu'il aime et les habitudes qui lui vont.
Commenter  J’apprécie          180
moravia   17 avril 2018
Vers l'autre flamme de Panaït Istrati
Je sais une chose : je sais qu'une écrasante majorité d'hommes de ma classe est arrivée au pouvoir ; qu'en y arrivant, elle s'est tout de suite mise à bouffer et que, la bouche pleine, elle écarte de sa table et laisse mourir de faim tous les frérots qui ne sont pas de son avis.
Commenter  J’apprécie          180
gouelan   09 décembre 2016
Les Chardons du Baragan de Panaït Istrati
Aussi, je voudrais savoir comment je pourrais vous être utile, car sûrement, vous n'avez pas quitté la maison parce que trop gâtés : "Le chien ne fuit pas la tarte, mais le gourdin."
(Proverbe roumain)
Commenter  J’apprécie          180
viou1108   25 avril 2020
La jeunesse d'Adrien Zograffi : Codine. Mikhaïl - Mes départs - Le pêcheur d'éponges de Panaït Istrati
- Mais comment est-il possible d'écrire des livres pour les hommes, sans aimer les hommes?
- Très bien: c'est pour gagner de l'argent et...
- Gagne-t-on de l'argent en écrivant des livres?
- Beaucoup, preuve barba Spiro; et puis, de la gloire.
- Quelle gloire? Il n'y a pas de gloire si l'on a le cœur sec.
Commenter  J’apprécie          170
Krout   31 janvier 2019
Kyra Kyralina de Panaït Istrati
Et cet or qui alourdissait ma culotte, ni ces bagues précieuses qui paraient tous mes doigts, ni cette montre princière ne surent me donner un conseil, une consolation.
Commenter  J’apprécie          172



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Panaït Istrati (388)Voir plus