AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.45/5 (sur 301 notes)

Nationalité : Roumanie
Né(e) à : Czernovitz , le 23/11/1920
Mort(e) à : Paris , le 20/04/1970
Biographie :

Paul Celan né Paul Pessach Antschel ou Ancel, est un poète roumain d’origine juive et de langue allemande.

Sa mère est issue de la bourgeoisie germanophone, très attachée à l'empire des Habsbourg, alors que son père appartenait à une communauté juive très stricte d'origine ukrainienne qui pratiqua avec ardeur l'hébreu et le yiddish.

Il étudie la médecine en 1938 en France, puis rentre en Roumanie pour étudier la littérature de langue romane à l’Université de Cernăuți. Son père et sa mère, arrêtés et déportés, périrent, le premier par le typhus en 1942 et la deuxième, par une balle dans la nuque en 1943 dans le camp de concentration de Michailowka. En 1943, Paul est envoyé dans un camp de travail forcé en Moldavie et est libéré par l'Armée rouge en 1944.

Pendant quelques années, il fut éditeur et traducteur à Bucarest. En 1947, il quitte la Roumanie pour Vienne en Autriche et y publie son premier livre "Le sable des urnes" ("Der Sand aus den Urnen"). Il s’installe ensuite à Paris, où il exerce la fonction de lecteur d'allemand et de traducteur à l'École normale supérieure. En 1952, il épousa Gisèle de Lestrange (1927-1991), artiste rencontrée en 1951 à laquelle il écrira plus de 700 lettres.

Son deuxième livre, "Pavot et Mémoire" ("Mohn und Gedächtnis"), parut en 1952. Son poème le plus connu, "Fugue de la Mort" ("Todesfuge") a pour thème le sort des juifs dans les camps d'extermination. Parlant parfaitement le français, il n’a voulu écrire que dans sa langue maternelle allemande. Il fut naturalisé français en 1955. En 1960, Paul Celan reçoit le Prix Georg Büchner, et prononce pour l'occasion un magnifique discours "Le Méridien".

L’auteur de "La rose de personne" ("Die Niemandsrose", 1963) entretint une correspondance émouvante avec Nelly Sachs (1891-1970), poète lyrique et dramaturge, de 1954 jusqu’à sa mort.

Malgré ses amis, l'étau s'est refermé, la folie cogne à sa porte et il entreprend de nombreux séjours en hôpital psychiatrique. Parfois il aura des accès de violences destructrices et Ingeborg Bachmann (1926-1973), la tendre confidente, et Nelly Sachs, tout autant que Gisèle de Lestrange sa femme seront ses recours incessants. Mais il dérive lentement vers le gouffre et se suicide en se jetant dans la Seine.
+ Voir plus
Source : agora.qc.ca
Ajouter des informations
Bibliographie de Paul Celan   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Que devient l'oeuvre d'un écrivain lorsqu'il est traduit, surtout s'il s'appelle Franz Kafka ? Au milieu des années 1920, dix écrivains font éclore ses oeuvres hors de la langue et du lieu où il les avait conçues, et le sauvent de l'oubli auquel les autorités soviétiques et nazies les avaient condamnées. Pendant plusieurs décennies, Kafka n'existera principalement qu'en traductions, via d'autres voix que la sienne. Un comble pour cet écrivain devenu aphone avant de mourir de la tuberculose en 1924. Les premiers traducteurs de Kafka ne le deviennent pas par hasard, mais par nécessité ou par amour. Paul Celan et Primo Levi le traduisent à leur retour des camps, respectivement en roumain et en italien. Bruno Schulz le traduit en polonais, avant d'être abattu en pleine rue par un SS ; Milena Jesenská très amoureusement en tchèque avant d'être déportée et Jorge Luis Borges en espagnol avant de perdre la vue. Ses traducteurs russes, contraints à la clandestinité, demeureront anonymes. Son traducteur français, Alexandre Vialatte, décèle en lui une nouvelle forme d'hilarité. Quant au poète Melech Ravitch, il le traduit en yiddish après la guerre pour un lectorat qui a quasiment disparu. Tous ses traducteurs propulsent l'oeuvre de Kafka sur la scène du monde tout en y projetant quelque chose d'eux-mêmes, de sorte que chacun peut, à sa façon, s'écrier : « Josef K., c'est moi ». Dans cet essai érudit mais vivant, Maïa Hruska tire le fil des écheveaux littéraires et politiques du vingtième siècle : analysant la manière dont Kafka est devenu Kafka, elle éclaire subtilement l'Europe d'aujourd'hui à la lumière de celle d'hier. Née en 1991 au sein d'une famille franco-tchèque, Maïa Hruska a grandi en Allemagne et vit aujourd'hui à Londres. Dix versions de Kafka est son premier essai. En savoir plus : https://www.grasset.fr/livre/dix-versions-de-kafka-9782246839774/

+ Lire la suite
Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (395) Voir plus Ajouter une citation
Paul Celan
Eloge du lointain

(in Pavot et mémoire )

Dans la source de tes yeux
Vivent les filets des pêcheurs des mers devenues folles
Dans la source de tes yeux
la mer tient sa promesse
J'y précipite
cœur ayant vécu parmi les humains
les vêtements que j'ai portés
l'éclat d'un serment
Plus noir que dans le noir, je suis encore plus nu
Je suis toi, quand moi je suis moi
Dans la source de tes yeux
j'erre et je rêve de pillage
Dans la source de tes yeux
Un pendu étrangle la corde
Commenter  J’apprécie          592
Paul Celan
Le poème peut être une bouteille jetée à la mer, abandonnée à l'espoir - certes souvent fragile - qu'elle pourra un jour, quelque part, être recueillie sur une plage, sur la plage du cœur peut-être.
Commenter  J’apprécie          582
Fais que ton œil dans la chambre soit une bougie, ton regard une mèche,
fais moi être assez aveugle pour l'allumer.

*******

À la source de tes yeux
vivent les filets des pêcheurs d'eaux folles.

À la source de tes yeux
la mer tient sa promesse.

Je jette là
un cœur qui a vécu parmi les hommes,
jette bas mes vêtements et l'éclat d'un serment
Plus noir dans le noir je suis plus nu.
Infidèle seulement je suis fidèle.

Je suis tu quand je suis je.

À la source de tes yeux
je suis emporté et je rêve de rapine.
Un filet a pêché un filet :
nous nous séparons enlacés.

À la source de tes yeux
un pendu étrangle sa corde.


(Louange du lointain du Recueil Pavot et Mémoire)
Commenter  J’apprécie          540
Paul Celan
Aussi nous voulons être là
dans un temps qui dit le mot amplifié
où le millénaire, juvénile, quitte la neige,
l’œil qui erre
repose dans son propre étonnement,
et refuge et étoile
voisins se tiennent alors dans la bleuité
comme si le chemin était déjà parcouru à grands pas.

(poème paru dans la revue Diérèse N°85 / traduction Joël Vincent)
Commenter  J’apprécie          490
Paul Celan
Dans la jungle du sang, c’est là
que se tient l’adieu, doigts -
effilés, à
chaque bout, en forme -
de cœur, une
loupe, et là
les tigres capturent
du jour

« Du fonds posthume », extrait paru dans la revue Diérèse (85), traduction Joël Vincent
Commenter  J’apprécie          480
     
toi qu'au fond des temps,
dans le Rien d'une nuit,
j'ai dans la Non-nuit ren-
contrée, toi
Non-toi –
     
...
     
et parfois, quand
il n'y avait plus que le Rien entre nous,
nous nous trouvions
     
l'un l'autre tout à fait.
     
     
'RADIX, MATRIX', extrait, p. 63
& 'TANT D'ÉTOILES' / 'Soviel Gestirne', extrait, p. 21
Commenter  J’apprécie          470
Paul Celan
je sais
je sais et tu sais, nous savions ;
nous ne savions pas, nous
étions bien là et non là-bas, et parfois,
à condition qu’entre nous
le Rien se dressât, tout à fait,
nous nous trouvions
unis l’un à l’autre.

(traduction Maurice Blanchot)
Commenter  J’apprécie          452
Paul Celan
Je ne fais pas de différence entre un poème et une poignée de main.
Commenter  J’apprécie          430
Paul Celan
L’art déplace le moi au plus loin.

Le méridien
Commenter  J’apprécie          370
Paul Celan
“Un rien,
voilà ce que nous fûmes, sommes et
resterons, fleurissant :
la rose de Rien, la
rose de Personne.”
Commenter  J’apprécie          360

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Paul Celan (316)Voir plus

Quiz Voir plus

Les disciplines sportives en littérature

Éloge de la nage - Annie Leclerc

Alpinisme
Basket
Boxe
Cyclisme
Football
Golf
Natation
Pelote basque
Rugby
Voile

10 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : sport , littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..