AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.13 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Inniskeen, Comté de Monaghan , le 21/10/1904
Mort(e) à : Dublin , le 30/11/1967
Biographie :

Patrick Kavanagh (Pádraig Caomhánach) est un poète et romancier irlandais.

Fermier autodidacte, il a quitté l’école à l’âge de 12 ans. Il découvre la littérature dans les années 20 et écrit dès 1928 quelques uns de ses meilleurs poèmes. Il s’installe à Dublin de façon plus ou moins permanente à partir de 1939, abandonnant la ferme qu’il exploitait depuis la mort de son père, pour vivre du journalisme et de la critique littéraire.

Dans les années 40 et 50, Kavanagh devint une figure importante de la scène littéraire irlandaise et un critique littéraire redouté, allant jusqu’à publier pendant quelques mois en 1952 un hebdomadaire entièrement rédigé par lui-même, Kavanagh’s Weekly, qui lui valut de mortelles inimitiés par ses prises de position spectaculaires dans tous les domaines, et par les portraits satiriques qu’il y brossa de la vie intellectuelle dublinoise.

Blessé par des attaques anonymes parues dans un journal de Dublin, Kavanagh s’engagea dans un procès désastreux qu’il perdit au moment même où les médecins découvraient qu’il souffrait d’un cancer du poumon.

Provisoirement guéri en 1955, il se concentra sur son œuvre et livra alors ses poèmes à la fois les plus intérieurs et les plus marqués par ce détachement vis-à-vis de soi-même qui est si caractéristique de sa manière. Il est ensuite nommé professeur de poésie à l’Université nationale d’Irlande.

Il est considéré comme un des principaux poètes du XXe siècle, célèbre pour le roman Tarry Flynn (1948) et le poème On Raglan Road (1946).

Plus connu pour sa poésie, sa prose est cependant le témoignage intéressant d’un mode de vie maintenant disparu.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Shan_Ze   15 mai 2013
Tarry Flynn de Patrick Kavanagh
Il s'apprêtait à mettre de l'eau dans la bouilloire pour se faire du thé quand Mary entra avec ce qu'elle prétendit être une douzaine d’œufs qu'elle avait trouvé dans les orties au fond du champ derrière la maison. Tarry, dont le regard était d'une acuité embarrassante pour voir ce qu'il ne devait pas voir, s’aperçut que ces prétendus œufs ressemblaient beaucoup à des petits galets.
Commenter  J’apprécie          50
Partemps   26 septembre 2020
Come dance with Kitty Stobling : And other poems. Patrick Kavanagh de Patrick Kavanagh
La grande faim

L'

argile est le mot et l'argile est la chair

Là où les cueilleurs de pommes de terre se déplacent comme des épouvantails mécanisés Le

long de la pente de la colline - Maguire et ses hommes.

Si nous les regardons une heure, y a-t-il quelque chose que nous pouvons prouver

de la vie telle qu'elle est brisée sur le livre

de la mort? Ici, les corbeaux bavardent sur les vers et les grenouilles

Et les mouettes comme de vieux journaux sont heureusement balayées des haies.

Y a-t-il une lumière d'imagination dans ces mottes humides?

Ou pourquoi sommes-nous ici en train de trembler?

Lequel de ces hommes A

aimé la lumière et la reine

Trop longtemps vierge? Hier, c'était l'été. À qui était-il promis de se marier

avant que les pommes ne soient suspendues au plafond pour l'Halloween?

Nous attendrons et regarderons la tragédie jusqu'au dernier rideau,

Jusqu'à ce que la dernière âme passivement comme un sac d'argile mouillée

Roule sur le flanc de la colline, détournée par les angles

Où la charrue a manqué ou une bêche se dresse, détournant le chemin

Un chien couché sur une veste déchirée sous une charrette à talons,

Un cheval qui fait le nez le long du promontoire posé, traînant

une charrue rouillée. Trois têtes suspendues entre des jambes largement écartées.

Octobre jouant une symphonie sur une palissade de fil lâche.

Maguire regarde les exercices aplatis

Et les silex qui allument une bougie pour lui sur un autel de juin

Sans flamme. Les exercices passèrent et les jours passèrent

Et il secoua la tête et se dégagea du licol du monde,

Et se croyait plus sage que n'importe quel homme de la ville

Quand il riait des pintes de porteur

De la façon dont il s'était libéré de tout filet étalé

Dans les lacunes de l'expérience. Il secoua la tête

et prétendit à son âme

que les enfants sont ennuyeux dans les champs d'avril

où les hommes s'étendent sur de larges sillons.

Perdu dans la passion qui n'a jamais besoin de femme.

Les piqûres qui piquaient étaient les broches pointues des herses.

Les enfants crient si fort que les corbeaux pourraient emporter

la graine d'un acre avec des railleries impitoyables.

Patrick Maguire, il a appelé son chien et il a jeté une pierre en l'air

Et a fait l'éloge des oiseaux qui étaient les oiseaux des années.

Retournez les mottes de mauvaises herbes et démêlez les écheveaux emmêlés.

Que cherche-t-il là-bas?

Il pense que c'est une pomme de terre, mais on sait mieux

que ses doigts gantés de boue sondent ces cheveux insensibles.

«Avancez le panier et équilibrez-le fermement

Dans ce creux. Abaissez les arbres de cette charrette, Joe,

Et chevauchez le cheval, appelle Maguire.

«Le vent est au-dessus de Brannagan, maintenant ça veut dire pluie.

Attrapez des tiges flétries et voyez qu'aucune pomme de terre ne tombe

Sur le hayon en descendant le col ruckety -

Et c'est un travail que nous devrons faire en décembre,

graveler et construire une bordure du côté de la tourbière. Est-ce que Cassidy est

dans mon trèfle? Malédiction o '



Jamais là où il le voulait. »Maguire grogne et crache à

travers une moustache en argile et regarde autour de lui du haut.

Son rêve change comme le vent balayé par les nuages

Et il n'est plus si sûr maintenant si sa mère avait raison

Quand elle a fait l'éloge de l'homme qui a fait d'un champ son épouse.

Regardez-le, regardez-le, cet homme sur une colline dont l'esprit

est un sac mouillé battant les genoux du temps.

Il vit pour que ses petits champs restent fertiles lorsque son propre corps se

répand au fond d'un fossé sous deux socs croisés au Nom du Christ.

Il était méfiant dans sa jeunesse comme un rat près d'un pain étrange,

Quand les filles riaient; quand ils criaient, il savait que cela signifiait

Le cri des pouliches en saison. Il ne pouvait pas marcher

La route facile vers le destin. Il rêvait de

l'innocence des jeunes ronces à la trahison accro.

O la prise, O la prise des champs irréguliers! Aucun homme ne s'échappe.

Ce ne pouvait pas être que derrière les collines l'amour était libre

Et les fossés droits.

Aucune main de monstre n'a soulevé les enfants et posé des singes

comme ici.

«O Dieu si j'avais été plus sage!

C'était son soupir comme la brise brune dans les chardons.

Il regarde, vers sa maison et hagard. «O Dieu si j'avais été plus sage!

Mais maintenant une feuille froissée des buissons blanchis fléchit

comme un rouge-gorge effrayé, et la clôture

montre le vert de l'herbe après à travers une petite fenêtre,

Et il sait que son propre cœur appelle sa mère un menteur

La vérité de Dieu est la vie - même les formes grotesques de son plus mauvais feu.

Le cheval lève la tête et grue

À travers les gémissements et les pierres

Pour lèvre la passion tardive dans le trèfle rampant.

Dans la brèche il y a un buisson lesté de rochers comme la moralité,

Les imbéciles de la vie saignent s'ils grimpent.

Le vent se penche sur Brady, et les feuilles de tussilage sont trouées de rouille, la

pluie remplit les chenilles et les rainures de la semelle;

Un soleil jaune se reflète dans Donaghmoyne

La lumière poignante dans les flaques d'eau façonnées par les sabots.

Viens avec moi, Imagination, dans cette maison de fer

Et nous regarderons de la porte les années remonter,

Et nous saurons ce que la main gauche d'un paysan a écrit sur la page.

Soyez tranquille, octobre. Pas de poule caquetée, de hennissement de cheval, d'arbre et de charlatan.



II

Maguiire a été fidèle à la mort:

il est resté avec sa mère jusqu'à sa mort

à l'âge de quatre-vingt-onze ans.

Elle est restée trop longtemps,

femme et mère en un.

Quand elle est morte

Les os des articulations coupaient la peau du dos de son fils

Et il avait soixante-cinq ans.

O il aimait sa mère par-

dessus tous les autres.

O il aimait ses charrues

Et il aimait ses vaches

Et son rêve le plus heureux

était de nettoyer son cul

Avec de l'herbe vivace

Au bord d'un ruisseau d'été;

Fumer sa pipe

Dans une plainte à l'abri

Au milieu du mois de juillet.

Son visage dans un brouillard

Et deux pierres dans son poing

Et un ver impuissant sur sa cuisse.

Mais sa passion devint un fléau

Car il s'affaiblit, amenant les vagues

Femmes de son esprit à la convoitise,

Une fois par semaine au moins la chair doit faire une apparition.

Alors Maguire s'est fatigué

du coup de feu sans cible

Et est retourné à son promontoire de carottes et de choux

Aux champs

où les eunuques peuvent être des hommes

Et la vie est plus moche que sauvage.



III.

Pauvre Paddy Maguire, une journée de quatorze heures.

Il a travaillé pendant des années. C'est lui qui a allumé le feu

, fait bouillir la bouilloire et a donné aux vaches leur foin.

Sa mère, grande comme une flèche protestante,

descendit les escaliers pieds nus à l'appel de la bouilloire

et parla brusquement à son fils: «As-tu laissé

sortir les poules, toi? Elle avait une

traînée venimeuse et un visage ratatiné comme du similicuir rongé par les mites.

Deux chats noirs regardaient entre les

rampes et se réjouissaient de la poêle pétillante de bacon.

Dehors, la fenêtre montrait des boîtes en fer-blanc.

La bécassine d'Aube tomba comme une pierre vrombissante

Et Patrick sur un promontoire se tenait seul.

L'attraction est sur les traces, c'est mars

Et un vent noir et froid souffle de Dundalk.

Le gazon tordu roule sur son dos

La vierge hurle devant l'irrésistible chaussette.

Pas d'inquiétude dans l'esprit de Maguire ce jour-là

Sauf qu'il a oublié d'apporter ses allumettes.

- Revenez là-bas Polly, hoy back, woa, wae,

De chaque seconde colline un voisin regarde

avec tout l'intérêt aiguisé de la rivalité.

Pourtant, parfois, quand le soleil passe à travers une brèche,

ces hommes connaissent Dieu le Père dans un arbre:

Le Saint-Esprit est la sève qui monte,

Et Christ sera les feuilles vertes qui sortiront

à Pâques du tombeau scellé et gardé.

Primevères et début surnaturel de fougères

Parmi les ombres de prunellier dans le fossé,

Un moineau mort et un vieux gilet. Maguire apprend alors

que les chevaux tournent lentement autour de ce qui

De l'amour et de la peur et des choses à moitié nées à l'esprit

Il se tient entre les manches de charrue et il voit

Au bout d'un long sillon son nom signé

Parmi les poètes, des prostituées. Avec toutes les misères,

il est un. Ici avec les malheureux

Qui pour des demi-moments de paradis

Payez de bons jours et attendez et attendez

des manteaux tissés par la lumière du soleil. Ô être sage

Comme respectabilité qui connaît le prix de toutes choses

Et marque la vérité de Dieu en livres, en pence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   26 septembre 2020
Come dance with Kitty Stobling : And other poems. Patrick Kavanagh de Patrick Kavanagh
XIII

Le monde regarde

Et parle du paysan:

Le paysan n'a pas de soucis;

Dans ses petits champs lyriques, il laboure et sème;

Il mange de la nourriture fraîche,

Il aime les femmes fraîches, Il est son propre maître

Comme au commencement

La simplicité de la vie paysanne.

Les oiseaux qui chantent pour lui sont des chœurs éternels,

Partout où il se promène, il y a des fleurs.

Son cœur est pur, Son esprit est clair,

Il peut parler à Dieu comme Moïse et Ésaïe ont parlé

Le paysan qui n'est qu'à une distance des bêtes qu'il conduit. '

« Les voyageurs arrêtent leurs voitures à bailler sur la banque verte dans ses champs: -

Il est la source à partir de laquelle toutes les cultures augmentent,

et toutes les religions,

il y a la piscine dans laquelle les plonge poète

et le musicien.

Sans la base paysanne, la civilisation doit mourir, A

moins que l'argile ne soit dans la bouche, le chant du chanteur est inutile.

Les voyageurs touchent les racines de l'herbe et se sentent renouvelés

lorsqu'ils reprennent les volants.

Le paysan est l'enfant intacte de la Prophétie,

Le paysan est toutes les vertus - saluons-le sans ironie

Le paysan laboureur qui est à moitié légume -

Qui sait réagir au soleil et à la pluie et parfois même

regretter que le Créateur de Lumière ne l'ait pas touché plus intensément.

Je l'ai élevé du sous-sol à une existence

de joie consciente. Il n'est pas né aveugle.

Il n'est pas toujours aveugle: parfois la cataracte cède

À la chute soudaine de pierres ou au désir de se reproduire.

Les filles passent le long des routes

Et il se souvient de ce qu'est l'homme,

Mais il ne peut rien faire.

N'y a-t-il rien qu'il puisse faire?

N'y a-t-il pas d'échappatoire?

Pas d'échappatoire, pas d'évasion.

Les vaches et les chevaux se reproduisent,

Et la pomme de terre

donne un bourgeon et une racine et pourrit à

la manière de la bonne mère avec ses fils;

L'oiseau à l'envol est jeté

du nid - tout seul.

Mais le paysan dans ses petits acres est attaché

Au ventre d'une mère par le nombril endurci par le vent

Comme une chèvre attachée à la souche d'un arbre -

Il tourne autour et se demande pourquoi cela devrait être.

Pas de crash, pas de drame.

C'est ainsi que sa vie s'est déroulée.

Pas de sabots fous galopant dans le ciel,

Mais la voie faible et délavée de la vraie tragédie -

Un cheval malade fouinant autour du pré pour un endroit propre pour mourir.



XIV

Nous pouvons sortir dans la réalité d'octobre, Imagination,

Le vent doux ne s'incline plus vers la colline noire où Maguire

Et ses hommes rassemblent maintenant le harnais et les paniers épars.

Le chien assis sur une brindille de tiges sèches les observe

à travers les ombres.

«De retour, de retour. On parle au cheval comme à un frère.

Maguire lui-même tapote une pomme de terre contre le temps.

Un vieil homme caresse une tombe nouvellement empilée:

«Joe, j'espère que tu n'as pas oublié de cacher la bêche.

Car il y a des voyous dans le township.

Cachez-le à plat dans un sillon.

Je pense que nous devrions en avoir terminé demain.

Leurs voix à travers les ténèbres sonnent comme des voix d'une grotte,

Un bruit sourd au loin, futile, faible, lointain,

cousins ​​germains aux fantômes du townland.

Une lumière se dresse dans une fenêtre. Mary Anne

fait mettre la table et la théière dans les cendres.

Elle va à la porte et écoute, puis elle appelle

Du haut du mur hagard:

«Qu'est-ce qui vous retient

Et les vaches à traire et tout le reste du travail à faire?

«Très bien, d'accord

Nous ne resterons pas ici toute la nuit»

Applaudissements, applaudissements,

le rideau tombe.

Applaudissements, applaudissements

Des chariots à tête chercheuse et des arbres

Et des vaches hurlantes aux portes.

Des poules d'eau hurlantes

Et de la course de moulins lourde des inondations de Lammas qui courbent sur le barrage

Un train à la gare qui se défait

Et le rire hystérique des vaincus partout.

La nuit, et les cartes futiles sont à nouveau mélangées.

Maguire écarte les jambes sur les cendres impuissantes qui ne réveillent plus aucune virilité maintenant

Et il regarde à peine quelle carte est l'atout.

Sa sœur resserre ses jambes et ses lèvres et se froisse

Comme la mèche d'une lampe sans huile.

Le rideau tombe -

Applaudissements, applaudissements.

Maguire n'a pas peur de la mort, l'Église lui allumera une bougie

Pour se frayer un chemin à travers les voûtes et il comprendra la

Qualité de l'argile qui coule sur son cercueil.

Il connaîtra les noms des racines qui descendent pour chatouiller ses pieds.

Et il ne se sentira pas différent de celui quand il traversa Donaghmoyne.

S'il tend la main - une motte mouillée,

S'il ouvre les narines - une odeur de bouse;

S'il ouvre les yeux une fois tous les millions d'années -

A travers une fissure dans la croûte terrestre, il peut voir un visage hocher la tête

ou les jambes d'une femme.

Fermez-les encore car cette vue est un péché.

Il se souviendra à peine que la vie lui est arrivée -

Quelque chose était plus brillant un moment. Quelqu'un chantait au loin

Une procession passait dans une rue hypnotisée.

Il se souvient de noms comme Pâques et Noël.

Par couleur, ses champs étaient.

Peut-être qu'il renaîtra, un oiseau de vanité d'ange

Pour chanter l'évangile de la vie

Sur une musique aussi volumineuse que tangente

Comme un air sur un hautbois.

Et le regard sérieux de ses champs aura changé pour le lir d'un clochard.

Swaggering céleste à la maison à ses trois vœux exaucés.

Cela sera-t-il le cas? cela sera-t-il?

Ou la terre a-t-elle raison qui rit haw-haw

Et ne croit pas

en une loi surnaturelle.

La terre qui dit:

Patrick Maguire, le vieux paysan, ne peut être ni damné ni glorifié:

Le cimetière dans lequel il reposera ne sera qu'un champ de pommes de terre profondément creusé

où la graine n'aura aucune chance de passer

Au plaisir du soleil.

La langue dans sa bouche est la racine d'un if.

Silence, silence. L'histoire est terminée.

Il se tient à la porte de sa maison

Une sculpture en lambeaux du vent,

Octobre grince le matelas pourri,

Les sommiers tombent. Sans espoir. Pas de désir.

Le démon affamé Crie

l'apocalypse de l'argile

Dans tous les coins de cette terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   21 septembre 2020
Selected Poems de Patrick Kavanagh
Une enfance de Noël



Un côté des fosses de pommes de terre était blanc de givre -

Que c'était merveilleux, que c'était merveilleux!

Et quand nous avons mis nos oreilles sur le poteau,

la musique qui en est sortie était magique.



La lumière entre les meules de foin et de paille

était un trou dans le pignon du Ciel. Un pommier

Avec ses fruits scintillants de décembre, nous avons vu -

Ô toi, Eve, tu étais le monde qui m'a tenté.



Pour manger la connaissance qui a grandi dans l'argile

Et la mort le germe en elle! De temps en temps,

je me souviens de quelque chose du

jardin gay qui était celui de l'enfance. Encore.



Les traces de bétail vers un abri,

Une pierre verte couchée sur le côté dans un fossé,

Ou toute vue commune, le visage transfiguré

D'une beauté que le monde n'a pas touchée.



Mon père a joué la mélodie

Devant à notre porte;

Il y avait des étoiles le matin à l'est

Et elles dansaient sur sa musique.



À travers les tourbières sauvages, sa mélodie a appelé

De Lennons à Callans.

En enfilant mon pantalon à la hâte,

je savais qu'une chose étrange s'était produite.



Dehors, dans le poulailler, ma mère

faisait la musique de la traite;

La lumière de sa lampe d'étable était une étoile

Et le gel de Bethléem la fit scintiller.



Une poule d'eau a hurlé dans la tourbière,

Des pieds

massifs ont Croustillé la plaquette de glace sur les nids-de -poule ,

Quelqu'un a tordu avec nostalgie la roue à soufflets.



Mon enfant poète a choisi les lettres

Sur la pierre grise,

En argent la merveille d'un village de Noël,

Le scintillement clignotant d'une aube glaciale.



Cassiopée était au-dessus de

la colline suspendue de Cassidy,

j'ai regardé et trois buissons pleurnichards ont traversé

L'horizon - les Trois Rois Sages.



Et le vieil homme qui passait a dit:

"Ne peut-il pas faire parler -

La mélodie." Je me suis caché dans l'embrasure de la porte

Et j'ai resserré la ceinture de mon manteau à plis creux.



J'ai entaillé six entailles sur le montant de la porte

Avec la grande lame de mon canif -

il y en avait une petite pour couper le tabac.

Et j'avais six ans de Noël.



Mon père a joué le mélodie.

ma mère traire les vaches,

et j'ai eu une prière comme une rose blanche épinglée

Sur le chemisier de la Vierge Marie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   08 octobre 2020
L'idiot en herbe de Patrick Kavanagh
Dans notre région fleurissait jadis un riche peuple de mendiants, tous plus bigarrés les uns que les autres, d'une noblesse et d'une fierté pleines d'ironie. Quand je me rappelle leurs allures fabuleuses et leurs pittoresques sobriquets, je me rends compte que sous la marche du progrès tout un monde de poésie a rendu l'âme. Il ne s'agissait pas de gueux de caniveau, mais d'un vrai peuple des chemins, à la sensibilité hautement romantique. Biddy Dundee, Barney the Bottle, Paddy the Bread, Mary Ann Plaintain, autant de noms qui ne furent pas imaginés par des esprits vulgaires. Ces vieilles existences nomades témoignaient d'une vie profondément poétique. Ils passaient tous à la maison, non pas pour mendier, mais pour vendre les pommes de terre et la farine qu'ils venaient de se procurer auprès des fermiers.
Commenter  J’apprécie          10
Partemps   21 septembre 2020
Selected Poems de Patrick Kavanagh
A Christmas Childhood

One side of the potato-pits was white with frost -

How wonderful that was, how wonderful!

And when we put our ears to the paling-post

The music that came out was magical.



The light between the ricks of hay and straw

Was a hole in Heaven's gable. An apple tree

With its December-glinting fruit we saw -

O you, Eve, were the world that tempted me.



To eat the knowledge that grew in clay

And death the germ within it! Now and then

I can remember something of the gay

Garden that was childhood's. Again.



The tracks of cattle to a drinking-place,

A green stone lying sideways in a ditch,

Or any common sight, the transfigured face

Of a beauty that the world did not touch.



My father played the melodion

Outside at our gate;

There were stars in the morning east

And they danced to his music.



Across the wild bogs his melodion called

To Lennons and Callans.

As I pulled on my trousers in a hurry

I knew some strange thing had happened.



Outside in the cow-house my mother

Made the music of milking;

The light of her stable-lamp was a star

And the frost of Bethlehem made it twinkle.



A water-hen screeched in the bog,

Mass-going feet

Crunched the wafer-ice on the pot-holes,

Somebody wistfully twisted the bellows wheel.



My child poet picked out the letters

On the grey stone,

In silver the wonder of a Christmas townland,

The winking glitter of a frosty dawn.



Cassiopeia was over

Cassidy's hanging hill,

I looked and three whin bushes rode across

The horizon — the Three Wise Kings.



And old man passing said:

‘Can't he make it talk -

The melodion.' I hid in the doorway

And tightened the belt of my box-pleated coat.



I nicked six nicks on the door-post

With my penknife's big blade -

there was a little one for cutting tobacco.

And I was six Christmases of age.



My father played the melodion,

My mother milked the cows,

And I had a prayer like a white rose pinned

On the Virgin Mary's blouse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   21 septembre 2020
Selected Poems de Patrick Kavanagh
Inniskeen Road: soirée de juillet



Les vélos passent par deux et par trois -

Il y a une danse dans la grange de Billy Brennan ce soir,

Et il y a le code à demi-discours des mystères

Et le langage clin d'œil du plaisir.

Huit heures et demie et il n'y a pas de place

Sur un mille de route, aucune ombre projetée

Qui pourrait se révéler un homme ou une femme, pas

Un pas tapant des secrets de pierre.

J'ai ce que tout poète déteste malgré

tous les discours solennels de la contemplation.

Oh, Alexander Selkirk connaissait le sort

d'être roi, gouvernement et nation.

Une route, un mile de royaume, je suis roi

des rives et des pierres et de tout ce qui fleurit.

"Oh, Alexander Selkirk connaissait le sort
Commenter  J’apprécie          10
Partemps   31 août 2020
Come dance with Kitty Stobling : And other poems. Patrick Kavanagh de Patrick Kavanagh
L'Avent



Nous avons trop testé et trop goûté, amant -

A travers une fente trop large, il n'est pas étonnant.

Mais ici, dans la pièce obscurcie de l'Avent

Où le pain noir sec et le thé sans sucre

de pénitence raviveront le luxe

De l'âme d'un enfant, nous retournerons à Doom

La connaissance que nous avons volée mais que nous n'avons pas pu utiliser.



Et la nouveauté qui était dans chaque chose obsolète

Quand nous l'avons regardée comme des enfants: la

merveille qui choque l'esprit dans une colline noire inclinée d'Ulster

Ou l'étonnement prophétique dans le discours fastidieux

d'un vieil imbécile se réveillera pour nous et nous amènera

Toi et moi à la porte de la cour pour regarder les gémissements

Et les marais, les pistes de charrettes, les anciennes écuries où le Temps commence.



O après Noël, nous n'aurons pas besoin d'aller chercher

la différence qui fait brûler une vieille phrase -

Nous l'entendrons dans l'argument chuchoté d'un barattage

Ou dans les rues où les garçons du village vacillent.

Et nous l'entendrons aussi parmi les hommes honnêtes

Qui barbotent le fumier dans les jardins sous les arbres,

partout où la vie verse l'abondance ordinaire.

Ne serons-nous pas riches, mon amour et moi, et

Dieu, nous ne demanderons pas le paiement de la raison,

Le pourquoi de l'étrangeté déchirante dans les haies flottantes

Ni d'analyser le souffle de Dieu dans une déclaration commune.

Nous avons jeté dans la poubelle le salaire frappé d'argile

Du plaisir, de la connaissance et de l'heure consciente -

Et le Christ vient avec une fleur de janvier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   26 septembre 2020
Come dance with Kitty Stobling : And other poems. Patrick Kavanagh de Patrick Kavanagh
Avènement



Nous avons trop testé et trop goûté, amant -

A travers une fente trop large, il n'est pas étonnant.

Mais ici, dans la pièce obscurcie de l'Avent

Où le pain noir sec et le thé sans sucre

de pénitence raviveront le luxe

De l'âme d'un enfant, nous retournerons à Doom

Le savoir que nous avons volé mais que nous n'avons pas pu utiliser.



Et la nouveauté qui était dans chaque chose obsolète

Quand nous l'avons regardé comme des enfants: la

merveille qui choque l'esprit dans une colline noire inclinée d'Ulster

Ou l'étonnement prophétique dans le discours fastidieux

d'un vieil imbécile se réveillera pour nous et nous amènera

Toi et moi à la porte de la cour pour regarder les gémissements

Et les marais, les pistes de charrettes, les anciennes écuries où le Temps commence.



O après Noël, nous n'aurons pas besoin d'aller chercher

la différence qui fait brûler une vieille phrase -

Nous l'entendrons dans l'argument chuchoté d'un barattage

Ou dans les rues où les garçons du village vacillent.

Et nous l'entendrons aussi parmi les hommes honnêtes

qui barbotent les excréments dans les jardins sous les arbres,

partout où la vie verse l'abondance ordinaire.

Ne serons-nous pas riches, mon amour et moi, et

Dieu, nous ne demanderons pas le paiement de la raison,

Le pourquoi de l'étrangeté déchirante dans les haies flottantes

Ni d'analyser le souffle de Dieu dans une déclaration commune.

Nous avons jeté dans la poubelle le salaire frappé d'argile

Du plaisir, de la connaissance et de l'heure consciente -

Et le Christ vient avec une fleur de janvier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Partemps   31 août 2020
Come dance with Kitty Stobling : And other poems. Patrick Kavanagh de Patrick Kavanagh
Advent



We have tested and tasted too much, lover-

Through a chink too wide there comes in no wonder.

But here in the Advent-darkened room

Where the dry black bread and the sugarless tea

Of penance will charm back the luxury

Of a child's soul, we'll return to Doom

The knowledge we stole but could not use.



And the newness that was in every stale thing

When we looked at it as children: the spirit-shocking

Wonder in a black slanting Ulster hill

Or the prophetic astonishment in the tedious talking

Of an old fool will awake for us and bring

You and me to the yard gate to watch the whins

And the bog-holes, cart-tracks, old stables where Time begins.



O after Christmas we'll have no need to go searching

For the difference that sets an old phrase burning-

We'll hear it in the whispered argument of a churning

Or in the streets where the village boys are lurching.

And we'll hear it among decent men too

Who barrow dung in gardens under trees,

Wherever life pours ordinary plenty.

Won't we be rich, my love and I, and

God we shall not ask for reason's payment,

The why of heart-breaking strangeness in dreeping hedges

Nor analyse God's breath in common statement.

We have thrown into the dust-bin the clay-minted wages

Of pleasure, knowledge and the conscious hour-

And Christ comes with a January flower.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
152 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur cet auteur

.. ..