AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.81 /5 (sur 565 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montreuil-sous-Bois , le 13/04/1958
Biographie :

Patrick Bard est un photojournaliste, romancier, écrivain-voyageur.

Sa carrière de photographe commence en 1982 avec une exposition à la Galerie des Voyageurs à Toulouse. Il était, par ailleurs, membre de l'agence de presse Rapho depuis 1979. En 1990, il change d'agence et rejoint Editing.

Son premier livre, publié en 1993, est "Blues Mississippi Mud", un carnet d’un voyage dans le monde du blues. À partir de 1996 il quitte la France pour étudier la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Cette étude, qui a duré 5 ans, a donné lieu à l'ouvrage "El Norte", sorti en 2002. Mais également, en 2004, à la sortie de son premier roman, "La Frontière". Ce livre a d'ailleurs été récompensé par le prix Michel Lebrun (2003), le prix Brigada 21 du meilleur roman policier étranger (Espagne, 2005), le prix Ancres Noires (2006), ainsi qu'une sélection au prix du polar lycéen d'Aubusson.

Il sort son deuxième roman en 2005, sous le titre de "L'Attrapeur d'ombres". Viennent ensuite deux ouvrages historiques, "Le Chemin de l'Inca" en 2006, et "Les Routes du Che" en 2007.

Depuis longtemps, Patrick Bard a choisi comme lieu de villégiature le village de La Canourgue en Lozère, non loin des lieux où se sont déroulés les événements de la bête du Gévaudan. C'est d'ailleurs ce thème qui est le sujet de son troisième roman, "Le Chien de Dieu" (2008).

En 2010 il publie "Orphelins de sang", roman noir et pesant ayant pour thème le trafic d'enfants en Amérique du Sud. Le roman reçoit deux prix : le Prix Sang d’encre des lycéens 2010 et le Prix Lion noir 2011.

Son travail photographique a notamment été exposée au Centre Pompidou, à la Grande Halle de la Villette, ainsi qu'au Mexique, en Espagne, en Angleterre, aux États-Unis… Avec son épouse, Marie-Berthe Ferrer, il arpente l’Amérique latine depuis de nombreuses années. Ses œuvres ont été acquises par plusieurs musées et collections privées.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Patrick Bard   (30)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Perluète #07 - interview de l'invité : Patrick Bard, journaliste, auteur, photographe. Quelle que soit sa forme, le travail de Patrick Bard s'inscrit dans la réalité de notre monde. Il a signé en 2020 un essai biographique sur l'américain Piero Heliczer, artiste aussi important qu'oublié, qui vécut dans le Perche, comme lui. Réalisation : ©appris


Citations et extraits (112) Voir plus Ajouter une citation
Sebthocal   29 juillet 2018
La bataille du rail de Patrick Bard
La valise la plus lourde, dans les voyages, est celle, invisible, qui renferme les souvenirs.



Didier Daenincks

Page 42, Don Quichotte, 2018.
Commenter  J’apprécie          594
Sebthocal   27 juillet 2018
La bataille du rail de Patrick Bard
Les cheminots sont montés en première ligne pour rendre pleinement à la SNCF son caractère de service public. Le mouvement des cheminots donnera-t-il un coup d’arrêt aux assauts contre les espaces sociaux libérés de la contrainte du profit ? Tel est l’espoir des uns et la crainte des autres.



Page 7, Don Quichotte, 2018.
Commenter  J’apprécie          500
Sebthocal   30 juillet 2018
La bataille du rail de Patrick Bard
Dans l’immobilité et le temps suspendu du voyage en train, j’ai tout éprouvé, la douleur, le deuil, l’amour fou, le désir sexuel, la fierté, la révolte.

Les hommes et les femmes du rail nous relient les uns aux autres comme la littérature. 



Annie Ernaux

Page 63, Don Quichotte, 2018.
Commenter  J’apprécie          480
Sebthocal   28 juillet 2018
La bataille du rail de Patrick Bard
C’est que le roman noir (la couleur du charbon) ne parle du train-train, il s’intéresse aux convois qui n’arrive pas à l’heure, aux rencontres sous tension, aux destins qui se trompent d’aiguillage, aux existences qui sortent de leurs rails, aux catastrophes grâce auxquelles on s’aperçoit, enfin, s’une vie peut en cacher une autre. 



Didier Daenincks

Page 38, Don Quichotte, 2018.
Commenter  J’apprécie          460
Sebthocal   26 juillet 2018
La bataille du rail de Patrick Bard
Nous avons tous un rapport particulier avec le train, des souvenirs d’échappées belles, de rencontres cocasses, de paysages qui défilent, de baisers échangés sur un quai de gare, de voyages qui ont changé une vie...

[...]

La lutte des cheminots n’est pas une lutte corporatiste, elle cristallise au contraire l’idéal de solidarité, concrétisé par les services publics, de tout un peuple.



Quatrième de couverture, Don Quichotte, 2018.
Commenter  J’apprécie          420
Annette55   27 octobre 2018
Et mes yeux se sont fermés de Patrick Bard
"Les martyrs portèrent atteinte à la vérité .....[. ]

Ils tracérent sur le chemin qu'ils suivaient des signes de sang, et leur folie enseignait que la vérité se prouve avec du sang.

Mais le sang est le plus mauvais témoin de la vérité ; le sang est un poison qui change la doctrine de la culture en délire , en Haine des cœurs ....

Et quand on irait traverser le feu pour sa doctrine ------/ qu'est - ce que cela prouve! -----"



Friedrich Nietzsche , l'Antéchrist ... .
Commenter  J’apprécie          210
jeranjou   24 janvier 2015
La Frontière de Patrick Bard
- Alors on va faire un tour. Je peux conduire ?



Zambudio objecta timidement que la VW de location n’était sans doute pas assurée pour elle.



- Guero, ici c’est le tiers-monde, on ne s’assure pas. Si on a un problème avec les flics, on arrangera ça avec une mordida à 100 pesos, ça coûtera moins cher, lança-t-elle d’un ton définitif en s’asseyant à la place du chauffeur.

Vous savez quel est le deuxième pays le plus corrompu au monde ? Le Mexique. Et le premier ?



Comme Toni la regardait d’un air interrogateur, elle éclata de rire en répondant :

- Le Mexique, cabron, mais nous avons payé le jury très cher pour être deuxième.



Elle venait de griller un feu rouge.





Version longue (elle c’est Guadalupe Vidal, Toni c’est un journaliste espagnol)

Commenter  J’apprécie          172
Ziliz   28 novembre 2020
Et mes yeux se sont fermés de Patrick Bard
[Elle faisait] partie de ceux qui demeurent longtemps dans la mémoire d'un enseignant. Pas parce qu'elle était en quelque sorte dotée d'un sens inné de la grammaire et de l'orthographe. Enfin, pas seulement. Mais aussi parce que j'avais trouvé dans ses rédactions une dimension littéraire qui semblait sortie de nulle part.

J'ai toujours cru son talent lié au fait qu'elle avait un rapport au monde profondément engagé. La plupart des filles de son âge - sans parler des garçons, infiniment plus lents à s'éveiller - ne réagissent guère aux textes poétiques, qu'il s'agisse de Rimbaud ou d'Apollinaire. Leurs mots parviennent aux élèves étouffés par le temps, privés de sens. (...) [Elle], elle s'était carrément rebellée contre "Mignonne, allons voir si la rose..." de Ronsard. Je me souviens très exactement de sa réaction quand elle a levé la main pour parler :

- Ben voyons, monsieur, c'est ça : "Laisse-toi pécho pendant que t'es encore bonne !" (...) Le discours a pas changé, monsieur, je vous jure. Vous entendriez le même aujourd'hui dans les couloirs du lycée ! C'est typique des mecs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
jeranjou   23 janvier 2015
La Frontière de Patrick Bard
- Vous savez quel est le deuxième pays le plus corrompu au monde ? Le Mexique. Et le premier ?

Comme Toni la regardait d’un air interrogateur, elle éclata de rire en répondant :

- Le Mexique, cabron, mais nous avons payé le jury très cher pour être deuxième.





Version courte (elle c’est Guadalupe Vidal, Toni c’est un journaliste espagnol)

Commenter  J’apprécie          141
Ziliz   17 novembre 2020
Le secret de Mona de Patrick Bard
Les gens se tuent avec le tabac, et pis ils dépensent le peu d'argent qui leur reste dans les jeux parce qu'ils espèrent devenir riches. Enfin, riches, c'est pas le mot, oh, y gagnent pas souvent, et pas grand-chose, moi je vous le dis. Je suis bien placée pour le savoir, c'est moi qui les vends, les cartes. Cent euros par-ci, cent euros par-là, et puis c'est tout. J'ai pas vu trois gros lots dans toute ma carrière. Peut-être même pas deux, je sais plus, y a tellement longtemps. C'est rien, ce qu'y gagnent parfois, à côté de ce qu'y dépensent. Et y en a qui sont complètement accros. A croire que c'est en proportion de leur dèche.
Commenter  J’apprécie          130

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Patrick Bard Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Et mes yeux se sont fermés

Comment s'appelle le personnage principal ?

Anastasya
Laurie
Aminata
Maëlle

8 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : Et mes yeux se sont fermés de Patrick BardCréer un quiz sur cet auteur

.. ..