AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.6 /5 (sur 138 notes)

Né(e) à : Besançon , le 12/11/1986
Biographie :

Paul Kawczak est titulaire d'un doctorat en lettres de l'Université du Québec à Chicoutimi. Il est coordonnateur de la Chaire de recherche sur la parole autochtone de l'UQAC et éditeur aux éditions La Peuplade.

Collaborateur régulier des revues Spirale et Lettres Québécoises, il est également l'auteur de "L'Extincteur adoptif" (Moult éditions, 2015) et de "Un long soir" (La Peuplade, 2017).

Ajouter des informations
Bibliographie de Paul Kawczak   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion du mois de la BD, le Salon du livre de Montréal et le Festival BD de Montréal proposaient une discussion avec Patrick Senécal et Catherine Lepage le 10 mai 2021, à 21 h, sur Instagram. PATRICK SENÉCAL Livres suggérés: Aliss, Patrick Senécal et Jeik Dion, publié chez ALIRE Blast, Manu Larcenet, Éditions DARGAUD Pour réussir un poulet, Fabien Cloutier et Paul Bordeleau, Éditions LA PASTEQUE Ténèbre, Paul Kawczak, Éditions LA PEUPLADE La désidérata, Marie Hélène Poitras, éditions Alto L'exorciste, William Peter Blatty Éditions ROBERT LAFFONT Flots, Patrick Senécal, Éditions ALIRE CATHERINE LEPAGE Livres suggérés: Bouées, Catherine Lepage, Éditions La Pastèque Le tragique destin de Pépito, Catherine Lepage et Pierre Lapointe, Comme des Géants 12 mois sans intérêt, Catherine Lepage, Éditions Mécanique Générale Fines tranches d'angoisses, Catherine Lepage, Éditions Somme toute Zoothérapie, Catherine Lepage, Éditions Somme toute Mélody, Sylvie Rancourt, Éditions Ego Comme X Melody: Story of a Nude Dancer, Sylvie Rancourt, Drawn and Quarterly J'ai montré toutes mes pattes blanches je n'en ai plus, Sylvie Laliberté, Éditions Somme toute Je ne tiens qu'à un fil mais c'est un très bon fil, Sylvie Laliberté, Éditions Somme toute Maquillée, Daphné B., Éditions Marchand de feuilles Royal, Jean-Philippe Baril Guérard, Éditions DE TA MERE Le plongeur, Stéphane Larue, le Quartanier Là où je me terre, Caroline Dawson, Éditions Remue Ménage Filmographie: Le mal du siècle, Catherine Lepage, ONF Parenthèse, ONF

+ Lire la suite

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
Cricri124   01 avril 2021
Ténèbre de Paul Kawczak
On est donc porté à conclure que, de 1880 à 1890, environ 10 millions de Congolais – en tout cas bien plus que 5 millions – auraient disparus, victimes de l’introduction de la « civilisation ».



ISIDORE NDAYWEL È NZIEM
Commenter  J’apprécie          273
Paul Kawczak
bilodoh   30 avril 2020
Paul Kawczak
… un des poèmes érotiques et bachiques de poète persan Abû Nuwâs, qui commençait ainsi :

Proclame haut le nom de celui que tu aimes,


Car il n’est rien de bon dans les plaisirs cachés..



(Peuplade, p.222)
Commenter  J’apprécie          250
Cricri124   15 avril 2021
Ténèbre de Paul Kawczak
Pierre Claes avait été dévasté par la disparition de son père adoptif. […] L’épisode dépressif d’Equateurville, duquel il venait tout juste d’émerger, avait, pour des raisons qui lui échappaient, ravivé cette colère haineuse en lui. Il en était venu à haïr d’une ardeur renouvelée non seulement son père adoptif, mais toute forme d’autorité masculine. Il se haïssait lui-même de n’être qu’un pion minable à la solde du roi. Vingt années de rage refleurissaient en son cœur dans les jungles congolaises. Pierre Claes, agent colonial, agent du progrès, n’était qu’un petit jean-foutre, le rejeton d’un mort, gâché par la fuite d’un moins-que-père. Cette rage d’enfant, qu’il avait longtemps transmuée en soumission afin de survivre dans l’Europe d’alors, n’avait pu être occultée qu’au prix d’une mélancolie et d’une autodépréciation permanentes auxquelles il s’était habitué, conformé même, depuis son abandon. (p85)
Commenter  J’apprécie          190
Cannetille   12 septembre 2020
Ténèbre de Paul Kawczak
Il est possible, moyennant un patient apprentissage, de dépouiller un homme de la plupart de ses organes tout en conservant sa vie et sa conscience. Tel était l’art des bourreaux de Chine. Certains hommes puissants qui se savaient condamnés par la maladie choisissaient parfois de remettre leur corps entre les mains d’un maître bourreau pour une mort exquise. Le patient entièrement nu était d’abord rasé de la tête aux pieds, puis l’officiant, suivant les règles d’un procédé que l’Occident pratique grossièrement sur ses bœufs, moutons et chevaux, tatouait sur le corps glabre le tracé complexe d’un dessin selon lequel il inciserait la chair. Un tatouage de maître pouvait prendre jusqu’à une semaine pour être réalisé. Chaque jour, le corps sacrifié se couvrait des lignes qui régleraient son démantèlement. Selon ce dessin complexe, et à l’aide de l’acupuncture, il était alors possible de vider l’homme de son corps, en en altérant minimalement l’âme. Les bourreaux les plus adroits, dont Xi Xiao était, parvenaient à retirer la quasi-intégralité des organes d’un homme sans le tuer ni l’endormir ni même le faire particulièrement souffrir, ne laissant à l’air libre et intact, disait-on, que le cerveau, le lobe d’un poumon et le cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Cricri124   13 avril 2021
Ténèbre de Paul Kawczak
En ce temps, les cartes du continent noir étaient blanches, encore à tracer. Cette étendue immaculée sur les planisphères, la plus grande, qui faisait rêver les petits garçons, épuisait les hommes dans ses forêts obscures et révélait toute la cruauté de leur cœur. Ce point aveugle des cartes était le point aveugle de l’âme. (p21)
Commenter  J’apprécie          150
Cricri124   12 avril 2021
Ténèbre de Paul Kawczak
Pierre Claes ne savait ainsi pas qu’en 1890, le taux de mortalité des agents territoriaux était de un pour trois, sans compter les handicaps majeurs, et parfois définitifs, qu’entrainaient les maladies équatoriales. En bon agent de l’Etat, il s’était avant tout concentré sur la bonne réussite de sa mission, fier d’aller au-devant de l’Aventure, qu’il imaginait piquante et belle comme dans les livres anglais qu’il avait avidement lus de quinze à vingt ans. Il quittait son pays sans mélancolie, gonflé, même, d’un léger orgueil. Il croyait au projet de civilisation de son pays, il croyait en sa jeunesse, en son roi, et le temps, ce jour-là, était au beau fixe. (p21)
Commenter  J’apprécie          131
Litteraflure   01 mars 2020
Ténèbre de Paul Kawczak
Toute une civilisation bourgeoise, mâle et malade, étouffée de production, exsangue d’action, faisandée de rêves en chaque crâne, se dépensa avec érotisme et violence dans un fantasme de terre femelle et primitive, de Nouvelle Ève noire à violer dans la nuit blanche, sans relâche, la saignant de toutes ses richesses, bafouant sa tendresse de mère en criant la mort vide à sa face de déesse indolente.
Commenter  J’apprécie          120
afriqueah   08 octobre 2020
Ténèbre de Paul Kawczak
Toute une civilisation bourgeoise, mâle et malade, étouffée de production, exsangue d’action, faisandée de rêves en chaque crâne, se dépensa avec érotisme et violence dans un fantasme de terre femelle et primitive, de nouvelle Eve noire à violer dans la nuit blanche, sans relâche, la saignant de toute ses richesses, bafouant sa tendresse de mère en criant la mort vide à sa face de déesse indolente. Des hommes féroces en remontèrent les fleuves, en traversèrent les déserts, les savanes et les forêts, et, fatalement, se rencontrèrent.
Commenter  J’apprécie          110
Cricri124   14 avril 2021
Ténèbre de Paul Kawczak
S’il avait fallu définir Xi Xiao par un seul mot, cela aurait été celui de « caresse ». Et caressante était la langue naturelle et improvisée qu’il employait en presque toutes circonstances. Cet homme, qui avait pour métier de donner la mort avec la plus grande habileté, possédait l’art de susciter à coup sûr un frémissement de plaisir en chacune des chairs qu’il rencontrait. (p59)
Commenter  J’apprécie          110
Cricri124   13 avril 2021
Ténèbre de Paul Kawczak
C’était une affaire de détails. L’Afrique était déjà mutilée, mais il fallait décider, tracer et enregistrer chaque kilomètre de frontière afin d’apaiser les tensions territoriales dont les voisins français et britanniques souhaitaient profiter pour envenimer une situation à leur avantage. (p39)
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les Hauts de Hurlevent

Quelle sœur Brontë a écrit ce roman ?

Charlotte
Anne
Emily

10 questions
704 lecteurs ont répondu
Thème : Les Hauts de Hurle-Vent de Emily BrontëCréer un quiz sur cet auteur