AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 18 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 8/10/1948
Biographie :

Docteur en Sciences Economiques, historien, Patrice de Moncan a publié de nombreux ouvrages sur Paris et la ville , tant historiques que socio-économiques dont certains, comme A qui appartient la France ?, Villes utopiques, villes rêvées, ou encore Les Passages couverts de Paris, font autorité. Les Passages couverts en Europe font suite à ce dernier. Patrice de Moncan a reçu, pour son livre Le Paris d'Haussmann, le Prix Haussmann 2003 et le Prix Charles Garnier, décerné par la Société de Géographie

Source : http://www.alalettre.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Patrice de Moncan
Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Alzie   02 juin 2015
Villes rêvées de Patrice de Moncan
Paris, au Salon d'Automne de 1922, Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier (1887-1965), présente le Plan pour une ville contemporaine de 3 millions d'habitants dont les principes, après avoir fait scandale, auront une influence considérable sur l'urbanisme de reconstruction en Europe et au Japon après la Seconde guerre mondiale.

Pour Le Corbusier, imaginer la ville ne doit plus souffrir de subjectivité et d'idéologie politique. "J'ai bien tenu à ne pas quitter le terrain technique, écrit-il dans Urbanisme. Je suis architecte, on ne me fera pas faire de politique."

Sa ville est une synthèse des villes imaginées avant lui. On y trouve le plan en échiquier cher à tous les utopistes, les principes de circulation énoncés par Hénard - carrefour à giration, plates-formes superposées - et ses "avions-insectes" nommés ici "aéro-taxis", les visions hygiéniques de Richardson, l'application des cités-jardins de Morris, la socialisation du sol comme chez More et Cabet, les toits-terrasses de Tony Garnier, la prévision de la réduction du temps de travail annoncée par Owen etc.

La Cité radieuse, p. 107.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Alzie   02 juin 2015
Villes rêvées de Patrice de Moncan
L'image de la ville idéale, rêvée, l'utopie d'un futur enfin réussi, est une figure récurrente depuis la Renaissance. Elle illustre le sens du temps qui fonde l'occident, la flèche du temps, l'idée d'une maîtrise toujours croissante de l'homme sur le monde. Et dans ce siècle de toutes les ruptures, on peut dire que l'utopie à été réalisée, en force, confondue avec le déterminisme scientifique.

Après des siècles de croissance progressive, les villes, comme les fleuves qui débordent, sont sorties de leurs cours il y a quarante ans. Elles se sont étendues, diluées, elles semblent même parfois avoir changé de substance (p. 177).

Christian de Portzamparc
Commenter  J’apprécie          50
Alzie   03 juin 2015
Villes rêvées de Patrice de Moncan
Des lois très strictes règlent la sexualité. Les jeunes filles ne sont pas exposées à un homme avant dix-neuf ans et les hommes ne s' adonnent pas à la génération avant vingt-et-un ans, "ou plus, s' ils n'ont pas bonne mine..." "Après force ablutions, ils font l'amour tous les trois soirs, les grandes et belles filles avec les hommes grands et intelligents, les grasses avec les maigres, et les maigrelettes avec les gros, de manière à tempérer les excès... L'heure [de l'accouplement] est déterminé par l'Astrologie et le Médecin.

La Cité du Soleil, Tommaso Campanella (1568-1639).

p. 29.
Commenter  J’apprécie          40
Alzie   02 juin 2015
Villes rêvées de Patrice de Moncan
L'humanisme scientifique qui introduit la perspective et la proportion en peinture comme le développement fulgurant des villes de foires à la Renaissance vont transformer radicalement l'idée de la ville, et le mythe de la société idéale va devenir un thème récurrent. Après More, bien d'autres "écrivains" s' y intéresseront. L'italien Tommasso Campanella avec sa Cité du Soleil et l'anglais Francis Bacon avec La Nouvelle Atlantide, en s' inspirant de More, inventeront à leur tour des villes rêvées. Le peintre Francesco Di Giorgio à plusieurs reprises illustrera ce thème (p. 11).
Commenter  J’apprécie          40
Alzie   02 juin 2015
Villes rêvées de Patrice de Moncan
La Crècherie de Zola [Zola Emile, Travail, paris 1993] et la Cité Industrielle de Garnier sont presque identiques, l'architecte s'étant inspiré des descriptions de l'écrivain. La maison commune, le marché central, les habitations pareillement conçues - et pareillement blanches, la couleur symbolique et dominante de la ville -, la situation géographique, à flanc de montagne, le complexe industriel et ses hauts fourneaux, etc.

Tony Garnier qui jamais ne renia cette inspiration suggérait d'inscrire sur les façades des salles d'assemblées de sa cité industrielle, des extraits du roman de Zola, dont cette phrase qui résume à elle seule la Cité Industrielle de Garnier. " C'était là le cloaque qu'il voulait assainir, l'antique geôle du salariat qu'il s'agissait de raser, avec ses iniquités et ses cruautés exécrables, pour guérir l'humanité de l'empoisonnement séculaire. Et il rebâtissait à cette même place, il évoquait la ville future, la Cité de vérité, de justice et de bonheur, dont il voyait déjà les maisons blanches rire parmi les verdures, libres et fraternelles, sous un grand soleil d'allégresse."

La cité de Garnier est inscrite dans son temps. "C'est à des raisons industrielles que la plupart des villes neuves que l'on fondera désormais devront leur fondation," écrit-il avant d'imaginer, au coeur de la ville, deux grandes usines, l'une métallurgique et l'autre hydroélectrique, chargées d'alimenter la ville en force, lumière et chauffage.

On est loin de la vision de Morris et des théoriciens de la cité-jardin, qui dispersent l'industrie et l'artisanat à travers la campagne dans un décor passéiste.

Garnier, lui, construit sa ville autour des usines, sources de ce travail libérateur de l'homme. "Et quel admirable régulateur que le travail, quel ordre il apporte, partout où il règne ! Il est la paix, la joie, comme il est la santé... Et c'est pourquoi je voudrais que fût enfin fondée la religion du travail, l'hosanna au travail sauveur, la vérité unique, la santé, la joie, la paix souveraine," écrivait Zola.

(p. 92).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alzie   03 juin 2015
Villes rêvées de Patrice de Moncan
Des lois très strictes règlent la sexualité. Les jeunes filles ne sont pas exposées à un homme avant dix-neuf ans et les hommes ne s' adonnent pas à la génération avant vingt-et-un ans, "ou plus, s' ils n'ont pas bonne mine..." "Après force ablutions, ils font l'amour tous les trois soirs, les grandes et belles filles avec les hommes grands et intelligents, les grasses avec les maigres, et les maigrelettes avec les gros, de manière à tempérer les excès... L'heure [de l'accouplement] est déterminé par l'Astrologie et le Médecin.

La Cité du Soleil, Tommaso Campanella (1568-1639), p. 29.
Commenter  J’apprécie          20
Alzie   02 juin 2015
Villes rêvées de Patrice de Moncan
En réaction à l'étouffement des villes industrielles du XIXe siècle, et les ravages des épidémies dont le choléra, certains théoriciens inventent l'urbanisme hygiénique. La propreté est la loi suprême d'Hygeia, ville utopique imaginée par le médecin anglais Richardson, et à Icara, autre ville utopique, les placards sont si hermétiques que la poussière n'y pénètre pas. Sur le modèle londonien, Napoléon III imposera à Paris des squares et des bois, dans la pure lignée des utopistes britanniques, tels Richardson et William Moris (p. 11).
Commenter  J’apprécie          20
eternel   19 août 2019
Guide littéraire des passages de Paris de Patrice de Moncan
Nous qu'on proscrit, notre usage est commode,

N'avons-nous pas, par notre aspect riant,

A tout Paris fait adopter la mode,

De ces bazars, fameux en Orient ?



Malgré le vent, et la pluie et la grêle,

On peut toujours se promener chez nous ;

Plus d'un galant peut y retrouver sa belle :

C'est pour l'hiver un heureux rendez-vous.



Sur nos parois les glaces en usage,

A la beauté présentent un miroir,

Ah ! c'est charmant puisque dans un passage,

Les femmes sont comme dans leur boudoir.



Du vieux Paris dédaignant la poussière,

Vous protégez ses embellissements ;

Au luxe utile il ouvre la barrière ;

L'Art y fait voir tous ses enchantements.



M. Pour (1827)
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur