AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.76/5 (sur 49 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 21/05/1877
Mort(e) à : Nice , le 14/02/1963
Biographie :

Paul Reboux, nom de plume d’André Amillet, est un écrivain, journaliste et peintre français.

Il est le fils de la célèbre modiste Caroline Reboux (1837-1927). Il se marie le 27 avril 1911 avec l'artiste peintre Léone Georges.

Écrivain, il fut également peintre, critique littéraire et gastronomique, romancier, auteur de livres d'histoire naturelle, de biographies, de récits de voyages et de livres pour enfants.

Paul Reboux est surtout connu pour le recueil de pastiches "À la manière de..." qu'il publia, en 1908, 1910 et 1913, avec son ami Charles Müller (1877-1914) , en trois séries. Après la mort de Charles Muller, il fait paraître, en 1925, un quatrième recueil et un cinquième, en 1950 dans lequel Jean-Paul Sartre voisine avec Jean Giono, Boris Vian et Henry de Montherlant.

Ces recueils, qui se moquaient gentiment des tics littéraires d'écrivains comme Octave Mirbeau, Léon Tolstoï, Marcel Proust, Stéphane Mallarmé, Gyp, Alphonse Daudet, José-Maria de Heredia, Jules Renard, Jean Jaurès, Charles Péguy, Conan Doyle, Anna de Noailles, etc., ont par la suite souvent été réédités. Cependant, certains auteurs jugés insuffisamment connus du public actuel (notamment, Gyp) ont cependant été éliminés de ces rééditions.

Entre 1922 et 1924, Paul Reboux est le rédacteur en chef d'un mensuel humoristique illustré intitulé "La Charrette charrie". En 1928 il est membre fondateur de l'Académie des Gastronomes. Il collabore sous son nom au magazine Paris sex-appeal dès 1933.

En 1951, il fait partie des fondateurs6 de "La Voie de la paix", organe du Comité national de résistance à la guerre et à l'oppression (CNRGO, devenu Union pacifiste de France en 1961).

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Paul Reboux   (44)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
Paul Reboux
RUPTURE

Une sotte querelle ayant troublé les jours
D'ineffable harmonie où s'unissaient nos âmes,
Nous voulûmes tous deux en finir, et jurâmes
De nous oublier pour toujours.

Toutes les cruautés que la douleur inspire,
Nous les eûmes. Mais, quand vint l'heure des adieux,
Nous restâmes muets et les yeux dans les yeux,
Sans trouver un mot à nous dire.

Nous sentions s'envoler notre ressentiment
Et fondre dans nos cœurs tout désir de vengeances,
Les bonheurs de jadis aux tristes souvenances
Nous attendrissaient doucement.

Comprenant la douleur des âmes déliées,
De nos lèvres fuyaient les souvenirs moqueurs,
Et nous sentions monter des larmes qu'en nos cœurs
Notre joie avait oubliées.

Un charme au fond de nous paraissait murmurer
Que nos amours étaient bien loin d'être finies...
Et lorsque pour l'adieu nos mains se sont unies,
Elles n'ont pu se séparer.

Les Matinales
Commenter  J’apprécie          395
Paul Reboux
LUNE MAGIQUE

Dès que plus un bruit
N'éveille la nuit,
Que l'astre au ciel luit,
Changeant,
Et que par l'allée
De brume voilée,
La mousse est criblée
D'argent,

Sous les clartés blanches,
Ecartant les branches,
Svelte et de pervenches
Coiffée,
Frôlant les forêts
De son pas discret,
Voici qu'apparait
La fée ...

Dans le clair-obscur
Un blond rayon sur
Sa robe d'azur
Se rit,
Et caresse et moire
Son beau corps d'ivoire
Dont la jeune gloire
Fleurit.

Derrière s'élance,
Eclos du silence,
Ce que sa puissance
Protège,
Nains, sylphes, qui font
Par vol et par bond
Comme un vagabond
Cortège.

Mais la fée a vu
Briller - épandu
Sous le bras tordu
Qu'étend,
Protecteur, un chêne -
Ridé par l'haleine
De l'ombre sereine,
L'étang.

Comme s'y déploie
Le ciel qui chatoie,
Elle effleure, en joie,
L'eau brune,
Et de ses doigts blanc
Cueille, à gestes lents,
Des reflets tremblants
De lune ...
Commenter  J’apprécie          320
Il m'apparait, au contraire, que le propre des génies est d'etre de tous les pays et de tous les temps.
Si Hugo ne répondait pas au besoin d'ampleur et d'enthousiasme commun à tous les hommes, serait-il si grand ?
Shakespeare inspirerait-il une dévotion si généralisée s'il n'avait pas exprimé des sentiments éternels ?
Beethoven est admiré partout ...
Commenter  J’apprécie          220
- Tiens ! ce vieux Jardin des Plantes ! Si je le traversais pour y retrouver quelques souvenirs de jeunesse ? se dit Réal, que ses occupations avaient mené jusqu-là.
Mais dès qu'il fut entré dans ce premier établissement zoologique de France, il se sentit comme transi par l'humiliation.
Oh ! ces bâtiments sordides et délabrés, ces carreaux fendus que du papier consolide, ces fauves pelés soumis au régime cellulaire, ces singes tuberculeux tapis dans un coin de cage, ces ruminants nostalgiques broutant la boue ...
Commenter  J’apprécie          211
L'homosexualité, tout comme l'hétérosexualité, comporte tous les degrés, toutes les nuances : du platonisme à la salacité, de l'abnégation au sadisme, de la santé joyeuse à la morosité, de la simple expansion à tous les raffinements du vice ...
(André Gide - "Corydon")
Commenter  J’apprécie          200
La morale oscille suivant les ambitions ou les besoins des peuples.
N'étant pas absolue, elle n'est respectable que relativement ...
Commenter  J’apprécie          191
Le Désiré était amarré à l'éperon du premier bassin, dans le port de Brest.
Trapu, robuste, bâti pour résister aux lames, ce vapeur portait à l'arrière un pavillon tricolore où se distinguait, entre deux ancres, l'étoile jaune des Ponts et Chaussées.
C'était le baliseur, affecté au service des phares pour la région qui s'étend de la pointe du Raz à l'île Vierge.
Ce jour-là, les filins enroulés en galette, le pont lavé et gratté, les cuivres étincelants, donnaient au bord un air de fête.
Mr de Croixdalle, l'ingénieur en chef, venu de Quimper, devait s'embarquer à dix heures.
Sur le quai, l'ingénieur ordinaire et Kerroz, le conducteur principal, causaient en attendant.
- Alors, monsieur Fouché, vous croyez qu'on va entreprendre le travail ?
- C'est presque certain.
- Ah ! Nous aurons du mal !
Lucien Fouché allumait une cigarette, abritant la flamme dans ses paumes rapprochées.
- Affaire de temps, répondit-il, en jetant l'allumette par-dessus son épaule.
Il avait quitté Paris pour Brest, où le retenait son poste, et le séjour en province lui pesait.
Aussi accueillait-il avec faveur le projet de construire un phare isolé en mer, bien qu'il mesurât les difficultés de l'entreprise......
Commenter  J’apprécie          150
Dans le style épistolaire, il faut montrer du naturel mais point de négligence ; de l'abandon, mais point de bavardage ; de la concision mais point de sécheresse ; de la courtoisie sans humilité ; de l'émotion sans grandiloquence ...
Commenter  J’apprécie          161
Les Tendres

Corbeaux

On n'a pas assez mis en valeur les qualités morales des corbeaux.
Heureux sont les corbeaux qui logent dans des boqueteaux d'arbres, entourés de ces vastes plaines auxquelles les labours, les semences, les pâturages et les chaumes donnent un air de manteau d'arlequin faits de morceaux cousus.Heureux les corbeaux qui vivent loin des villes, des villages, des hameaux où se rencontrent, par doses décroissantes, les témoignages de la médiocrité humaine.
Chaque mâle- dit Buffon- a sa femelle, à qui il demeure fidèle plusieurs années de suite." Ces oiseaux si odieux, si dégoûtants pour nous, savent néanmoins s'inspirer un amour réciproque et constant."

( Mille et une nuits, 2004, p.17)
Commenter  J’apprécie          120
Avec la collaboration des Laboratoires :
Cortial, de Paris.
Grysa, du Mans.
Lobica, de Paris.
Métadier, de Tours.
Mictasol, de Paris.
Trouette-Perret, de Paris.

Les éditeurs remercient ces Laboratoires de la confiance qu'ils leur ont témoigné.

DOCTEUR, si cet ouvrage vous a été agréable, rappelez-vous que ce sont les annonciers qui en font les frais, aussi, vous ne pouvez mieux faire, pour les remercier, que de prescrire leurs spécialités, dont ils vous rappellent l'emploi.
Commenter  J’apprécie          116

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Paul Reboux (54)Voir plus

Quiz Voir plus

Merde et emmerdes en chansons !

Qui chante "Merde à Vauban" Bagnard au bagne de Vauban Dans l'Ile de Ré . Indice les anarchistes

Jane Birkin
Jacques Dutronc
Léo Ferré
Gaëtan Roussel

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , humour , françaisCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}