AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.48 /5 (sur 47 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1948
Biographie :

Paul-Laurent Assoun est ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud.

Psychanalyste, professeur à l'université de Paris VII où il dirigea l'UFR de Sciences humaines cliniques jusqu'en fin 2007 et membre UMR CNRS psychanalyse et pratiques sociales.

Paul-Laurent Assoun est également directeur de la collection Philosophie d'aujourd'hui aux Presses universitaires de France, Psychanalyse et pratiques sociales chez Anthropos/Economica et membre du comité de rédaction de la revue de psychanalyse penser/rêver.

Paul-Laurent Assoun est, en France, l'un des commentateurs les plus éclairants et prolixes du corpus analytique. Il publie un très précieux Dictionnaire des œuvres psychanalytiques (PUF, 2009), dans lequel sont recensés les concepts principaux et les apports cliniques de 350 textes fondamentaux.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Paul-Laurent Assoun   (53)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Paul-Laurent Assoun. Désir de loi et loi du désir: judaïsme et psychanalyse.

Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (8) Ajouter une citation

il est permis à un amant de chercher les moyens de plaire, et on doit lui pardonner lorsqu’il a réussi (III, 12)

Commenter  J’apprécie          90
Paul-Laurent Assoun

La question de la critique de bonne foi ou de mauvais foi mène directement à la paranoïa, car c'est bien d'interprétation qu'il s'agit.

Commenter  J’apprécie          54

Faire une "psychothérapie", c'est avoir l'espoir de vivre plus tranquille avec ses angoisses et le monde environnant ; faire une psychanalyse, c'est se confronter à la loi de son désir, par épreuve de son angoisse de désirer et traversée de son fantasme. On relèvera que toutes les thérapies non analytiques promettent tacitement qu'on peut "s'en tirer" sans se confronter à son désir, par une auto-correction psychologique, comportementale, cognitiviste, etc. Pour la psychanalyse, on n'y coupe pas, de se confronter à la question en forme d'oracle : "qu'as-tu fait de ton désir ?". Façon de se reconnaître "responsable" de son symptôme, au lieu de s'adonner aux délices moroses du préjudice - que la victimologie et la résilience exaltent au contraire, ce qui en fait soupçonner le caractère idéologique.

p. 71

Commenter  J’apprécie          20

C'est comme si, en prenant l'habitude, en constituant l'habitude d'enterrer ses rois en un même endroit, celui-là même, la royauté avait pris le sentiment de sa continuité, s'évertuant à s'en convaincre...

Commenter  J’apprécie          30

L’acte analytique est solidaire du savoir métapsychologique. La métapsychologie n’est pas la “doctrine” de l’analyste, c’est sa boussole. Elle est justement destinée à faire sortir la psychologie de son caractère “hasardeux”, tout en s’exposant à l’incertitude implacable du réel. Chez le métapsychologue, pour paraphraser Merleau-Ponty, le “goût de l’évidence” s’éprouve au contact du “sens de l’ambiguïté”. La rigueur ne se sépare pas du sens du singulier, elle s’y alimente même. C’est la part inaliénable du Phantasieren, du “fantasmer”, soit l’imaginaire théorique sans lequel le “matériel” resterait aveugle et mutique.

Commenter  J’apprécie          10

Freud avance que c'est dans l'angoisse que se trouve la clé de la question de la névrose, qui est elle-même la clé du désir humain, celée dans le symptôme

Commenter  J’apprécie          20

L'hyper-développement de la pulsion de connaître est fondé chez Freud sur une fonction substitutive de la satisfaction sexuelle.

"Le processus de pensée lui-même est sexualisé, tandis que le plaisir sexuel qui ordinairement se rapporte au contenu du penser est dirigé vers l'acte de pensée et la satisfaction éprouvée en atteignant à un résultat cogitatif l'est comme une satisfaction sexuelle."

L'impérialisme particulier de l'instinct de connaissance tient à ce qu'il est un rejeton de la pulsion d'emprise sublimé et élevé au plan intellectuel.

(éclairage saisissant sur le lien particulier que "libido sciendi" et "libido sentiendi" partageraient. Ceci n'avait pas même échappé à Saint Augustin qui déjà, au IV siècle, avait mis en garde les croyants à ce sujet...)

Commenter  J’apprécie          00
Les non-dupes errent ...
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Les malheurs de Sophie

Quel est le nom de famille de Sophie?

De Rean
De Fleurville
De Paul
De Rostopchine

10 questions
95 lecteurs ont répondu
Thème : Les Malheurs de Sophie de Comtesse de SégurCréer un quiz sur cet auteur