AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.24 /5 (sur 489 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Villers-sur-Mer , le 1/06/1947
Biographie :

Patrick Grainville est un romancier français né le 1er juin 1947 à Villers-sur-Mer (Calvados). Il a passé son enfance à Villerville, petite commune située à l'est de Deauville.
Professeur agrégé de lettres, il obtient le prix Goncourt 1976 à 29 ans pour son quatrième roman, Les Flamboyants.
Patrick Grainville a beaucoup écrit sur l'Afrique, où il a effectué une mission de coopération.

Son dernier roman, La main blessée (2005), confronte l'auteur à la fameuse crampe de l'écrivain. Grainville y fait part également de sa perception du métier de professeur du secondaire. Dans la vie, il est professeur de français au Lycée Évariste Galois à Sartrouville.

Patrick Grainville est également critique au Figaro littéraire.

Mars 2018: élu à l’Academie Française, au fauteuil d’Alain Decaux.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Patrick Grainville   (37)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Entretien avec Patrick Grainville.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (216) Voir plus Ajouter une citation
migdal   07 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
C'est au Havre que ma mère est née. Au Havre que l'impressionnisme est né. Au Havre que Courbet se lie avec Boudin dont il admire les marines. Au Havre et à Paris que Boudin découvre les caricatures que Monet dessinait alors et devient son maître. Boudin, parrain et passeur de Monet. Un beau jour, au débotté, en 1868, Monet et Courbet débarquent chez Alexandre Dumas, le père des Trois Mousquetaires, installé dans la ville. Grandes embrassades tonitruantes des deux ogres : Courbet et Dumas se découvrent, se reconnaissent et s'empoignent. Des bustes, des crinières ébouriffées, des chemises béantes. À tu et à toi tout de suite ! Dumas invite à dîner Gustave et Monet jouvenceau. On dirait un conte. Non, ils ne mangeront pas le jeune homme aux petits oignons. Dumas leur sert une omelette aux queues de crevettes.
Commenter  J’apprécie          370
migdal   09 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
À bord de la Ville de Saint-Nazaire, un capitaine perdu rejoignait l'île du Diable. Dreyfus était en route pour le bagne. Le même jour. Le Gaulois annonçait qu'une lettre d'Emile Zola faisait savoir à l'Académie qu'il posait sa candidature pour le fauteuil de Ferdinand de Lesseps. Il serait débouté. Rien ne reliait encore le misérable déporté de l'Atlantique et le romancier briguant un titre honorifique. Un océan d'iniquité et d'ignorance les séparait. Pourtant, le destin, à qui il arrive d'avoir des envolées d'albatros, réservait au damné le trône absolu de l'innocence et à l'exclu qui lui porferait secours le Panthéon du Juste, auprès d'Hugo. Personne n'aurait parié, ce jour-là, que la mer de l'exil était le chemin de deux éternités qui marchaient l'une vers l'autre.
Commenter  J’apprécie          360
migdal   08 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
Quand Rimbaud meurt, Monet devient roi. Ménélik de l'Ethiopie des Meules ! Mais Arthur, ce moignon du Soleil, se transfigure presque immédiatement en mythe. Le seul crime d’Arthur Rimbaud fut d’avoir démodé Baudelaire. La vraie tombe de Rimbaud est, pour moi, le mausolée d'une meule rouge d'été, comme la case du Harar le plus pur. Courbet, Rimbaud, Manet, Monet, Van Gogh... Quel grand siècle que celui de Flaubert et de Victor Hugo !
Commenter  J’apprécie          361
Fandol   06 février 2021
Les yeux de Milos de Patrick Grainville
Il avait peint le tableau (Guernica) au printemps, juste après le bombardement de la ville, en pleine guerre civile. La tuerie continuait, son pays était détruit, martyrisé. Et lui, monstrueux comme toujours, loin de s’engager dans les Brigades internationales, passait son été de plaisir à Mougins, Antibes, Juan-les-Pins. Il se baignait chez nous, ici, il baisait, sculptait des galets ou des bois flottés. Nusch venait poser pour lui, dans sa chambre, avec la bénédiction d’Éluard. Les pas légers de Nusch. L’été du fascisme et de la mort fut sans doute le plus bel été de sa vie. (page 30)
Commenter  J’apprécie          350
Fandol   07 février 2021
Les yeux de Milos de Patrick Grainville
Le dépaysement l’a arraché aux simagrées de Samantha, au régime de la tentation circonstancielle. Maintenant, c’est du stable immémorial. Il plane. Il a ôté ses lunettes trop noires. La casquette suffit pour éviter le dard du soleil. Elle désire son beau regard d’un bleu royal, d’azur irréel. Ni trop clair ni saphir. Bleu extraterrestre. Bleu de Staël. (page 87)
Commenter  J’apprécie          350
migdal   10 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
Je lis tout haut un paragraphe à ma petite famille :



- «Une seule injustice, un seul crime, une seule illégalité, surtout si elle est officiellement enregistrée, confirmée, une seule injure à l'humanité, une seule injure à la justice et au droit, surtout si elle est universellement, légalement, nationalement, commodément acceptée, un seul crime rompt et suffit à rompre tout le pacte social, tout le contrat social, une seule forfaiture, un seul déshonneur (...). C'est un point de gangrène qui corrompt tout le corps. »



- C'est quoi la gangrène ? demande Charlotte, plus impressionnée par mon émotion que par le contenu du discours.



- C'est la pourriture, la décomposition, le mal.



Péguy, fou de conscience, rejoindra dans mon cœur, lors de ma lecture de 1910, l'Olympe de ma Falaise des Fous de création.
Commenter  J’apprécie          320
migdal   08 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
Quarante-deux ans après, je prends connaissance d'une lettre invraisemblable du bon Durand-Ruel qui écrit à Monet à propos du tableau de la Manneporte que ce dernier vient de lui livrer : « II vaut mieux que vous partiez de suite à Étretat. (...) Vous feriez bien d’y emporter la grande porte (...). Vous auriez à revoir la mer sous la porte. On ne s'explique pas les vagues...» La vie d’artiste est moins libre qu'on ne le prétend !
Commenter  J’apprécie          320
migdal   07 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
Boudin a peint l'effervescence extraordinaire du port de Bordeaux où les terre-neuviers de Fécamp pouvaient débarquer, à la belle époque, soixante mille morues par bateau. Oui, Boudin était fait pour saisir les quais de Fécamp saturés de foule et d'adieux. Il a peint encore ces extraordinaires régates du Havre grouillantes de cohues, de vent, de voiles, de mouvement marin. Ou le futur Pissarro des ports et des foules urbaines ? Boudin et Pissarro, dans sa dernière manière, possédaient le génie du charbonnement métaphysique de la création, de son grain rude que Monet allait volatiliser dans la lumière hallucinée. Mais l'âme de Fécamp est une secrète fulmination de ténèbres. Pour Monet, le dieu de la peinture était le soleil. Et la brume légère qu'il n'en finissait pas de percer. Pour Boudin, c'était Jupiter transformé en nuage. Les baigneurs et les baigneuses, les crinolines de Trouville et de Deauville étaient lo sous la caresse du divin, du précieux nuage.
Commenter  J’apprécie          312
migdal   10 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
Picasso se moque des vieux soleils du père Monet. La lumière, c'est lui. Il peint Verre et Bouteille de Suze ! Il inscrit la marque publicitaire populaire, en relief, sur un foisonnement de fragments de journaux collés, de novembre 1912. Des articles sur le conflit des Balkans et sur le meeting de l'Internationale ouvrière au Pré-Saint-Gervais contre la guerre, les canons Krupp et Schneider. Quarante mille voix chantent alors l'hymne au 17e regiment mutiné : « Salut, braves pioupious ! » Proudhon, partisan d'un art social utilitaire, aurait été indigné de voir l'Histoire ravalée à l’état de fond illisible, la lutte ouvrière servant de quadrillage gribouillé, de collage à des entourloupes cubistes et à une bouteille de Suze. Mais l'art moderne ne recrache pas le réel littéral. Il le défigure et démultiplie ses efflorescences dans un geste de liberté et de transgression. Monet le sait bien. Et si, un jour, les archives sociales de 1912, pour des descendants lointains, n’étaient plus déchiffrables que par la Suze de Picasso, dans un recoin de quelque musée épargné, bunker américain ?



Vive Picasso ! Vive le Pemod !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
migdal   06 octobre 2020
Falaise des fous de Patrick Grainville
Du côté du Perrey, où régnaient les bataillons de cabestans, les pêcheurs triaient le poisson, l'embarquaient dans des paniers, des mannes. Aidés par leurs épouses en tablier et bonnet blancs, ils trimballaient de lourds cordages qu'ils allaient fourrer dans la coque d'une de ces « caloges », caïques hors d'usage coiffés d'un amas de chaume.. . Trois femmes ramendaient les filets en jetant un regard aux bourgeois. Plus haut, au-delà de la plage, se dressaient trois villas cossues à pignons, balcons et vérandas où jouaient au volant de ravissantes petites filles en robe de mousseline à rubans.
Commenter  J’apprécie          290

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
649 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..