AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.66 /5 (sur 156 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Caire , le 08/05/1949
Biographie :

Paula Jacques née Paula Abadi au Caire le 8 mai 1949, est une animatrice et productrice de radio française, ainsi qu'une écrivaine.

Elle est entrée à France Inter en 1975. Elle a été animatrice de l'émission humoristique L'Oreille en coin avec Kriss. En collaboration avec Richard Hulot, elle met au point Pentimento ou l'enfance de l'art, une émission de France Inter. Elle présente et produit également Cosmopolitaine, toujours sur France Inter.

Lorsqu'elle se lance dans l'écriture, elle s'inscrit dans le genre autobiographique.
En 1991, elle obtient avec son roman Deborah et les anges dissipés Prix Femina. Elle deviendra membre du jury du Prix Femina en 1996.

Elle est notamment l’auteur, au Mercure de France, de Gilda Stambouli souffre et se plaint (2002, Prix Europe 1 et prix Nice Baie des anges).
+ Voir plus
Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Paula Jacques   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Michel Foucault : Histoire de la sexualité, La volonté de savoir avec Paula Jacques (1977 / France Culture). Michel Foucault, le 5 mars 1976. (Photo Sophie Bassouls. Leemage). Diffusion sur France Culture le 11 janvier 1977. C'était dans un "Après-midi de France Culture" dont Michel Foucault était l'invité, à l'occasion de la parution de "La volonté de savoir", premier tome de son "Histoire de la sexualité". Comme il était annoncé en début d'émission, cette "Histoire" devait initialement comporter six volumes, mais seulement trois paraîtront entre 1976 et 1984, année de la disparition de Michel Foucault. En 2018, est venu s'y ajouter un quatrième avec la parution des "Aveux de la chair". « Je n'ai pas voulu écrire l'histoire des comportements sexuels dans les sociétés occidentales, mais traiter une question plus sobre et plus limitée : comment ces comportements sont-ils devenus des objets du savoir ? » C'est ce qu'écrivait, en 1977, Michel Foucault dans la préface à une édition allemande de "La volonté de savoir". Le projet de cet ouvrage, il en raconte la genèse et en expose ici les ambitions au micro de Paula Jacques. Ainsi, il expliquait : « Je me suis demandé si cette analyse en terme tactique, stratégique et positif du pouvoir, que j'avais fait à propos de la prison, si cette analyse on ne pouvait pas la transposer à propos de la sexualité. Et si à propos de la sexualité il ne fallait pas poser plutôt le problème : mais qu'est-ce qu'on fait avec la sexualité ? Qu'est-ce qu'on fait quand on en parle ? Quand on s'intéresse à elle ? À quoi ça sert de s'y intéresser ? De sorte que le problème de l'interdit ne doit pas être le problème premier. » Source : France Culture

+ Lire la suite

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   07 janvier 2019
Plutôt la fin du monde qu’une écorchure à mon doigt de Paula Jacques
Je ne suis pas loin de penser que la volonté d’être heureuse, alors que le monde s’écroule autour de vous, témoigne aussi d’une forme de courage.
Commenter  J’apprécie          353
domisylzen   18 septembre 2016
Les femmes avec leur amour de Paula Jacques
Les garçons, j'ai pensé, ont de la chance de n'être pas des filles. Un garçon met beaucoup de temps à devenir un homme, une fille devient femme en une seule nuit, c'est comme une deuxième naissance qui se ferait sans prévenir, qui se ferait beaucoup trop tôt.

Commenter  J’apprécie          200
domisylzen   12 septembre 2016
Les femmes avec leur amour de Paula Jacques
Des quatre mots, en capitales, que j'avais toujours connus, il manquait celui du milieu, "Lycée" : oui. "Du Caire" : oui. Mais "Français" n'avait plus le droit de cité.

Commenter  J’apprécie          180
Annette55   02 janvier 2020
Plutôt la fin du monde qu’une écorchure à mon doigt de Paula Jacques
«  Le malheur de l’homme vient de ce que les barreaux sont à l’intérieur de lui- même » .



Victor Hugo .
Commenter  J’apprécie          182
ssstella   01 août 2015
Au moins il ne pleut pas de Paula Jacques
R. : Parce que je n'ai commis aucune faute de conscience malgré toutes les souffrances et le malheur qu'il m'a été donné de vivre à Ravensbruck. Je vais te dire une dernière chose, Judith, écoute bien, tes cheveux vont se dresser sur ta tête. Parfois, lorsque les prisonnières se défendaient avant d'être fusillées, l'Oberscharführer Moll les jetait vivantes au feu dans les fosses communes. Une fois, pour s'amuser, il m'a ordonné de chanter et de sauter au-dessus des corps en train de brûler. Alors à côté de ça, tu vois, tu n'es qu'un petit cauchemar. Tu n'existes pas.
Commenter  J’apprécie          160
domisylzen   24 septembre 2016
Les femmes avec leur amour de Paula Jacques
Je croyais que rien ne pourrait me détruire. Mais j'ai compris, avec l'âge, qu'une femme peut être brisée par l'enfant qu'elle n'a pas eu.

Commenter  J’apprécie          161
domisylzen   27 août 2016
Les femmes avec leur amour de Paula Jacques
Les hommes détestent les femmes poilues et tu verras un jour ça ne fait pas si mal ! Regarde maintenant. Regarde, je suis douce et lisse comme de la soie. Je regarde elle a menti. Son sexe gorgé de sang ressemble à une tête de serpent écrabouillée.

Commenter  J’apprécie          140
blandine5674   15 mai 2019
Plutôt la fin du monde qu’une écorchure à mon doigt de Paula Jacques
Il conclut en citant Victor Hugo : "Le malheur de l'homme vient de ce que les barreaux sont à l'intérieur de lui-même."
Commenter  J’apprécie          140
Ladybirdy   07 janvier 2019
Plutôt la fin du monde qu’une écorchure à mon doigt de Paula Jacques
L’autre jour, je sortais de chez mon coiffeur, un monsieur m’a arrêtée dans la rue, un monsieur très bien. Tu sais ce qu’il m’a dit : « Comment vous faites pour être belle comme ça, ce n’est pas normal. » Tu vois, il n’y a que toi pour penser qu’une femme est finie à cinquante ans.
Commenter  J’apprécie          133
Ladybirdy   07 janvier 2019
Plutôt la fin du monde qu’une écorchure à mon doigt de Paula Jacques
À Marseille, le soleil paraissait plus clair, plus proche qu’au Havre. Le ciel bleu semblait, comme l’avenir, à portée de main. Les mouettes élevaient leurs ailes très haut dans la lumière solaire, à l’égal d’anges gardiens.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Associations d'idées

TARA, demeure des jours fastes, puis refuge des temps sombres :

Louisiane
Autant en emporte le vent
Nord et Sud

20 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur

.. ..