AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.05 /5 (sur 119 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Burgos , le 11-09-1970
Biographie :

Philosophe et écrivain, Paul B. Preciado a traversé beaucoup de frontières dans sa vie. D'abord celle terrestre, de l'Espagne à la France, qui le plonge quotidiennement dans un univers multilingue, et ensuite celle de genre, de femme à homme.
Après l'école, grâce à une bourse, Preciado quitte Burgos pour Madrid, puis New York et les études de philosophie aux côtés de Jacques Derrida à la New School, puis Princeton pour un doctorat de théorie de l’architecture. Après une thèse aux Etats-Unis, il commence à prendre de la testostérone pendant plusieurs années pour lui permettre d'être dans un état gender fluid.
En poste d’enseignement à l’Université Paris VIII, Beatriz rencontre l’écrivain Virginie Despentes, qui sera sa compagne pendant dix ans. En 2015 "Beatriz" devient définitivement "Paul", en choisissant de s'identifier au genre masculin après avoir revendiqué de n'appartenir à aucun des deux genres.
En novembre 2019, il est invité aux Journées internationales de l'Ecole de la Cause Freudienne, une des plus importantes institutions de psychanalystes lacaniens de France. Son intervention déclenche un tel débat entre les experts qu'il décide de publier son texte dans son intégralité.
Depuis 2013 il rédige une chronique régulière sur le genre, la sexualité, l'amour et le bio-politique pour Libération.
Dernières publications : "Un appartement sur Uranus" (2019), recueil de ses chroniques publiées dans Libération. "Je suis un monstre qui vous parle" (2020, Grasset).
+ Voir plus
Source : https://www.letemps.ch/societe/paul-b-preciado-pardela-bien-male
Ajouter des informations
Bibliographie de Paul B. Preciado   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'entretien infini - Beatriz Preciado - Conversation avec Hans Ulrich Obrist - 2014.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (112) Voir plus Ajouter une citation
BandiFuyons   21 mai 2019
Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado
La révolution ne commence pas par une marche au soleil, mais par un hiatus, une pause, un déplacement minuscule, une déviation dans le jeu des improvisations et des apparences.
Commenter  J’apprécie          70
Pilly   25 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle de Paul B. Preciado
Ni à l'époque, ni aujourd'hui, je n'ai demandé qu'on me "donne" la liberté. Les puissants ne cessent de promettre la liberté, mais comment pourraient-ils donner aux subalternes quelque chose qu'ils ne connaissent pas eux-mêmes ? Paradoxe : celui qui attache est aussi emprisonné que celui dont les mouvements sont entravés par les cordes nouées.
Commenter  J’apprécie          60
BandiFuyons   13 mai 2019
Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado
C'est l'histoire de la fin des démocraties dans l'Occident. Comment la finance a découvert qu'elle s'accommodait très bien des régimes autoritaires – et même qu'elle préférait les régimes autoritaires car on consomme encore mieux les poings liés.



Préface de Virginie Despentes
Commenter  J’apprécie          60
micheleranklsherpa   28 mai 2019
Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado
Ce qu’il faut, comme le dit Franco Berardi Bifo, c’est érotiser la vie quotidienne, c’est déplacer le désir capturé par le capital, la nation ou la guerre, pour le redistribuer dans le temps et l’espace, qu’il traverse tout et qu’il nous traverse tous.
Commenter  J’apprécie          60
lagni   08 juin 2019
Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado
Les commémorations les plus belles sont celles que célèbres les révolutions invisibles, les transformations sans date de commencement ni de caducité. Qui célèbre l’herbe quand elle pousse?



Le ciel changeant de couleur? Qui célèbre la lecture d’un livre? L’apprentissage d’un nouveau geste? Qui célèbre le dernier instant de bonheur avant une mort subite? Il faut oublier les anniversaire. Il. Faut oublier les repères et laisser tomber les reliques. Pour célèbre toutes nos autres naissances possibles.
Commenter  J’apprécie          50
julspirit   11 novembre 2020
Je suis un monstre qui vous parle de Paul B. Preciado
Ce que le discours scientifique et technique occidental considère comme les organes sexuels emblématiques de la masculinité et de la féminité, le pénis et le vagin, n'est pas plus réel que le Rwanda ou le Nigeria, que l'Espagne ou l'Italie. Il y a une différence entre une colline verte qui pousse de l'autre côté d'un fleuve et un désert qui s'étend du côté balayé par le vent. Il y a le paysage érotique d'un corps. Il n'y a pas d'organes sexuels mais des enclaves coloniales de pouvoir.
Commenter  J’apprécie          50
BandiFuyons   13 mai 2019
Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado
La misère ça t'écrase comme un camion renversé sur toi – elle te saisit et elle te broie. Et tu ne l'oublies pas.



Préface de Virginie Despentes
Commenter  J’apprécie          60
Pilly   26 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle de Paul B. Preciado
L'OMS, et non une association TransPédéGouine Anarcoféministe, affirme aujourd'hui que "le genre typiquement décrit comme masculin et féminin est une construction sociale qui varie selon les cultures et les époques". Et elle reconnaît qu'il y a eu et il y a encore des cultures (Samoa dans le Pacifique, celles des peuples Premiers d'Amérique, les Thaïlandais traditionnels) qui utilisent des taxonomies sexuelles et de genre non-binaire, plus fluides et plus complexes que la taxonomie occidentale moderne mondialisée à partir des années 70.
Commenter  J’apprécie          40
Patpotink   15 avril 2020
Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado
[…]

Je ne peux pas voter dans une démocratie où certains votes valent plus que d'autres.

[…]

Je ne veux pas voter pour quelqu'un pour qui le budget militaire doit être supérieur au budget de la culture ou de l'éducation.
Commenter  J’apprécie          40
julspirit   11 novembre 2020
Je suis un monstre qui vous parle de Paul B. Preciado
Contrairement à ce que pense la psychanalyse, je ne crois pas que l'hétérosexualité soit une pratique sexuelle ou une identité sexuelle, mais, comme Monique Wittig, un régime politique qui réduit la totalité du corps humain vivant et son énergie psychique à son potentiel reproducteur, une position de pouvoir discursive et institutionnelle.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Paul B. Preciado (178)Voir plus


Quiz Voir plus

Lire est dangereux (pour les préjugés)

Quel est le livre que lit Clara au début de l’histoire ?

Ne me marchez pas dessus de Lukas Gebhardt
La maison aux fenêtres de bois de Lukas Gebhardt
Vous parler de ça de Laure Halse Anderson

9 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Lire est dangereux (pour les préjugés) de Dave ConnisCréer un quiz sur cet auteur