AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.88 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Ilonse (Alpes-Maritimes)
Biographie :

Pascal Colletta est né, là-haut, à Ilonse, entre les sonnailles des moutons et les étoiles. Issu d’une longue lignée de bergers, il casse cet héritage et poursuit des études d’histoire et de langue d’Oc en obtenant un Master à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nice. Sa passion pour l’enseignement le mènera ensuite à une carrière de « magistre » dans différentes écoles du Haut-Pays, de la Tinée en particulier, puis à Levens.

Considérant son village comme une « capitale du monde » qui a valeur d’exemple, il s’investit dans la vie associative afin d’initier une réappropriation de la culture gavote et du lien social qui lui est afférent. Avec ses collègues ilonsois il reprend donc le comité des fêtes « Fai de Bousin » pendant huit ans, puis fonde et préside les associations « Ilonse Gavouot Ski Club » et « Mourra Dei Quatre Cantouns ». Il réhabilite dès lors ce jeu ancestral de la mourra en organisant chaque année le Gavouot Mourra Tour et le Mourramoundo (rencontre internationale des joueurs de mourra de Méditerranée).

Elu municipal depuis 2001, il inaugure en tant qu’adjoint à la culture en 2009, toujours avec la même équipe, le premier Festivous, festival d’expression occitane qui connaît à chaque édition un grand succès. Correspondant local de Nice-Matin, collaborateur de la revue bilingue « Lou Sourgentin », il sait se faire un témoin discret de sa communauté de vie et du temps qui s’écoule.
+ Voir plus
Source : https://www.pascalcolletta.com/bio
Ajouter des informations
Bibliographie de Pascal Colletta   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
RChris   30 novembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
Non, non, plus de combats! La guerre est une boucherie. Ici, comme là-bas les hommes n'ont qu'une patrie.

Non, non plus de combats! La guerre fait trop de misères. Aimons nous, peuples d'ici-bas. Ne nous tuons plus entre frères.
Commenter  J’apprécie          110
Diabolau   21 novembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
Les tranchées débordent de cadavres entremêlés, d'une pourriture humaine qui suinte le poison. Nous passons avec la mort, nous vivons avec les morts. Nous mangeons, nous dormons, nous combattons avec eux. Ils nous observent et, de leurs yeux mi-clos, semblent nous murmurer le secret oublié de la fraternité. Ils nous accompagnent ici, soldats avant la mort, soldats après la vie. Je marche sur les morts, je trébuche sur la mort.
Commenter  J’apprécie          30
Diabolau   21 novembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
Je ne me souviens plus de rien, j'ai dû mourir et renaître : des bras et des jambes se projetant en l'air, des cris d'horreur provenant du ventre de la mort et recouvrant les vies. Pourquoi suis-je encore vivant, par quel miracle ? Nous étions des milliers, nous ne sommes plus désormais que quatre cents.
Commenter  J’apprécie          20
Diabolau   21 novembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
L'eau manque, la pisse ne manque pas. Nous en avons bu. La nourriture manque, la terre ne manque pas. Nous en avons mangé. La dysenterie nous fatigue, nous faisons du sang, nous faisons là où nous vivons. Nous faisons là où nous pouvons.
Commenter  J’apprécie          20
Diabolau   21 novembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
Le ciel est étoilé cette nuit, j'admire cet instant en le faisant durer le plus longtemps possible au fond de mes pupilles. Tant de beauté là-haut et tant d'horreur ici-bas ! Cette comparaison me laisse un frisson d'effroi.
Commenter  J’apprécie          20
Diabolau   21 novembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
J'ai appris pour Vitorin. Ici, chacun pleure. Depuis, son père ne veut plus se lever, sa mère perd la raison. Pour qu'un enfant naisse, il faut tout un peuple. Pour qu'un enfant meure, il faut juste un homme.
Commenter  J’apprécie          10
Diabolau   21 novembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
Je n'ai jamais vu des hommes blessés à ce point rester en vie. Est-ce possible ? Chez nous, lorsqu'une bête est dans cet état, nous la tuons pour qu'elle ne souffre plus.
Commenter  J’apprécie          10
turtlesandbooks   04 décembre 2018
Ange : Journal de guerre de Pascal Colletta
Pour qu'un enfant naisse, il faut un peuple.

Pour qu'un enfant meure, il faut juste un homme.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox