AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.67 /5 (sur 53 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 29/03/1950
Biographie :

Patrick Lemoine est psychiatre, docteur en neurosciences et spécialiste du sommeil. Il a été le directeur médical international de la Division Psychiatrique du groupe de cliniques ORPEA-Clinea.
Il a publié de nombreux ouvrages consacrés au sommeil et à ses troubles, à l'anxiété et au sevrage des médicaments.

Source : http://inrees.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans « Histoire de la folie avant la psychiatrie », qu?il publie aux éditions Odile Jacob, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik raconte comment les hommes ont soigné la folie, usant des méthodes les plus absurdes et les plus abusives. Un ouvrage écrit avec Patrick Lemoine, spécialiste du sommeil.


Citations et extraits (111) Voir plus Ajouter une citation
Patrick Lemoine
colimasson   03 novembre 2014
Patrick Lemoine
On a tort de parler de l'effet placebo de manière péjorative, ce devrait être tout le contraire. Quand quelqu'un est capable de mettre en route un effet placebo cela veut dire que son organisme fonctionne bien, qu'il est capable de s'auto-soigner avec des substances qui seront objectivables un jour et même si l'on ne parvient pas à les objectiver toutes, c'est très noble. Un médecin qui induit un bon effet placebo est un médecin excellent. L'effet placebo est la marque de la bonne médecine, la preuve que la relation entre le médecin et le patient est bonne, qu'il y a une confiance réciproque et une conviction partagée.
Commenter  J’apprécie          312
aleatoire   25 décembre 2018
La Fontaine, les animaux et nous de Patrick Lemoine
La plupart des ethnies de la planète ont passé leur temps à développer des systèmes de croyances dont le seul but est de nier l'existence réelle de la mort. Les chrétiens entonnent le credo de la résurrection de la chair. C'est pourquoi ils ont si longtemps refusé l'incinération car, c'est bien connu, il est plus facile de se réincarner quand on est transformé en asticot que si l'on est un petit tas de cendre. Pour leur part, les musulmans ont leur paradis là où le pucelage des vierges repousse indéfiniment, quoi de plus charnel !

Les hindous et leur interminable métempsycose, les chrétiens et leur vie éternelle, leur paradis, le purgatoire comme leur enfer ne reviennent-ils pas aussi à éluder, annuler l'inexorable et insupportable réalité de la Grande Faucheuse ?
Commenter  J’apprécie          160
aleatoire   27 décembre 2018
La Fontaine, les animaux et nous de Patrick Lemoine
L'ordre des addictions reste malgré tout intéressant : le poète met le jeu avant tout le reste, avant l'amour et avant les livres aussi, alors que c'est son gagne-pain. Dans le même temps il nous rassure en proclamant qu'il n'est pas homme à se contenter d'une seule addiction :



"Je suis chose légère et vole à tout sujet ; je vais de fleur en fleur et d'objet en objet."

(Second discours à madame de la Sablière).



"J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique,

La ville et la campagne, enfin tout : il n'est rien

Qui ne me soit souverain bien,

Jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique."

(Livre II des Fables).
Commenter  J’apprécie          132
aleatoire   26 décembre 2018
La Fontaine, les animaux et nous de Patrick Lemoine
Tous les animaux sauvages, même l'éléphant, même le lion, savent qu'ils vont mourir aux premiers signes de faiblesse. On ne meurt pas de vieillesse dans la jungle ou dans la savane. Il n'y a que l'humain et ses compagnons domestiques à mettre tout en oeuvre pour survivre le plus longtemps possible, même totalement délabré.

Le cochon a opté clairement pour la première catégorie d'objectif : pérenniser l'espèce, et c'est dans ce but qu'il a mis au point un système qui assure à ses nombreux petits un taux de survie énorme. Quitte à servir de garde-manger aux loups, lions, jaguars et autres grands carnassiers. Quant à nous, les hommes, non seulement nos portées ont un taux de survie énorme, mais nous vivons très vieux et, fait unique semble-t-il, nous avons réussi à éliminer la quasi totalité de nos prédateurs et nombre d'animaux sauvages à part ceux qui nous sont utiles ; par exemple, le gibier -lièvres, perdrix... - est classé utile par les chasseurs, à l'inverse de de ses prédateurs, renards, buses... qui étaient officiellement nuisibles. Jouant sur tous les tableaux, l'être humain a réussi comme aucune autre bête, et c'est probablement ce qui causera sa perte car notre planète, contrairement à nous, a clairement misé sur la biodiversité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
colimasson   03 novembre 2014
Le mystère du placebo de Patrick Lemoine
A partir de ces trois exemples, très documentés, je suis convaincu que notre cerveau est un fantastique laboratoire pharmaceutique capable de lancer la fabrication de tous les médicaments dont a besoin le corps : antidouleur, antifièvre, antibiotiques, cicatrisants, anti-inflammatoire, antistress, somnifères, antidépresseurs, tranquillisants, anticholestérol, antifatigue, antihypertension, anticancéreux… La liste est sans doute infinie. J'extrapole, mais trop peu de gens s'intéressent à la pharmacologie du placebo qui pourtant est un domaine majeur de la médecine. On dit toujours que l'effet placebo compte pour un tiers, au moins, du toutim thérapeutique mais si on se donnait la peine on trouverait des endo-hypnotiques, des endo-antihistaminiques, des endos ceci cela.

On connaît un peu les endo-antimitotiques. Mais nous avons beaucoup à découvrir encore.
Commenter  J’apprécie          110
colimasson   03 novembre 2014
Le mystère du placebo de Patrick Lemoine
L'organisme peut sécréter tous les médicaments de la création et bien plus. On connaît depuis longtemps les endorphines encéphaliques que le corps sécrète devant la douleur et on sait maintenant que ces mécanismes sont très subtils : si quelqu'un a été conditionné à traiter ses douleurs avec de la morphine, par exemple, il va fabriquer des endorphines sous placebo mais s'il a été conditionné à répondre à des médicaments du type aspirine ou doliprane, les endorphines n'agissent pas et ce sont d'autres types d'antalgiques, des endo-antalgiques qui sont activés. Tout dépend du conditionnement. Cette capacité extraordinaire de l'organisme a également été montrée dans le Parkinson et dans la dépression.
Commenter  J’apprécie          90
FRANGA   14 janvier 2015
Soigner sa tête sans médicaments... ou presque de Patrick Lemoine
Toute rencontre avec un sujet en souffrance devrait être une découverte mutuelle et donner lieu à une construction à deux d'une théorie et d'un traitement original.

Une coconstruction, rencontre d'un savoir savant, celui du médecin, et d'un savoir profane, celui du malade. Une rencontre sans a priori de deux approches. Seules ces conditions permettent d'espérer un soin psychiatrique créatif, qui ne soit pas la simple répétition d'un protocole bien huilé, mais une aventure partagée. Chaque fois que j'ai rencontré un nouveau patient, il me semble avoir ressenti la nécessité de sortir des sentiers battus, d'inventer une nouvelle thérapeutique.
Commenter  J’apprécie          90
LSH   20 mai 2012
S'ennuyer, quel bonheur ! de Patrick Lemoine
À l'évidence, la mondialisation qui submerge notre monde moderne est un modèle hyperactif, hyperfinancier, perpétuellement à la recherche de progrès. Elle est dominée par l'Amérique, donc sous le joug de la position protestante. C'est sans doute pour cette raison que la notion de loisir a remplacé celle de vacances (étymologiquement : « vide »). Le vocable « loisir » vient du verbe latin licere signifiant « permettre ». Littéralement, le loisir est ce qui est loisible, donc ce qui est permis. D'ailleurs, à l'armée comme à l'hôpital, quand on veut s'absenter, on sollicite une permission, la fameuse perm' bien connue des bidasses comme des malades.

De nos jours, si ne pas travailler est (à la rigueur) autorisé, voire recommandé, ne rien faire, vaquer, être en vacance est mal vu. La cessation de travail ne signifie plus farniente, mais présuppose que l'on s'adonne à une autre activité. Flemmarder au soleil n'est plus à la mode. Vive les séjours à thème, les voyages sportifs ou culturels, les clubs Méditerranée où le GM pris en charge de matin au soir court de compétitions sportives en animations soi-disant culturelles ! La loi sur les trente-cinq heures a d'ailleurs constitué un signal fort dans ce sens et il est reconnu que ce sont les magasins de bricolage et de sport (et, en conséquence directe, la petite chirurgie et les urgences) qui en ont le plus bénéficié sur le plan commercial.

Cesser de travailler signifie s'activer autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
LSH   20 mai 2012
S'ennuyer, quel bonheur ! de Patrick Lemoine
Le bonheur, c'est ce qu'il y a de bon dans mon espace intérieur, donc en moi. Je suis heureux au moment où je m'arrête pour penser que je suis heureux et que je réalise et assume ce que j'ai fait, ce que j'ai et surtout, qui je suis. C'est la conscience de moi-même qui fait mon bonheur. Le bonheur n'est pas dans le pré, mais il est tout près. Il n'est pas hédonique, mais épicurien. 
Commenter  J’apprécie          80
BigDream   20 septembre 2014
S'ennuyer, quel bonheur ! de Patrick Lemoine
Mourir pour se sentir exister et faire la nique à la mort en se montrant plus fort qu'elle, cette salope qui ne se plait qu'à nous prendre par surprise.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Écrivains prénom prénom

Olivier

Abel
Adam
Armand
Rolin

15 questions
3 lecteurs ont répondu
Thèmes : écrivain , prénoms , nomsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..