AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 40 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 02/07/1964
Biographie :

Pascal Blanchard est un historien français.

Chercheur au Laboratoire Communication et Politique du CNRS , ancien chercheur au GDR 2322 du CNRS Anthropologie des représentations du corps (à Marseille), Pascal Blanchard co-dirige le Groupe de recherche ACHAC | Colonisation, immigrations et postcolonialisme depuis 1989 (www.achac.com).

Il a réalisé plusieurs expositions sur le thème de la colonisation et de l'immigration, dont Images d'empire (1996), L'appel à l'empire (1997), Images et Colonies (1993). En 2012, il a été le co-commissaire d'exposition avec Nanette Snoep et Lilian Thuram de Exhibitions. L'invention du sauvage au Musée du quai Branly (prix Cristal de la meilleure exposition de l'année).

Il a publié ou co-dirigé une quarantaine d'ouvrages collectifs aux éditions La Découverte dont Zoos Humains (2002), la Fracture coloniale (2005), Ruptures post-coloniales (2010), le Grand Repli (2015) et Vers la guerre des identités ? (2016).

Il a réalisé plusieurs documentaires télévisés (Les Zoos humains (Arte, 2002) ; Paris couleurs (France 3, 2005) ; Des noirs en couleur. L’histoire des joueurs afro-antillais et néo-calédoniens en équipe de France de football, (Canal +, 2008), Noirs de France (France Télévision, 2012) et a collaboré à plus d’une dizaine de films de fiction ou documentaires. Il a également co-réalisé avec Rachid Bouchareb les séries Frères d'Armes, puis Champions de France (France Télévision, 2014 à 2016), deux séries retraçant le parcours de combattants et de sportifs issus de la diversité.

Outre son activité de chercheur et d’historien (docteur en histoire de l’Université Paris I en 1994), il assure une expertise dans le domaine des médias, de la production audiovisuelle et de la communication en tant que concepteur-réalisateur de musées aussi bien en France qu’à l’étranger.

En 2014, il publie avec les journalistes Claude Askolovitch, Renaud Dély et Yvan Gastaut "Les années 30 sont de retour".


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Payot - Marque Page - Pascal Blanchard - Sexe, race et colonies
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Tandarica   03 avril 2015
De l'indigène à l'immigré de Pascal Blanchard
L’artiste sénégalais Fodé Camara se réapproprie le personnage publicitaire Banania, image symbole de la période coloniale en France. Son « Y’a Bon » devenu clown blanc renvoie à l’Occident l’image de sa vaniteuse volonté de domination (peinture de 1992).

(page 95)
Commenter  J’apprécie          70
Alcapone   04 mars 2017
De l'indigène à l'immigré de Pascal Blanchard
« Le colonialisme porte en lui la terreur. Il est vrai. Mais il porte aussi en lui, plus néfaste encore peut-être que la chicotte des exploitateurs, le mépris de l’homme, la haine de l’homme, bref le racisme. Que l’on s’y prenne comme on le voudra, on arrive toujours à la même conclusion. Il n’y a pas de racisme sans colonialisme. » Aimé Césaire, La nouvelle critique, 1954
Commenter  J’apprécie          60
PaulBLAIZE   12 octobre 2018
Sexe, race & colonies de Pascal Blanchard
En Indochine, le concubinage entre hommes français et femmes indigènes s’avérait être le type de rapport sexuel interracial le plus pratiqué. Au début de la conquête, cette forme de cohabitation était assez bien tolérée dans la colonie car elle procurait à l’homme blanc, prétendait-on, un « foyer » temporaire où il pouvait avoir des relations sexuelles sans risques et jouir de la compagnie féminine et du confort domestique.
Commenter  J’apprécie          50
PaulBLAIZE   12 octobre 2018
Sexe, race & colonies de Pascal Blanchard
La mise en scène du corps des femmes maghrébines et orientales, dans une perspective érotique, se fixe dans la production visuelle et érotique constituée par la carte postale dans les années d’entre-deux-guerres, destinée au grand public.
Commenter  J’apprécie          50
art-bsurde   15 juin 2017
Culture coloniale. La France conquise par son Empire, 1871-1931 de Pascal Blanchard
Cette invention de l'indigène consacre « la transformation de la figure de l'Autre-colonisé, devenue centrale dans l'imaginaire collectif français depuis la grande expansionniste coloniale » (cf suite) des années 1880-1885, puis 1890-1910, à la suite d'un « long processus de métamorphose de l'Autre-dominé, qui commence avec celle de l'esclave au XVIIe siècle, pour évoluer, trois siècles plus tard, vers celle de l'immigré-type ». Plusieurs auteurs précisent que ce phénomène trouve sa source dans le conflit mondial de 1914-1918 et prend des formes spécifiques, différentialistes, en fonction des populations stigmatisées. « Trois figures de l'indigène au service de la défense de la mère patrie semblent alors s'imposer : celle du tirailleur – du « noir » -, dont la sauvagerie est retournée contre plus barbare que lui – le « boche » - et dont la bravoure, la puissance physique et la « bonhomie » (« y'a bon banania ») se sont mises au service de la France ; celle du cavalier maghrébin, perpétuant une tradition magnifiant la valeur guerrière de « l'Arabe », mais qui fixe définitivement sa fonction, sa perception et les craintes (islam) qu'il inspire dans un champ étroit du politique ; enfin celle de « l'Indochinois » (et mêmes des populations chinoises « importées » pour les usines d'armement), perçu depuis la conquête comme un piètre combattant – un archétype qui ne s'évanouira qu'avec la guerre d'Indochine … - et comme tel restant cantonné au rôle de main-d’œuvre industrielle importée et supplétive, très peu utilisée au front. Dans cette trilogie coloniale « utilitaire », dans cette segmentation du « type », on remarque une catégorisation très nette : au premier le champ du ludique et du corporel, au deuxième l'univers du politique et du revendicatif, au dernier l'espace économique et l'invisibilité. Autant de règles qui vont fonctionner tout au long de la colonisation et même après les indépendances, jusqu'à aujourd'hui. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Melusine53   21 décembre 2012
Poaimes de Pascal Blanchard


Abandon



Sentir sa raison qui paresse

Et petit à petit s'abaisse

Devant les assauts du cœur

Sentir depuis les profondeurs

Jaillir un torrent de chaleur

Vouloir que jamais il ne cesse

Sentir un ruisseau de tendresse

Déferler en vagues de caresses

Avoir le cœur qui déraisonne

La raison qui s'abandonne

Et tout à coup s'étonne

Devant le cœur qui se donne
Commenter  J’apprécie          30
jeje_gandhi   18 avril 2015
Les guerres de mémoires. La France et son histoire, enjeux politiques, controverses historiques, stratégies médiatiques de Pascal Blanchard
La mémoire s'est transmise, comme l'écrivait magnifiquement Aimé Césaire, de "l'homme-famine, l'homme-insulte, l'homme-torture". Cent soixante ans après l'abolition de l'esclavage, le sentiment de ne pas toujours être entièrement accepté comme citoyen donne une force à ce passé. Dans les outre-mers, on se souvient : des décennies pour obtenir l'égalité des droits sociaux 'demandée en 1946, elle n'est finalement obtenue qu'à la fin des années 1990) ; le long mépris pour les langues créoles et les pratiques vernaculaires ; le discours sur les "danseuses de la France", les "assistés", les territoires qui "coûtent" ; l'indifférence aux apports culturels, artistiques et dans le domaine de la pensée venant des sociétés postesclavagistes ; les inégalités, le chômage et le faible développement...

Comment ne pas penser que deux siècles d'esclavage et un siècle de colonisation ne sont pas en grande partie responsables du présent ? C'est en encourageant la recherche sur l'anthropologie et la sociologie de ces sociétés , sur la ligne de couleur qui traverse l'identité nationale, sur la survivance d'inégalités dans le foncier, dans l'accès au capital, à l'entreprise, etc., c'est en cessant de traiter ces sociétés comme des sociétés de mendiants que l'esclavage colonial prendra sa place comme organisant le passé sans occulter le présent et l'avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jeje_gandhi   18 avril 2015
Les guerres de mémoires. La France et son histoire, enjeux politiques, controverses historiques, stratégies médiatiques de Pascal Blanchard
Pendant près de quatre siècles, ce qui était contraire à l'idéal européen d'universalité des droits fut mis en oeuvre. Traite et esclavage ne firent pas grand scandale, on s'y habitua, on y devint indifférent et il fallut attendre plusieurs siècles avant que leurs abolitions deviennent éthiquement et politiquement incontournables. Comprendre comment s'est fabriqué l'assentiment au commerce d'êtres humains nous permettrait aussi de repérer quels furent les dispositifs discursifs qui le produisirent. Lorsque le dispositif légal et mental qui soutenait l'esclavage devint illégitime, sa vérité s'effondra, mais pas sa réalité. Mettre à nu les discours successifs qui ont engendré la légitimité de la traite et de l'esclavage comme ceux qui l'ont combattue participe d'une mise en lumière des singularités de ce commerce et de cette forme d'exploitation, et contribue à mieux appréhender les résurgences d'une exploitation brutale qui s'assimile à la perte de liberté et à la mort sociale.

Conflit donc entre une conception de l'histoire eurocentrée, qui rejette hors des frontières européennes ce qui s'organise pourtant au cœur de ces frontières, l'esclavage racialisé, et une conception de l'histoire qui reconnait et intègre les bouleversements et mutations induits par l'esclavage colonial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   14 mai 2019
La fracture coloniale. La société française au prisme de l'héritage colonial de Pascal Blanchard
« […] il est aujourd'hui devenu difficile d'ignorer la "postcolonialité", tant elle porte des tensions extraordinairement fortes : l'extension, dans les quartiers, de la comparaison entre les situations de relégation (sociale, économique, culturelle, éducative, religieuse...) et la situation coloniale ; la législation sur la bonne manière de construire et de transmettre le "bilan globalement positif" de la colonisation ; les revendications mémorielles des "enfants de la colonisation" dans un contexte de "reprise en main" de l'histoire coloniale ; la montée du "sentiment d'insécurité" face aux immigrations postcoloniales et l'incompréhension des élites républicaines devant les identités "hors normes" qualifiées de "communautaristes" ; les les dénonciations médiatiques d'un "racisme anti-blanc" au moment même où nous assistons à une crispation du modèle d' "intégration à la française" ; les phobies anti-islam exprimées lors du débat sur le voile ; le rejet de la France en Afrique francophone et les politiques de la francophonie... Autant de signes qui font de la fracture coloniale une réalité multiforme impossible à ignorer. » (p. 11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   14 mai 2019
La fracture coloniale. La société française au prisme de l'héritage colonial de Pascal Blanchard
« Au plus loin des fantasmes en vogue sur de prétendues menées communautaristes, les aspirations culturelles des héritiers de l'immigration apparaissent alors comme le fait d'individus en quête d'identité. En cela, sont-ils tellement différents des autres Français ? Dans le contexte d'une société postmoderne, le foulard musulman comme d'autres signes d'appartenance manifestent d'abord une individualisation croissante et la volonté de tout un chacun d'être reconnu pour ce qu'il prétend être. Car il s'agit avant tout de se distinguer, d'affirmer sa singularité dans le monde désenchanté du conformisme de masse. Question d'identité à défaut de convictions partagées dans une "communauté de citoyens" devenue incertaine. Question de reconnaissance publique pour échapper à la réclusion anonyme dans la foule solitaire. » (p. 185)
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..