AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.27 /5 (sur 412 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Villers-sur-Mer , le 1/06/1947
Biographie :

Patrick Grainville est un romancier français né le 1er juin 1947 à Villers-sur-Mer (Calvados). Il a passé son enfance à Villerville, petite commune située à l'est de Deauville.
Professeur agrégé de lettres, il obtient le prix Goncourt 1976 à 29 ans pour son quatrième roman, Les Flamboyants.
Patrick Grainville a beaucoup écrit sur l'Afrique, où il a effectué une mission de coopération.

Son dernier roman, La main blessée (2005), confronte l'auteur à la fameuse crampe de l'écrivain. Grainville y fait part également de sa perception du métier de professeur du secondaire. Dans la vie, il est professeur de français au Lycée Évariste Galois à Sartrouville.

Patrick Grainville est également critique au Figaro littéraire.

Mars 2018: élu à l’Academie Française, au fauteuil d’Alain Decaux.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Entretien avec Patrick Grainville.
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (104) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   06 février 2018
Falaise des fous de Patrick Grainville
Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une illusion rétrospective, non, le jeune Monet avait un regard magnifique. Il voyait quelque chose que je ne voyais pas. L'enchaînement rythmé de la falaise, son interminable théâtre découpé sur la mer tranchée de promontoires

successifs remplissaient tout son être, y déclenchaient une émotion de la lumière et de ses variations, qui fut sa vocation, sa mission sur la terre. (p. 11)
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24   03 février 2018
Falaise des fous de Patrick Grainville
Un nouvel amour est une forteresse d'égoïsme dévorant. Dreyfus était en enfer. Aline et moi étions enfermés sur notre île paradisiaque. (p. 315)
Commenter  J’apprécie          150
Zebra   23 août 2012
La caverne céleste de Patrick Grainville
[...] Et lui revient à des ahans, des chuintements de guerre ... "Retourne-toi !" Et, matelot de sa nuque, il la gouverne et mord encore dans les boucles, le mou, la couenne et les tendons au sommet du cou. Il attrape ce dernier de côté ferme entre ses mâchoires. Doux totem étranglé. Alors elle dit : "Fais-moi mal, fais-moi très mal." Il la blesse. et les fesses s'arquent, énormes et fuselées, courbes de jument. Fesses conques et forge d'obsidienne, braquées de muscles, relâchées, tendues. L'immense dos noir, môle de mazout, ondule. Les fesses gloutonnes comme ventre de grands poissons émergeant du flot, plongeant, nageoires d'ébène, bosses des dauphins, des cachalots, fesses noires, vernies ... oh oui ton cul ! et répétant oui ton cul ! gonflant, nourrissant le mot, le galbant, enflant ce beau cul de licorne et de carène. Je te pilonne ! te pilonne, t'éperonne et te fends ... te bourrant, te bourrant ! Et elle : oui tringle-moi ! tringle-moi fort ... enfile à fond, enfile tout fort. Je sens tes couilles ! Je sens tes couilles ! tes couilles fourmillent, bourses, monnaie d'or ... Gicle ! Ah oui gicle ! [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
tynn   08 mai 2018
Falaise des fous de Patrick Grainville
- Ce Monet, tout de même, son Impression, soleil levant, quel fouillis ! Il est bigleux?
Commenter  J’apprécie          131
SZRAMOWO   25 mai 2019
Le corps immense du président Mao de Patrick Grainville
Il ouvrit le rideau, l’autre rive surgit au-delà de la baie, juste en face. Il en éprouva un enchantement lugubre. Une mer de brouillard engloutissait les gratte-ciel à mi-corps, dans une sorte de placenta laiteux d’où émergeait la ligne fantasque et tarabiscotée des crêtes. Toutes sortes de motifs se disputaient les sommets, coupoles dorées, flèches, bulbes, colonnes géantes tels des sucres d’orge cramoisis, croissant renversé d’un bleu fluorescent, toit lancéolé, dôme bicéphale… La gangue brumeuse glissa, révélant l’intégrité des tours : cube vert projeté à trois cents mètres, iceberg turquoise et tronqué dressant quatre cents mètres de transparence éclatante, colosse cylindrique et filiforme ou vaste portique quadrangulaire étirant une barre de bureaux transversaux au-dessus du vide. Ici, c’était le sosie de l’Empire State Building. Plus loin une mitre pareille à celle du Chrysler à Manhattan. On retrouvait les doubles plus ou moins exacts des Petronas Towers de Kuala Lumpur, du Taipei 101 de Taiwan, de la Jin Mao Tower de Shanghai…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ladyoga   12 avril 2018
Falaise des fous de Patrick Grainville
Pour Monet, le dieu de la peinture était le soleil. Et la brume légère qui n'en finissait pas de percer.
Commenter  J’apprécie          110
soso1974   30 septembre 2013
Colère de Patrick Grainville
Damien ressuscitait dans l'océan divin, grégaire, le triomphe trivial... De courtes limailles, des graines, des grelots agaçaient portés par la dilatation immense... myriades d'épis frottés, élytres et gamelles cognés sur la montagne du morne quioscille et qui bruit. Car le morne est le monde. C'est le nombril du monde. Il y a le morne, le tambour et le bruit. Le tout tient dans ce cercle.

Damien voyait sur l'estrade l'orchestre de l'école de samba, tous les types de paillettes, parés de rouge et de blanc, les couleurs du Salgueiro, toute la haie des pantins scintillants, des sorciers du bruit. Les gueules brunes en sueur et les yeux chavirés, toute la peau palpitait. Une banderole traversait la salle ou s'affichait le thème travaillé pour le grand défilé : c'était l'esclave révolté. Le thèmeétait toujours fort et naif exprimé en images, en gestes, en symboles flagrants. Il n'y avait pas de fraude. Le grand thème flamboyait, la révolte des esclaves, des ancetres premiers.
Commenter  J’apprécie          80
sld09   21 février 2018
Falaise des fous de Patrick Grainville
Jadis, j'ai embarqué sur la mer un jeune homme qui devint éternel.

J'ai dû d'abord apercevoir Claude Monet aux extrémités de la grève, au pied de la falaise d'Aval. Mais ce n'était pas le premier peintre que je voyais hanter Etretat.
Commenter  J’apprécie          90
Mimimelie   11 décembre 2019
Falaise des fous de Patrick Grainville
Une chose m’avait stupéfait dans son cas, c’était son ignorance absolue du peuple. Elle n’en parlait jamais, elle ne le voyait pas, ne le pensait pas. Il n’existait pas. Elle n’avait même pas besoin de discourir pour justifier son indifférence. Elle ne méprisait pas, elle ne profanait pas. Il n’y avait rien.
Commenter  J’apprécie          80
Zebra   21 juillet 2012
L'atelier du peintre de Patrick Grainville
[...] Une peur violente m'envahit, la peur de rater, de louper la création. [...]. Je retravaille, je précise. [...]. Reprendre, capter plus loin. [...]. Je choisis le sein droit de Ruth, je le cerne, l'épaissis à la gouache, le remplis. Il s'enfle sous ma main, mal arrondi, pas trop parfait, un peu louche, un peu gourd, un peu bestial. Je peaufine un gros grain de beauté très brun, très grumeleux, coagulé dans l'épiderme blanc. Cela prend, vient. La chair ... la vie dessous, l'ourlet de la chair, son aspect lippu, sensible, qu'un rien irrité. Le pli entre deux versants charnus, avec un contraste d'ombre et de lumière. Noircir l'intime du pli, mais d'un noir profond, d'un noir qui pénètre. [...]. La pulpe doit émerger lentement, être sensible à l’œil. [...]
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Patrick Grainville (515)Voir plus


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..