AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.84/5 (sur 165 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1952
Mort(e) à : Porge (Gironde) , le 30/07/2020
Biographie :

Pascal Martin a eu plusieurs vies professionnelles. La première était dans le monde de l’informatique, puis en 2011, il a basculé dans l’événementiel en concevant et animant des Murder Party. Il a étendu cet univers de crime organisé en écrivant ensuite des romans policiers, c’est ainsi que sont nées les enquêtes de la baronne. Aujourd’hui, il partage son temps entre l’écriture des investigations de Sybille et Lucien, ainsi que le développement des enquêtes grandeur nature, auxquelles tout le monde peut participer les samedis soirs (mortellesoiree.com).

mort le 30 juillet 2020 à Porge (Gironde)
source : fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Martin_(journaliste_et_écrivain)

Source : fichesauteurs.canalblog.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Pascal Martin   (28)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
page 37
[...] Le Bonsaï avait les pieds gelés et il décida de pousser la porte de la winstub pour se réchauffer et prendre un bon café avant d'embarquer. Il se retrouva dans une sorte de sas formé de grandes teintures rouges. Il écarta les pans et pénétra à l'intérieur. Il eut immédiatement la sensation de se retrouver dans un monde utérin. L'ambiance était ouatée, amniotique. Les bruits de l'extérieur parvenaient assourdis, filtrés. Il se rendit au bar et s'accouda.
- Vous désirez, monsieur ? demanda Fabian, son torchon à la main.
- Un café.
- Prenez place, je vous prie.
Fabian désignait une des tables disponibles.
- Je le prendrai au bar.
- Chez nous, il est de coutume de s'installer à une table, monsieur, s'excusa Fabian en souriant.
Le Bonsaï ignorait qu'on ne se plante pas au bar dans une winstub comme dans un vulgaire rade. On s'installe à une table et on attend qu'on vienne vous servir. Si, une fois assis, le visiteur se sent mal, oppressé, épié, il n'aimera jamais l'Alsace. Si, au contraire, il s'abandonne à sa solitude, laissant ses pensées et son esprit vagabonder, s'aventurer par-delà les murs et les monts, s'il sait se nourrir et profiter de ces instants de quiétude avant de replonger dans la mêlée, alors il saura pour toujours que l'Alsace est terre d'accueil et d'aventure, de cette fantaisie vraie qui allie la pantoufle aux bottes de sept lieues. [...]
Commenter  J’apprécie          100
Au fil du temps, Rio s’était habitué aux répliques nébuleuses de Romane. Il ne comprenait pas toujours ce qu’elle disait, ni le sens des mots qu’elle employait, mais on peut aimer la musique d’une chanson sans en comprendre les paroles. Elle parlait un drôle de sabir, un mélange du langage des jeunes d’aujourd’hui et de mots gitans. Un charabia qui lui ressemblait.
Commenter  J’apprécie          90
Un quart d’heure plus tard, ils roulaient sur les petites routes boisées de la Vienne, direction les Charentes. Les champs exhalaient des odeurs sucrées et ils voyageaient fenêtres ouvertes, cheveux au vent.
Commenter  J’apprécie          90
C'est en apercevant les hauts murs que j'ai vraiment réalisé que j'étais dans de sales draps. Tout était allé si vite. Le matin même, je faisais la chasse aux points noirs dans ma salle de bains marbrée, et voilà que je me retrouvais face aux murs lépreux bardés de fils barbelés de Fleury-Mérogis.
Commenter  J’apprécie          60
« – J’ai bloqué ma main sur le klaxon.
Le type qui faisait face au chauffeur de taxi s’est retourné et m’a adressé un geste plein de morgue agacée. Il était noir, grand, massif. Il m’a semblé voir luire dans la lumière des phares les éclats d’une chaîne en or autour du cou.
Je me suis mis à tambouriner sur mon klaxon.
C’est alors que j’ai vu un type sortir de la Porsche, côté passager.
Il était jeune, crâne rasé. Son teint était si pâle qu’on aurait cru à l’apparition d’un mort vivant. Il était vêtu d’une veste en cuir sombre. Il est venu vers moi. J’ai enlevé ma main du klaxon. Je me suis composé un visage souriant et j’ai actionné l’ouverture électrique de ma vitre. Il m’a apostrophé.
- Qu’est-ce que tu nous sonnes avec ta trompette, bouffon ?
La colère révulsait ses traits. Les yeux lui sortaient de la tête. Ce type me donnait l’impression d’avoir fumé dix tonnes de crack en une seule pipe. J’ai temporisé.
- Si vous pouviez demander à votre ami d’avancer un peu, ne serait-ce que d’un mètre, ça me permettrait de passer. A moins que vous puissiez vous-même prendre le volant.
- J’ai pas mon permis.
- Alors…
- Alors ? Tu vois pas qu’ils tapent la discute ?
- Si je le vois bien, mais…
- Alors qu’est-ce que tu klaxonnes, connard, avec ton quat’quat de merde ?
- Je suis un peu pressé et… «
Commenter  J’apprécie          20
Mais jamais il n’était arrivé à vaincre cette phobie qui l’avait poursuivi tout au long de sa vie : la peur de l’abandon. Elle suscitait chez lui une panique totalement irrationnelle contre laquelle il était incapable de lutter. Pour la museler, il avait choisi une solution simple et radicale : vivre seul, replié sur lui-même, coupé des autres. Lorsqu’on vit seul et muré, on ne risque pas d’être abandonné.
Commenter  J’apprécie          30
Elle pianota sur la télécommande et jeta son dévolu sur un téléfilm érotique qu'elle trouva sur une chaine allemande, l'histoire navrante d'un plombier et d'une ménagère désœuvrée.
- Tu aimes ce genre de film ? demanda Rio.
- Ziv' ! Ça me fait baver la schneck.
Bon ! On faisait plus élégant, mais Rio avait l'habitude. Ils mirent peu de temps à démarrer un chantier.
Commenter  J’apprécie          30
Or jamais un gardien ne doit montrer ses sentiments face à un détenu, ni sa haine, ni sa joie, ni sa colère, encore moins son admiration. Ce serait faire preuve d'humanité et l'humanité n'a pas sa place dans une prison.
Commenter  J’apprécie          30
Lorsque la peur guide nos actes, elle peut nous amener à faire n'importe quoi.
Commenter  J’apprécie          40
Aller trouver les flics, bien sûr que c’était ce qu’il devait faire... Il en était tellement persuadé qu’il passa devant le commissariat sans s’en apercevoir.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Pascal Martin (203)Voir plus

Quiz Voir plus

L’orthographe de Jules (Verne)

Le tour du monde en...

Quatre-vingt jours
Quatre vingt jours
Quatre-vingts jours
Quatre-vingts jour

15 questions
168 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..