AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.78 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Carcassonne , 1950
Biographie :

Patrick Laupin est un écrivain français.
Il a passé son enfance dans les Cévennes, dans une famille de mineurs de fond. Il a exercé pendant dix ans le métier d’instituteur et pendant vingt ans celui de formateur de travailleurs sociaux, creusant sans relâche un espace de transmission de la lecture et de l’écriture dans des lieux d’alphabétisation et d’internement, avec des adultes, des enfants et des adolescents en rupture de lien social.
Il a publié une vingtaine d’ouvrages ( poésie, prose, récits, philosophie). Tous ses livres, publiés depuis 1975, témoignent d’une écriture étincelante et harmonieuse, et sa poésie, intense et généreuse, dénonce un "monde sans prière" et, pour cette raison "déserté d'humain".

Source : Wikipedia et Magazine littéraie
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (10) Voir tous

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   03 octobre 2015
Solitude du réel de Patrick Laupin
J'ai versé dans tes bras ces heures de blancheur

III





[…]

j'ébauche le signe

inscrit

tout se perd



ébonite d'amarante

serpe d'or

écrase l'or pauvre des pluviers

serre une divinité muette

au cœur des images



cheveux soyeux à la lumière

du souffle



suis-je capable de venir

simple et donner prendre



un monde où tout s'apprend

se perd et devient simple

clair



prendre la main du monde

parler enfin un langage



ils vont et chacun au fond

de son cœur porte

l'impossible nudité lasse



les rideaux d'air pâle

et la ville

monstre indifférence



stricte monotonie des étoiles

avons-nous un cœur...



p.59

Commenter  J’apprécie          110
coco4649   28 août 2015
Solitude du réel de Patrick Laupin
I



...

roses de rosiers

rosaire

roseaux émus du pilastre

très seul très las

enfin d'attendre



mon mal ma fuite aimée

dans la lueur des

vocables

neige terreur adamante

arase la terre

d'un souffle aspic



fièvre encore après fièvre

après brûlure

j'ai brûlé du peu de moi

la peine qui m'osait

croire



dans le jour muré divin

crayeux d'indifférence

presque enfin



ravin des mains

petite âme touchée

sans rayons



talus des ornières

plier sous des orages

inexistants



à même la peau

frémir encore



p.8

Commenter  J’apprécie          80
coco4649   03 octobre 2015
Solitude du réel de Patrick Laupin
J'ai versé dans tes bras ces heures de blancheur

III





[…]

ô mince pellicule de verglas

sur les visages

voyez bien avant comme

en vous je vague



midi des saules

roseaux farouches

pitié crédule



sans bouger s'est jeté contre

criant paroi famine

orpailleur cri du prêcheur



des vagues semblables

au volubilis inquiet

liseron lent

coupole en plein vent



neige

éblouie d'amarante

grands rinceaux délétères

dans l'air muet...



p58

Commenter  J’apprécie          60
coco4649   02 octobre 2015
Solitude du réel de Patrick Laupin
J'ai versé dans tes bras ces heures de blancheur

III





J'ai versé dans tes bras

ces heures de blancheur

jour après jour

t'aime



charité petite des bras

douceur de peur confuse

dans le jour vaste

passe

un grand voilier blanc

calque translucide ému

des doigts

nage



m'effeuille couronne

sombre lys des feuilles

à la mer vénitienne



soleil au fond du ciel

parfois les jours tombaient

sans que l'on puisse

vraiment les atteindre...



p.57

Commenter  J’apprécie          50
coco4649   01 septembre 2015
Solitude du réel de Patrick Laupin
les soleils des soleils sont vrais

j'en vois la preuve dans l'or fin

soyeux de tes cheveux

tes doux cheveux blonds me poignent

me serrent me tardent



répare ma douleur

que je ne sois pas

seul



fais moi un ciel

répare ma voix

donne-moi l'or fou des fontes

et des dômes orthodoxes

Vissotsky

le bronze vert

des cimaises

l'oiseau brûlé du chant

qui s'envole dans un

air de baume et d'ornières

répare en moi l'oiseau d'argent

qui s'envole



p.61

Commenter  J’apprécie          40
lallementhenri   20 juin 2017
Le Dernier Avenir de Patrick Laupin
On ne parle jamais à la légère On est poursuivi toute une vie par ce qu’on dit. Les paroles hantent et toutes les autres à la chaîne en somme Elles reviennent en personne réclamer leur dû. Elles refusent de consoler à peu de frais ce que prête la mort Suspendu au sans mot on défend tout ce que n’ont pas touché Le double le fou le rêve le possédé du fond des démons On se précipite sous l’averse ou l’abat-jour d’un pommier On ne sait si le verbe mord la chair ou si la chair ne veut pas qu’on la touche On a les gestes attendris et la gaucherie insolite des alités qui rêvent dans leur lit de nuages que la fièvre dévore les mains du silence Pour aimer il faut que tout soit en place. Quand ce n’est pas le cas on souffre
Commenter  J’apprécie          20
lallementhenri   20 juin 2017
Les Visages et les Voix de Patrick Laupin
" Je n'ai jamais oublié la cité des mines, accrochée à flanc de montagne, au pied du puits Fontaine et des galeries des Luminières. J'ai toujours éprouvé tenir mon langage de cette vallée arborescente de fougères, de cette terre austère et patiente rythmée par le labeur. Enfance, autour et mémoire, ce livre est le souvenir, toujours vivant en moi, de ceux de ma famille, qui travaillèrent à la mine. [...] Il ne s'agit pas pour moi de restaurer un passé mythique du travail des mines, non plus de me livrer à une analyse sociologique, mais de me laisser écrire à travers les voix de ceux qui me donnèrent la parole. De laisser parler, et entendre les voix des mineurs rencontrés, les voix de ceux qui se souviennent. Et je suis convaincu que des êtres restent à jamais séparés des autres lorsqu'ils ont une expérience impossible à transmettre. C'est rencontrer alors cette difficile, même impossible question : que font les humains de la mémoire, des lieux du travail, et des paysages, où ils furent, quand presque tout est détruit ? " (Patrick Laupin)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   27 août 2015
Solitude du réel de Patrick Laupin
I





On ne dit rien

on continue seul comme avant

on écoute mille fois la parole

défaite

on brûle la patience d'ange



couple du vent

ciel vert

coupole de porphyre verte

dans les beaux arbres clairs

touche de l'homme de pierre



chacun marche

avec son double inégal

puis feu bannières d'orcas

j'ai jeté cet inutile

miracle



je parle sous peu

je constelle peut-être

la vitre inusable



l'eau lavée de toutes

les croyances

fièvre de paroles

petite échelle de prières

où neige le monde vaste





p.7

Commenter  J’apprécie          10
Patrick Laupin
alzaia   31 juillet 2014
Patrick Laupin
Nous avons porté la poésie

au coeur de la vie

Nous l'avons fait car

elle nous a été donnée

par d'autres

brisant la servitude des signes

Nous l'avons fait

et nous nous sommes retrouvés

immédiatemment et immenséments seuls
Commenter  J’apprécie          10
lallementhenri   20 juin 2017
Chronique d'une journée moyenne de Patrick Laupin
Il devint impossible au petit matin de retrouver la saveur preste et aérienne des pavés luisants lavés à grande eau par l’aurore, les lilas mouillés au long des quais, les vols de pigeons urbi et orbi froissés en papier précieux sur le kiosque à journaux de la place vénitienne, le gris marbré du dôme en miroir sous les colonnades torses de leurs ailes. Les boulevards ouverts pour l’éternité. Le prix du café venait de doubler. On ne s’attablait plus aux terrasses pour écouter et regarder dans la halte et le repos du moment. On consommait
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..