AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.81/5 (sur 51 notes)

Biographie :

Pascale Blazy vit en Haute-Loire où elle est bibliothécaire. Après quelques nouvelles publiées dans des concours d'écriture, un recueil de contes "La légende du violon noir" paru en 2008 et un premier roman "Champagne, caviar et meilleurs voeux" elle publie un nouveau roman "La croix de résurrection".
Elle vient de recevoir le Prix Velay 2015 - Cercle littéraire Médicis pour son roman "Disparition à Manadieu".

http://pascaleblazy-livres.over-blog.com

Ajouter des informations
Bibliographie de Pascale Blazy   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Elle avait voulu une table étincelante, un parfum de fête, une odeur de détente pour amener son invité à s'épancher, à se confier; vile manœuvre, mais sans méchante pensée, juste pour son enquête.
Commenter  J’apprécie          160
- J'ai découvert une chronique de l'Inquisition dans les archives de l'évêché, où une certaine dame guérisseuse de Saint-Jean-le-Pré, passée à la question et à l'épreuve de la cuve d'eau, aurait confessé avoir été en possession d'une croix magique, venue directement de Terre Sainte et dont elle se serait servie pour guérir moult personnes. Elle prétendait l'avoir dissimulée, mais même au plus fort de la question, elle ne dévoila pas la cachette.
Commenter  J’apprécie          130
Clarisse, placée sur le côté s'amusait à observer les visages des enfants, mais aussi celui des parents, qui pendant un moment , retrouvaient le monde merveilleux de l'imaginaire.

Certains s'en défendaient, pourtant, considérant que les contes devaient rester du domaine de l'enfance. Clarisse persistait à croire qu'ils étaient dans l'erreur et qu'à tout âge , nous avons besoin d'un peu d'évasion.
(Créer, réédition 2022)
Commenter  J’apprécie          130
" Demain la bibliothèque est fermée au public " - 194
( citation fermée aussi )
Commenter  J’apprécie          141
À la faveur de la nuit noire, il transporte le gros carton dans son antre.
Il sourit.
Le grand jour approche.
À la lueur d'une bougie, il contemple la boîte, en caresse le ruban.
Il n'ose l'ouvrir.
Il faut attendre.
Ferme les yeux, sa main tremble sous la douceur du ruban.
Doux comme sa peau.
Doux comme ce temps revenu.
34
Commenter  J’apprécie          120
La servitude lui avait appris à se délecter de chaque plaisir, si petit qu'il fût.
Commenter  J’apprécie          100
Elle allait envoyer Isabeau, travestie en ribaude, déambuler dans les tavernes pour semer le doute dans les esprits : ce défrichement n'était finalement pas une si bonne chose, un travail de Titan pour quelques terres de plus, encore du travail, pour finir par enrichir les moines et le seigneur. Un beau soulèvement de paysans ligués contre le château et l'abbaye ! Et elle, dame Brunehaut, qui viendrait apaiser les conscience et rétablir l'ordre...
Elle en souriait déjà, savourant son triomphe.
Commenter  J’apprécie          80
Au café « Le Petit Flore », c’était la consternation.
Sonia et Albert, les patrons, avaient beaucoup de mal à assurer le service. C’était jour de marché et la terrasse était bondée.
À leur arrivée à Manadieu, certains avaient prédit qu’ils ne tiendraient pas six mois. Des parisiens à la campagne ! En plus, une artiste… Et cette idée d’appeler leur café « Le Petit Flore » en référence au café parisien, café d’artistes. C’était bien là leur volonté. Ils avaient su insuffler au lieu une dynamique culturelle, accueillant des expositions, des concerts, des conférences, en bonne intelligence avec les actions déjà en place sur la commune et, entre autres, avec Clarisse la bibliothécaire. Pour accueillir ces manifestations, une pièce avait été aménagée avec des fauteuils et des tables basses, ouverte aussi à ceux qui souhaitaient un peu de calme et d’intimité.
Sonia peignait dans l’arrière-boutique de la salle du café, ses tableaux ornaient les murs, mais elle en expédiait aussi régulièrement dans une galerie parisienne où ils se vendaient bien. Lorsque Rose était venue se présenter, répondant à l’annonce de recherche d’un saisonnier, la peinture les avait aussitôt réunies. En deux mois, une belle complicité était née. Comme de nombreux étudiants, Rose travaillait parallèlement à ses études et le service au « Petit Flore » lui permettait de s’offrir des vacances à la campagne, tout en gagnant un peu d’argent.
Sonia était très affectée par la disparition de Rose, elle avait beaucoup de mal à se concentrer sur les commandes des clients. Derrière le bar, Albert lui aussi s’activait comme un automate.
Sous ses allures de rebelle, Rose était attachante : serviable, empathique, intelligente, elle s’était immédiatement intégrée à l’ambiance du café.
Commenter  J’apprécie          40
Elle venait juste de s'installer, la maison était telle que l'avait laissée ses parents.Ce soir- là, brusquement, le doute l'avait envahie.Avait-elle eu raison de quitter Paris, des collègues sympathiques, un appartement confortable, le bruit de la ville ? Le silence l'angoissait, le vide de la maison lui rappelait le vide de son existence (...)
Commenter  J’apprécie          50
Elle souffrait, déchirée par l'attente, par l'ignorance. Tout au fond, vraiment tout au fond de son âme, était la peur, animal sournois, tapi dans l'ombre, qu'elle s'efforçait de dompter. Elle savait pourtant qu'elle ne pourrait pas le tenir en respect éternellement. Lui donner libre cours serait céder à la panique et pourrait l'amener à des actions impulsives qu'elle regretterait ensuite, peut-être même la conduire à la folie. Elle la redoutait, sachant bien qu'elle pouvait basculer dans ses filets d'un moment à l'autre, nul n'était à l'abri.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Pascale Blazy (27)Voir plus

Quiz Voir plus

Correspondances artistiques (1)

D'une Joconde à l'autre, séparément et chacun à sa manière à des dates différentes, deux artistes français ont célébré Mona Lisa en chanson (indice : Aigle et tête de choux) :

Serge Gainsbourg et Léo Ferré
Léo Ferré et Anne Sylvestre
Barbara et Serge Gainsbourg

10 questions
200 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , musique , histoire de l'art , Instruments de musique , musiciens , art , artiste , symphonie , mer , Japonisme , impressionnisme , sécession viennoise , Abstraction , Côte d'Azur (France) , romantisme , pointillisme , symbolisme , Pique-niques , joconde , leonard de vinci , renaissance , culture généraleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}