AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.01 /5 (sur 83 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Fougères Ille-et-Vilaine , le 29-04-1963
Biographie :

1963. Naissance de Pascale le 29 avril à Fougères en Ille-et-Villaine.

● 1971. Ses parents s’installent à Bruxelles, précisément à Schaerbeek.

● 1979. Le 9 novembre, au concert des Stranglers à l’AB, elle rencontre le père de ses enfants.

● 1986. A l’ULB, elle étudie le journalisme.

● 1992. Premier contrat chez Gallimard, dans la célèbre “Série Noire”.

● 2005. En avril sort son neuvième roman : “Crois-moi” (Ed. Labor)

Source : http://www.tbx.be/fr/VIB/10/app.rvb
Ajouter des informations
Bibliographie de Pascale Fonteneau   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Livre de Bord : Pascale Fonteneau


Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
HORUSFONCK   16 octobre 2018
La puissance du désordre de Pascale Fonteneau
Je ferme la porte du palier en faisant le moins de bruit possible, pour les mêmes raisons j'évite l'ascenseur. une fois dans la rue, je lève les yeux vers le troisième étage et je presse le pas.
Commenter  J’apprécie          150
Ally   22 août 2015
Propriétés privées de Pascale Fonteneau
La nuit, c'est comme cela : la nuit, tout ce qu'on a dans la tête devient réalité...
Commenter  J’apprécie          80
letilleul   11 août 2019
Carnaval à Bruxelles de Pascale Fonteneau
Mademoiselle ! Vous avez perdu votre chemin ? Il me semble vous avoir demandé de circuler, alors faites-le avant que je vous conduise moi-même vers la sortie !

Cette fois, Hilke s’éloigne prudemment. Pour elle, l’important c’est que Peter ait échappé aux Corbeaux. Cela devrait la rassurer, sauf qu’il n’était pas dans la station ce matin non plus. Pourquoi ? Quelqu’un l’avait-il prévenu qu’il y aurait un contrôle ? Qui ? Est-ce que les Corbeaux étaient venus exprès pour lui ? Si Peter a senti le danger, peut-être qu’il ne reviendra plus jamais ? « Espérons que non ! » pense Hilke qui n’arrive pas à chasser ce mauvais pressentiment.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   07 décembre 2015
Contretemps de Pascale Fonteneau
Edith Piaf pleure sa passion. Je l’ai vue. Peut-être pas. La Motta, champion. Mohammed Ali, vieux. Se battre, saigner sur le ring. Sentir le corps s’affaisser sous le poing. Les épaules drapées de soie rouge. Encaisser les coups. Le faire par amour. Coups de foudre. S’aimer d’un continent à l’autre. S’attendre et s’écrire. Se retrouver. S’enlacer devant les photographes. Des bateaux qui s’éloignent. Des trains. Ils partent à la guerre. Les uniformes sont gris. Des fanfares sur les quais. Des drapeaux, beaucoup de drapeaux. Ils reviennent, les visages sont gris. Sur un banc, un vieux joue de l’accordéon. Hymne à la Joie.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   07 décembre 2015
Contretemps de Pascale Fonteneau
Dans les films, les héros se font soigner sans anesthésie et leurs vêtements restent présentables. La réalité est écœurante et me soulève le cœur, je me retiens de justesse.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   07 décembre 2015
Contretemps de Pascale Fonteneau
Feuilletée rapidement, ma mémoire se lit comme un vieux magazine. On y reconnaît les visages qui ont fait le tour du monde, mais rien à propos de la femme nue qui me montre du doigt. À part une bague, elle ne porte aucun bijou. Ses yeux foncés sont noyés de stupeur. Ou peut-être est-ce de la colère. Elle ne bouge plus. Tout s’est figé avec elle. Même sa voix me parvient au ralenti. Elle répète la même phrase. Si ça se trouve, elle ne l’a dit qu’une fois mais il m’a fallu réentendre les mots et les décomposer pour la comprendre : « Je t’ai-me. Je t’ai-me. »

Sans les chercher, je pense à des dizaines de chanteurs dont l’amour est le fonds de commerce. Je pourrais même citer le titre de leur succès et fredonner les refrains. C’est bientôt une foule de célébrités qui se bousculent en braillant leurs émois amoureux. Dans un flot continu, j’entends des extraits de reportage, des séquences de films. Les mélodies se jouent à vitesse accélérée. Sur le même rythme se succèdent des clichés en noir et blanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   17 octobre 2022
Propriétés privées de Pascale Fonteneau
Se vantant partout d’être juif et d’avoir enseigné l’allemand dans les collèges difficiles de la région, Régis Weiss avait dénoncé les rondes citoyennes en agitant le spectre de politiques dictatoriales anciennes ou étrangères. Autant dire qu’il avait bu du petit-lait en découvrant l’article de Rémi Bobet dans le journal du matin. En substance, c’est ce qu’il avait expliqué à Robert, l’obligeant à laisser filer un suspect dont il avait fait un rapide portrait-robot :



“C’était un grand type, un maigre, cheveux courts, pantalon sombre, veste trois quarts, on dirait un vêtement de chasse ou un blouson militaire, mais en plus clair.”



Comme si Régis Weiss pouvait l’entendre, Robert insiste pour la troisième fois :

“A priori rien à signaler, juste qu’il traînait dans le quartier.”
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   17 octobre 2022
Propriétés privées de Pascale Fonteneau
Signé par un certain Rémi Bobet, le texte se moque des rondes de surveillance (ironiquement surnommées les Patrouilles de la trouille) auxquelles les deux hommes participent depuis plusieurs mois. Selon le journaliste, ces patrouilles attiseraient un climat de violence et mettraient de l’huile sur le feu. Des accusations soutenues par un historien, auteur d’une thèse récemment publiée. Interrogé sur les marches de son amphithéâtre, l’universitaire réagit à ce qui lui est présenté comme un phénomène inquiétant. Devant la multiplication de ce genre de brigades, l’historien confirme les craintes du journaliste. Sans nuance, il agite le spectre d’une dérive sécuritaire, et dit qu’il ne faudra pas s’étonner d’un retour aux heures les plus sombres de notre histoire.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   07 décembre 2015
Contretemps de Pascale Fonteneau
Mon existence se résume à ces cartes distribuées sans que personne, jamais, ne se donne la peine de m’expliquer les règles du jeu. Tout est allé très vite. Aujourd’hui, je meurs, là, vaincu, sans avoir marqué mon temps, même pas une ligne dans un journal.
Commenter  J’apprécie          20
Axelinou   04 mai 2019
Les fils perdus de Sylvie Derijke de Pascale Fonteneau
« Quand mes parents sont venus s’installer ici, mon père s’est mis à aller à la messe. Ultime affront pour ma mère, fille, petite-fille et arrière-petite-fille de prolétaires. Chaque fois qu’il voulait installer la crèche sous l’arbre de Noël, elle lui disait (et je suis certaine qu’elle continue aujourd’hui) : « Tu sais qui c’est ton saint Joseph ? C’est le patron des cocus ! ». Et elle hurlait de rire. Ce n’était pas à elle, filel du Nord, habituée à la promiscuité, qu’on allait faire croire que la Marie s’était fait engrosser sans écarter les cuisses. L’erreur paternelle d’avoir voulu nous faire progresser dans l’échelle sociale animait notre vie quotidienne. »
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Pascale Fonteneau (141)Voir plus


Quiz Voir plus

De la poésie dans un monde de brutes 1

"Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne / Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends"

Jules Laforgue
Victor Hugo
Sully Prudhomme

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur