AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.66/5 (sur 83 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : LYONS , le 25/01/1963
Biographie :

Publié il y a quelques années chez Albin-Michel et Anne Carrière, il fut remarqué comme « le plus original des auteurs de thrillers français ».
Par la suite, il inventa le concept livenovel en postant chaque jour sur Facebook les nouvelles lignes de son polar du moment.
encouragé par ses milliers de lecteurs qui le suivaient au quotidien, paul F. Husson décida de se lancer dans l’auto édition.

les romans de PFH sont toujours teintés d’humour au travers du caractère de ses personnages. Un soupçon d’horreur indispensable au genre, beaucoup de suspense et d’émotion, un style élégant et soigné.

Après deux années covid, une pause d’écriture et de publications, Paul F. Husson revient avec une nouvelle collection révisée et relookée, en attendant la sortie le 25 janvier 2023 d'un thriller culinaire : « Meurtres en cuisine ».

Ce roman est disponible à la précommande sur Amazon Kindle, ou sur le site de l'auteur avec une offre spéciale (un exemplaire gratuit de "Double Exposition", première enquête du commissaire Tourette).

https://www.paulfrancoishusson.fr
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Paul-François Husson   (10)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Paul-François Husson
L’orage s’en allait. La pluie persistait. Les animaux se terraient. Comme si le fracas pouvait rejaillir et tout bouleverser. Les nuages pesaient sur les cimes. Les troncs des sapins ruisselaient. Ça sentait le bois frais des arbres fracassés à l’instant, et l’essence âcre, et la peur.

Mon cri, aigu, s’éleva, franchit les crêtes. Par le toit éventré, les gouttes inondaient mes traits constellés d’éclats minuscules.
Un miracle s’était produit. J’étais resté harnaché dans mon siège, mais j’avais les yeux en sang.

Plongé dans le noir à jamais, mes lèvres, ma gorge, mon cœur, ne hurlaient qu’un seul mot, le premier : maman.


[LiveNovel v3 - J3 -Première Lumière]
Commenter  J’apprécie          170
Paul-François Husson
《(...)
– Questions ! Des questions bordel de merde ! Arrêtez de me reluquer avec votre mine de pelure d’oignon ! Du nerf grognasse ! Cul de jument ! Morceau de viande mal accroché !...

Il s’interrompit, l’air penaud, désorienté.

– Ah non ! Commencez pas ! Sinon moi aussi je vous parle mal ! Enfin mal... C’est pas Dieu possible, où est-ce qu’on entend des trucs pareils ! Votre maladie de Tourette ça vous détruit le cerveau à c’point ?
(...) 》


[Extrait de la Live Novel "Double Exposition" de Paul-François Husson.
> Vous pouvez suivre quotidiennement les mésaventures de l'ex-commissaire 'Tourette' sur Facebook à l'adresse suivante :
https://m.facebook.com/pg/PaulFrancoislHusson/posts/?ref=page_internal&mt_nav=1
(! Pensez à remonter le fil d'actualité pour commencer le récit au début =)) ]
Commenter  J’apprécie          130
« Sa grand-mère n'était pas là, mais tous ses souvenirs vécus sur son île lui souriaient, les plus tristes, les plus beaux. »
Commenter  J’apprécie          90
En rentrant à l’hôtel, aussi accablé qu'éreinté, James trouva son lit recouvert de poissons morts. Sur son mur on avait peint en grosses lettres baveuses : FIPOL GO HOME. Incapable, de réagir, protester, il se contenta d'ouvrir la fenêtre pour aérer, tira du placard une couverture et s'y enroula tout habillé à même le sol. Sans aucun lien avec ses mésaventures présentes, il se mit à sangloter, exactement comme jadis à l'orphelinat, lorsque, succombant à la bêtise de ses congénères, il se retrouvait banni du dortoir.
Commenter  J’apprécie          20
 De lentes effluves descendues des sapins serpentent tout autour de nous. Je m’en fais des écharpes de souvenirs, ma bouche happe, mord pour se venger de l’air cruel de la nuit. Ça doit être ça, la puissance du jour. La lumière serait une arme contre laquelle, ni les goules des contes, ni les dangers de ce monde ne pourraient rien. Perché au sommet de mon père, je deviens l’enfant qui voit tout. Je domine l’invisible monde, ivre d’espoir, provisoirement débarrassé de cette peur aveugle qui m’encombre depuis le départ. 
Commenter  J’apprécie          10
« C’est vraiment contagieux, le malheur, maman ? »
(…)
« Bien sûr que non »
Commenter  J’apprécie          20
La grossièreté est si proche de la vulgarité
De la vulgarité à la violence il y avait
qu’un pas. Cela lui arrivait parfois et
contrastait avec son apparence douceur

Page 19 sur 411
Commenter  J’apprécie          10
- Sauna de chez moi dans le Nord très
simple : quand ton corps est bien cuit
dans le sauna, tu dois vite sortir, casser
la glace et sauter dans le fjord !

Page 37 sur 413
Commenter  J’apprécie          10
On va me prendre en photo - L’arroseuse
arrosée - de face et de profil comme
dans les films, avec ma tronche patibulaire
et mon matricule entre les mains

Page 67 sur 413
Commenter  J’apprécie          10
Elle soupira. Changer de vie ? Vraiment ?
Pourquoi certains en arrivaient là ? C'est qu'ils devaient en avoir gros sur la patate.
Était-elle si malheureuse que ça ? Son métier, sa fille, son petit train-train.
Les femmes étaient-elles d'éternelles insatisfaites ? N'importe quoi. Il n'y avait personne de plus courageux qu'une femme.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Paul-François Husson (89)Voir plus

Quiz Voir plus

Les chiens, nos amis

"Ce chien me réapprend à lire le vivant autour, à écouter les musiques de la nature, ses amplitudes, ses respirations, à mesurer ses états, à déchiffrer ses codes. L'ai-je su un jour?" Qui a écrit "Son odeur après la pluie"? Indice: 🌲

Jean-Louis Fournier
Cédric Sapin-Defour

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}