AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 67 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Patricia Tourancheau est journaliste. Chargée des affaires criminelles et des faits divers à Libération, depuis 1990, elle a publié 1993 mode d'emploi (Ramsay, 1990) et Les Postiches (Fayard, 2004).

Source : Fayard
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Affaire Grégory avec: Patricia Tourancheau (journaliste), Colonel Etienne Sesmat, Denis Robert  On n'est pas couché  14 décembre 2019 Laurent Ruquier sur France 2 #ONPC Toutes les informations sur les invités et leur actualité https://www.france.tv/france-2/on-n-e... Suivez @ONPCofficiel et réagissez en direct avec le hashtag #ONPC  https://twitter.com/ONPCofficiel Continuez le débat sur Facebook https://www.facebook.com/onpcF2

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2   09 juillet 2018
Grégory : La machination familiale de Patricia Tourancheau
Fait divers le plus retentissant de la seconde moitié du XXe siècle, le meurtre de Grégory Villemin, 4 ans, le 16 octobre 1984, dans les Vosges, restait un cold case, une énigme non résolue que l’on croyait embourbée à jamais dans les eaux vaseuses de la Vologne. La dernière apparition publique des parents de l’enfant, Christine et Jean-Marie Villemin, au printemps 1994, dans l’émission La Marche du siècle, n’était plus qu’un lointain souvenir. Et les vaines tentatives de la justice de relancer l’affaire grâce aux progrès scientifiques de la génétique dataient des années 2000. Depuis, plus rien. Enfin le croyait-on.

Quand soudain, le 14 juin 2017, l’histoire rebondit avec les arrestations des membres de la famille Jacob, des personnes âgées de plus de soixante-dix ans. Ce crime sur un enfant où s’entrechoquent chaos judiciaire, délire médiatique et secrets de famille, ressurgit de façon spectaculaire plus de trente-deux ans après les faits. Passionnée par ce fait divers survenu pendant mes études de journaliste, je ne l’avais pas couvert à l’époque, mais je dévorais les articles de presse sur le sujet. En stage à Libération pendant l’été 1985, j’avais suivi au sein de la rédaction l’élaboration du « reportage » de l’écrivain Marguerite Duras, titré « Sublime, forcément sublime » qui désignait sans précaution Christine Villemin, tout juste inculpée pour infanticide, comme la coupable, forcément coupable… L’attitude de certains chefs et intellectuels, qui accablaient « la mère » mais la trouvaient « absolument géniale », m’avait laissée perplexe.

Et puis dans les années 2000, j’ai eu l’occasion d’écrire sur les expertises en ADN de pièces à conviction qui n’ont rien donné. Mais ces actes scientifiques m’ont permis de mesurer à quel point Christine Villemin avait été victime d’une erreur judiciaire. La parution, en 2006, du livre de l’ex-capitaine de gendarmerie d’Épinal, Étienne Sesmat, a achevé de me convaincre du monstrueux gâchis humain généré par cette affaire. Aussi, lorsqu’elle revient dans l’actualité en 2017, je cherche à comprendre comment les enquêteurs ont remonté le temps pour en arriver là, par quel miracle ce dossier qui relève de l’archéologie judiciaire a pu en ressortir. Je me replonge dans les archives de Grégory et je pars en quête des procès-verbaux récents, pour le raconter comme un feuilleton pour le site d’information Les Jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
morin   17 mars 2018
Grégory : La machination familiale de Patricia Tourancheau
Fouillant inlassablement le passé, ils (les enquêteurs de la section des recherches et la juge Claire Barbier) ont récupéré les écrits de plusieurs acteurs de l'histoire, comme les cahiers intimes du juge Simon, les carnets de note de la journaliste Laurence Lacour, ou des membres de la famille. Ils comptent toujours sur les témoignages des protagonistes de l'époque, car la mémoire ne s'efface pas sur des faits liés à un crime. Encore faudrait-il que la parole de personnes clés se libère enfin... Christine et Jean-Marie Villemin qui ont poussé la justice à rouvrir le dossier sont conscients des difficultés : des acteurs ou témoins de l'affaire sont décédés entre-temps, d'autres sont très âgés et certains sont liés par des secrets inavouables. Scellés et verrouillés.



P. 244
Commenter  J’apprécie          40
Renod   20 octobre 2019
Guy Georges : La traque de Patricia Tourancheau
Un dessinateur de vingt-cinq ans a été « planté au cœur » par

deux racketteurs à qui il refusait de donner de l’argent, dans une rame de métro, Porte de Versailles : « Un fils unique. Et c’est là où vous en prenez plein la poire. La mère, déjà veuve, a tout perdu. On l’a vraiment maternée, cette femme-là. Elle avait cette attitude timide et respectueuse des gens qui ont affaire à la police une fois dans leur vie. Elle s’excusait d’appeler, même si elle avait ligne ouverte, on lui avait dit : “Téléphonez quand vous voulez.” Un jour, la dame a reçu une facture du Samu, 8 000 francs (1 200 euros) à payer pour le transport de son fils, sans couverture sociale. » C’est la police judiciaire qui a « incendié » l’assistance publique pour effacer la dette.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   06 avril 2017
Le 36 : Histoires de poulets, d'indics et de tueurs en série de Patricia Tourancheau
Gainsbourg a passé des après-midi entiers, enfoncé dans un fauteuil à griller ses Gitanes, à me regarder bosser, à ricaner et à commenter . L’artiste adorait rester des heures, assis dans l’un de ces deux antiques fauteuils en cuir avec accoudoirs, installés en contrebas du siège du chef de la brigade criminelle, là où, depuis des lustres, prennent place les suspects récalcitrants. « Vers 2 heures du mat’, les inspecteurs qui ne parvenaient pas à obtenir des aveux amenaient le détenu dans ce bureau, le plus luxueux du 36 et le seul moquetté, pour l’impressionner », raconte Patrick Riou à Gainsbourg, fasciné. C’est ce qu’on appelle « le coup de la moquette », un cérémonial organisé au 315 avec cigarette et café, « considération et respect » du patron de la Crim’ pour l’assassin, afin d’essayer de lui délier la langue, et ça marchait. Acoquiné à ce grand poulet, Serge Gainsbourg buvait ses histoires de faits divers et venait à tous les pots de la Crim’ s’enfiler des doubles Pastis 51.
Commenter  J’apprécie          20
Fannybooks   04 juillet 2019
Le magot - Fourniret et le gang des Postiches : mortelle rencontre de Patricia Tourancheau
Qu'il s'agisse de l'équipée sanglante du couple Fourniret, de l'épopée en or des braqueurs du gang des Postiches ou des combines du voyou Jean-Pierre Hellegouarch, toutes ces histoires qui se sont télescopées se sont mal terminées. Si certains protagonistes en ont réchappé, ces rencontres hasardeuses se sont souvent avérées destructrices.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   28 novembre 2016
Guy Georges : La traque de Patricia Tourancheau
« On l’a tellement attendu, on l’a tellement cherché, ça a été des années de traque, que nous sommes tous là à le guetter, très dignement d’ailleurs. Tout le monde veut le voir. Mais, derrière l’homme d’apparence ordinaire que nous voyons monter, ressurgissent pour nous toutes les images de ces jeunes femmes assassinées, égorgées, violées, chosifiées, massacrées. Et on ne peut s’empêcher de penser qu’il est, pour la France, un de nos plus grands tueurs en série. »
Commenter  J’apprécie          20
Fannybooks   30 juin 2019
Le magot - Fourniret et le gang des Postiches : mortelle rencontre de Patricia Tourancheau
Triste à pleurer, Jean-Claude Myszka se désole sur son sort et sur la perte du trésor des Postiches. Enfin, d'une partie. Et c'est sa seule consolation : les flics ne trouveront jamais les 34 lingots d'or et les milliers de pièces d'or enterrés quelques jours plus tôt au cimetière de Fontenay-en-Parisis. Le magot auquel va très vite s'intéresser le prédateur Michel Fourniret.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   06 avril 2017
Le 36 : Histoires de poulets, d'indics et de tueurs en série de Patricia Tourancheau
Pour surmonter sa timidité, ce fils de résistant breton, élevé à la dure, a hésité entre deux « métiers d’autorité » : magistrat ou policier. Devenu commissaire, il a commencé en 1974 à la 9e BT de la police judiciaire, alors basée à Créteil (Val-de-Marne), dans des préfabriqués « aussi pourris que les flics, efficaces certes, mais violents et corrompus pour la plupart », écrit-il dans son livre autobiographique. Atterré par leurs « méthodes courantes » – « extorsions d’aveux, passages à tabac, vols durant les perquisitions, procédures mensongères » –, le débutant décide de « monter au feu », avant de renoncer sur les conseils d’un policier honnête : « Tu ne peux pas dénoncer ça tout seul. T’as pas les reins. Tu es trop jeune, tu vas te faire broyer. »
Commenter  J’apprécie          10
Fannybooks   30 juin 2019
Le magot - Fourniret et le gang des Postiches : mortelle rencontre de Patricia Tourancheau
Là, sur la table du salon, Michel Fourniret déverse des tas d'or et, tel Picsou, contemple son trésor, avant de compter et d'emballer les lingots, puis de mettre les pièces en rouleaux de vingt. Son magot mortel rejoint les entrailles de son jardin.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   06 avril 2017
Le 36 : Histoires de poulets, d'indics et de tueurs en série de Patricia Tourancheau
« On dit qu’Œdipe roi, de Sophocle, est une grande tragédie policière, racontez l’histoire. » Également bien inspiré à l’oral, grâce à Miou-Miou dans La Femme flic dont elle incarne le rôle dans le film d’Yves Boisset, le candidat expose sa vision de l’emploi des femmes dans la police. Mais son problème, c’est qu’il reste le frère de. Pourtant, Richard et Gérard ne se ressemblent pas. C’est l’intello et le casse-cou, l’introverti et la grande gueule, le dépressif et l’optimiste, « le crépusculaire et le solaire », dit joliment le cadet qui s’est escrimé à sortir de l’ombre : « Il a fallu que je me fasse un prénom dans la police. »
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Amateurs de polar ? Qui a écrit quoi ... ?

Mais qui a écrit "Pandemia" ?

Maxime Chattam
Bernard Minier
Franck Thilliez
Olivier Véran

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar enquête , policier françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..