AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.5 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Mestre , 1922
Mort(e) à : Venise , le 27/06/2014
Biographie :

Paolo Barbaro - alias Ennio Gallo - est un écrivain et ingénieur italien. Il vit actuellement à Venise dans le quartier de Dorsoduro.

Paolo Barbaro un ingénieur hydraulique de l 'ENEL, et, un écrivain de renommée internationale. Il a, également, travaillé comme ingégieur dans la construction de plusieurs grands barrages, où, pour le compte d'Enel en Italie, dans le Royaume Uni ou en Afrique.

Ses ouvrages sont traduits en français, en anglais, en espagnol, en allemand, en polonais, et, dans bien d'autres langues.



Ajouter des informations
Bibliographie de Paolo Barbaro   (10)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Paolo Barbaro : Lunaisons vénitiennes
Olivier BARROT présente le livre de Paolo Barbaro

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Kickou   03 juin 2018
Îles perdues de Paolo Barbaro
... Je recommence à penser que ces îles aussi disparaîtront : elles s'enfonceront comme tant d'autres dans les mers et dans les océans, pourtant bien avant, et de manière très différente de ce que j'ai pu imaginer jusqu'alors. Je me figurais une sorte de mort naturelles sous l'effet des courants et des marées, de l'antiquité des pierres, ou des explosions volcaniques : quelque chose de grandioses, d'effroyable, de solennel. Au lieu de cela, pire que tout ce que j'ai pu penser en comparant avec les siècles passés, il y aura les miasmes et les décompositions (...) la désintégration et l'horreur, pour recouvrir ou accompagner cette disparition Comme pour chacun d'entre nous, du reste, pour tous les êtres. Nous verrons bien, nous saurons bientôt comment cela finira.
Commenter  J’apprécie          100
Kickou   28 mai 2018
Îles perdues de Paolo Barbaro
Les relevés, que nous devions pourtant faire, naissaient au milieu de signes incertains, s'agrégeaient comme les nuages ou se décomposaient comme les dunes ; et nous, là, de passage, sur ces îles mobiles, nous devions "jeter les bases", selon le vieux Chef, de rien de moins qu'un nouveau phare : par définition, quelque chose de sûr, presque éternel. chaque soir, avec tout cela, toujours suivant le Chef, nous aurions dû remplir les fiches, écrire un journal. En fait, les soirs, avec les filles ou le phare, nous semblaient trop courts, et les jours sans fin.
Commenter  J’apprécie          100
Norlane   01 février 2012
Journal à deux de Paolo Barbaro
Au retour, hier soir, nous avons vu la manifestation - comme l'appelait sœur Anna. Beaucoup de gens; et tous jeunes. Entre la via Altinate et l'université, nous avons dû attendre pas mal de temps avant de passer. Sœur Anna était impressionnée. Mais tant qu'ils "manifestent", lui répétais-je en attendant, rien de grave : c'est déjà une extériorisation, on peut les comprendre. C'est exactement ce que je pense : il y a des gens qui tuent et ne parlent pas, ceux-là je les redoute. "Quant à moi, ai-je ajouté, je n'ai jamais "manifesté" de ma vie, jamais haussé la voix, jamais parlé ; et peut-être ai-je mal fait..."
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   01 septembre 2020
Lunaisons venitiennes de Paolo Barbaro
Jusqu’à hier, ils étaient bleu-vert, verts, verdâtres ; les canaux de la lagune avaient entamé leurs semaines de grâce, à la fin de l’hiver. Au large, limpides et lumineux, les grands plans d’eau entre les îles : selon les profondeurs, le vent, les sables. Les lumières sur l’eau, le soir, paraissaient celles d’autrefois avant le phosgène de Marghera, les pesticides de l’arrière-pays, le port du pétrole à un pas de la maison.

En l’espace d’une nuit, l’eau limpide est devenue un bouillon ignoble, brun, opaque. Des algues en suspension, petites et minuscules, des microalgues, en croissance, en dissolution, déjà pourries ; une soupe de verdure sans fin, plus ou moins dense. Depuis quelques jours, le printemps est à peine arrivé sur les calendriers, et Venise navigue sur une nouvelle lagune, mi-décoction de réglisse, mi-goudron en décomposition. La cité amphibie est frappée dans son cœur, dénaturée au plus profond d’elle-même. Les fameux ensembles – le grand pont, le canal, le palais – reproduits par de nombreux autres, inconnus et peut-être plus beaux, qui ont cependant tous dans l’élément mobile leur trame vitale, voilà qu’ils ont perdu toute résonance et ne parlent plus. Leur apparence est insensée, inutile. Le liquide qui pénètre Venise depuis si longtemps s’est fait poison ; à présent, il est opaque et détruit même son image.

À cette heure-ci, le contraste avec l’air est émouvant, car il nous semble frais, subtil, transparent. Mais les reflets, les miroitements, les renvois ont disparu : adieu, « tons et nuances » de la peinture vénitienne. Çà et là se forment des réverbérations inédites, des grimaces jamais vues de par chez nous : le bouillon obscur renvoie des apparitions angoissées ; et nous, en les confrontant avec la luminosité des jours passés, nous les refoulons automatiquement. La visibilité, jusque très loin à l’horizon, est parfaite. Mais le paysage est halluciné, nous sommes en train de perdre Venise. Je fais un tour dans le quartier, je passe par San Zaccaria. Sous le campanile, il y a un jardin minuscule, entre des arbres séculaires : dans ce petit échantillon de paradis, quelqu’un, pour ôter l’herbe, n’emploie ni la faux ni les mains, mais le désherbant.

Le nouveau bouillon marron est le produit du bloom, ainsi que l’appellent les techniciens, de la prolifération excessive de microalgues, de l’expansion anormale du phytoplancton. Les diatomées dominent ainsi que le Skeletonema costatum, qui serait la nouveauté de ce printemps, mais les macroalgues ne manquent pas non plus, quelques ulves et beaucoup de linze. Désormais, on n’y comprend plus rien. Les unes se développent à des vitesses supersoniques, les autres sont plus lentes mais plus stables, et forment des lits pour la reproduction. La lagune a toujours été naissance et renaissance ; mais maintenant la prolifération qui croît de manière démesurée, de printemps en printemps, suit à peu près cette progression : il y a dix ans, on n’arrivait pas à un demi-million de cellules d’algues par litre ; aujourd’hui, on approche les cinquante millions.

Jusqu’à présent, on nous a raconté que cela se produit avec les premières chaleurs. Mais cette année, il fait froid, particulièrement aujourd’hui où je fais le tour des canaux et où j’écris. Mais, en fait, dans l’eau, il suffit d’une dizaine de degrés pendant quelques heures, il suffit du léger soleil de l’après-midi pour réchauffer le peu de liquide qui se trouve dans nos rii engorgés. Le processus se déclenche tout de suite : parce que tout est prêt pour le déclenchement. Au Palazzo, ceux qui nous gouvernent ont, ces jours-ci, autre chose à faire ; l’adjoint au maire déclare franchement qu’il est surpris. Nous, qui ne sommes pas adjoint et qui nous époumonons depuis longtemps, nous ne sommes pas surpris, mais furieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   01 septembre 2020
Lunaisons venitiennes de Paolo Barbaro
Des tables de bois, de vieux buffets, une photo de groupe avec les drapeaux des régates : la vieille auberge que nous croyions disparue. Sur le banc, de petits poissons frits, de la polenta, du vin blanc. Malgré le tourisme, quelque chose demeure, pour la raison que c’est une ville démentielle, selon les spécialistes : malgré des millions de « présences », elle n’est pas encore touristique au sens propre, logique, occidental. Les plus beaux soirs de l’année – ceux d’hiver -, elle se libère, prise dans une sorte de coma, inhospitalière ; en rien touristique. Le maximum de la désolation est atteint au moment des fêtes plus populaires : entre Noël et le Nouvel An – ni un bateau, ni un café, ni un WC, ni un théâtre, ni un cinéma. Le résultat est la totale disponibilité – plus besoin de réserver – durant des jours et des nuits, d’une ville entière, fantomatique, eau et pierres, tout compris. La dernière du monde, habitée juste ce qu’il faut : pour ne pas vous laisser tout à fait seul, quelqu’un continue à allumer la lumière, çà et là dans les maisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Outis07   20 février 2020
Îles perdues de Paolo Barbaro
Au sud-ouest de la rose des vents, frappé par un soleil rasant, nous découvrions à l'horizon - avec le cœur qui battait comme un tambour - le profil de Venise qui attendait.

C'était vraiment Venise: le soleil bas prenait en enfilade les campaniles lointains - si nombreux -, minces et pointus, ils sortaient çà et là de la brume, affleuraient de cet amalgame gris aux limites de la terre et de l'eau. Fines silhouettes incertaines, à peine visibles: mais le soleil leur donnait du corps, les rapprochait de nous. Cela durait peu, l'horizon se confondait avec la brume dès que le soleil se levait; les distances redevenaient brouillard ou vapeur, Venise se dissolvait au moment où elle était sur le point de devenir plus limpide.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   01 septembre 2020
Lunaisons venitiennes de Paolo Barbaro
Le fait est que les expositions deviennent toujours davantage les axes du grand circuit touristique : il faut nécessairement « faire les touristes », au milieu de cette foule qui arrive de tous les coins du monde, il faut se « divertir » entre Arcimboldo et Dali – sinon, pourquoi le faire, ce circuit ? Mais pour nous, Vénitiens, l’amusement des expositions, ce sont les autres ; nous, non-touristes, sommes là pour faire tourner le carrousel : à faire la queue, on ne gagne rien. Si on participe, on ne peut plus ironiser ; et nous avons insuffisamment d’esprit pour une double participation. Vous, utilisateurs des expositions, finissez votre circuit : prenez votre plaisir, décrochez, et salut. Nous avons toujours été des commerçants fébriles ou des histrions ironiques, détachés juste ce qu’il faut. À présent, mécaniciens d’une industrie délicate et sophistiquée, où se croisent celles de toujours : théâtre et commerce. Au milieu de relations humaines foudroyantes, la brièveté du temps est effroyable, griffe d’un instant, sourire qui passe. Où rien de solide ne s’est construit, puisque ne suit aucun « produit » à conserver ou à aimer.

Bientôt reviendra la tristesse de la fin des choses, le bar à côté va fermer, cent ou mille emplois sont suspendus : on perçoit déjà proche, en plein été, le retour de notre passive et hivernale folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez le prénom

C'est un auteur (italien), ....... Eco, qui a écrit le roman "Le nom de la rose".

Roberto
Alberto
Pier Paolo
Umberto

12 questions
13 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur