AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.27 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Né en 1959 à Strasbourg, Patrick Kermann écrivait pour le théâtre depuis les années 90.
Bénéficiant aussitôt de la reconnaissance et du soutien de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, du Ministère de la Culture et de la fondation Beaumarchais (SACD), il fut tour à tour l'auteur de "The Great Disaster", Suaires, Thrène, La Mastication des morts, Leçons des ténèbres et Seuils.
Il a choisi de mettre fin à ses jours en février 2000, quelques mois seulement après que La Mastication des morts au cloître de La Chartreuse de Villeneuve, dans une mise en scène de Solange Oswald, ait constitué l'un des événements du Festival d'Avignon 1999.

Source : www.theatredunord.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
dedanso   28 mars 2019
La mastication des morts de Patrick Kermann
Aux aguets du moindre son murmuré, des mots vociférés ou susurrés, des ressassements non taris, je marche, et dans ma tête résonnent les paroles de ceux que j'ai connus, de ceux dont on m'a parlé, enfant, et qui entretiennent l'histoire de Moret-sur-Raguse, de ceux dont j'avais deviné l'existence et tenté la reconstruction biographique autant par recoupements que par ce qu'on me taisait, de ceux, enfouis dans le siècle passé, qui n'ont laissé qu'une trace fragile dans la mémoire de la communauté, et tous ceux-là qui m'emplissent, moi, l'oreille tendue vers leur bouche, de leurs mots.
Commenter  J’apprécie          100
mangeclous   17 novembre 2010
La mastication des morts de Patrick Kermann
Riboux Caroline

(1967-1989)

bonjour bonjour je suis l’idiote du village il y en a toujours une assise sur un banc de la place de la mairie ou debout devant l’élise la bave aux lèvres c’est moi le regard débile oh pas trop quand mais quand même au bout d’une minute à me demander le chemin pour Landon et la voiture repartait et ils disaient c’est fous tous ces idiots du village y a qu’ici qu’on voit ça faudrait les enfermer mais ça aussi je l’étais au service psychiatrique de l’hôpital de Landon quand maman ne pouvait plus me calmer avec les quatorze valiums par jour un an à crier hurler derrière la grille un an à griffer les murs taper contre la porte pisser sur moi et manger mes excréments typique disait le docteur typique j’étais une idiote typique et au bout d’un an j’étais encore l’idiote oui c’est moi l’idiote bonjour bonjour alors je suis restée à la maison avec maman et papa je cassais rout papa réparait maman pleurait et je crevais les yeux du chat et papa l’enterrait et maman pleurait et je poussais des grognements et des gémissements et maman me prenait dans ses bras et papa pleurait j’étais vraiment l’idiote l’idiote typique avec les gamins qui attachaient mon pied au banc ou me cachaient dans les toilettes de la mairie j’étais quand même l’idiote du village avec mon sourire béat à rester toute la journée dehors sans bouger avec cette mare de bave à mes pieds et à rentrer pour casser ce que papa avait rafistolé et me blottir dans le giron de maman faut les comprendre et je les comprends mais je ne pouvais rien dire mais rien de rien ne sortait typique pour une idiote de village typique sauf quand maman m’a fait boire du théralène mélangé à de l’aspirine et qu’enfin j’ai arrêté de respirer alors c’est venu d’un coup d’un seul je me suis mise à parler et à parler que je n’arrête plus mais bon typique vont dire typique pour l’idiote du village



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mangeclous   17 novembre 2010
La mastication des morts de Patrick Kermann
Triboulet Henri

1923-1978

pas poss’ pas croyab’

rien senti

rien du tout du tout

comme une lettre à la poste j’ai passé

comme une lettre à la poste



Commenter  J’apprécie          50
verobleue   17 novembre 2010
La mastication des morts de Patrick Kermann
Sophie Larguit

1936-1989

Je ne suis pas morte je repose nuance

Commenter  J’apprécie          50
PatateAmoureuse   23 juin 2012
La mastication des morts de Patrick Kermann
"A l'âge de mes 14 ans, mon père, Georges Vinchon, m'a prise. Il m'a prise à l'âge de mes 14 ans, et il m'a prise encore et encore jusqu'à l'âge de mes vingt ans [...] il m'a prise devant ma mère qui se taisait, devant ma soeur criait [...] et mon sang a coulé, et il n'a pas cessé de couler" Christine Letourneux, née Vinchon
Commenter  J’apprécie          30
dedanso   28 mars 2019
La mastication des morts de Patrick Kermann
Justin Vigne

1869-1953



alors là

alors là

moi qui me disais toujours tu verras bien quand tu y seras

nib à voir

que dalle

on se raconte plein de choses

on s'en fait tout un plat

on se monte le bourrichon

on extrapole

on suppute

on fabule

et total

nada

mais ce qui s'appelle queue de chie
Commenter  J’apprécie          30
Pauline350   10 septembre 2018
La mastication des morts de Patrick Kermann
Pierre Baret (1934-1975)

Juliette Baret, née Barbin (1937-1975)

Marc Baret (1957-1975)



Père: Salope !

Mère: Enculeur !

Fils: Oh oh !

Père: Connasse !

Mère: Péteux !

Père: Pouffiasse !

Mère: Bouseux !

Fils: ça va !

Père: Putain !

Mère Cocu !

Père: Frigide !

Mère: Impuissant !

Fils: ça suffit, les deux !

Mère: Pue-de-la-gueule !

Père: Coincée de l'oignon !

Mère: Enfileur de chèvres !

Père: Peine-à-jouir !

Mère: Ejaculateur tardif !

Père: Cul ridé !

Mère: Bite molle !

Père: Seins flasques !

Mère: Bourrique bourrelée !

Père: Fourglapissure !

Mère: Bournoufle !

Fils: La paix !

Père: Pétasse chiasseuse !

Mère: Encrassé du colon !

Fils: On pourrait ...

Père: Et toi la ferme !

Fils: Je disais rien.

Mère: On te connaît !

Fils: Mais je...

Père: Alors tu la boucles !

Mère: Compris !

Père: Pas un mot !

Mère: On veut pas t'entendre !

Père: Ta faute, étron !

Mère: La mienne, fiente ?

Père: T'en t'es occupée, merdouille ?

Mère: J'lui ai offert la carabine, moi, breneux ?

Père: Et l'amour maternel, lavasse ?

Mère: Et le respect filial, trouduc ?

Père: A couchailler, enrutée !

Mère: Fallait assurer andropausé !

Fils: Bon, on devrait...

Père et mère: Ta gueule, le parricide !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Laureneb   04 mai 2018
La mastication des morts de Patrick Kermann
On est mort, on est mort. Pas de quoi en faire tout un plat. On est mort, on est mort. Sert à rien de radoter, de se raconter des histoires. Et patati, et patata, et encore des histoires déjà de son vivant ne distrayaient même pas personne. Alors quoi ! Qu'on arrête avec les histoires, qu'on arrête ! On est mort. On est mort. Quoi ?! Ca arrive, ça arrive. Alors qu'on arrête, qu'on arrête avec toutes ses histoires.
Commenter  J’apprécie          20
Pauline350   10 septembre 2018
La mastication des morts de Patrick Kermann
Colette Richet

1945

à peine née hop je meurs

valait mieux pour papa

ça lui aurait fait de la peine

lui qui avait déjà tant enduré là-bas

tout aussi bien qu'il ne soit pas revenu

et qu'il ne m'ait pas vue

ni sa Géraldine toute tondue traînée sur la place de la mairie

avec moi dans le ventre

chahutée et bousculée

que ses cheveux n'avaient pas encore repoussé

que hop je naquis et mourus
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Répliques de théâtre 2

Couvrez ce sein que je ne saurais voir.

Raymond Queneau
Alfred Jarry
Guillaume Apollinaire
Molière

8 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : theatre françaisCréer un quiz sur cet auteur