AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.06 /5 (sur 46 notes)

Nationalité : Nouvelle-Zélande
Né(e) à : Wellington , 1937
Biographie :

Patricia Grace est romancière et nouvelliste, elle est l’une des voix contemporaines les plus respectées de la Nouvelle-Zélande. Elle fut, dans les années 70, l’une des instigatrices du débat idéologique qui anima l’arène politique, artistique et littéraire de son pays. Accompagnée d’artistes et d’écrivains, elle revendiqua à cette époque le caractère légitime et nécessaire de l’empreinte créatrice maorie au sein d’une littérature nationale émergente. Elle signa « Waiariki » en 1975, ouvrage qui fit date puisqu’il marquait la toute première publication par une femme d’origine maorie d’un recueil de nouvelles. Sans nostalgie ni sentimentalisme, elle s’attache à brosser le portrait d’une grande variété de personnages fictifs issus d’une société qu’elle connaît de façon intime et dont la langue et la culture furent longtemps ignorées. Patricia Grace décroche le Prix Neustadt, que l’on surnomme le petit Nobel… Reconnaissance internationale pour cette écrivaine maorie, fer de lance des littératures du Pacifique.
+ Voir plus
Source : https://www.auventdesiles.pf/catalogue/collections/jeunesse/haka/
Ajouter des informations
Bibliographie de Patricia Grace   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pour la foire de Francfort en 2012


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
mcd30   21 septembre 2021
Potiki : Le petit dernier de Patricia Grace
Et pourtant, parce que c'est un vide, un espace neutre - ni terre ni mer -, la liberté est là, sur le rivage, et le repos.

La liberté est là, de chercher dans le vide, dans le tas de mauvaises herbes, parmi les morceaux de vieux bois, le coquillage vide, le crâne de poisson, en quête de la particule du commencement - ou de la fin qui est le commencement.

L'espoir et le désir peuvent s'y attarder, les pensées et les sentiments se déplacer avec les grains de sable tamisés par l'eau et le vent.

Un soir, j'y ai posé mon sac et je me suis reposée, ouvrant la voie au vide, ce vide qui peut évoluer en étincelle, en petit mouvement. J'ai sorti de mon sac des vêtements chauds et j'ai attendu toute la nuit le matin qui allait devenir un recommencement.
Commenter  J’apprécie          100
mcd30   18 septembre 2021
Potiki : Le petit dernier de Patricia Grace
Du centre,

Du vide,

Du non-vu,

Du non-entendu,



Il vient

Un geste,

Un mouvement,

Un rampement,



Il vient

Un déploiement,

Un bondissement,

Vers un cercle extérieur,



Il vient

Une inspiration

Un souffle -

Tihei Mauriora *



* Litt « éternue, âme vivante » ; expression utilisée pour célébrer la vie.
Commenter  J’apprécie          41
Mimeko   07 septembre 2020
Chappy de Patricia Grace
Lors d'un enterrement, l'objectif du généalogiste était de décrire les liens qui unissaient les groupes de visiteurs à celui ou celle dont on veillait la dépouille mortelle. C'est à des moments pareils que tous les temps se fondent en un et que l'on comprend que l'on n'est qu'une des perles d'un collier continu sans début ni fin.
Commenter  J’apprécie          112
Mimeko   05 septembre 2020
Chappy de Patricia Grace
Nous sommes allées acheter nos tickets et avons demandé des places en bas au milieu, comme nous le faisions dans la petite salle de chez nous.

- Seulement au balcon, a dit la vendeuse dans son box.

Au début je n'ai pas compris. Des clients s'engouffraient déjà dans la salle d'en bas. Mais Moana Rose savait. Elle en avait entendu parler. Elle était derrière moi et me parlait dans notre langue. Nous ne parlions notre langue qu'à la maison, jamais dans des lieux publics, mais là elle me murmurait à l'oreille que ce devait être une de ces salles ségrégationnistes où les Maoris n'avaient pas le droit de s'asseoir en bas.
Commenter  J’apprécie          80
Mimeko   02 septembre 2020
Chappy de Patricia Grace
Ils avaient accouru de tous les endroits d'où accourent les gamins, des bords des ruisseaux, l'herbe haute, des cimes des arbres, des refuges secrets, pour en décorer toute la surface, s'agrippant à la verticale, à l'horizontale, la tête en haut, la tête en bas. Vêtus de robes refaites à leur taille et de shorts découpés dan des pantalons d'adultes et des sacs de farine, ils se précipitaient, ourlets à moitié défaits, pantalons retenus d'une main, tignasses noires scintillantes.
Commenter  J’apprécie          80
TelKines   25 novembre 2018
Haka de Patricia Grace
Ka mate ! Ka mate !

Ka ora ! Ka ora !

Ka mate ! Ka mate !

Ka ora ! Ka ora !

Tēnei te tangata pūhuruhuru

Nāna nei i tiki mai

Whakawhiti te rā !

Upane, ka upane.

Upane, ka upane.

Witi te rā !





Je vis ! Je vis !

Je meurs ! Je meurs !

Je vis ! Je vis !

Je meurs ! Je meurs !

Grâce à la générosité de ce peuple,

J'ai pu voir le soleil se lever à nouveau !

Marche après marche.

Marche après marche.

Le soleil se lève !
Commenter  J’apprécie          60
Mimeko   04 septembre 2020
Chappy de Patricia Grace
Au début, je n'ai rien pu faire d'autre que prendre son corps émacié dans mes bras et l'arroser de mes larmes. C'était comme un de ces fagots de bambous que je transportais parfois pour lui dans le temps - il cliquetait aussi de la même façon.
Commenter  J’apprécie          60
Mimeko   03 septembre 2020
Chappy de Patricia Grace
Après sa mort, la solitude était comme une aiguille qui lui perçait la base du cou, c'est ainsi qu'elle décrivait cette sensation, comme une tige de métal qui lui passait dans le cœur, les poumons et le ventre, la saignant à blanc.
Commenter  J’apprécie          60
Bazart   10 août 2019
Chappy de Patricia Grace
Elle a senti les larmes monter de sa poitrine, mais les a refoulées. Si le vélo s'était cassé peu après son départ et qu'il portait du bambou, il a pu retourner chez paa pour emprunter un cheval. Quand il était arrivé Paa n'aurait pas arrété de parler Bla Bla, Chappy trop respectueux pour l'interrompre. Le cheval loin de la maison capricieux, Non, ce cheval n'aimait pas Chappy et Chappy n'était pas bon cavalier
Commenter  J’apprécie          50
Mimeko   03 septembre 2020
Chappy de Patricia Grace
J'avais entendu parler de clandestins jetés aux requins ou aux alligators, ou agonisant dans une cave fumigée.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La fille d'avril

Au début de l'histoire, pourquoi est ce que Catherine est confrontée à courir pour la première fois?

Deux hommes ont une attitude étrange envers elle
Un chien lui fait peur
Elle se fait mal à la main et cour à l'infirmerie
Elle ne court pas

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : La fille d'avril de Annelise HeurtierCréer un quiz sur cet auteur

.. ..