AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.43 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Burgos , le 11-09-1970
Biographie :

Philosophe et écrivain, Paul B. Preciado a traversé beaucoup de frontières dans sa vie. D'abord celle terrestre, de l'Espagne à la France, qui le plonge quotidiennement dans un univers multilingue, et ensuite celle de genre, de femme à homme.
Après l'école, grâce à une bourse, Preciado quitte Burgos pour Madrid, puis New York et les études de philosophie aux côtés de Jacques Derrida à la New School, puis Princeton pour un doctorat de théorie de l’architecture. Après une thèse aux Etats-Unis, il commence à prendre de la testostérone pendant plusieurs années pour lui permettre d'être dans un état gender fluid.
En poste d’enseignement à l’Université Paris VIII, Beatriz rencontre l’écrivain Virginie Despentes, qui sera sa compagne pendant dix ans. En 2015 "Beatriz" devient définitivement "Paul", en choisissant de s'identifier au genre masculin après avoir revendiqué de n'appartenir à aucun des deux genres.
En novembre 2019, il est invité aux Journées internationales de l'Ecole de la Cause Freudienne, une des plus importantes institutions de psychanalystes lacaniens de France. Son intervention déclenche un tel débat entre les experts qu'il décide de publier son texte dans son intégralité.
Depuis 2013 il rédige une chronique régulière sur le genre, la sexualité, l'amour et le bio-politique pour Libération.
Dernières publications : "Un appartement sur Uranus" (2019), recueil de ses chroniques publiées dans Libération. "Je suis un monstre qui vous parle" (2020, Grasset).
+ Voir plus
Source : https://www.letemps.ch/societe/paul-b-preciado-pardela-bien-male
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Pilly   26 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle: Rapport pour une académie de psychanalystes de Paul B. Preciado
L'OMS, et non une association TransPédéGouine Anarcoféministe, affirme aujourd'hui que "le genre typiquement décrit comme masculin et féminin est une construction sociale qui varie selon les cultures et les époques". Et elle reconnaît qu'il y a eu et il y a encore des cultures (Samoa dans le Pacifique, celles des peuples Premiers d'Amérique, les Thaïlandais traditionnels) qui utilisent des taxonomies sexuelles et de genre non-binaire, plus fluides et plus complexes que la taxonomie occidentale moderne mondialisée à partir des années 70.
Commenter  J’apprécie          20
Florellia   06 août 2020
Paul B. Preciado
Ainsi, bien qu’elle n’existe pas, l’identité «femme» peut vous coûter la vie à Tijuana et bien plus près de chez vous qu’à Tijuana. C’est votre vie tout entière qui est définie par elle. Bien qu’elle n’existe pas, l’identité «trans» peut vous coûter la vie aussi à Paris. La race n’existe pas, mais l’identité raciale peut vous empêcher de traverser une frontière, de louer un appartement, de trouver un emploi.
Commenter  J’apprécie          20
Pilly   25 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle: Rapport pour une académie de psychanalystes de Paul B. Preciado
Ni à l'époque, ni aujourd'hui, je n'ai demandé qu'on me "donne" la liberté. Les puissants ne cessent de promettre la liberté, mais comment pourraient-ils donner aux subalternes quelque chose qu'ils ne connaissent pas eux-mêmes ? Paradoxe : celui qui attache est aussi emprisonné que celui dont les mouvements sont entravés par les cordes nouées.
Commenter  J’apprécie          20
Pilly   25 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle: Rapport pour une académie de psychanalystes de Paul B. Preciado
Je suis le monstre qui vous parle. Le monstre que vous avez construit avec vos discours et vos pratiques cliniques. Je suis le monstre qui se lève du divan et prend la parole, non pas en tant que patient, mais en tant que citoyen, en tant que votre égal monstrueux.
Commenter  J’apprécie          20
Pilly   25 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle: Rapport pour une académie de psychanalystes de Paul B. Preciado
En sortant de la cage de la différence sexuelle, j'ai connu l'exclusion et le rejet social, mais rien de tout cela n'aurait été aussi désastreux et douloureux que la destruction de ma puissance vitale que l'acceptation de la norme aurait exigée.
Commenter  J’apprécie          20
Pilly   25 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle: Rapport pour une académie de psychanalystes de Paul B. Preciado
La liberté de genre et sexuelle ne peut être en aucun cas une répartition plus équitable de la violence, ni une acceptation plus pop de l'oppression. La liberté est un tunnel qui se creuse avec les mains. La liberté est une porte de sortie. La liberté (...), ça se fabrique.

Et ma porte de sortie fut, entre autres choses, la testostérone. Dans ce processus, l'hormone n'est en aucun cas une fin en soi : elle est une alliée dans la tâche de s'inventer un ailleurs. Ainsi ai-je progressivement abandonné le cadre de la différence sexuelle.
Commenter  J’apprécie          10
Pilly   25 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle: Rapport pour une académie de psychanalystes de Paul B. Preciado
Un paradigme détermine un ordre du visible et de l'invisible, il amène dont avec lui une ontologie et un ordre politique, c'est-à-dire qu'il établit la différence entre ce qui existe ou ce qui n'existe pas, socialement et politiquement, et instaure une hiérarchie entre des êtres divers. (...) Un paradigme n'est pas une simple vision du monde. Il n'est pas une interprétation et encore moins une simple représentation subjective. "Il est, explique Latour, la pratique, le modus operandi qui autorise des faits nouveaux à émerger."
Commenter  J’apprécie          10
Florellia   06 août 2020
Paul B. Preciado
Quand les écoles n’enseigneront que des livres de Gertrude Stein et Virginia Woolf et que James Joyce et Gustave Flaubert seront devenus des écrivains «masculinistes», quand les musées d’art consacreront une semaine par an à l’exploration des œuvres inconnues des «artistes masculins» et quand les historiens publieront chaque décennie un magazine pour parler du rôle des «hommes invisibles dans l’histoire», alors, à ce moment-là, vous pourrez nous appeler des féminazies.
Commenter  J’apprécie          10
Florellia   06 août 2020
Paul B. Preciado
Quand nous aurons décidé dans un Parlement composé uniquement de femmes, dans un conseil d’administration composé uniquement de femmes, qu’un homme pour le simple fait d’être un homme doit être moins bien payé qu’une femme dans n’importe quel emploi et dans n’importe quelles circonstances, alors vous pourrez nous appeler des féminazies.
Commenter  J’apprécie          10
Pilly   25 mai 2020
Je suis un monstre qui vous parle: Rapport pour une académie de psychanalystes de Paul B. Preciado
Ce n'est pas la transsexualité qui est effrayante et dangereuse, mais le régime de la différence sexuelle.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Paul B. Preciado (17)Voir plus


Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..